s
19 708 Pages

Massimo Serato
Massimo Serato

Massimo Serato, nom de scène de Giuseppe Segato (oderzo, 31 mai 1916 - Rome, 22 décembre 1989), Il a été un acteur italien.

biographie

Massimo Serato
Serato en film Dimanche en Août de Luciano Emmer (1949)

Il a abandonné ses études pour former en tant qu'acteur à la Centre expérimental de cinématographie, Il a gagné un concours à Scalera Film et écraser scène avec succès aux côtés Anna Magnani, son partenaire dans la vie pendant quelques années, avec qui il avait son fils Luca, né le 23 Octobre 1942. Aussi dans les mémoires comme un interprète dans les feuilletons, après une première expérience théâtrale Rendez-vous au zoo Franco Saponieri (1937), Un court-métrage financé par Groupes universitaires Fascistes, Il a fait ses débuts sur le grand écran 1940 avec L'inspecteur Vargas réalisé par Gianni Franciolini, spécialisée en caractères littéraires dérivés des implications romantiques.

Grand, blond, photogénique, le visage mince et sourire moqueur, est la démission de Franco calligraphique Piccolo Mondo Antico de Mario Soldati (1941), Naive engagés dans féroce Giacomo le Idéaliste de Alberto Lattuada (1943), Neveu et dépensier Orpheline dans la comédie douce-amère Matelas Sisters de Ferdinando Maria Poggioli (1944, de le roman de Aldo Palazzeschi). Entre 1944 et 1945 Il lit même dans certains jeux et participe aux premiers magazines Pietro Garinei et Sandro Giovannini. Dans la saison 1945-46 Il participe à la revue Venticello Sud de Nelli et Mangini, à côté de Nino Taranto.

Au cinéma, sur les films suivants (interprète est plus de 140 film), Démontre un talent polyvalent est un officier nazi néoréaliste Le soleil se lève aussi de Aldo Vergano (1946, pour lequel il reçoit le ruban d'argent en 1947 Meilleur acteur de soutien) et bourgeois cyniques et amorale dans le tragique La fièvre de vivre de Claudio Gora (1953).

Après avoir parcouru tous les genres possibles, de cape et d'épée à la mythologie, du jaune au westerns, il répond avec succès à la télévision, mais en Août 1982,[1] en passant par Viale Aventino, Il est frappé par une voiture. La violente collision lui donne une blessure à la tête et des fractures aux jambes qui l'oblige à cesser toutes les activités et une longue convalescence.[1] En 1989, ce fut le dernier film dans lequel il a travaillé, que la comédie Frères d'Italie, il apparaît dans un épisode mettant en vedette Christian De Sica. Il est mort en 1989[1] repose au cimetière Flaminio.

