s
19 708 Pages

Melvyn Douglas
Melvyn Douglas en 1939 au sujet
Statuettes de' src= Oscar du meilleur acteur 1964
Statuettes de' src= Oscar du meilleur acteur 1980

Melvyn Douglas, pseudonyme Melvyn Edouard Hesselberg (Macon, 5 avril 1901 - New-York, 4 août 1981), Il a été un acteur États-Unis.

biographie

Melvyn Douglas
avec Greta Garbo dans le film Ninotchka (1939)

Les origines russo-allemandes[1] et le fils d'un pianiste de concert, Edouard Gregory Hesselberg, et Lena Priscilla Shackelford, Melvyn Douglas a grandi dans le monde et a gagné sa première expérience en tant qu'acteur à un très jeune âge[2]. A 17 ans, il a été appelé et est retourné à agir seulement après la fin de Première Guerre mondiale, ses débuts à Broadway le drame Une âme libre[2]. Alors qu'il engage dans les représentations de la pièce Ce soir ou jamais, il a été repéré par l'actrice Gloria Swanson, qui l'a jeté comme la star de 'version film éponyme opéra, vivent dans 1931 de Mervyn LeRoy[2].

Sophistiqué, plein d'esprit, des manières élégantes[2], Douglas a été l'un des acteurs les plus réussis de une trentaine d'années, spécialisée dans les rôles romantiques et de la lumière à côté de la plongée principale de la journée, Marlene Dietrich en Angelo et Greta Garbo en Ninotchka, célèbre jeu dans lequel l'acteur a joué le rôle de Leon D'Algout, le comte parisien sophistiqué de elle finit par tomber amoureux l'irrépressible inspecteur russe Ninotchka (joué par Garbo). Célèbre est la scène au restaurant, au cours de laquelle Douglas tombe de la chaise et augmenter le rire incontrôlable de Garbo.

Douglas a joué avec d'autres stars féminines de l'écran d'argent, comme Claudette Colbert en Je veux être aimé (1935) Irene Dunne en Anywhere (1936) Jean Arthur en trop de maris (1940) Joan Crawford en trop cher (1936) et visage de femme (1941) Norma Shearer en Masques de luxe (1942). Après avoir été appelé au cours de la Guerre mondiale, Elle est revenue à l'écran avec des personnages plus affable et brillant, comme l'avocat dans la comédie Bill Cole Un million clé en main (1948), Et les rôles incisifs dans les drames La mer d'herbe (1947) et Le Grand Sinner (1949), Spécialisée progressivement dans des rôles de caractère de l'artiste, messieurs élégants généralement d'un certain âge[2].

En tant qu'acteur de caractère, il a gagné le prix Oscar du meilleur acteur en 1964 pour l'interprétation d'Homère, le père de Paul Newman en Hud, et 1980 pour Benjamin Rand aîné Being There. la dernière apparition de Douglas sur le grand écran était dans l'horreur Les histoires de fantômes, tourné en 1981 à côté de Fred Astaire, Douglas Fairbanks Jr. et John Houseman, réalisé par John Irvin.

