s
19 708 Pages

Edmond O'Brien
Edmond O'Brien dans le film Deux heures plus (1950)
Statuettes de' src= Oscar du meilleur acteur 1955

Edmond O'Brien (New-York, 10 septembre 1915 - Inglewood, 9 mai 1985) Ce fut un acteur cinématographique, théâtral et TV États-Unis.

Il a remporté le prix Oscar du meilleur acteur en 1955 pour l'interprétation des agent de publicité Oscar Muldoon tout La Comtesse aux pieds nus (1954), Mais il se souvient surtout pour son rôle dramatique dans le film Deux heures plus (1950).

biographie

D'origine anglo-irlandaise, O'Brien a assisté pendant une courte période Université Fordham, puis il a gagné une bourse d'études à la Quartier Playhouse école, une école de théâtre où il a obtenu la tendance réaliste[1]. Après avoir joué pendant un certain temps dans les entreprises de tourisme, il a fait ses débuts en Broadway en 1937 la pièce Filles de Atrios, puis il a été remarqué par Orson Welles[2], que 1939 il a joué à la radio, et le reçut dans la prestigieuse compagnie de théâtre Théâtre Mercury[1].

Il a signé un accord avec le fabricant RKO, en 1938 O'Brien a atterri à Hollywood et il a obtenu son premier rôle majeur dans Notre-Dame (1939), Dans lequel il a joué Gringoire, le jeune poète qui tombe amoureux de gitane Esmeralda (Maureen O'Hara). Dans la première moitié de une quarantaine d'années l'acteur a été engagé dans le front de la guerre États-Unis Armée Forces aériennes et de façon sporadique, il est apparu sur l'écran. Rappelez-vous à ce moment sa performance dans le drame Broadway Victoire ailée, rôle que le tournage sur le grand écran dans la prochaine adaptation cinématographique droit Victoire de Samothrace (1944), Mise en scène George Cukor.

après la Seconde Guerre mondiale, O'Brien est revenu à temps plein au cinéma, et sa carrière a décollé de façon permanente. De la constitution virile et robuste, avec un visage poupin et fondamentalement sympathique[1], l'acteur a donné le meilleur de lui-même dans certains des meilleurs film noir les années quarante[1], en commençant par The Killers (1946), Dans lequel il joue l'enquêteur d'assurance Jim Riordan, nommé pour faire la lumière sur la mort d'un gangster surnommé « Swede » (Burt Lancaster). Rejoint plus tard par James Cagney en La fureur humaine (1949), Dans lequel l'agent fédéral personnifié Hank Fallon, un enquêteur qui infiltre sous un faux nom dans la bande de Cody Jarrett (Cagney), un gangster psychotique, afin de démasquer définitivement.

L'année suivante, O'Brien a été impliqué dans l'un des plus tendue et dramatique noir l'histoire du cinéma, Deux heures plus (1950), Dans lequel le rôle habillé de Frank Bigelow, le livre qui - après avoir subi un empoisonnement par radiation délibérée et mortelle - passe San Francisco les quelques heures de vie qui restent encore, en prenant une chasse impitoyable tourmentée et propre meurtrière, avant de succomber au poison mortel au poste de police où il est allé raconter sa propre histoire et les circonstances qui l'ont amené à démasquer le responsable est arrivé. Le rôle de Frank Bigelow est considéré comme l'une des meilleures interprétations de la carrière de O'Brien[3], où le demandeur a pu instiller une intensité angoissante, exploitant son aspect presque normal de rendre plus crédible le drame intérieur d'un homme commun submergé par le désespoir, à un crescendo de la terreur et la confusion[3].

La carrière de O'Brien a continué dans la première moitié de la cinquantaine excellent avec d'autres preuves dans le genre policier, comme détective John Conroy, face à la criminalité organisée ville Furore (1952), Côté William Holden et Alexis Smith. L'année suivante, l'acteur est apparu dans le claustrophobe La route de la bête (1953), Une sorte de road movie comme noir, dans lequel il a joué avec Frank Lovejoy une paire de conducteurs qui offrent un passage à un tueur psychopathe. Plus tard, il a passé pour la première fois derrière la caméra pour diriger, avec Howard W. Koch, thriller Le coupable est parmi nous (1954), Dans lequel il joue le rôle négatif du personnage principal, le flic corrompu Barney Nolan.

