s
19 708 Pages

Charles Henri Dumesnil
4 décembre 1902 - le 22 Juillet 1988
né en Chanu
mort en Paris
données militaires
pays servi France France
Forces armées Marine nationale
Années de service 1888-1940
degré Vice-amiral
Wars Première Guerre mondiale
Guerre gréco-turque.
Guerre mondiale
campagnes Dardanelles Campagne
décorations voir ici
publications voir ici
les données de Dictionnaire des français marins [1]
entrées militaires sur Wikipédia

Charles Henri Dumesnil (Chanu, 4 décembre 1868 - Paris, 29 décembre 1946) Il était un 'amiral français, qui était l'un des protagonistes de l'évacuation de l'armée serbe de l'Albanie au cours de Première Guerre mondiale. Après la guerre, il a exercé ses fonctions de haut, était chef de la délégation française à la Commission de contrôle naval Berlin (1920), Préfet maritime de Brest, et commandant en chef du Club Méditerranée (1924), Membre du Conseil suprême de la Marine, et inspecteur général des forces navales en Méditerranée. Il a pris sa retraite du service actif en 1926, après le déclenchement de Guerre mondiale, octobre 1939, il est retourné au service actif comme inspecteur général des travailleurs indigènes au ministère du Travail, poste qu'il a occupé jusqu'en Juillet 1940.

biographie

Il est né à Chanu 4 Décembre 1868[2] et il est entré dans l'Académie navale en Octobre 1885, et il est apparu comme un aspirant le 4 Octobre 1888. Il a siégé navire de guerre ravage, appartenant à l'évolution de l'équipe, en passant ensuite sur le croiseur La Perouse, la division Terre-Neuve, en 1890.[1] de retour sur ravage, il a travaillé dans Levante, être promu midshipman 27 mai 1891. L'année suivante a été transféré au navire de guerre Duperré Amiral, et 1893 sur 'avertissement Porvoyeur, en vigueur à la station navale Tahiti.[1] Il a participé à la campagne de levés hydrographiques îles Gambier, obtenir en Octobre 1896 une mention élogieuse. Transféré au service hydrographique, puis il a servi sur le service de notification d'expédition Aube, être promu lieutenant 2 janvier 1898.[1] entre 1899 et 1900 commandé le société d'atterrissage le navire de guerre Brennus, conformément à l'équipe Méditerranée et il se distingue pendant l'arraisonnement du Framee.[1] en 1902 Il a pris en charge officiel Efficace à l'école sur les artilleurs Couronne, l'obtention du canonnier de brevet et en supposant que la position de la tête dell 'artillerie sur 'croiseur blindé Aube Amiral opérant dans La Manche.[1] en 1905 il est devenu un élève de l'Ecole Supérieure de Maritime, qui est sorti en 1906 avec les honneurs, devenant manœuvre officiel à bord du navire de guerre Jena.[1]

Charles Henri Dumesnil
le navire de guerre Jena dans une photo prise par Arsène Lapine, et publié dans le journal illustration Mars 1907 dans.

aide Amiral commandant la 2e division de l'équipe de la Méditerranée, il a été distingué par le courage et l'énergie démontré lors de l'explosion catastrophique Toulon de Jena,[N 1] le 12 Mars 1907.[1] Secrétaire général entre la 2e division, 1907 et 1908 Il était commandant de la destructeur Arbalète opérant en Méditerranée puis, au début de 1911, Il est devenu aide-de-camp du ministre de la Marine de Boué de Lapeyrère.[1] promu capitaine frégate Avril de cette année, est principalement responsable de la fourniture des matériaux, il est alors plus 1912 il a été nommé Secrétaire général la 2e division de la 2e équipe, de se lancer dans Battleship justice, fonctionnant dans la région méditerranéenne.[1] Chef adjoint de cabinet Ministre de la Marine 1914, après le déclenchement de Première Guerre mondiale Il a pris le commandement du croiseur blindé Latouche-Tréville,[2] se distinguant au cours de la Campagne des Dardanelles[2] protéger précisément les opérations de la force expéditionnaire débarqué à Koum-Kaleh et Sedd-ul-Bahr.[1] Capitaine de navire octobre 1915, Il a mentionné deux fois l'ordre du jour l'armée pour son travail dans l'exploitation de Dardanelles (Avril à Juin), chef d'état-major de la 3e équipe, a été l'un des principaux architectes de l'évacuation "armée de Serbie.[1] en Septembre 1916 Il se distingua lors des opérations de sauvetage navire de transport Arcturus.[1]

Charles Henri Dumesnil
Le croiseur blindé Latouche-Tréville portrait dans une carte postale.