Filmographie

Massimo Serato
Irma et Emma Gramatica, avec Calamai Serato et dans les films Matelas Sisters
  • L'inspecteur Vargas, direction de Gianni Franciolini (1940)
  • L'amour chante, réalisé par Ferdinando Maria Poggioli (1941)
  • Deux coeurs mis en fourrière, réalisé par Ludovico Bragaglia Carlo (1941)
  • Piccolo Mondo Antico, réalisé par Mario Soldati (1941)
  • Les sept péchés capitaux, réalisé par László Kish (1942)
  • L'homme est venu de la mer, réalisé par Belisario Randone et Roberto De Ribon (1942)
  • Giacomo le Idéaliste, réalisé par Alberto Lattuada (1943)
  • Matelas Sisters, réalisé par Ferdinando Maria Poggioli (1944)
  • District haute, réalisé par Mario Soldati (1945)
  • Le monde veut donc, réalisé par Giorgio Bianchi (1946)
  • L'île de prisonnier (La danse de mort), Réalisé par Marcel Cravenne (1946)
  • Foscari sang Ca », réalisé par max Calandri (1946)
  • Le soleil se lève aussi, réalisé par Aldo Vergano (1946)
  • Les chevaliers de masques noirs, réalisé par Pino Mercanti (1947)
  • La Dame aux camélias, réalisé par Carmine Gallone (1947)
  • Le prince rebelle, réalisé par Pino Mercanti (1947)
  • Les Pirates de Capri (Les Pirates de Capri), Mise en scène Edgar G. Ulmer et Giuseppe Maria Scotese (1949)
  • Monastère de Sainte-Claire, réalisé par Mario Sequi (1949)
  • marechiaro, réalisé par Giorgio Ferroni (1949)
  • Dimanche en Août, réalisé par Luciano Emmer (1949)
  • Le voleur de Venise, réalisé par John Brahm (1950)
  • La route sombre, réalisé par Marino Girolami et Sidney Salkow (1950)
  • sans drapeau, réalisé par Lionello De Felice (1951)
  • Le comte de Saint-Elme, réalisé par Guido Brignone (1951)
  • Sorts tragiques (Oliva) de Mario Sequi (1951)
  • L'amour et le sang, réalisé par Marino Girolami (1951)
  • La fille du diable, réalisé par Primo Zeglio (1952)
  • Le Bourreau de Lille - La vie aventureuse de Milady, réalisé par Vittorio Cottafavi (1952)
  • Le Marchand de Venise, réalisé par Pierre Billon (1952)
  • L'amour rouge, réalisé par Aldo Vergano (1952)
  • Lucrezia Borgia, réalisé par Christian-Jaque (1953)
  • La fièvre de vivre, réalisé par Claudio Gora (1953)
  • Jeunes à la barre, réalisé par Ferruccio Cerio (1953)
  • Pitié pour ceux qui tombent, réalisé par Mario Costa (1954)
  • L'amant de Paris, réalisé par Marc Allégret (1954)
  • Les aventures de Cartouche, réalisé par Steve Sekely et Gianni Vernuccio (1955)
  • Le petit verrier, réalisé par Giorgio Capitani (1955)
  • Le faucon d'or, réalisé par Carlo Ludovico Bragaglia (1955)
  • Rue Sheet, réalisé par Carlo Campogalliani (1955)
  • Maruzzella, réalisé par Luigi Capuano (1956)
  • confession suprême, réalisé par Sergio Corbucci (1956)
  • Peppino, les modèles et il chella, réalisé par Mario Mattoli (1957)
  • Aphrodite, déesse de l'amour, réalisé par Mario Bonnard (1958)
  • La maja desnuda (The Naked Maya), Mise en scène Henry Koster (1958)
  • Le capitaine incendie, réalisé par Carlo Campogalliani (1958)
  • L'épée et la croix, réalisé par Carlo Ludovico Bragaglia (1958)
  • Le château de chevalier maudit, réalisé par Mario Costa (1959)
  • le juge d'instruction, réalisé par Luigi Zampa (1959)
  • Le Pirate et le Slave Girl, réalisé par Piero Pierotti (1959)
  • Je vais attendre l'enfer, réalisé par Piero Regnoli (1960)
  • David et Goliath, réalisé par Ferdinando Baldi et Richard Pottier (1960)
  • D'Hercule Loves, réalisé par Carlo Ludovico Bragaglia (1960)
  • femelles de luxe, réalisé par Giorgio Bianchi (1960)
  • Reine des Pirates, réalisé par Mario Costa (1960)
  • Constantin le Grand, réalisé par Lionello De Felice (1961)
  • El Cid (El Cid), Mise en scène Anthony Mann (1961)
  • Pontius Pilate, réalisé par Irving Rapper et Gian Paolo Callegari (1961)
  • Le coup d'Artagnan secret,, réalisé par Siro Marcellini (1962)
