s
19 708 Pages

Michel Piccoli
Michel Piccoli à Festival de Cannes en 2000

Michel Piccoli (Paris, 27 décembre 1925) Il est acteur, directeur, scénariste et cinéaste français.

biographie

Né dans une famille de musiciens, moitié italien et moitié français, avec des origines lointaines Tessin[1] (Mère pianiste, Marcelle Expert-Bezançon et père violoniste, Henri Piccoli), a fait ses débuts il menace silencieuse (1945), Mais le film qui a fait connaître à l'auditoire international était mépris (1963), Qui a été suivi, parmi les titres les plus connus, Le Journal d'une femme de chambre (1964) Dillinger est mort (1969) La Grande Bouffe (1973) Taille de la vie (pleine grandeur) (1974) Trois belle charognes (1976) Leap in the Dark (1979) La dame passe (1981) passion (1982) Les rendements de l'armée (1983) Vive la vie (1984) La belle grincheux (1991) Compagnon Voyage (1995) Généalogie d'un crime (1997) Libero Burro (1998) Lili (2003) miroir magique (2005) Belle toujours et Jardins en automne (2006) La duchesse de Langeais (2007) Habemus Papam (2011), Pour lequel il a gagné l'année suivante David di Donatello et le prix Vittorio Gassman pour le meilleur acteur à Bifst de Bari.

en 1997 Il a fait ses débuts en tant que réalisateur avec Alors voila, qui est suivie dans le 2001 La plage noire et 2005 C'est pas tout à fait la vie dont j'avais rêvé.

intimité

Il était marié à sa deuxième femme depuis onze ans avec la chanteuse et actrice Juliette Gréco.[2]

Sur le plan politique impliqué, il a exprimé à plusieurs reprises son soutien à la Parti socialiste français, hurling souvent contre le parti extrême droite front national. en Mars 2007 150 intellectuels ont signé avec un appel à voter pour Ségolène royal l'élection présidentielle.[citation nécessaire]