filmographie

  • Ce soir ou jamais, réalisé par Mervyn LeRoy (1931)
  • course Prestigi (prestige), Mise en scène Tay Garnett (1932)
  • Le plus intelligent sexe (Le Wiser Sex), Mise en scène Berthold Viertel et Victor Viertel (1932)
  • L'aile brisé, réalisé par Lloyd Corrigan (1932)
  • Comme vous voulez (Comme tu me Desire), Mise en scène George Fitzmaurice (1932)
  • Le château maudit (The Old Sombre Maison), Mise en scène James Whale (1932)
  • le vampire (The Vampire Bat), Mise en scène Frank R. Strayer (1933)
  • nagana, Ernst L. réalisateur Frank (1933)
  • Retour à la vie (Conseiller à la loi), Mise en scène William Wyler (1933)
  • Femme dans le noir, réalisé par Phil Rosen (1934)
  • Dangerous Corner, directeur Phil Rosen (1934)
  • Les voleurs d'avocat (Ennemi du Peuple), Mise en scène crane Wilbur (1935)
  • Je veux être aimé (Elle a épousé son patron), Mise en scène Gregory La Cava (1935)
  • fugitif (Mary Burns, Fugitive), Mise en scène William K. Howard (1935)
  • le dominatrix (Annie Oakley), Mise en scène George Stevens (1935)
  • Les retours Lone wolf, réalisé par Roy William Neill (1935)
  • Une femme ordinaire (Et ils étaient mariés), Mise en scène Elliott Nugent (1936)
  • trop cher (Le Enchanteresse), Mise en scène Brown Clarence (1936)
  • Anywhere (Theodora se déchaîne), Mise en scène Richard Boleslawski (1936)
  • Reine de la nuit (Les femmes GLAMOUR), Mise en scène Gordon Wiles (1937)
  • capitaines courageux (courageux capitaines), Mise en scène Victor Fleming (1937)
  • Réunion à Paris (Je l'ai rencontré à Paris), Mise en scène Wesley Ruggles (1937)
  • Angelo (ange), Mise en scène Ernst Lubitsch (1937)
  • Quand la vie est nouvelle (Je vais prendre Romance), Mise en scène Edward H. Griffith (1937)
  • Ce Certain Age (Ce Certain Age), Mise en scène Edward Ludwig (1938)
  • Il y a une femme (Il y a toujours une femme), Mise en scène Alexander hall (1938)
  • Après Arsenio lupin (Retours lupin Arsene), Réalisé par George Fitzmaurice (1938)
  • frou frou (The Toy Wife), Mise en scène Richard Thorpe (1938)
  • fast Company, réalisé par Edward Buzzell (1938)
  • Shining (L'Heure Brillante), Mise en scène Frank Borzage (1938)
  • blond danger (Il y a cette femme Encore une fois), Réalisé par Alexander Hall (1939)
  • Tell No Tales, réalisé par Leslie Fenton (1939)
  • Une fille alarmante (Good Girls Go à Paris), Réalisé par Alexander Hall (1939)
  • Ninotchka, réalisé par Ernst Lubitsch (1939)
  • Menottes et fleur d'oranger (Amazing Mr. Williams), Réalisé par Alexander Hall (1939)
  • trop de maris (Trop de maris), Réalisé par Wesley Ruggles (1940)
  • Il doit être veni ... (Il y est resté pour le petit déjeuner), Réalisé par Alexander Hall (1940)
  • Wapakoneta (Troisième doigt, main gauche), Réalisé par Alexander Hall (1940)
  • Ce qu'il appelle l'amour (Cette Thing Called Love), Réalisé par Alexander Hall (1940)
  • Ce sentiment Incertain (Illusions Sentiment), Réalisé par Ernst Lubitsch (1941)
  • visage de femme (Le visage d'une femme), Mise en scène George Cukor (1941)
  • La petite amie de mon mari (notre femme), Mise en scène John M. Stahl (1941)
  • face Femme (Femme aux deux visages), Réalisé par George Cukor (1941)
  • Masques de luxe (Nous dansions), Mise en scène Robert Z. Leonard (1942)
  • Tous baisa la mariée (Ils ont tous embrassé la mariée), Réalisé par Alexander Hall (1942)
  • Trois coeurs pour Julia, de Richard Thorpe (1943)
  • La mer d'herbe (La mer d'herbe), Mise en scène Elia Kazan (1947)
  • Culpabilité de Janet Ames (La culpabilité de Janet Ames), Mise en scène Henry Levin (1947)
  • Un million clé en main (Un million clé en main), Mise en scène Henry C. Potter (1948)
  • My Own True Love, réalisé par Compton Bennett (1949)
  • Avez-vous déjà menti (Secret de femme), Mise en scène Nicholas Ray (1949)
  • Le Grand Sinner (Le Grand Sinner), Mise en scène Robert Siodmak (1949)
  • Mon Interdite passé (Mon Interdite passé), Mise en scène Robert Stevenson (1951)
  • voulez-vous la vie (On the Loose), Dirigée par Charles Lederer (1951)
  • Billy Budd, réalisé par Peter Ustinov (1962)
  • Hud (Hud), Mise en scène Martin Ritt (1963)
  • Société des poltrons? (Avance à l'arrière), Mise en scène George Marshall (1964)
  • L'américanisation de Emily (L'américanisation de Emily), Mise en scène Arthur Hiller (1964)
  • enlèvement (ravissement), Mise en scène John Guillermin (1965)
  • Il était un tracteur, réalisé par Torre Nilsson Leopoldo (1965)
  • Intrigues au Grand Hôtel (hôtel), Mise en scène Richard Quine (1967)
  • cauchemar Camarades (Compagnons de Nightmare), Mise en scène Norman Lloyd (1968) - téléfilm
  • Je ne ai jamais chanté pour mon Père (Je ne ai jamais chanté pour mon Père), Mise en scène Gilbert Cates (1970)
  • La chasse aux tueurs (Les chasseurs sont pour Killing), Mise en scène Bernard Girard (1970) - film TV
  • La mort prend des vacances, réalisé par Robert Butler (1971) - film TV
  • Une femme qui demande le divorce (L'un est un solitaire Nombre), Mise en scène Mel Stuart (1972)
  • le candidat (le candidat), Mise en scène Michael Ritchie (1972)
  • le locataire (le Locataire), Mise en scène Roman Polański (1976)
  • Twilight Last Gleaming (Twilight Last Gleaming), Mise en scène Robert Aldrich (1976)
  • Séduction de Joe La Tynan (Séduction de Joe La Tynan), Mise en scène Jerry Schatzberg (1979)
  • Being There (Being There), Mise en scène Hal Ashby (1979)
  • Changeling (le Changeling), Mise en scène Peter Medak (1980)
  • Comment prendre le temps mouche (Raconte-moi une énigme), Mise en scène Lee Grant (1980)
  • Hot tactile, réalisé par Roger Vadim (1981)
  • Les histoires de fantômes (Ghost Story), Mise en scène John Irvin (1981)