  • Mars, le dieu de la guerre, réalisé par Marcello Baldi (1962)
  • L'Invincible Kamen Rider, réalisé par Umberto Lenzi (1963)
  • Samson et l'esclave Reine, dirigé par Umberto Lenzi (1963)
  • Goliath et l'esclave rebelle, réalisé par Mario Caiano (1963)
  • hypnose, réalisé par Eugenio Martín (1963)
  • Brenno l'ennemi de Rome, réalisé par Giacomo Gentilomo (1963)
  • Les sept invincibles, réalisé par Alberto De Martino (1963)
  • 55 jours à Pékin (55 jours à Pékin), Mise en scène Nicholas Ray (1963)
  • Samson contre le géant Roi, réalisé par Tanio Boccia (1964)
  • Le Lion de Thèbes, dirigé par Giorgio Ferroni (1964)
  • Héros de Rome, dirigé par Giorgio Ferroni (1964)
  • La révolte des sept, réalisé par Alberto De Martino (1964)
  • La Celestina P ... R ..., réalisé par Carlo Lizzani (1965)
  • Super Seven Appel du Caire, dirigé par Umberto Lenzi (1965)
  • Défi du Gladiateur, réalisé par Domenico Paolella (1965)
  • La victime dixième, réalisé par Elio Petri (1965)
  • FBI Opération jaune Viper, dirigé par Alfredo Medori (1966)
  • Que notre grand amour (La mujer perdida), Dirigée par Tullio Demicheli (1967)
  • le déchaîné, réalisé par Franco Indovina (1967)
  • L'étrange nuit, réalisé par Alfredo Angeli (1967)
  • Le magnifique Texan, réalisé par Luigi Capuano (1967)
  • Le Crime presque parfait, réalisé par Mario Camerini (1969)
  • Un nuage de poussière ... un cri de mort vient ... Sartana, réalisé par Giuliano Carnimeo (1970)
  • Edipeon, réalisé par Lorenzo Artale (1970)
  • le divorce, réalisé par Romolo Guerrieri (1970)
  • califfa, réalisé par Alberto Bevilacqua (1970)
  • Dans l'obscurité de la terreur (Historia de una traición), Mise en scène José Antonio Conde Nieves (1971)
  • Le retour du Gladiateur la plus forte dans le monde, réalisé par Bitto Albertini (1971)
  • Un avenir professionnel vraiment sûr, réalisé par Giuseppe De Santis (1972)
  • Troisième hypothèse d'un cas de stratégie parfaite de la criminalité, réalisé par Giuseppe Vari (1972)
  • À Venise ... un coup d'oeil maintenant (Do not Look Now), Mise en scène Nicolas Roeg (1973)
  • Journal intime d'une prison pour femmes, réalisé par Rino Di Silvestro (1973)
  • Salvo D'Acquisto, réalisé par Romolo Guerrieri (1974)
  • taches solaires, réalisé par Armando Crispino (1975)
  • mauvaises pensées, réalisé par Ugo Tognazzi (1976)
  • Le gynécologue mutuel, réalisé par Joe D'Amato (1977)
  • uniquement en noir, réalisé par Antonio Bido (1978)
  • Busters Convoi, réalisé par Stelvio Massi (1978)
  • soeur Murders, réalisé par Giulio Berruti (1978)
  • l'humanoïde, réalisé par Aldo Lado (1979)
  • Nana, réalisé par Dan Wolman (1982)
  • via miroirs, réalisé par Giovanna Gagliardo (1983)
  • Le garçon de la campagne, réalisé par Castellano et Pipolo (1984)
  • 32 décembre, réalisé par Luciano De Crescenzo (1988)
  • Frères d'Italie, réalisé par Neri Parenti (1989)
  • unique, réalisé par Francesco Ranieri Martinotti (1989)

le théâtre

Prose télévision RAI

les voix des acteurs italiens

Massimo Serato était doublé par de nombreux acteurs différents au cours de sa longue carrière sont au moins vingt-six acteurs qui ont fait part de[2].

notes

  1. ^ à b c Adieu Massimo Serato, un film "beau", repubblica.it, le 23 Décembre 1989. Récupéré le 1er Octobre 2016.
  2. ^ Qui était l'acteur italien a exprimé de plus en plus de notre cinéma?, antoniogenna.net. Récupéré le 1er Octobre 2016.

bibliographie

  • les acteurs, Gremese Éditeur Roma 2003
  • Les écrins Rai

D'autres projets

  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations liées à Massimo Serato
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Massimo Serato

liens externes

autorités de contrôle VIAF: (FR24802986 · LCCN: (FRnr00023240 · SBN: IT \ ICCU \ MACRO \ 089367 · ISNI: (FR0000 0000 5929 4905 · GND: (DE1061371689 · BNF: (FRcb140437037 (Date)