s
19 708 Pages

Cliff Robertson
Cliff Robertson
Statuettes de' src= Oscar du meilleur acteur 1969

Cliff Robertson, nom et prénom Clifford Parker Robertson III (La Jolla, 9 septembre 1923 - Brookhaven, 10 septembre 2011), Il a été un acteur cinématographique, théâtral et TV États-Unis.

biographie

Robertson a d'abord été journaliste, puis artiste de théâtre[1]. Il a fait ses débuts au cinéma en pique-nique (1955) de Joshua Logan[1] puis il a vu de Entrust Columbia Pictures le rôle difficile de co-protagoniste dans le mélodrame Feuilles d'automne (1956) de Robert Aldrich[2], à côté de Joan Crawford. Il est avéré approprié au genre de guerre[2] Il joue dans son premier grand rôle dans le film Les Nus et les morts (1958), Mise en scène Raoul Walsh et basé sur le roman de Norman Mailer, mais il a atteint le succès jouant le rôle de John Fitzgerald Kennedy dans la biographie Pt 109 - combat Lieu (1963)[1][2].

Après avoir varié, même dans le thriller urbain La Revanche des gangsters (1961) de Samuel Fuller, dans le drame politique Le meilleur homme (1964) de Franklin J. Schaffner, et l'histoire d'espionnage ironique 50 000 £ pour trahir (1965) de Basil Dearden[2], Robertson a remporté le prix Oscar du meilleur acteur en 1969 l'interpréter Charly (1968), Le rôle de l'homme mentalement retardé qui devient un génie après la chirurgie et qui tombe amoureuse d'un jeune psychologue qui traite[1]. Le rôle Charly Il lui a valu une nomination Golden Globe du meilleur acteur dans un drame[1].

Très actif comme interprète de la télévision, au milieu sixties Robertson personnifié la honte de bandit dans la série Batman, et 1965 a remporté un Emmy Award pour sa performance dans le jeu, épisode de la série d'anthologie Stardust[1].

Après deux films à succès, Trois jours du Condor (1975) de Sydney Pollack et le thriller hitchcockien Obsession - Obsession (1976) de Brian De Palma[2], le milieu soixante-dix La carrière de Robertson a subi un revers quand il a accusé David Begelman, principal producteur de Columbia Pictures, de détournement de fonds. Malgré Begelman, il a plaidé coupable et a admis qu'il avait détourné 10 000 $ au nom de Robertson, a été l'acteur de voir compromis sa carrière, et de souffrir pendant quelques années d'ostracisme Hollywood[1][2].

Déjà protagoniste, réalisateur et producteur du drame Le roi du rodéo, tourné en 1971, Robertson a essayé à nouveau avec la même formule le pilote (1979), Mais sans succès[2]. réceptions ont ensuite été réservés tiède pour Brainstorm - Génération électronique (1983), Un film de science-fiction marquée par la mort tragique du protagoniste Natalie Wood[1], Il a eu lieu pendant le tournage. L'acteur encore fermé positivement une carrière cinématographique, apparaissant d'abord dans le film d'action Escape from LA (1996) de John Carpenter, et par la suite dans la trilogie Spider-Man de Sam Raimi[2], dans le rôle de Ben Parker.

Passionné par avion privé pilote et propriétaire de plusieurs avions historiques, Robertson était au-dessus de New York avec elle Beechcraft Baron le matin de '11 septembre 2001 quand il a reçu l'ordre d'atterrir immédiatement après l'attaque World Trade Center[3].

Il a disparu dans 2011, le lendemain à son 88º anniversaire.