La maturité et l'alourdissement de la figure amené O'Brien à orienter progressivement vers des rôles de caractère. déjà en 1953 l'acteur était apparu dans le rôle de CASCA Giulio Cesare (1953), Retour au répertoire Shakespeare il avait fait face dans sa jeunesse. L'année suivante, il a eu une grande occasion avec le mélodrame La Comtesse aux pieds nus (1954) de Joseph L. Mankiewicz, étoilé opposé Humphrey Bogart et Ava Gardner. Merci au rôle du débonnaire et bavard agent de publicité Oscar Muldoon, O'Brien a obtenu le Oscar du meilleur acteur. en 1956 Il fait face à l'un de ses quelques rôles brillants dans la comédie La jeune fille ne peut pas l'aider (1956), Dans lequel il joue le rôle de l'ancien gangster tapageuse brillamment Marty « Fats » Murdock, qui tentent de lancer en tant que chanteur de sa petite amie flashy (Jayne Mansfield).

Dès la première moitié des années cinquante O'Brien a commencé à travailler régulièrement pour le petit écran, participant à des spectacles dans le cadre des anthologies de télévision Lux Video Theater (1951-1957) Schlitz Playhouse of Stars (1953-1958) et Playhouse 90 (1957-1959). en 1960 Il a joué le rôle de Johnny Minuit, le détective New-York série policière protagoniste du même nom, qui a tourné trente-neuf épisodes. Cependant, le film était destiné à offrir O'Brien encore une excellente occasion de démontrer son talent. avec L'homme qui tua Liberty Valance (1962), westerns célèbres John Ford, l'acteur a donné une performance mémorable de Dutton Peabody, l'éditeur de journal idéaliste qui soutient Ransom Stoddard (James Stewart) Dans sa lutte contre le pouvoir excessif du bandit Liberty Valance (Lee Marvin). Le chef de Shimbone étoiles, Le Dutton Peabody joué par O'Brien est journaliste ivrognes, mais en même temps, animé par une profonde passion pour leur métier et un grand sens de la mission et de la dignité[4].

Dans la même année, O'Brien a participé à l'épopée de la guerre Le jour le plus long (1962), Dans le rôle du général Raymond T. Burton, le dramatique Prisonnier d'Alcatraz (1962), Dans le rôle de Tom Gaddis, le journaliste qui a visité en prison Robert Stroud (Burt Lancaster), les amateurs de lifer ornithologie, de prendre un livre sur sa vie, et Une mauvaise humeur de type, une comédie mettant en vedette film Tom Tryon produit par Disney, dans le rôle de McClosky. Rappelez-vous, à ce moment, une autre interprétation de caractère, celui de Raymond Clark, un sénateur américain ivre dans le drame politique Sept jours en mai (1964), Qui lui a valu une autre candidature »Oscar du meilleur acteur. Dans la seconde moitié du sixties O'Brien a continué à être divisé entre le cinéma et le petit écran, apparaissant dans les grands films tels que la fiction voyage fantastique (1966) Et, en particulier, l'Ouest Le Wild Bunch (1969), Alternant l'activité avec des interprétations pour le petit écran, en particulier en série le Virginian (1967) mission impossible (1968) et Le High Chaparral (1971).

Actif jusqu'au milieu soixante-dix, O'Brien a trouvé son ancien maître Orson Welles dans la controverse De l'autre côté du vent (1972) Et il a donné une interprétation encore incisive Lucky Luciano (1973) de Francesco Rosi, où elle a joué l'inspecteur des 'FBN Harry Jacob Anslinger. Sur le petit écran, de se rappeler ses titres à la série Reporter à l'avant (1971) Les rues de San Francisco (1972) et police Story (1974), Avant le retrait définitif de la scène.

intimité

Après la première, bref mariage (1941-1942) Avec l'actrice Nancy Kelly, O'Brien se remarie en 1948 avec l'actrice et chanteuse Olga San Juan, avec qui il a eu trois enfants, Bridget (producteur aujourd'hui), Maria et Brendan, les deux sont devenus des acteurs. L'union avec le San Juan a pris fin en 1976 avec le divorce.

O'Brien est mort en 1985, Agé de 69 ans, de complications dues à la La maladie d'Alzheimer. Il est enterré à 'Holy Cross Cemetery de Culver City (Californie).