Publié dans Mission Russie en tant que délégué à la commande en chef de flotte impériale à Saint-Pétersbourg, Il a obtenu deux mentions élogieuses solennelles lors des opérations de sauvetage en navire de guerre Imperatritsa Mariya est passé dans Sébastopol en Janvier 1917.[1] Commandant de la division de patrouille opérant dans la Méditerranée orientale (1918)[2] les opérations de sauvetage commandées Monastir recevoir les félicitations du ministre Georges Leygues pour les services importants rendus dans mer Egée.[1]

promu vice-amiral dans Mars 1919, Il était chef de la délégation française à la Commission de contrôle naval[2] à Berlin (1920), Elle a commandé la division légère de l'équipe méditerranéenne[2] prendre part à l'évacuation de la Crimée.[3] Il réorganise les services de la Marine puis Constantinople, se distinguant dans le sauvetage de la colonie française de Smyrne feu pendant la nuit 13-14 Septembre 1922, eu lieu au cours de la Guerre gréco-turque. Vice-amiral janvier 1923, Il était alors préfet de mer Brest, et commandant[2] la tête de l'équipe en Méditerranée 1924. Devenu membre du Conseil suprême de la Marine, Inspecteur général des forces navales en Méditerranée, il a quitté le service actif 1926.[2] L'historien Etienne Taillemite n'a pas hésité à écrire sur lui qu'il avait une carrière extraordinairement réussie.[4] en Octobre 1939, après le déclenchement de Guerre mondiale, il est retourné au service actif comme inspecteur général des travailleurs indigènes au ministère du Travail,[2] poste qu'il a occupé jusqu'en Juillet 1940.[1] Il est mort six ans plus tard Paris, 29 décembre 1946.[2]

honneurs

chevalier de' src= Chevalier de la Légion d'honneur
- 3 Février, 1903[5]
officier de' src= Officier de l'Ordre de la Légion d'honneur
- 24 Juillet, 1912
commandant de' src= Commandeur de l'Ordre de la Légion d'honneur
- 15 Octobre, 1920
magnifique' src= Grand Officier de l'Ordre de la Légion d'honneur
- le 29 Décembre, 1923
Croix de Guerre française de 1914-1918 - ruban ordinaire uniforme Croix de Guerre française de 1914-1918

publications

  • Souvenirs de guerre d'un vieux Croiseur (1914-1915), Plon-Nourrit et Cie, Paris, 1922.

notes

remarques

  1. ^ Sur un équipage de 630 hommes, y compris les officiers, le bilan officiel était de 37 blessés, dont l'amiral légèrement Henry Louis Manceron, et 118 morts, dont sept officiers, et parmi eux le commandant du navire, le capitaine navire Adigard.

sources

  1. ^ à b c et fa g h la j k l m n ou p Tallandier 2002, p. 154-155.
  2. ^ à b c et fa g h la j Paul Halpern, La flotte de la Méditerranée, 1919-1929, Routledge, Londres, 2016.
  3. ^ Mungo Melvin, Sébastopol Wars: la Crimée de Potemkine à Poutine, Osprey Publishing Company, Botley 2017.
  4. ^ Tallandier 2002, p. 155.
  5. ^ http://www.culture.gouv.fr/Wave/savimage/leonore/LH100/PG/FRDAFAN84_O19800035/14/1716.htm

bibliographie

  • (FR) Paul Halpern, La flotte de la Méditerranée, 1919-1929, Londres, Routledge, 2016, ISBN 1-31702-415-X.
  • (FR) Mungo Melvin, Sébastopol Wars: la Crimée de Potemkine à Poutine, Botley, Osprey Publishing Company, 2017, ISBN 1-47282-227-7.
  • (FR) Etienne Taillemite, Dictionnaire des français marins, Paris, Tallandier, 2002.
  • (FR) Max Fram, La mère patrie des Eléphants, Max Fram Publié 2016 ISBN 1-32655-408-5.

liens externes

Articles connexes

autorités de contrôle VIAF: (FR274831130 · ISNI: (FR0000 0003 8434 4339 · GND: (DE1057583065 · BNF: (FRcb118438620 (Date)