s
19 708 Pages

Fokker M 10
Fokker B.I
Fokker B.II
Fokker M.10.jpg
Fokker M.10Z (B.II)
description
type avion de reconnaissance
équipage 2
concepteur Martin Kreutzer
fabricant Allemagne Fokker
Date premier vol 1914
Date d'entrée en service 1915
l'utilisateur principal Autriche-Hongrie kukLuft
Les échantillons plus de 20
développé par Fokker M.7
Les dimensions et poids
longueur 7,49 m
envergure 11.3 m
propulsion
moteur un rotatif Oberursel U.0
puissance 80 PS (59 kW)
performance
vitesse de pointe 130 km / h
Vitesse d'escalade 2 000 m à 25 min
notes données relatives à la version B.I (M 10) Série 03

Les données sont extraites de historyofwar.org[1]

entrées d'avions militaires sur Wikipédia

la Fokker M 10 Il était un avion monomoteur, biplan et deux places, développé par l'époque impériale allemande Fokker-Flugzeugwerke en dix ans la XX siècle.

Utilisé pendant la Première Guerre mondiale de k.u.k. Luftfahrtruppen, l 'aviation dell 'Empire austro-hongrois, dans des rôles avion de reconnaissance, observation et entraîneur, Il a été identifié dans ce domaine avec la désignation militaire Fokker B.I, selon certaines sources déjà attribué à la précédente Fokker M.7, ou B.II en fonction de la différence de structure de l'aile des deux versions, respectivement M.10E et M.10Z.[2]

Historique du projet

Avec le déclenchement de la Première Guerre mondiale, Fokker a commencé une série de projets liés à des modèles qui pourraient répondre aux exigences de la nouvelle réalité dans l'arme de l'air paysage usage militaire, plus lourd que les avions de l'air.

Pour répondre à une demande venant de 'Imperial Royale austro-hongroise Armée, dont il a suivi une première commande de 40 avions émis 1914 et qui allait échapper à un premier lot de 12 Fokker M.7, Martin Kreutzer, sur la base Fokker M.7, Il a tiré un développement améliorateur. Le nouveau modèle, identifié par le M.10, est apparu très similaire à ce qui précède, sauf pour une solution technique proposée dans la brume avec une solution similaire à celle adoptée dall'M.7 et avec un autre introduction d'une double paire de montants interalari de chaque côté.[2]

En plus de l'ordre d'origine, après la première copie de M.7 a été livré entre Janvier et Février 1915 obtenir la nomination de BI, il a reçu une seconde pour douze M.10, re-signé alors qu'il était encore sous développement. En fin de compte a fait l'objet d'un ordre troisième et dernier publié en 1915 qui comprenait, en plus d'une douzaine M.10, quatre M.7.[1]

technique

Le M.7 était un avion entièrement en bois de construction qui propose le paramètre le plus utilisé dans cette période, un seul moteur dans la configuration de tracteur, voilure biplan à deux places et train d'atterrissage fixe.

la fuselage, section rectangulaire, Il était équipé d'une paire de cockpits ouvert en tandem, le front de l'observateur ou, dans le rôle d'un aéronef d'entraînement, l'instructeur, et la pupille arrière pilote. fini arrière dans un Archerie mono classiquedérive circulaire et muni de la forme de des plans horizontaux contreventé.

la configuration de l'aile, même si elle deux versions avec différentes solutions techniques dans la brume ont été effectués, il était biplan, caractérisé par une mise à l'échelle positive significative, avec les ailes individuelles effectuées avec une structure en bois recouvert d'une bâche peint. Dans la version M.10E, comme Einstielig (er) (en allemand, « Unipolaire »), les deux étages de l'aile étaient reliés par une seule paire de montants interalari de chaque côté qui a continué au-dessus de l'aile supérieure créant une structure de renforcement supplémentaire, en version M.10Z, à partir de Zweistielig (er) ( « Double tige »), les paires étaient deux de chaque côté, sans aucune structure supérieure. Comme d'habitude pour le moment dans toute la structure de l'aile a été renforcée par liens en câble en acier. Les deux avions étaient des ailes sans ailerons et les manœuvres de vol ont été effectuées par l'intermédiaire torsion de l'aile.

la train d'atterrissage Il était un bicyclo fixe sur le dessin, pour le moment, a évolué, caractérisé par une structure tubulaire déformable qui, en faisant fléchir vers l'extérieur, assure un certain degré d'élasticité et les propriétés de assorbomento de la rugosité du relief. Il équipé de roues de grand diamètre montée sur jantes rayon, qui a également contribué à l'élasticité de l'appareil dans son ensemble, il a été intégré à l'arrière par un sabot de support placé sous la queue.

Propulsion a été fournie par un moteur Oberursel U.0, un Machine à pistons rotatifs 7 cylindres refroidi à l'air capable de fournir un puissance égal à 80 PS (59 kW), Monté à l'extrémité avant du fuselage et couplé à un 'hélice deux lames en bois hauteur fixe.

Comme pour les premiers modèles adoptés par les forces aériennes de la période, le M.10 n'a pas été équipé d'une arme.

variantes

M.10E
version avec des voiles avec une seule paire de montants interalari de chaque côté, la désignation assigné du Autriche-Hongrie: B.I.
M.10Z
version avec brume avec une double paire de montants interalari de chaque côté, la désignation assigné du Autriche-Hongrie: B.II.

utilisateurs

Autriche-Hongrie Autriche-Hongrie
  • k.u.k. Kriegsmarine
Allemagne Allemagne

notes

  1. ^ à b (FR) John Rickard, Fokker B.I (Autriche-Hongrie), sur historyofwar.org, http://www.historyofwar.org/mainindexframe.html, 27 octobre 2007. Récupéré le 23 Mars, 2013.
  2. ^ à b Gray et Thetford 1962, p. 339.

bibliographie

  • (FR) Peter Gray, Owen Thetford, Avions allemands de la Première Guerre mondiale, 2e édition, Londres, Putnam, 1970 [1962], ISBN 0-370-00103-6.
  • (CS) Václav Němeček, Vojenská letadla - letadla první světové Valky, Praha, Naše vojsko, 1974 ISBN inexistante.

D'autres projets

liens externes

modélisation