s
19 708 Pages

Estsanatlehi Il est une divinité de nature, appartenant au culte religieux apache et navajo. Le nom de la déesse signifie « femme est renouvelé », « Femme de la coquille ».[1] La déesse a contribué, selon mythologie Navajo création la ciel et terre.[2]

Apparence, les formes et les attributs

en mythologie de navajo, Estsanatlehi est la « mère de tous », qui est renouvelé quatre fois par an, créant ainsi la saisons. En harmonie avec les cycles de la nature et la femme, des fleurs en ressort, Il se met en veille d 'hiver, vieillissement avec l'arrivée de 'automne, mature avec 'été.

Les dieux légués au peuple navajo clés pour ouvrir les portes de la connaissance et sagesse, Il a enseigné la pratique de chant et les célébrations, le règlement cycles lunaires et ceux menstruel.

Il a enseigné aux ancêtres, après leur création, quelles règles devraient adhérer à vivre en harmonie avec la nature.

Au cours de la cérémonie, les fidèles offrent le don et même les aliments, faisant l'éloge des chansons spécifiques, et raconter des histoires sacrées. Le rite le plus important célébré en son honneur est celui de puberté.

récits mythologiques

Selon les récits mythologiques, il a été tracée par le premier homme et la première femme, qui a adopté et fait ses études. Quand il approchait la période de maturité sexuelle, son dos à l'endroit où ils ont trouvé et célébré pour la première fois dans l'histoire, le rite de la puberté.[1]

Rituel de la puberté

Le rituel dure quatre jours, au cours desquels des histoires alternatives, danses, festivités, rites magiques.[1]
la chaman prie et invoque les dieux de l'aide pour faire la fille; fructueuse si les invocations sont efficaces, le esprit la divinité prend possession de la femme, pour la période du festival, il devient le 'incarnation Déesse.
L'un des rituels les plus importants est la préparation d'un amulette magique, il faut rassembler tous les pouvoirs des dieux, et doit être gardée par la jeune fille, pour l'utiliser en cas de besoin.
La jeune fille, symboliquement, permet à la divinité de retrouver soleil, à la fin de quatre jours, il monte à un symbole de paix et de prospérité.

autres noms

  • Asdząą Nádleehé
  • Etsanatlehi
  • Adząą Nádlene

notes

bibliographie

  • A. Marriott "Mythologie Indien de l'Amérique", New York, 1968