Filmographie

Michel Piccoli
Michel Piccoli à Festival de Cannes en 1993

acteur

  • Menace silencieuse (Sortilèges), réalisé par Christian-Jaque (1945)
  • Le Point du jour, réalisé par Louis Daquin (1949)
  • Les foules Avenger (Le parfum de la dame en noir), réalisé par Louis Daquin (1949)
  • En Oklahoma Terreur, dirigé André Heinrich - moyen métrage (1951)
  • Torticola contre Frankensberg, dirigé par Paul Paviot - court-métrage (1952)
  • Chicago Digest, dirigé par Paul Paviot - court-métrage (1952)
  • Destins de femmes (Destinées), épisode "Le guerrier saint Jeanne d'Arc« de Jean Delannoy (1954)
  • français Cancan, réalisé par Jean Renoir (1954)
  • Agression armée (Interdit de séjour), réalisé par Maurice de Canonge (1955)
  • Tout de moi Chante Autour, la direction de Pierre Gout (1955)
  • Ernst Thälmann - Führer seiner Klasse, dirigé par Kurt Maetzig (1955)
  • Les Mauvaises Rencontres, réalisé par Alexandre Astruc (1955)
  • Maria Antonietta (Marie-Antoinette de France reine), réalisé par Jean Delannoy (1956)
  • La mort dans le jardin (La mort en jardin CE), réalisé par Luis Buñuel (1956)
  • Les Crucible (Les sorcières de Salem), dirigé par Raymond Rouleau (1957)
  • Nathalie, réalisé par Christian-Jaque (1957)
  • À partager entre amis ville (Rafles sur la ville), réalisé par Pierre Chenal (1958)
  • Les Copains du dimanche, réalisé par Henri Aisner (1958)
  • Jabarin, réalisé par Richard Pottier (1958)
  • La poche Vénus (La Bête à l'affût), la direction de Pierre Chenal (1959)
  • La haute Dragée, réalisé par Jean Kerchner (1960)
  • L'esclave blanc (Le bal des Spies), réalisé par Michel Clément et Umberto Scarpelli (1960)
  • Les Petits Drames, réalisé par Paul Vecchiali (1961)
  • la Chevelure, dirigé par Adonis Kyrou (1961)
  • Amazones de Rome, réalisé par Ludovico Bragaglia Carlo et Vittorio Cottafavi (1961)
  • le rendez-vous (Le rendez-vous), Réalisé par Jean Delannoy (1961)
  • Fumée, histoire et fantaisie, Edouard Berne directrice et François Villiers (1962)
  • Voulez-vous au soleil, réalisé par Jacques Rozier (1962)
  • Sensi sans repos (Climates), réalisé par Stellio Lorenzi (1962)
  • l'espion (Le Doulos), réalisé par Jean-Pierre Melville (1962)
  • Le jour et l'heure (Le jour et l'heure), réalisé par René Clément (1963)
  • mépris (Outrage), réalisé par Jean-Luc Godard (1963)
  • paparazzi, réalisé par Jacques Rozier (1964)
  • Le Journal d'une femme de chambre (Le journal d'une femme de chambre), réalisé par Luis Buñuel (1964)
  • L'amour et la chance (la chance et l'amour), épisode "La chance est appelé Lucky" par Charles L. Bitsch (1964)
  • La peau chaude (De l'amour), réalisé par Jean Aurel (1964)
  • Café Tabac, réalisé par Claude Guillemot (1965)
  • 50 000 £ pour trahir (Masquerade), réalisé par Basil Dearden (1965)
  • Le coup de grâce, dirigé par Jean Cayrol et Claude Durand (1965)
  • Compartiment tueurs (Compartiment tueurs), réalisé par Costa-Gavras (1965)
  • Lady L, réalisé par Peter Ustinov (1965)
  • La guerre est finie, réalisé par Alain Resnais (1965)
  • Marie Soleil, réalisé par Antoine Bourseiller (1966)
  • Les ruses du diable, dirigé par Paul Vecchiali (1966)
  • Le jeu est terminé (La curée), réalisé par Roger Vadim (1966)
  • la Voleuse, réalisé par Jean Chapot (1966)
  • Les créatures, réalisé par Agnès Varda (1966)
  • Paris brûle? (Paris brûle-t-il?), réalisé par René Clément (1966)
  • Mon amour, mon amour, réalisé par Nadine Trintignant (1967)
  • Josephine, réalisé par Jacques Demy et Agnès Varda (1967)
  • Le 13 Homme (Un homme de trop), réalisé par Costa-Gavras (1967)
  • Belle de Jour (Belle de jour), réalisé par Luis Buñuel (1967)
  • Benjamin ou les aventures d'un adolescent (Benjamin), réalisé par Michel Deville (1968)
  • La Chamade, réalisé par Alain Cavalier (1968)
  • Diabolik, réalisé par Mario Bava (1968)
  • La Voie lactée (La Voie Lactée), réalisé par Luis Buñuel (1968)
  • Dillinger est mort, réalisé par Marco Ferreri (1969)
  • l'invité, réalisé par Vittorio De Seta (1969)
  • topaze, réalisé par Alfred Hitchcock (1969)
  • l'amant (Les Choses de la Vie), réalisé par Claude Sautet (1970)
  • Invasion (Invasion), réalisé par Yves Allégret (1970)
  • l'audience, dirigé par Marco Ferreri (1971)
  • Commissaire Pelissier (Max et les ferrailleurs), réalisé par Claude Sautet (1971)
  • Coupe à blanc (La Poudre d'escampette) de Philippe de Broca (1971)
  • Dix jours incroyables (La prodigieuse décennie), réalisé par Claude Chabrol (1971)
  • la chienne, dirigé par Marco Ferreri (1971)
  • Le charme discret de la Bourgeoisie (Le charme discret de la bourgeoisie), réalisé par Luis Buñuel (1972)
  • l'attaque (le Attentat), Mise en scène Yves Boisset (1972)
  • La femme en bleu, réalisé par Michel Deville (1973)
  • Le mangiaguardie (Themroc), réalisé par Claude Faraldo (1973)
  • Le Ami de la famille (Les Noces Rouges), réalisé par Claude Chabrol (1973)
  • La Grande Bouffe, dirigé par Marco Ferreri (1973)
  • Le Far-West, réalisé par Jacques Brel (1973)
  • Il a commencé le voyage dans le vertige, réalisé par Toni De Gregorio (1974)
  • Ne touchez pas à la femme blanche, dirigé par Marco Ferreri (1974)
