s
19 708 Pages

Claude-Marguerite de Renart Fuchsamberg
8 novembre 1736 - Avril 3 1815
né en Rochefort
mort en Cap St Vincent
Les causes de décès tué en action
Lieu d'inhumation enterré en mer
religion catholicisme
données militaires
pays servi Royal Standard du roi de France.svg Royaume de France
FrancePremière République française
Espagne Royaume d'Espagne
Forces armées Marine royale
English Marine révolutionnaire
Marine en Espagne
arme marina
Années de service 1746 - 1797
degré Le contre-amiral
Jefe de Escuadra
Wars Guerre de Sept Ans
Guerre révolutionnaire américaine
Guerres révolutionnaires
batailles Bataille d'Ouessant
Bataille du Cap St Vincent.
commandant Artésien
Vengeur
hercule
courageux
Conde de Regla
décorations voir ici
publications voir ici
[citation nécessaire]
entrées militaires sur Wikipédia

Claude-Marguerite de Renart Fuchsamberg (Rochefort, 8 novembre 1736 - Cap St Vincent, 14 février 1797) Ce fut un amiral français, naturalisé espagnol au cours de la Révolution française. En tant que commandant d'une division des navires de guerre de l'équipe de ligne lieutenant général José de Córdova y Ramos il a participé à la Bataille du Cap St Vincent 1797. Il est l'auteur du volume tactique navale Naval Tactique, sur les ous Traité Évolutions, sur les sur les Signaux et MOUVEMENTS de guerre publié en France en 1788.

biographie

Il est né à Rochefort dans la région Charente-Maritime, le 8 Novembre 1736 fils de Claude-Thomas de Renart Fuchsamberg second marquis de Amblimont, seigneur de Saint-Fort-sur-Gironde, et son épouse, Marguerite de Saint-Michel pour.

Il est enrôlé jeune dans Marine royale en Décembre 1751, encadrée dans un société de midshipman, sur 1753 Il a participé à la campagne de Antilles, être promu au grade de lieutenant 23 mai 1754. Le 17 Juillet de la même année, il épousa la nobile Marie-Anne de Chaumont de Quitry.[N 1] La cérémonie a eu lieu à Cachan, dans la chapelle du château du duc de la Force, un parent de la mariée, la présence du roi Louis XV et de la reine Maria Giuseppina, et l'année suivante a participé à une nouvelle expédition aux Antilles.

Le service dans la Marine Royale

Déjà connu pour sa capacité à commander et à manœuvrer, puis il se lance dans le navire sous le commandement du duc de Bourgogne, encadrée dans l'escadre de l'amiral Emmanuel-Auguste Cahideuc Dubois de La Motte. en 1759 commande de la supposée frégate gendarmerie maritime Sardoine basée à Rochefort. Promu lieutenant 2 de agosto 1760, deux ans plus tard, il reçut le commandement de la corvette etourdie, et 1763 de même héroïne. En prenant en 1766 la commande de la frégate dédaigneuse dans la chambre Santo Domingo, puis en 1770 frégate Tourterelle, Base Martinique. Récompensé par le titre de Chevalier de l'Ordre militaire de Saint-Louis en Juin 25 1770,[1] en Novembre de cette année qu'il portait à bord de son navire, le nouveau gouverneur de Martinique, Louis Florent de La Vallière[N 2][2]. Les 1 Octobre, 1770 1 764 il a été promu capitaine frégate,[1] et 18 Février, 1772 est monté au rang de capitaine de la mer, et 1776[3] sous le commandement de la frégate diligent Il a été encadré dans l'évolution des commandes de l'équipe contre-amiral Louis Charles du Chaffault de Besné.

au début 1778 Il passa sous le commandement de navire 64 canons Artésien, passant ensuite sur pariclasse Vengeur[4] qu'il a navigué de Brest le 18 Juillet ainsi que d'autres navires. Comme le jour 24, il était avec son navire en mer ainsi que les frégates La Belle Poule[4] et sensible, Il a entendu le bruit de plusieurs coups de feu. Comme il approchait du lieu d'origine a vu un corsaire britannique,[4] la Saint-Pierre, il avait attrapé le 'Aquilon[4] un navire appartenant à la Compagnie française des Indes de Chandernagor avec une précieuse cargaison de marchandises. Engagé combats avec Corsaire a réussi à capturer,[N 3] et pour libérer le marchand, puis l'escortant Sant Peter Lorient.[4] Le 27 Juillet, les points suivants ont participé à la Bataille d'Ouessant,[4] et le 13 Août prochain combat d'engagement avec le vaisseau anglais de 50 canons Warwik,[5] mais il a refusé la bataille et se éloignaient poursuivi pour un court tronçon de la Vengeur.[5] promu brigadier, en 1779 Il a pris le commandement du navire de 74 canons hercule[6] conformément à l'équipe de l'amiral Louis Guillouet, comte de Orvilliers, forte de 28 navires, deux frégates et 10 navires plus petits. De Brest Navigué le 3 Juillet, l'équipe française sera réunifiée[5] Espagnol avec ceux de Cadix et El Ferrol[6] respectivement, sous le commandement de Don Luis de Córdova y Córdova et Don Antonio de Arce, le total des solides de 39 navires, 9 frégates et 6 entre corvettes et bricks. la lieutenant général de Córdova y Córdova[N 4] Il a pris le commandement de la flotte espagnole. Le but de la mission conjointe était de faire face à l'escadre anglaise, mais en raison de mauvaises conditions météorologiques le long de la côte[6] Anglais le combat n'a jamais eu lieu, et les deux flottes se séparèrent retourner dans leurs ports de départ.[6]

