s
19 708 Pages

AmigaOS
logo
promoteur Commodore Amiga, Inc. (1,0 à 3,1)
Haage Partner (03.05 à 03.09)
Hyperion Entertainment (4,0-4,1)
OS famille Amiga OS
sortie initiale (23 Juillet, 1985; il y a 32 ans)
sortie courant Edition définitive 4.1 (18 Décembre, 2014; il y a 2 ans)
Type de noyau micronoyau atypique
Plates-formes soutenu Motorola 68k, PowerPC
les interfaces utilisateur graphiques graphique
Type de licence Les logiciels propriétaires
Stade de développement en cours
prédécesseur Tripos
successeur AROS
site Web

AmigaOS est le le système d'exploitation de plate-forme informatique Amiga.

histoire

AmigaOS est né en 1983 et il a été considéré comme système d'exploitation pour coordonner le potentiel matériel un prototype de ordinateur appelé "Lorraine" développé par Salut-Toro, plus tard rebaptisé Amiga Corporation.

Bien que de nombreuses régions de Lorraine en 1983 avaient pas encore été fait, déjà à ce moment-là Dale chance et un groupe d'ingénieurs travaillaient sur la conception du système d'exploitation qui accompagnerait la nouvelle machine, simulant loin logiciel matériel non encore disponibles par une postes de travail soleil. A la fin de 1983, le système d'exploitation offre déjà un 'GUI avec des fenêtres et des menus: toute la gestion graphique avait été fait (intuition) Et mis en œuvre par conçu Robert J. Mical; tout était contrôlé par un micronoyau (Exec) Créé par Carl Sassenrath.

en 1984 Lorraine projet avec la Société Amiga a été acheté par Commodore international, à ce moment-là le système d'exploitation était encore incomplète, donc Commodore a décidé de mettre de côté certains éléments du projet (CHAOS) Et il a essayé d'intégrer des fonctions loin de ce que Jay Miner et son équipe avait mis au point. Pour terminer le projet rapidement, Commodore a commandé MetaComCo, une société de développement, l'intégration du système d'exploitation Tripos Lorraine dans le système d'exploitation. De cette intégration, qui était directement responsable Tim King, il est né sur la forme AmigaDOS.

en 1985 a finalement été commercialisé le premier ordinateur dérivé du projet Lorraine, Amiga 1000, coordonné par un système d'exploitation qui a été appelé plus tard un AmigaOS.

traits

AmigaOS est un système d'exploitation mono-utilisateur multiprogrammation et se distingue par:

  • multi-tâches préemptif: Round Robin priorité
  • L'architecture modulaire à la mémoire dynamique basée sur micronoyau Exec (ExecSG à partir de la version 4)
  • Interrompre programmable en temps réel et avec une faible latence
  • Pas de protection de la mémoire (jusqu'à la version 3.9) / Protection limitée de la mémoire (de la version 4)
  • Design 32 bits
  • dispositifs programmables accessibles à partir système de fichiers
  • Prise en charge des bibliothèques partagées
  • Communications inter-processus très rapides (messages IPC passés par référence)

Amiga Executable Hunk

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Amiga Hunk.

Les exécutables Amiga sont formés Amiga Hunk jusqu'à la version 3.9. A partir de la version 4.0, et donc aussi pour les systèmes d'exploitation Amiga comme AROS et MorphOS, les développeurs ont préféré adapter la norme ELF.

Le format Amiga Hunk prévoit que l'exécutable est interne divisé en plusieurs segments, dit tout gros morceau, qui peut accueillir à la fois le code, à la fois les données exécutables. Le fichier exécutable est détecté par le système à travers une séquence hexadécimal en-tête spécial-mail (tête) Du même fichier exécutable, appelé dans le jargon que les « cookies magiques » (magie cookie), analogue à nombre magique monde Unix.

versions

Ils ont été mis à disposition sur les quatre versions du marché AmigaOS:

AmigaOS1.x

La commercialisation de l'Amiga 1000 1985 Il a présenté au public la première version de son système d'exploitation: AmigaOS 1.0. De nombreuses parties de AmigaOS 1.0 ont été écrites avec la langue BCPL et avait déjà le système multi-tâches préemptif, GUI Couleur et la chance d'avoir pour chaque programme selon un écran graphique indépendante, la résolution et le nombre de leurs couleurs. Chacun de ces écrans est draggable avec la souris, ce qui permet à l'utilisateur de voir le travail qu'ils faisaient d'autres programmes en « arrière-plan » (c.-à-technique « non prioritaires »), et a donné à tout spectateur, une vision de grand impact, montrant le concept fonctionne réellement, sinon abstraite de ce qui avait préemptive Amiga multi-tâches.