filmographie

cinéma

  • pique-nique, réalisé par Joshua Logan (1955)
  • Feuilles d'automne (Feuilles d'automne), Mise en scène Robert Aldrich (1956)
  • Vous êtes tous adorables (La Imogene), Mise en scène Mitchell Leisen (1958)
  • Les Nus et les morts (Les Nus et les morts), Mise en scène Raoul Walsh (1958)
  • les vagues (Gidget), Mise en scène Paul Wendkos (1959)
  • La bataille de la mer de Corail (Bataille de la mer de Corail), Réalisé par Paul Wendkos (1959)
  • Comme la mer Rages, dirigé par Horst Hächler (1959)
  • Une nuit occupée (Dans le travail d'une nuit), Mise en scène Joseph Anthony (1961)
  • Le grand spectacle (Le Big Show), Mise en scène James B. Clark (1961)
  • La Revanche des gangsters (Underworld U.S.A.), Mise en scène Samuel Fuller (1961)
  • La peau qui brûle (les stagiaires), Mise en scène David Swift (1962)
  • Mes six amours (Mes Six Loves), Dirigée par Gower Champion (1963)
  • Pt 109 - combat Lieu (PT 109), Mise en scène Leslie H. Martinson (1963)
  • Un dimanche à New York (Dimanche à New York), Réalisé par Peter Tewksbury (1963)
  • Le meilleur homme (Le meilleur homme), Mise en scène Franklin J. Schaffner (1964)
  • Escadron 633 (633 Squadron), Mise en scène Walter Grauman (1964)
  • étranges amours (L'amour a de nombreux visages), Réalisé par Alexander Singer (1965)
  • 50 000 £ pour trahir (mascarade), Mise en scène Basil Dearden (1965)
  • Le lendemain (Haut de la plage), Mise en scène Robert Parrish (1965)
  • mascarade (Le Honey Pot), Mise en scène Joseph L. Mankiewicz (1967)
  • Brigade du Diable (Brigade du Diable), Mise en scène Andrew V. McLaglen (1968)
  • Charly (Charly), Mise en scène Ralph Nelson (1968)
  • Trop tard pour les héros (Trop tard pour les héros), Réalisé par Robert Aldrich (1970)
  • Le roi du rodéo (W. J. poulailler), Dirigée par Cliff Robertson (1971)
  • Le gang de Jesse James (The Great Raid Minnesota Northfield), Mise en scène Philip Kaufman (1972)
  • Roger roi des cieux (Ace Eli et Roger des Cieux), Mise en scène John Erman (1973)
  • L'homme sur une balançoire, réalisé par Frank Perry (1974)
  • La tentation et le péché (Hors saison), Mise en scène Alan Bridges (1975)
  • Trois jours du Condor (Trois jours du Condor), Mise en scène Sydney Pollack (1975)
  • Shoot, comme tuer (tirer), Réalisé par Harvey Hart (1976)
  • La bataille de Midway (à mi-chemin), Mise en scène Jack Smight (1976)
  • Obsession - Obsession (obsession), Mise en scène Brian De Palma (1976)
  • Histoire Campus (fraternité Row), Dirigée par Thomas J. Tobin (1977)
  • le pilote, réalisé par Cliff Robertson ' (1980)
  • Dominique, réalisé par Michael Anderson (1980)
  • Etoile 80, réalisé par Bob Fosse (1983)
  • classe, réalisé par Lewis John Carlino (1983)
  • Brainstorm génération électronique (Brainstorm), Mise en scène Douglas Trumbull (1983)
  • Shaker Run, directeur Bruce Morrison (1986)
  • Malone - Un enfer tueur (Malone), Réalisé par Harley Cokeliss (1987)
  • Plongez-vous dans l'obscurité (Coeurs sauvages ne peuvent pas être brisé), Mise en scène Steve Miner (1991)
  • Vent - vent fort (vent), Mise en scène Carroll Ballard (1992)
  • Professeur Renaissance Man (Renaissance Man), Mise en scène Penny Marshall (1994)
  • Escape from LA (Escape from L.A.), Mise en scène John Carpenter (1996)
  • Spider-Man, réalisé par Sam Raimi (2002)
  • Spider-Man 2, de Sam Raimi (2004)
  • Riding the Bullet, réalisé par Mick Garris (2004)
  • Spider-Man 3, de Sam Raimi (2007)

télévision

  • Rod Brown des Rangers Rocket (1953-1954)
  • Wagon Train Ouest (wagon train) (1958)
  • les intouchables (les Incorruptibles) (1959)
  • General Electric Theater (1961)
  • Les Etats-Unis Steel Hour (1956-1961)
  • Outlaws (1960-1962)
  • Ben Casey (1962)
  • The Twilight Zone (The Twilight Zone) (1961-1962)
  • onzième heure (La onzième heure) (1963)
  • suspens (1964)
  • Stardust (Bob Hope présente le théâtre Chrysler) (1964-1967)
  • Batman (1966-1968)
  • Washington: Behind Closed Doors (1977)
  • Falcon Crest (1983-1984)
  • La clé de Rebecca (La clé de Rebecca), Mise en scène David Hemmings (1985) - mini-série TV
  • Au-delà des limites (Les limites extérieures) (1999)

les voix des acteurs italiens

notes

  1. ^ à b c et fa g h Le qui est le film, De Agostini, 1984, vol. II, p. 450-451
  2. ^ à b c et fa g h Le Garzantine - Cinéma, Garzanti, 2000, p. 990
  3. ^ http://airportjournals.com/cliff-robertson-time-must-have-a-stop/

D'autres projets

  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Cliff Robertson

liens externes

prédécesseur Oscar du meilleur acteur successeur
Rod Steiger
pour Dans la chaleur de la nuit
1969
pour Charly
John Wayne
pour le Grit
autorités de contrôle VIAF: (FR90670136 · LCCN: (FRn81124524 · ISNI: (FR0000 0001 1030 9368 · GND: (DE13859211X · BNF: (FRcb13899060v (Date)