Filmographie

cinéma

  • prison Break (1938) (Non crédité)
  • Notre-Dame (Le Bossu de Notre-Dame), Mise en scène William Dieterle (1939)
  • Sailors joyeux (Une fille, un gars, et un Gob), Mise en scène Richard Wallace (1941)
  • Bataillon de parachutistes, réalisé par Leslie Goodwins (1941)
  • Obliger Jeune Dame, Richard Wallace (1942)
  • La ville de poussière (Ville de poudre), Mise en scène Rowland V. Lee (1942)
  • Dans l'inconnu (The Amazing Mrs. Holliday), Mise en scène Bruce Manning (1943)
  • Victoire de Samothrace (Victoire ailée), Mise en scène George Cukor (1944)
  • The Killers (The Killers), Mise en scène Robert Siodmak 1946
  • meurtre Passion (le Web), Mise en scène Michael Gordon (1947)
  • Double vie (Une double vie), Réalisé par George Cukor (1947)
  • force brute (brute force), Mise en scène Jules Dassin (1947) (non crédité)
  • Une autre partie de la forêt (Une autre partie de la forêt), Réalisé par Michael Gordon (1948)
  • L'opérateur téléphonique de la Maison Blanche (Pour l'amour de Marie), Mise en scène Frederick De Cordova (1948)
  • Escadron de chasse (Escadron de chasse), Mise en scène Raoul Walsh (1948)
  • Le crime du juge (Loi de Assassiner), Réalisé par Michael Gordon (1948)
  • Sea Eagles (Groupe de travail), Mise en scène Delmer Daves (1949) (Voix, non crédité)
  • La fureur humaine (blanc chaleur), De Raoul Walsh (1949)
  • feu derrière (pétarader), Mise en scène Vincent Sherman (1950)
  • Deux heures plus (D.o.a.), Mise en scène Rudolph Maté (1950)
  • idée fausse du monde (711 Ocean Drive), Mise en scène Joseph M. Newman (1950)
  • Admiral Walla Walla (L'amiral était une dame), Mise en scène Albert S. Rogell (1950)
  • Entre minuit et l'aube (Entre minuit et l'aube), Mise en scène Gordon Douglas (1950)
  • Le rouquin et le cow-boy (Le rouquin et le cow-boy), Réalisé par Leslie Fenton (1951)
  • Aux frontières du crime (Deux d'un genre), Mise en scène Henry Levin (1951)
  • Sentier de la guerre (Warpath), Mise en scène Byron Haskin (1951)
  • Les roches d'argent (silver City), Réalisé par Byron Haskin (1951)
  • Le plus grand spectacle sur terre (Le plus grand spectacle sur terre), Mise en scène Cecil B. DeMille (1952) (Non crédité)
  • La grande aventure du général Palmer (Denver et Rio Grande), Réalisé par Byron Haskin (1952)
  • ville Furore (Le point tournant), Réalisé par William Dieterle (1952)
  • Giulio Cesare (Jules César), Mise en scène Joseph L. Mankiewicz (1953)
  • La route de la bête (L'auto-stoppeur), Mise en scène Ida Lupino (1953)
  • Le grand brouillard (le Bigame), Réalisé par Ida Lupino (1953)
  • The Ghost Writer (L'homme dans l'obscurité), Mise en scène Lew Landers (1953)
  • Frustateli sans pitié (Pays de vache), Mise en scène Lesley Selander (1953)
  • Aventure en Chine (Chine Venture), Mise en scène Don Siegel (1953)
  • La Comtesse aux pieds nus (La Comtesse aux pieds nus), Réalisé par Joseph L. Mankiewicz (1954)
  • Terreur à Shanghai (Shanghai histoire), Mise en scène Frank Lloyd (1954)
  • Le coupable est parmi nous (Bouclier pour Assassiner), Mise en scène Howard W. Koch et Edmond O'Brien (1954)
  • Temps de fureur (Les Blues de Pete Kelly), Mise en scène Jack Webb (1955)
  • La jeune fille ne peut pas l'aider (La fille Can not Help Il), Mise en scène Frank Tashlin (1956)