Avec la version 1.3, il a été introduit aussi AutoConfig, lequel il sera connu que dans ces derniers temps, sur d'autres systèmes tels que Plug and play et FastFileSystem.

AmigaOS2.x

La version 2 a accompagné la deuxième génération de l'ordinateur Amiga 1990; Il a subi une grande transformation des parties vitales en langue assemblage 68000 de la version précédente. Cette deuxième version contient de nombreux changements, l'interface graphique le plus visible concerne qui a comporté un nouveau look pseudo-3D et de nouveaux personnages vectoriel. On a également ajouté: GadTools, ASL et « Système de programmation de base orientée objet pour Intuition ». Il a également été ajouté à l'interprète de langue REXX. Il a finalement été présenté à l'appui "produits« Qui s'étendent principalement la fonctionnalité de gestionnaire d'entrée utilisateur et la variante de Amiga Filesystem appel international.

  • en 1992 Il a été vendu la dernière mise à jour de la version 2 de l'AmigaOS: AmigaOS 2.1. Cet examen de certaines fonctionnalités et amélioré dans les versions ultérieures de AmigaOS, comme mécanisme de localisation le système d'exploitation et des programmes dans votre langue, le système hypertexte AmigaGuide et CrossDOS, un programme de système qui lit les périphériques de stockage formatés avec le système de fichiers FAT (16/12/32) de windows.

AmigaOS3.x

Avec la version 3 de la AmigaOS 1993 certaines parties ont été écrites directement en C et ils ont été introduits de nombreuses nouvelles fonctionnalités à la fois techniques et conceptuelles. Graphiquement l'interface graphique AmigaOS a acheté un style plus en trois dimensions grâce aux améliorations importantes apportées à GadTools et ASL. Ils ont fait leurs débuts parmi les nombreuses nouvelles technologies: Type de données (Un système modulaire extensible qui permet aux programmes qui exploitent l'accès à de nombreux types de fichiers) et MultiView (Un programme de système grâce à l'utilisation de types de données permet l'affichage d'un certain nombre de formats de fichiers vidéo et audio). Même le module AmigaDOS a subi de nombreuses améliorations, par exemple, le système de fichiers a vu soutien dur et liens souples, ainsi que la gestion des blocs de cache utilisés pour les répertoires (DCFS). Il a finalement été amélioré format hypertexte AmigaGuide.

  • L'examen de 3.5 AmigaOS 1999 Il a introduit un grand nombre d'autres nouveautés, parmi les plus importantes pour l'introduction d'une norme pour les médias sur le disque dur avec des capacités supérieures à 4 Go (NSDPatch), Portant la limite maximale pour un dispositif Amiga 264 bit = 36.893.488.147.419.103.232 bits ou, dit en octets: ie 4 4,611,686,018,427,387,904 Exabyte. En outre, la nouvelle version a augmenté la possibilité d'interagir d'une manière plus cohérente avec le système grâce à des combinaisons de touches, un support complet pour les lecteurs de CD-ROM, la capacité de contrôler et d'étendre la fonctionnalité à travers Workbench ARexx, l'extension BOOPSI par le biais de nouvelles classes réaction et les icônes en 256 couleurs en standard.
  • Dans AmigaOS 3.9 2001, dernière mise à jour du système d'exploitation pour les processeurs Motorola 680x0, ont été corrigés de nombreuses autres bogues, développé de nouvelles API, La réaction a ajouté de nouvelles classes et d'améliorer ceux qui existent déjà. Ils ont également été mis en œuvre des fonctionnalités mineures mais utiles comme des bibliothèques mathématiques pour ARexx. AmigaOS 3.9 a également vu la mise en place de nouveaux outils système comme AmiDock, DefIcons, RAWBInfo (Qui est devenu interface disponible type de réaction pour les icônes des fenêtres d'information) trouver (Fonction essentielle pour tracer simplement le fichier); BenchTrash (pour l'amélioration du « panier » de chaque partition). Et pourtant, le paquet XAD (Pour déballer de nombreux types d'archives) et ASyncWB, sur la base des API introduites dans AmigaOS 3.9, qui ont fait de nombreuses fonctions asynchrones établi.

