s
19 708 Pages

Bomilcare (III siècle avant JC - ...) il a été amiral carthaginois.

biographie

Il a combattu pendant la Deuxième Guerre punique, il a vu Carthage lutter contre Rome pour le contrôle de mer Méditerranée. Il était présent à Bataille de Cannas (216 avant JC).[1] Avec les soldats envoyés de Carthage renfort, ainsi que des éléphants et des fournitures, approché Locri (215 avant Jésus-Christ). Ensuite, la même, en réussissant à ne pas être surpris par le juge d'instruction, Appio Claudio Pulcro, Il a atteint Hannon dans le Bruttium. Il était assis derrière les Locriens qui, peu après, a fermé les portes de leur ville face aux Romains. Appio a alors choisi d'aller avec la flotte à Messine.[2]

Bomilcare commandait la flotte carthaginoise pendant 'Siège de Syracuse. Il était le père d'Hannibal, qui siège posé sans succès à la ville de Iliturgi (Près de la moderne Mengíbar), Qui a été adoptée par les Romains, avec son bateau deux frères, Hasdrubal et magone.[3]

en 214 BC, Il a été envoyé avec 55 navires à l'aide de Syracuse, puis assiégée par les Romains, mais, ne pouvant faire face à la supériorité de l'ennemi, il se retira en Afrique[4]. Deux ans plus tard (en 212 avant J.-C.), il est encore envoyé à Syracuse avec 100 navires.[5] À la suite de la peste est mort Hippocrate et Imilcone,[6] Bomilcare est ensuite retourné à Carthage pour demander l'aide. Parti de Carthage avec 130 navires de guerre et 700 cargo, a rencontré des vents très favorables à la Sicile, mais ces mêmes vents l'a empêché de surmonter la Pachino promontoire.[7] Épicyde, conscient des difficultés rencontrées par la flotte carthaginoise et craignant qu'il retournerait en Afrique, a donné le Acradina les chefs des soldats mercenaires et à gauche avec la flotte pour répondre à Bomilcare. L'amiral carthaginois atteint, Épicyde l'a poussé à tâtons sa chance avec une collision en mer contre les Romains. Marcello puis, ayant appris que les Siciliens se rassemblaient une armée pour attaquer par voie terrestre et Bomilcare était maintenant près de la ville, bien que le proconsul romain de moins de navires sur place, a décidé d'empêcher l'accès à Syracuse carthaginoise amiral.[8]

Dès que le vent Euro Il cesse de souffler, et Bomilcare Épicyde déplacé à nouveau dans la direction de Syracuse Pachino. Comme l'amiral carthaginois a vu d'approcher la flotte romaine à proximité de la pointe, saisi par la peur soudaine, il a enlevé et envoyé des messagers à Eraclea Minoa tous les navires cargo avec commandes de revenir en arrière en Afrique. Lui-même, cependant, a dépassé la Sicile tête Taranto. Épicyde, quand il se rendit compte qu'il n'y avait aucun espoir d'atteindre Syracuse, Agrigente a navigué sur, en attendant de voir ce qui se passerait, plutôt que de préparer un plan pour sauver sa ville.[9]

Plus tard, quand les Romains Taranto assiégeaient, l'amiral carthaginois, Bomilcare, qui paie une énorme flotte envoyée pour aider les assiégés, incapable de donner une aide à la ville assiégée, entourée de tous les côtés des Romains, épuisé tous ses approvisionnements alimentaires et a été forcé à partir.[10]

notes

  1. ^ Livio, XXIII, 13h41.
  2. ^ Livio, XXIII, 41,10 à 12.
  3. ^ Livio, XXIII, 49,5 à 14.
  4. ^ Livio, XXIV, 36.
  5. ^ Livio, XXV, 25,11 à 13.
  6. ^ Livio, XXV, 26,13 à 15.
  7. ^ Livio, XXV, 27,4.
  8. ^ Livio, XXV, 27,5 à 9.
  9. ^ Livio, XXV, 27,10 à 13.
  10. ^ Polybe, IX 9.11.

bibliographie

sources primaires
  • (GRC) Appiano di Alessandria, Historia Romana (Ῥωμαϊκά), VII et VIII. Version en anglais ici.
  • (GRC) Polybe, Nouvelles (Ἰστορίαι), III-XV. Versions disponibles en anglais ici et ici.
  • (GRC) Strabon, géographie, V. English version disponible ici.
  • (LA) Tito Livio, Ab Urbe livres chevronnés, XXI-XXX. Wikisource-logo.svg
  • (LA) Tito Livio, Periochae, 21-30. Wikisource-logo.svg
Sources de historiographiques modernes
  • Giovanni Brizzi, Histoire de Rome. 1. Des origines à Actium, Bologne, Patron, 1997 ISBN 978-88-555-2419-3.
  • Guido Clemente, La guerre contre Hannibal, en Einaudi Histoire des Grecs et des Romains, XIV, Milan, Il Sole 24 ORE 2008.
  • Theodor Mommsen, Histoire de la Rome antique, vol.II, Milan, Sansoni, 2001 ISBN 978-88-383-1882-5.
  • André Piganiol, La conquête romaine, Milan, Basic Books, 1989.
  • Howard H.Scullard, Histoire du monde romain. Depuis la fondation de Rome à la destruction de Carthage, vol.I, Milan, BUR, 1992 ISBN 88-17-11574-6.