s
19 708 Pages

l'agent consulaire
Consulat Général d'Italie à Toronto.

la agents consulaires (Aussi appelé simplement consuls) sont fonctionnaires à travers laquelle le état Il mène des activités de son droit interne sur le territoire d'un État étranger d'accorder cela. Les relations consulaires s'instaurano entre les deux états suivants une traité international, dire Convention consulaire.

Les agents consulaires sont clairement différents de diplomates, qui dans le langage courant sont assimilés, qu'ils exécutent actes juridiques du droit national (la plupart du temps administratif) de l'Etat dont ils servent et non des actes juridiques du droit international (politique), comme les diplomates. Cependant, il est vrai que lorsqu'un Etat n'a pas d'agents diplomatiques dans une autre, certaines fonctions de cette dernière peuvent être exceptionnellement effectuées par des fonctionnaires consulaires et, à l'inverse, lorsqu'un Etat a échoué dans un autre fonctionnaire consulaire peut céder leurs fonctions aux agents diplomatiques .

Classes et carrières

Selon le droit international Les chefs de poste consulaire se répartissent en quatre classes, comme suit:

a. consul général;
b. console;
c. Vice-consul;
d. l'agent consulaire.

Ces classes sont énumérées dans l'art. 9 de la Convention de Vienne sur les relations consulaires.

Pour le droit interne des Etats, les fonctionnaires consulaires sont des fonctionnaires des employés Ministère des Affaires étrangères ou ministère correspondant. Ils diffèrent posté (ou professionnel) et honoraires (ou élu). Les agents des envoyés sont des fonctionnaires de l'Etat bureaucratique (appartenant généralement aux mêmes diplomates de carrière), alors que ces frais servent dans leurs fonctions non professionnels et sont choisis parmi ceux qui résident dans l'Etat où ils exercent leurs fonctions (en général, mais , ils ne sont pas nécessairement ressortissants l'Etat pour lequel ils servent). En règle générale, sont des officiers d'honneur de rang inférieur (ceux avec le grade de l'agent consulaire sont presque toujours) et des agents de carrière des classes supérieures.

lieu consulaire

l'agent consulaire
Consulat Général d'Italie à Istanbul.

Les agents consulaires sont responsables de bureau ladite générale poste consulaire, qui tire son nom Consulat général, consulat, vice-consulat ou agence consulaire selon lequel la charge a rang de consul général, consul, vice-consul ou agent consulaire. Dans le bureau, en plus du propriétaire (le le chef de poste consulaire), Peut payer d'autres agents consulaires, de ses employés, ainsi que le personnel de direction et de soutien.

Il peut y avoir plus de postes consulaires sur le territoire d'un État, chaque responsable d'une partie du même, ou un endroit compétent pour l'ensemble du territoire, ou encore des lieux pertinents pour le territoire de plusieurs Etats. la circonspection terres pour lesquelles un poste consulaire est responsable est appelé la circonscription consulaire.

Les postes consulaires sont placés dans une relation hiérarchique entre eux: par exemple, les vice-consulats peuvent dépendre d'un consulat ou un consulat général. Tous les postes consulaires dépend aussi de la mission diplomatique accrédité dans l'État de résidence.

rendez-vous

L'agent de la console est responsable du bureau avec lettres patentes signé par chef de l'Etat ou par le ministre des Affaires étrangères (ou un organe correspondant), que ce soit une console générale, ou par un agent de grade supérieur ou de la tête de la mission diplomatique; la nomination est notifiée au ministère des Affaires étrangères de l'Etat hôte par le chef de la mission diplomatique de celui qui l'a fait.

Cependant, l'agent, ne peut exercer les fonctions jusqu'à ce qu'il ait reçu l'autorisation (Vexequatur) Le chef de l'Etat hôte ou son ministre des Affaires étrangères (à la pratique est accordée par le chef de l'État où la lettre ouverte a été signé l'autre chef de l'Etat, ministre des Affaires étrangères dans les autres cas); l 'Vexequatur Il est informé par le ministre des Affaires étrangères à la tête de la mission diplomatique de l'Etat qui a désigné l'agent. Il convient de noter que ces actes, contrairement à ceux de l'accréditation des agents diplomatiques, sont de droit interne des Etats et non des actes de droit international.

fonctions

Selon la Convention de Vienne sur les relations consulaires du 24 Avril 1963, les fonctions consulaires consistent à:

  • la protection de l'Etat accréditaire les intérêts de l'Etat d'envoi et de ses ressortissants, personnes physiques et morales, dans les limites autorisées par le droit international;
  • encourager le développement des relations commerciales, économiques, culturelles et scientifiques entre l'Etat d'envoi et l'Etat d'accueil et par ailleurs la promotion des relations amicales entre eux;
  • informé, par tous les moyens licites, des conditions et de l'évolution de la vie commerciale, économique, culturelle et scientifique de l'Etat de réception, de faire rapport à cet égard au Gouvernement de l'Etat d'envoi et donner des informations aux personnes intéressées;
  • la délivrance des passeports et des documents de voyage aux ressortissants de l'Etat d'envoi, les documents et visas aux personnes qui souhaitent voyager dans cet État;
  • fournir des secours et assistance aux ressortissants, personnes physiques et morales, de l'Etat d'envoi;
  • agissant en tant que statut de notaire et civil et exercer des fonctions similaires et certaines fonctions de nature administrative, car elle ne pas en conflit avec les lois et règlements de l'Etat de résidence;
  • protéger les intérêts des ressortissants, personnes physiques ou morales, de l'État d'envoi en cas de succession sur le territoire de l'Etat de résidence, conformément aux lois et règlements de l'Etat de résidence;
  • protéger, dans les limites fixées par les lois et règlements de l'Etat de résidence, les intérêts des mineurs et incapables, les citoyens de l'Etat d'envoi, en particulier si elle est nécessaire en ce qui concerne la mise en place d'une tutelle ou de curatelle ;
  • sous réserve des pratiques et procédures en vigueur dans l'Etat de réception, ce qui représente les citoyens de l'Etat d'envoi ou prendre des dispositions en vue d'assurer leur représentation appropriée devant les tribunaux et autres autorités de l'Etat de résidence pour demander, conformément aux lois et règlements de cet État, la mise en place de mesures provisoires pour protéger les droits et intérêts de ces ressortissants, où, en raison de leur absence ou pour toute autre raison, ne peuvent pas défendre en temps leurs droits et intérêts;
  • la transmission des actes judiciaires et extrajudiciaires ou exécuter des commissions rogatoires conformément aux accords internationaux en vigueur ou, en l'absence de tels accords, d'une manière conforme aux lois et règlements de l'Etat de résidence;
  • l'exercice des droits de surveillance et d'inspection prévus par les lois et règlements de l'Etat d'envoi de bateaux maritimes et fluviaux sur les canaux sont des ressortissants de cet État et sur les aéronefs immatriculés dans le même, ainsi que de leurs équipages;
  • fournir une assistance à ces navires, bateaux et avions mentionnés et leurs équipages, en déclarations sur le voyage des navires et bateaux, examiner et viser les papiers de bord et, sans préjudice de l'Etat des pouvoirs des autorités de résidence pour faire des enquêtes les accidents qui se produisent dans le passage et d'accès à distance, comme autorisé par les lois et règlements de l'Etat d'envoi, les différends de toute nature entre le capitaine, les officiers et;
  • exercer les autres fonctions qui lui sont confiées à un poste consulaire par l'Etat d'envoi qui ne sont pas interdites par les lois et règlements de l'Etat de résidence ou à laquelle cet Etat ne s'opponga, ou qui sont mentionnés dans les accords internationaux en vigueur entre l'Etat l'envoi et l'Etat d'accueil.

L'immunité consulaire

Aux fonctionnaires consulaires dits d'accord l'immunité consulaire, analogue à immunité diplomatique mais moins étendue.

L'immunité consulaire, actuellement inscrit dans la Convention de Vienne sur les relations consulaires de 1963, comprennent:

  • la liberté de communication et de l'inviolabilité de la correspondance entre le poste consulaire et les autorités de l'Etat d'envoi ou de sa mission diplomatique;
  • le personnel de l'inviolabilité, toutefois, limité à l'arrestation et la détention organisées dans le cadre du processus pénal;
  • l'inviolabilité des archives consulaires;
  • l'inviolabilité de l'agent de la console à domicile, à condition que l'agent est la même carrière et sa maison est dans le même bâtiment qui abrite le poste consulaire;
  • l'immunité de juridiction, dont l'agent consulaire, à la différence du diplomate, jouit seulement pour les documents qui se rapportent à l'exercice de ses fonctions (soi-disant immunité fonctionnelle);
  • l'exonération fiscale des impôts directs des particuliers;
  • l'exemption de l'obligation de témoigner au procès.

Il convient de noter que les Etats, des accords spéciaux, peuvent réciproquement accorder à ses fonctionnaires consulaires immunité plus large que celles énoncées dans la Convention de Vienne de 1963.

Corps consulaire

vous avez dit corps consulaire tous les fonctionnaires consulaires qui exercent leurs fonctions dans un état.

Il est présidé par doyen, qui est normalement l'agent de console de rang plus élevé et avec une plus grande ancienneté sur la base des 'Vexequatur accordée par l'Etat de résidence.

Tant le corps consulaire comme son doyen, qui est le porte-parole, ont des fonctions essentiellement cérémonielles. Cependant, le doyen, en consultation avec le corps de la console, peut présenter des notes de protestation à l'état de résidence pour les questions qui touchent la généralité des membres (par exemple, pour le non-respect des prérogatives reconnues aux agents consulaires). D'autres fonctions peuvent être assignées à des traités spécifiques.

informations historiques

La figure de la console est née au Moyen Age non comme un organe de l'État, mais en tant qu'institution sociale: ce fut un magistrat élu par la communauté des marchands d'origine d'un État et résidant dans un autre, la tâche principale de l'administration de la justice entre eux selon la loi pays d'origine ou lex mercatoria (Il était le soi-disant console marchand ou console juge).

Après la console est devenue un organe de l'Etat, perdant une grande partie de son rôle judiciaire et l'acquisition d'autre part, les fonctions administratives. Cependant, même au début du XXe siècle dans certains pays de l'ex- Empire ottoman, où il y avait le soi-disant régime de capitulations, les citoyens des pays occidentaux ont reconnu le privilège d'être jugé par votre console pays au lieu de la part des juges locaux.

Articles connexes

  • Le consulat (diplomatie)
  • Consul honoraire

D'autres projets

liens externes

autorités de contrôle GND: (DE4165110-8