Cependant, le système, est resté très attaché à puce personnalisée plate-forme matériel Amiga. L'absence de protection de la mémoire a rendu le système d'exploitation très sensible aux erreurs de programmation: jusqu'à l'avènement de la version 3 du système d'exploitation, il était fréquent d'aider les blocs du système en raison d'erreurs de programmation du système d'exploitation, ou plus souvent des applications qui ne le font pas programmé correctement, ils endommageaient les structures de données du système.

AmigaOS4.x

Depuis la version 4 AmigaOS (2004) Il a été complètement réécrit en langage C, déliement non seulement de l'ancienne architecture matérielle Amiga, mais aussi par les processeurs 68k Motorola. AmigaOS 4 présente un nouveau noyau rétrocompatible (ExecSG) Qui met en œuvre de nombreuses nouvelles technologies comme mémoire protégée, la mémoire virtuelle, le suivi des ressources, pagination mémoire, etc. Chaque module qui fait AmigaOS 4 a été réécrite et ce qui a permis l'introduction de nombreuses nouvelles fonctionnalités de temps recherché par les utilisateurs Amiga comme AmigaDOS déconnectés du code de Tripos FastFileSystem2, une nouvelle Intuition utilisateur entièrement reconfigurable et plus encore.

En 2008, il a publié AmigaOS 4.1 (venir au cours des années à la mise à jour 6, qui se traduit par un système de mise à jour automatique a été intégré). AmigaOS est maintenant un système d'exploitation pour les processeurs PowerPC et accompagne la nouvelle plate-forme matérielle AmigaOne.

composants

Le AmigaOS est principalement composé de trois parties:

Il existe trois principales interfaces qui permettent une interaction entre l'utilisateur et AmigaOS:

  • CLI/ AmigaShell: né du portage de certaines parties du système Tripos
  • ARexx: langage de script interprocessus dérivé de Rexx et introduit à partir AmigaOS2.0
  • établi

Exec

Exec est le micronoyau AmigaOS. Il bénéficie des caractéristiques particulières qui ont fait sa performance la plus efficace par rapport aux autres alternatives. Exec a pour mission de gérer l'ensemble du système, y compris les ressources, tâche, les poteaux de la porte et les feux de circulation.

Exec, jusqu'à la version 3.1, réside sous forme de bibliothèque dans un ROM ainsi que d'autres formes de base de AmigaOS. Cette ROM a été identifié comme Kickstart. Avec la version de Kickstart, il est également possible d'identifier les versions du Exec:

  • Kickstart v0.7 (v27.x)
  • Kickstart V0.9beta (29.x)
  • Kickstart V1.0NTSC (v30.x)
  • Kickstart V1.1NTSC (v31.34)
  • Kickstart V1.1PAL (v32.34)
  • Kickstart V1.2 (v33.180)
  • Kickstart V1.3 (v34.5, v35)
  • Kickstart V1.4beta (v36.16) - jamais distribué. Là-dessus était basé la version 2.0 ensemble
  • Kickstart V2.0 (v36.xx)
  • Kickstart v2.04 (v37.175)
  • Kickstart V2.05 (v37.299, v37.3xx)
  • Kickstart V3.0 (v39.106)
  • Kickstart V3.1 (v40.xx)
  • Kickstart V3.2alpha (v43.1) - jamais distribué. Ce serait la sortie de l'Amiga Walker
  • Kickstart V3.9 (v45.57) - affiché comme "ROM 3.9"; ne résidait pas dans la mémoire ROM, mais mis à jour Exec et d'autres parties de Kickstart V3.1

ExecSG

Dans la version de l'AmigaOS 4, édité par Hyperion, sources Exec ont été totalement réécrits, entraînant un saut générationnel de micronoyau cette le système d'exploitation: « Exec de deuxième génération », dans ExecSG court, est la nouvelle version du noyau AmigaOS. En ExecSG il y a des changements importants par rapport à Exec, qui impliquent à la fois la modification de certains aspects importants du noyau, est la mise en œuvre des fonctionnalités supplémentaires, notamment:

  • couche d'abstraction matérielle (HAL): l'indépendance matérielle substantielle sur laquelle elle exerce ses activités;
  • le suivi des ressources;
  • pour API MMU;
  • partiel protection de la mémoire;
  • nouveau modèle bibliothèques, sur la base des « interfaces »;
  • Il y a une nouvelle direction mémoire entièrement virtualisé et sur la base du mécanisme de pagination et le système d'allocation basée sur la dalle;
  • Il est pris en charge la mémoire virtuelle;
  • Il est intégré, pour la compatibilité avec l'ancien logiciel, un émulateur basé sur les tâches des processeurs 68k qui fonctionne de manière interprétative pour une meilleure compatibilité, en utilisant dans la plupart des cas, l'émulateur JIT Pétunia pour une vitesse plus élevée;

Versions commercialisées précédemment:

  • Kickstart (OS4 noyau) V4.0Developer PreRelease (v50.xx)
  • Kickstart (OS4 Kernel) V4.0Update-1 (v51.11)
  • Kickstart (OS4 Kernel) V4.0Update-2 (v51.19)
  • Kickstart (OS4 Kernel) V4.0Update-3 (v51.28)
  • Kickstart (OS4 Kernel) V4.0Update-4 (v51.32)

AmigaDOS

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: AmigaDOS.

AmigaDOS est l'une des principales formes de AmigaOS et traite des données sur les périphériques de stockage comme disque dur et disquette. Commandé par MetaComCo contre-amiral, AmigaDOS provient principalement du système d'exploitation Tripos écrit en BCPL et il est également responsable de la gestion des tâches spéciales qui sont identifiées individuellement avec le nom de processus. Les processus peuvent accéder à certaines fonctions fournies par la forme AmigaDOS, en particulier celles liées à I / O stockage des médias, à son tour, est relié, à basse altitude, avec AmigaDOS au moyen d'un procédé particulier, connu sous le nom Amiga FileSystem.

ARexx

ARexx est l'interprète officiel de AmigaOS de langue REXX de IBM, connecté au système d'exploitation à partir de la version 2.0, ce qui permet à l'utilisateur de réaliser scénario usage général.

Sa caractéristique la plus intéressante, ce qui rend encore AmigaOS unique et son parc logiciel, est la possibilité de conduire un logiciel qui intègre un « port ARexx », permettant ainsi l'automatisation de certaines tâches (pensez par exemple à la conversion de un groupe d'images à partir de GIF à PNG) Et non seulement que vous pouvez également coordonner plus de travail logiciel, mener des activités non fournies par leurs auteurs. Cela vous permet effectivement de mettre en œuvre des fonctionnalités supplémentaires au logiciel sans qu'il soit nécessaire de modifier le code.

intuition

Nom de l'interface graphique (GUI) Initialement créé par Robert J. Mical. En dépit d'être né en 1985, il a été relativement interface graphique moderne à base de souris, des menus, des fenêtres qui se chevauchent, les événements et tout ce que nous voyons habituellement aujourd'hui windows, Linux et Macintosh et formulée d'abord par photocopier. Son mérite est que, dans ces jours (1985) l'interface standard des systèmes informatiques personnels était encore MS-DOS, interface graphique à caractère, ou seulement sur le clavier alphanumérique classique. Intuition comprend les sous-Graphics, couches, GadTools, ASL, BOOPSI / réaction, Workbench. Depuis la version 4 de l'AmigaOS Intuition permet à l'utilisateur de changer officiellement (sans aucun programme tiers comme il le fait sur d'autres systèmes d'exploitation) tout aspect de l'interface graphique permettant à l'utilisateur la possibilité d'avoir un environnement de travail personnalisé et presque jamais le même à celle d'un autre utilisateur.

établi

Le Workbench ( « établi » en anglais) est le nom donné à l'environnement de bureau disponible sur AmigaOS. Au moment de la commercialisation du défunt contre-amiral à tort, elle a donné le nom à l'ensemble de Workbench le système d'exploitation Amiga, Pour cette raison, jusqu'à la version 3.0 du système AmigaOS a été identifié comme universellement Workbench. Le Workbench est un programme de système, lancé commencent généralement AmigaOS, qui a une interface utilisateur graphique (GUI). Le Workbench utilise des symboles graphiques, a déclaré icônes, avec lequel il est possible d'interagir avec le 'Amiga FileSystem, qui est, système de fichiers offert par AmigaOS.