Claude-Marguerite de Renart Fuchsamberg
La bataille d'Ouessant en 1778 dans une peinture à l'huile sur toile du peintre Théodore Gudin.

en Avril 1780 Il a été transféré à la flotte du service Antilles puis sous le commandement de Luc Urbain du Bouëxic de Guichen,[7] où il se distingue dans trois batailles successives contre la flotte anglaise de l'amiral George Brydges Rodney a eu lieu le 17 Avril et le 19 mai.[7] La première a eu lieu dans le canal Dominique, tandis que les deux autres près de l'île de Sainte-Lucie.[7] De retour en France 23 Octobre, 1780,[7] en Septembre 1 781 le roi[8] Il a conféré le commandement du nouveau navire de 74 canons courageux,[N 5] qu'il met les voiles le 30 Décembre aux Amériques. A seulement en raison des conditions météorologiques courageux et Triomphant,[8] sous le commandement de Louis-Philippe Rigaud, Vaudreuil comte (fils)[8] Ils escortaient le convoi, tandis que d'autres navires sont rentrés au port à Brest.[8] Les deux navires ont atteint l'équipe de l'amiral François Joseph Paul de Grasse Ce aux Antilles, le 2 Février.[9]

Le 12 Avril, 1782 Il a pris part à la Bataille des Saintes[9] et une fois de retour en France après vingt-deux mois de campagne, le 19 Janvier 1783 Il a assisté au mariage[N 6] sa fille Beatrice avec le lieutenant-lieutenant Jean-Joseph-Paul comte de Lage de Volude. Au cours d'une période de repos passée à son domicile Saint-Fort-sur-Gironde,[N 7] en Gironde, il a écrit le volume Naval Tactique, sur les ous Traité Évolutions, sur les sur les Signaux et MOUVEMENTS de guerre ,[N 8] qui a pris fin en 1787 Elle a été créée au King Louis XVI.

Le service Española nell'Armada

Le 20 Août, 1784 il est devenu Chef d'Escadron, et en Janvier 1792 au cours d'une phase de réorganisation de la marine, qui a eu lieu en pleine révolution française, vice-amiral. Ne pas tolérer les excès révolutionnaires, en 1795 églises, par la médiation de la comtesse Montijo, en déplaçant le Roi pour Espagne Charles IV afin de poursuivre la lutte contre les Britanniques. Cette demande a été acceptée, et est allé avec le grade de nell'Armada Jefe de Escuadra maintenir le titre noble Marquis de Amblimont.

Le 1er Février, 1797[10] il a navigué de Cartagena commandant une division de la ligne de la flotte lieutenant général Don José de Córdoba y Ramos, Il soulève son navire imposant la norme de 112 canons Conde de Regla.[N 9] Amiral de Cordoba y Ramos leva son imposant navire enseigne la quatre ponts de 144 canons Santisima Trinidad.[11]

Le 14 du même mois, l'équipe espagnole engagée se battre avec l'amiral anglais Sir John Jervis dans les eaux de Cap St Vincent. Au cours de l'affrontement d'une balle canon la coupe en deux le corps tuant instantanément. Le corps a été enterré plus tard en mer avec tous les honneurs militaires, enveloppé dans le drapeau espagnol.[N 10] le navire Conde de Regla Il était l'un des navires britanniques qui sont mieux comportés au cours des étapes de la bataille.