  • En 2000, le soleil se lève pas (1984), Mise en scène Michael Anderson (1956)
  • D-Day le sixième Juin (D-Day le sixième Juin), Mise en scène Henry Koster (1956)
  • Heures d'angoisse (Un cri dans la nuit), Mise en scène Frank Tuttle (1956)
  • tourment (le rack), Mise en scène Arnold Laven (1956)
  • horizons lointains (The Big Terre), Dirigée par Gordon Douglas (1957)
  • Espionnage à Tokyo (escale à Tokyo), Réalisé par Richard L. Breen (1957)
  • sans tribunal de première instance (Le monde était son jury), Mise en scène Fred F. Sears (1958)
  • L'idole de la chanson (Chantez Boy Chantez), Dirigée par Henry Ephron (1958)
  • périscope Quote (up Periscope), Dirigée par Gordon Douglas (1959)
  • Hawaii Sinners (le ambitieuse), Mise en scène Yves Allégret (1959)
  • Le dernier voyage (Le dernier voyage), Mise en scène Andrew L. Stone (1960)
  • Le troisième élément (La 3ème voix), Dirigée par Hubert Cornfield (1960)
  • Le Grand Imposteur (Le Grand Imposteur), Mise en scène Robert Mulligan (1961)
  • Piège pour les hommes (Man-Trap), Mise en scène Edmond O'Brien (1961) (voix aussi Uncredited)
  • L'homme qui tua Liberty Valance (L'homme qui tua Liberty Valance), Mise en scène John Ford (1962)
  • Une mauvaise humeur de type (lune pilote), Réalisé par James Neilson (1962)
  • Prisonnier d'Alcatraz (Prisonnier d'Alcatraz), Mise en scène John Frankenheimer (1962)
  • Le jour le plus long (Le jour le plus long), Mise en scène Ken Annakin et Andrew Marton (1962)
  • 7 jours en mai (Sept jours en mai), Réalisé par John Frankenheimer (1964)
  • Rio Conchos, dirigé par Gordon Douglas (1964)
  • Dans l'ombre du chantage (Pendu), Réalisé par Don Siegel (1964) (pour la télévision)
  • La double vie de Sylvia West (Sylvia), Dirigée par Gordon Douglas (1965)
  • Synanon, réalisé par Richard Quine (1965)
  • voyage fantastique (voyage fantastique), Mise en scène Richard Fleischer (1966)
  • Vol 1-6 n'atterrissez (Le vol Doomsday), Mise en scène William A. Graham (1966) (pour la télévision)
  • Pour commettre un assassiner (Peau d'espion), Mise en scène Edouard Molinaro (1967)
  • Le vicomte: Vol à la Banque mondiale (Les vicomté SES comptes règle), Mise en scène Maurice Cloche (1967)
  • The Outsider, réalisé par Michael Ritchie (1967) (pour la télévision)
  • La chair et le sang, réalisé par Arthur Penn (1968) (Pour la télévision)
  • Le Wild Bunch (Le Wild Bunch), Mise en scène Sam Peckinpah (1969)
  • L'amour de Dieu?, réalisé par Nat Hiken (1969)
  • Rêve No Evil, John Hayes (1970)
  • les intrus, Réalisé par William A. Graham (1970) (pour la télévision)
  • River of Mystery, dirigé par Paul Stanley (1971) (Pour la télévision)
  • Qu'est-ce qu'un Nice Girl Like You ...?, réalisé par Jerry Paris (1971) (pour la télévision)
  • De l'autre côté du vent, réalisé par Orson Welles (1972)
  • scie à chantourner, Réalisé par William A. Graham (1972) (pour la télévision)
  • Qui a tué Jenny? (Ils ne tuent que leurs maîtres), Mise en scène James Goldstone (1972)
  • Est-il pas choquant?, réalisé par John Badham (1973) (Pour la télévision)
  • Lucky Luciano, réalisé par Francesco Rosi (1973)
  • Attention Hitman: Crown est à la chasse (99 et 44/100% Morts), Réalisé par John Frankenheimer (1974)