Une telle représentation iconique est obtenue par le fichier « » .info. Chaque fichier, disque et annuaire que vous croyez besoin d'être toujours visible sur le Workbench offre un fichier personnalisé « .info ». Chaque fichier contient à la fois l'image graphique à associer à l'élément du système de fichiers, et une série d'informations utilisées par Workbench pour la visualiser. En ce qui concerne le fichier typé, à savoir ceux dont vous connaissez le format de fichier, ils sont affichés à partir du Workbench par des icônes par défaut au moyen de l'application du système DefIcons, qui vous permet d'associer les types de fichiers non seulement les icônes, mais aussi pour les applications qui ont besoin de les traiter, grâce à une base de données facilement extensible.

Les versions Workbench commercialisés à ce jour sont les suivants:

  • Workbench 1
    • Workbench 1.0 (v30)
    • Workbench 1.1 (v31.34)
    • Workbench 1.2 (v33.xx)
    • Workbench 1.3 (v34.xx)
    • Workbench 1.4beta (v36.1xx)
  • Workbench 2
    • Workbench 2.0 (v36.6x)
      • Workbench 2.4 (v37.6x)
      • Workbench 2.5 (v37.7x)
    • Workbench 2.1 (v38.36)
  • Workbench 3
    • Workbench 3.0 (v39.29)
    • Workbench 3.1 (v40.42)
    • Workbench 3.1beta, localisation japonais (V41)
    • Workbench 3.2alpha (v42)
    • Workbench 3.5 (v44.x)
    • Workbench 3.9 (v45.x)
  • 4 Workbench
    • Workbench 4.0PreRelease (v50.x)
    • Workbench 4.0Update-1 + (v51.x)

AmiDock

Introduit avec AmigaOS 3.9 et considérablement étendu AmigaOS 4.0, AmiDock est un élément clé de l'interface graphique du système d'exploitation Amiga. AmiDock permet à l'utilisateur de créer à volonté une ou plusieurs barres graphiques (appels de quai) contenant des fichiers, des dossiers, des lecteurs, et bien plus encore -comme quai de MacOS dont il diffère dans certains funzionalità- intéressant. Le quai AmigaOS fait peut:

  • position sur l'écran selon le désir de l'utilisateur;
  • REGARDER en cours d'exécution sous forme d'icônes cliquables pour l'utilisation de nouvelles API fournies par AmigaOS 4.0;
  • contient à son tour les autres quais (dit SubDock), qui sont accessibles au moyen d'une icône présente sur le quai « relative »;
  • contiennent Docky, à savoir les logiciels qui étendent la fonctionnalité du quai d'une manière similaire à l'applet de panneau GNOME;
  • prendre différentes configurations graphiques comme:
    • la visibilité des bords et de la barre d'entraînement (peut être positionnée sur un côté de la station);
    • contenu visible sous la forme d'icônes (avec ou sans étiquettes), des boutons ou des étiquettes seuls;
    • fond sans soudure ou contenant des images différentes ou un mélange des deux;

composants supplémentaires

AmigaOS depuis la version 2.0 a été équipé de quelques composants supplémentaires intéressants, et diverses commodités qui sont mis à l'utilisateur « standard ».

Menu de démarrage

dall'AmigaOS à partir 2.0 a été mis à la disposition, entre autres services, un menu de démarrage accessible en appuyant sur les deux boutons de la souris lors de l'activation ou la réinitialisation.

Le menu vous permet de démarrer depuis un périphérique ou un disque dur connecté au système, et, dans les versions ultérieures, inhibent également le chargement de certaines partitions par rapport aux autres afin de cacher le système. Amiga n'a pas de limites sur le nombre de partitions, le nombre d'unités disponibles est limité uniquement par le type d'interface utilisé (IDE ou SCSI). Plus de cartes d'extension avec IDE ou SCSI bus peuvent être connectés simultanément, cependant, l'augmentation du nombre d'unités disponibles et en multipliant la possibilité de les diviser en partitions.

Depuis la version 3.0 du système d'exploitation, ainsi que choisir de démarrer, et surtout à partir de la partition, le menu de démarrage Amiga permet de surveiller, avec sa propre procédure d'enregistrement, les onglets montés sur le bus à partir de laquelle l'appareil (disquette ou disque) Zorro et signaler tout problème: l'une des caractéristiques les plus innovantes de AutoConfig, puis repris comme Plug and play dans d'autres systèmes d'exploitation (windows 95). Le seul défaut est que le menu de démarrage Amiga ne peut pas démarrer d'autres systèmes d'exploitation alternatifs disponibles pour Amiga.

