s
19 708 Pages

avertissement
Les informations ne sont pas des conseils médicaux et ne peut pas être précis. Le contenu est uniquement à des fins d'illustration et non un substitut à un avis médical: lire les avertissements.
bekanamycin
Bekanamycin.png
nom UICPA
(2S,3R,4S,5S,6R) -4-amino-2 - {[(2S,3R,4S,6R) -4,6-diamino-3 - {[(2R,3R,4R,5S,6R) -3-amino-6- (aminométhyl) -4,5-diidrossiossan-2-yl] oxy} -2-hydroxycyclohexyl] oxy} -6- (hydroxyméthyl) oxan-3,5-diol
Caractéristiques principales
Formule moléculaire ou moléculaire C18H37N5OU10
masse moléculaire (u) 483,51
CAS 4696-76-8
Einecs 225-170-5
code ATC J01F13
PubChem 439318
SOURIRES C1C (C (C (C (C1N) OC2C (C (C (C (O2) CO) O) N) O) O) OC3C (C (C (C (O3) CN) O) O) N) N
Consignes de sécurité

la bekanamycin (Également connu sous le nom aminodeossikanamicina et comment kanamyiina B) Il est antibiotique aminoglycoside naturel, produit par une souche mutante de Streptomyces kanamyceticus. L'antibiotique a une action bactéricide sur les micro-organismes appartenant à la famille des entérobactéries: parmi eux, Escherichia coli, Klebsiella, Salmonella, Proteus, Shigella. Il est semblable à kanamycine à la fois en tant que structure chimique que le spectre d'action et la pharmacocinétique.[1][2][3]

pharmacocinétique

Le médicament est pratiquement pas absorbé dans tractus gastro-intestinal.
Après administration par voie orale sont atteints concentrations intestinales comprises entre 170 et 350 mg / g.
L'excrétion est par les matières fécales.

toxicité

Les valeurs de DL50 chez la souris et le rat sont respectivement de 110,5 et 192 mg / kg par voie intraveineuse et> 6000 mg / kg par voie orale, chez les deux espèces.

utilisations cliniques

Il est indiqué pour les infections intestinales aiguës et chroniques causées par des souches sensibles.[4][5]

doses thérapeutiques

Chez l'adulte, la dose recommandée est de 1-1,5 g / jour. La dose quotidienne peut être augmentée jusqu'à 4 g / jour (60 mg / kg / jour) et doit être divisé en 3-4 doses. Chez les enfants âgés de 2 à 12 ans dosage recommandée est de 40 mg / kg / jour. Dans la petite enfance, le produit doit être administré qu'en cas de nécessité et sous surveillance médicale.

et les effets secondaires indésirables

Le médicament peut causer des nausées, des vomissements, diarrhée, manifestations cutanées de nature allergique.
Il atteint des doses très élevées chez les sujets atteints l'insuffisance hépatique graves ont été observés ototoxicité et la néphrotoxicité.

Contre-indications

Le sulfate de bekanamycin ne doit pas être administré en cas de transit intestinal difficile, l'occlusion intestinale ou subocclusion, l'insuffisance rénale, les syndromes myasthéniques, les syndromes de malabsorption. Si des signes de néphrotoxicité[6][7] et / ou ototoxicité est nécessaire d'arrêter le traitement.

Les traitements combinés avec d'autres médicaments ototoxiques et / ou néphrotoxiques (à titre d'exemple d'autres aminosides, acide éthacrynique, etc.) devraient être évités ou, le cas échéant, doit être suivi avec soin et une attention particulière.

notes

  1. ^ Ogawa H, T Ito, Kondo S, Inoue S, Chimie de kanamycine. V. La structure de la kanamycine, en J. Antibiot., vol. 11, nº 4, Juillet 1958, pp. 169-70, PMID 13587408.
  2. ^ Ito T, M Nishio, Ogawa H, La structure de la kanamycine B, en J. Antibiot., vol. 17, Septembre 1964, p. 189-93, PMID 14235485.
  3. ^ Koyama G, Iitaka Y, K Maeda, Umezawa H, La structure cristalline de la kanamycine, en Tetrahedron Lett., vol. 15, Février 1968 pp. 1875-9, PMID 5640296.
  4. ^ (JA) Kagiwada S, S Hoshino, [L'expérience clinique avec aminodeoxykanamycin ( « Meiji » Kanendomycin) dans le traitement de la dysenterie bacillaire], en Jpn J Antibiot, vol. 23, nº 3, Juin 1970, pp. 233-6, PMID 4920334.
  5. ^ (JA) Naito D, Kobayashi M, C Imai, Yamada S, Ito H, [Résultats thérapeutiques de la dysenterie avec aminodeoxykanamycin (Kanendomycin 'Meiji')], en Jpn J Antibiot, vol. 23, nº 3, Juin 1970, pp. 237-9, PMID 4920335.
  6. ^ Jura R, Roccamo B, Donghi M, Landriscina M, [Néphrotoxicité des aminosides], en G Ital Chemioter, vol. 26, 1-2, 1979, p. 297-300, PMID 554820.
  7. ^ (DE) Beck H, Eikenberg P, K Sack, [Etude expérimentale sur la tolérance rénale des aminosides et butirosine bekanamycin (l'auteur Trad)], en Arzneimittelforschung, vol. 30, n ° 2, 1980, pp. 288-94, PMID 6155127.

bibliographie

  • Murase et al., J. Antibiot. 14A, 156, 1961
  • Cron et al., J. Am. Chem. Soc. 80, 4741, 1958
  • Murase, ibid. 14A, 367, 1961
  • Hichens, Rinehart, J. Am. Chem. Soc. 85, 1547, 1963
  • Umezawa et al., Bull. Chem. Soc. Japon 39, 1244, 1966
  • Suzuki et al., J. Antibiot. 23, 99, 1970
  • Zeltser et al., Antibiotiki 19, 552, 1974
  • F. Di Nola et al., Minerva Med. 70, 1803 1979
  • A. Guerrieri et al., Clin. Med. 82, 25, 1975
  • P. J. Claes et al. en Profils d'analyse des substances médicamenteuses, vol. 6, K. Florey, éd., Academic Press, New York, p. 259, 1977