Pour rappeler la mémoire avec le Real Orden 5 Novembre 1879, Armada a placé une plaque dans Pantéon de Marinos dans Ilustres Cadix.

honneurs

chevalier de' src= Saint-Louis Knight
- 25 Juin, 1770[1]
commandant de' src= Commandeur de l'Ordre de Saint-Lazare
- 9 Août 1769[12]
  • Insignes de l'Ordre de Cincinnati (États-Unis d'Amérique)

publications

  • Naval Tactique, sur les ous Traité Évolutions, sur les sur les Signaux et MOUVEMENTS de guerre, P.-F. Didot le jeune, Paris, 1788.

notes

remarques

  1. ^ La comtesse de Amblimont est mort Saintes 4 mai 1812. De cette union sont nés deux fils: Louis-Jean Casimir-de Renart Fuchsamberg de Amblimont, godson du roi Louis XV et Madame de Pompadour, baptisé le 26 Septembre 1763, et est mort à un jeune âge, et Béatrix de-Étiennette Renart Fuchsamberg de Amblimont, né à Paris le 17 Avril, 1764, il Mariage 13 Janvier, 1782 par Joseph-Paul-Jean, le comte de Lage de Volude. Dame d'honneur princesse de Lamballe, Comtesse de Lage de Volude est mort en Baden 7 décembre 1842.
  2. ^ Louis Florent de La Vallière, dit le chevalier de la Vallière, est né le 19 Juin, 1721 et est mort à Port-au-Prince le 15 Avril, 1775. Chevalier de l'Ordre de Saint-Louis, était colonel de la Royale Légion, brogadiere générale du 20 Février, 1761 , le lieutenant général du 25 Juillet 1762, puis maréchal. Nommé gouverneur de la Martinique en 1770, puis déplacé le 30 Avril 1772 à Santo Domingo, en remplaçant le gouverneur Pierre de Nolivos Gédéon.
  3. ^ A cette occasion, il a été capturé l'équipage de 150 personnes.
  4. ^ Louis de Córdova y de Córdova avait navigué de Cadix avec son équipe le 23 Juin.
  5. ^ Le navire venait de quitter le chantier à Rochefort et devait atteindre les Antilles.
  6. ^ L'acte de mariage porte la signature du roi et de la reine et de nombreux membres de la famille royale.
  7. ^ Ici, il a passé la majeure partie de son enfance.
  8. ^ Ce travail est cité ci-après Tratado de señales de día y de noche de ataques et hipótesis y defensas, recherché par personnel la marine espagnole et à droite imprimé au Imprenta Real de Marina en 1804.
  9. ^ Ce navire était le navire commandé par le capitaine don Jerónimo Bravo.
  10. ^ Elle a écrit le don Juan de Langara y Huarte Charles IV: El Deja Amblimont générale la Marina Española el recuerdo de un jefe de talent y de un soldado sin igual. Me gusta pensar que en los sur la figure brillará Anales de Nuestra Armada avec gloire y d'honneur.

sources

biographie

  • (ES) Juan Ruiz de Apodaca, Facultativa Defensa Militar y que MARINERA expose le Consejo don Juan Ruiz de Apodaca, Cadix, Maunel Ximeñez Carrejo, 1799.
  • (FR) Baron de la Morinière (eds), Beatrix Stéphanie De Renart Fuchsamber, Souvenirs d'émigration de Madame la Marquise de Lage de Volude, dame de S.A.S. Madame la princesse de Lamballe, 1792-1794: Madame la comtesse lettres de Montijo, Evreux, d'Auguste Hérissey Imprimerie, 1869 ISBN 84-00-08206-0.
  • Luigi Donolo, La Méditerranée à l'ère des révolutions 1789-1849, Pise, Université de Pise Press, 2012, ISBN 978-88-6741-004-0.
  • (ES) Cesáreo Fernández Duro, Marine espagnole desde la union de los reinos de Castille et de l'Aragon. Tomo 8, Madrid, Est. Typographes "Sucesores de Rivadeneyra", 1902.
  • (FR) John B. Hattendorf, Stratégie navale et énergie en Méditerranée: Passé, présent et futur, Abingdon, Frank Cass Publishers, 2013 ISBN 1-136-71317-4.
  • (FR) William James, L'histoire navale de la Grande-Bretagne, de la déclaration de guerre par la France en 1793 à l'avènement de George IV: Une nouvelle édition, avec des ajouts et des notes, ce qui porte le travail vers le bas à 1827 (1902) Vol. 1., Londres, McMillan and Co., 1902.
  • (ES) Antonio Acosta Rodríguez, Adolfo Luis González Rodríguez, Enriqueta Vila Vilar, Guadalupe Chocano, La Casa de la Contratación y la navegación Entre España y las Indias, Madrid, Universidad de Sivilla, 2003 ISBN 84-00-08206-0.
  • (FR) Nicholas Tracy, Batailles de Nelson: Le Triomphe de British Sea Power, Annapolis, Naval Institute Press, 2008 ISBN 1-59114-609-7.
  • (FR) Brian Turnstall, La guerre navale dans l'ère de la voile, l'évolution des tactiques de combat 1650-1815, Londres, Conway Maritime Press, 1990 ISBN 0-85177-544-6.

périodiques

  • Antonio Martelli, La bataille de Cabo São Vicente, en Histoire militaire, nº 249, Parma, Ermanno Albertelli Publisher, Juin 2014, pp. 20-30.

liens externes