les voix des acteurs italiens

  • Augusto Marcacci en Angelo, la culpabilité de Janet Ames, menottes et fleur d'oranger, trop de maris
  • Stefano Sibaldi en M. mouchetée édifie son Dream House, Ninotchka, Femme aux deux visages, Shining
  • Giulio Panicali en Capitaines courageux, Qu'est-ce que l'on appelle l'amour, tout embrassé la mariée
  • Emilio Cigoli en herbe mer, je veux être votre
  • Gaetano Verna en Réunion à Paris
  • Sandro Ruffini en Ce Certain Age
  • Augusto Galli en visage de femme
  • Nino Pavese en Masques de luxe
  • Manlio Busoni en Le Grand Sinner
  • Giorgio Capecchi en Hud
  • Luigi Pavese en temps de Wartime d'amour
  • Vittorio Sanipoli en Intrigues au Grand Hôtel
  • Giorgio Piazza en le locataire
  • Carlo Alighiero en Being There
  • Renzo Stacchi en face Femme (Ridoppiaggio)

Dans les années 30 a également été exprimé par Romolo Costa.

notes

  1. ^ Le Garzantine - Cinéma, Garzanti, 2000, p. 318
  2. ^ à b c et Le qui est le film, Vol. I, De Agostini, 1984, p. 152

D'autres projets

  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Melvyn Douglas

liens externes

prédécesseur Oscar du meilleur acteur successeur
Ed Begley
pour Doux oiseau de la jeunesse
1964
pour Hud
Peter Ustinov
pour Topkapi
prédécesseur Oscar du meilleur acteur successeur
Christopher Walken
pour le chasseur
1980
pour Being There
Timothy Hutton
pour Les gens réels
autorités de contrôle VIAF: (FR49412354 · LCCN: (FRn82225118 · ISNI: (FR0000 0001 2279 7266 · GND: (DE116190760 · BNF: (FRcb13939919t (Date)