Enfin, le menu de démarrage vous permet de modifier également la résolution d'écran, sans avoir à intervenir a posteriori une fois chargé le système d'exploitation. Ceci est utile dans le cas avait été fixé pour les modes graphiques d'erreur qui pourrait endommager la moniteur ou le téléviseur auquel Amiga a été lié.

Installer

Alors que d'autres systèmes d'exploitation du programme d'installation est assez complexe, déroutant, pas normalisée et potentiellement dangereux (car il risque d'écraser les fichiers système) à la place Amiga a adopté, depuis la version 3.0 du système d'exploitation, un programme d'installation standard appelé installateur, qui est utilisé pour les programmes à installer sur la machine, ou de mettre à jour le même système d'exploitation AmigaOS.

Installer gère les procédures d'installation sous Amiga et a quelques fonctionnalités vraiment intéressantes. localisation complète (par exemple la possibilité d'utiliser la langue maternelle de l'utilisateur), vous permet également de créer des répertoires (pas la main) si le programme lors de l'installation le demande. Il offre près de soutien OnLine (Aide en ligne), Présent dans tous les niveaux de la phase d'installation, de manière à toujours suivre étape par étape l'utilisateur novice. Enfin, une caractéristique encore inégalée dans d'autres systèmes d'exploitation, Amiga Installer vous permet de même faire une installation fictive de test pour vérifier à l'avance le succès de la transaction, premier que l'utilisateur qui se hasarde dans l'installation réelle avec le risque d'être incompatibilités possibles avec déjà présentes sur le logiciel du système.

Installer est en fait un interprète en langue LISP. Les procédures d'installation Amiga sont formatés comme des listes de fichiers dans ce langage informatique particulier.

InstallerNG

InstallerNG est la nouvelle version du programme d'installation présente AmigaOS4. Cette version dispose de nouvelles fonctionnalités, notamment:

  • La fenêtre « Aide » peut rester ouverte lors de l'installation
  • Si le InstallerNG permet de continuer de la fonction suivante une erreur est détectée au cours du processus d'interprétation.
  • Si nécessaire, vous pouvez créer des scripts pour la suppression de programmes;
  • Si nécessaire InstallerNG demande confirmation de toute action, quelle que soit ce qui est spécifié par le programmeur dans le script d'installation.

pétunia

Pétunia est l'émulateur à base de tâches nom AmigaOS introduites à partir de la quatrième mise à jour de la version 4.0 PreRelease.
Petunia, basée sur la technique de JIT se trouve entre les composants du système de base sous forme de bibliothèque, est utilisé par AmigaOS pour l'exécution de programmes compilés pour 68k, de sorte que ces derniers ont un rendement comparable à celui des programmes compilés pour PowerPC. Plus précisément AmigaDOS, au démarrage du système, la charge Pétunia, qui reste dans l'attente des appels 68k par des programmes. Quand un programme fonctionne 68k, Pétunia contrôle une liste spéciale, la liste noire, qui contient des programmes qui Pétunia n'a pas courir. Si le programme ne figure pas dans la liste noire, puis Pétunia intercepter ses appels et l'exécuter selon la technique de JIT, sinon il laissera la tâche de gérer ce programme émulateur intégré ExecSG. Cet appareil vous permet d'exécuter des programmes AmigaOS qui ne sont pas entièrement compatibles avec Pétunia -Qui a un émulateur qui met l'accent sur la vitesse d'exécution des programmes 68k, plutôt que sur la compatibilité de l'ensemble des instructions de la famille de processeurs 68k- , laissant leur émulateur en cours d'exécution ExecSG qui, fonctionnant en mode d'interprétation, permet une meilleure compatibilité, non seulement avec l'ensemble des instructions des processeurs 68k, mais aussi avec les appels d'interruption, de manière à assurer une compatibilité même contre ancien pilote 68k.

La liste noire des Pétunia, comme traditionnel AmigaOS, est tout à fait gérable et configurable par l'utilisateur, qui peut maintenir l'outil de préférence « compatibilité » (résidant dans SYS: Prefs /) pour ajouter ou supprimer des programmes, afin la pleine liberté de décision sur la performance relative des programmes 68k.

bibliographie

Articles connexes

D'autres projets

  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers AmigaOS

liens externes