télévision

  • Prix ​​Pulitzer Playhouse# 1.28 (1951)
  • Robert Montgomery Presents# 4.20 (1953)
  • La Ford Television Theatre# 1.27 (1953); # 3.10 (1954)
  • Etape 7# 1.4 (1955)
  • Le Salon Red Skelton# 23.4 (1955)
  • Damon Runyon Theater# 1.7 (1955)
  • dramaturges '56# 1.3 (1955)
  • L'étoile et l'histoire# 1.1 (1955); # 2.1 (1955)
  • Administration écran Playhouse# 1,25 (1956)
  • Climax!# 1.7 (1954); # 02h32 (1956)
  • Lux Video Theater (1951-1957) - 7 épisodes
  • Schlitz Playhouse of Stars (1953-1958) - 5 épisodes
  • suspicion# 1.34 (1958)
  • Lux Playhouse# 1.5 (1958)
  • Playhouse 90# 1,20 (1957); # 27.2 (1958); # 3.15 (1959)
  • Laramie# 1.7 (1959)
  • Zane Gray Theater de Dick Powell (Zane Gray Theater): # 2.3 (1957); # 4.8 (1959)
  • Midnight Johnny (1960) - 39 épisodes
  • Le Salon Dick Powell# 1.3 (1961)
  • corrupteurs (Cible: Les corrupteurs): # 1.4 (1961)
  • Sam Benedict (1962-1963) - 28 épisodes
  • Le plus grand spectacle sur terre# 1.21 (1964)
  • Breaking point# 1.23 (1964)
  • onzième heure (La onzième heure): # 2.30 (1964)
  • Disneyland (1965) - 6 épisodes
  • Long, Hot Summer (1965) - 13 épisodes
  • le Virginian (le Virginian): # 6.7 (1967)
  • mission impossible (Mission: Impossible): # 2.20 (1968)
  • voleur (Il faut un voleur): # 2.22 (1969)
  • Au nom de la justice (Hardis: Les protecteurs): # 1.2 (1969)
  • perspicacité (1970)
  • Les avocats au procès par le feu (Les jeunes avocats): # 1.14 (1970)
  • Reporter à l'avant (Le nom du jeu): # 3.16 (1971)
  • Le High Chaparral (Le High Chaparral): # 4.16 (1971)
  • Le shérif du Sud (Comté de cade): # 1.15 (1972)
  • Les rues de San Francisco (Les rues de San Francisco): # 1.1 (1972)
  • McMillan & Wife (McMillan femme): # 2.3 (1972)
  • La hausse des températures# 1,25 (1973)
  • police Story (police Story): # 1.11 (1974)

les voix des acteurs italiens

dans les versions italien de ses films, Edmond O'Brien doublé par:

  • Giulio Panicali en The Killers, Une autre partie de la forêt, L'opérateur téléphonique de la Maison Blanche, Le crime du juge, ville Furore, Terreur à Shanghai, Prisonnier d'Alcatraz, Heures d'angoisse
  • Emilio Cigoli en horizons lointains, Le coupable est parmi nous, Le rouquin et le cow-boy, idée fausse du monde, Les roches d'argent, Sentier de la guerre, Le troisième élément
  • Carlo Romano en La Comtesse aux pieds nus, La jeune fille ne peut pas l'aider, D-Day le sixième Juin, Espionnage à Tokyo, L'idole de la chanson, L'homme qui tua Liberty Valance, 7 jours en mai
  • Bruno Persa en Giulio Cesare, Torment - Le traître champ 5, Le dernier voyage
  • Giorgio Capecchi en Le plus grand spectacle sur terre, périscope Quote
  • Nino Pavese en Double vie, Escadron de chasse
  • Manlio Busoni en Temps de fureur, voyage fantastique
  • Ivo Garrani en Notre-Dame, En deux mille pas le soleil se lève
  • Stefano Sibaldi en La fureur humaine
  • Carlo D'Angelo en La route de la bête
  • Nando Gazzolo en sans tribunal de première instance
  • Mario Pisu en Le jour le plus long
  • Michele Malaspina en Le Wild Bunch

notes

  1. ^ à b c Le qui est le film, De Agostini, 1984, vol. II, p. 386
  2. ^ Tous Cinéma - Livre des acteurs, Rizzoli, 1977, p. 184
  3. ^ à b Bruce Crowther, Film Noir - Reflets dans un miroir sombre, Columbus Books, 1988, p. 147
  4. ^ J. A. place, Le film de John Ford, Gremese, 1983, p. 133

D'autres projets

  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Edmond O'Brien

liens externes

prédécesseur Oscar du meilleur acteur successeur
Frank Sinatra
pour From Here to Eternity
1955
pour La Comtesse aux pieds nus
Jack Lemmon
pour Le navire fou Roberts Monsieur
autorités de contrôle VIAF: (FR71585493 · LCCN: (FRn95081139 · ISNI: (FR0000 0001 2096 397x · GND: (DE1037862465 · BNF: (FRcb139709691 (Date)