  • infernal Trio (trio infernal), réalisé par Francis Girot (1974)
  • pleine grandeur (Taille de la vie), réalisé par Luis Garcia Berlanga (1974)
  • Le Fantôme de la liberté (Le Fantôme de la liberté), réalisé par Luis Buñuel (1974)
  • Trois amis, épouses et (affectueusement) autres (Vincent, François, Paul ... et les autres), réalisé par Claude Sautet (1974)
  • La marque d'étirage (La Faille), réalisé par Peter Fleischmann (1975)
  • Leonor, réalisé par Juan Luis Buñuel (1975)
  • Les barons de la médecine (Sur Sept morts ordonnance), réalisé par Jacques Rouffio (1975)
  • La dernière femme, dirigé par Marco Ferreri (1976)
  • Todo Modo, réalisé par Elio Petri (1976)
  • Comment at-il changé nos vies (F ... comme Fairbanks), directeur Maurice Dugowson (1976)
  • mado, réalisé par Claude Sautet (1976)
  • Trois belle charogne (René roseaux), réalisé par Francis Girod (1977)
  • le imprécateur, réalisé par Jean-Louis Bertucelli (1977)
  • Mes voisins sont gentils (Des enfants Gates), réalisé par Bertrand Tavernier (1977)
  • Strauberg ist da, réalisé par Mischa Gallé (1978)
  • Jaune napolitaine, réalisé par Sergio Corbucci (1978)
  • Une femme deux passions (La partie du feu), réalisé par Étienne Périer (1978)
  • L'état sauvage, réalisé par Francis Girod (1978)
  • L'amant interdit (La petite fille en bleu velours), réalisé par Alan Bridges (1978)
  • Sucre (Le sucre), réalisé par Jacques Rouffio (1978)
  • Photos de souvenirs (Le divorcement), réalisé par Pierre Barouh (1979)
  • Trois pour un crime (Le Mors aux dents), réalisé par Laurent Heynemann (1979)
  • Du crime Considere Comme un des beaux-arts, réalisé par Frédéric Compain (1980)
  • Leap in the Dark, réalisé par Marco Bellocchio (1980)
  • Der Preis Überleben, dirigé par Hans Noever (1980)
  • Atlantic City, États-Unis, réalisé par Louis Malle (1980)
  • La fille Prodigue, réalisé par Jacques Doillon (1981)
  • L'affaire de Une, réalisé par Pierre Granier-Deferre (1981)
  • Lève-Spy (Espion, lève-toi), réalisé par Yves Boisset (1982)
  • La dame passe (Le passant du Sans-Souci), dirigé par Jacques Rouffio (1982)
  • Le nouveau monde, réalisé par Ettore Scola (1982)
  • passion, dirigé par Jean-Luc Godard (1982)
  • Au-delà de la porte, réalisé par Liliana Cavani (1982)
  • Les yeux, la bouche, dirigé par Marco Bellocchio (1982)
  • Une chambre en ville, réalisé par Jacques Demy (1982)
  • Que les gros tements Levent le doigt!, réalisé par Denys Granier-Deferre (1982)
  • Le prix du danger, réalisé par Yves Boisset (1983)
  • Le général des morts, réalisé par Luciano Tovoli (1983)
  • Moves dangereux (La diagonale du fou), réalisé par Richard Dembo (1984)
  • Vive la vie (Viva la vie!) réalisé par Claude Lelouch (1984)
  • Le succès est la meilleure vengeance (Le succès est la meilleure vengeance), réalisé par Jerzy Skolimowski (1984)
  • Danger dans le logement (En Péril la demeure), réalisé par Michel Deville (1985)
  • Retour à revivre (Partir, revenir), réalisé par Claude Lelouch (1985)
  • Adieu Bonaparte, réalisé par Yusuf Shahin (1985)
  • Mon beau-frère dans mon Killed soeur, dirigé par Jacques Rouffio (1986)
  • le Paltoquet, réalisé par Michel Deville (1986)
  • rouge sang (Bad Blood), réalisé par Leos Carax (1986)
  • le puritain (La puritaine), réalisé par Jacques Doillon (1986)
  • la rumba, réalisé par Roger Hanin (1987)
  • Das Weite Terre, réalisé par Luc Bondy (1987)
  • L'homme Voilé, réalisé par Maroun Bagdadi (1987)
  • Voulez-vous aimer (Maladie d'amour), réalisé par Jacques Deray (1987)
  • Comment bons blancs, dirigé par Marco Ferreri (1988)
  • Blanc de Chine, réalisé par Denys Granier-Deferre (1988)
  • La ruelle au clair de lune, réalisé par Edouard Molinaro (1988)
  • peut Fools (Milou en Mai), réalisé par Louis Malle (1990)
  • Le Lu bateau de, réalisé par Christine Citti (1991)
  • La belle grincheux (La belle noiseuse), réalisé par Jaques Rivette (1991)
  • Martha et moi, réalisé par Jirí Weiss (1991)
  • Les garçons de voleur (Le Voleur d'enfants), dirigé par Christian de Chalonge (1991)
  • Les équilibristes, réalisé par Nikos Papatakis (1992)
  • Le bal des casse-pieds, réalisé par Yves Robert (1992)
  • De temps en temps, Jeff Blyth (1992)
  • Les rues crevée, réalisé par Guillaume Nicloux (1992)
  • Archipel, réalisé par Pierre Granier-Deferre (1993)
  • Le caval Demented, réalisé par Marco Pico (1993)
  • Rupture (s), réalisé par Christine Citti (1993)
  • Train de nuit, réalisé par Michel Piccoli (1994)
  • al-Mohager, dirigé par Yusuf Shahin (1994)
  • Bête de scène, réalisé par Bernard Nissile (1994)
  • black Angel (L'ange noir), réalisé par Jean-Claude Brisseau (1994)
  • Les cent et une nuits de Simon Cinéma, réalisé par Agnès Varda (1995)
  • Compagnon Voyage, réalisé par Peter Del Monte (1996)
  • Beaumarchais, l'insolent, réalisé par Édouard Molinaro (1996)
  • partie, réalisé par Manoel de Oliveira (1996)
  • Tykho Moon, réalisé par Enki Bilal (1996)
  • Généalogie d'un crime (Généalogies d'un crime), réalisé par Raúl Ruiz (1996)
  • Passion dans le désert (Passion dans le désert), réalisé par Lavinia Currier (1997)
  • Robert Rien ne, réalisé par Pascal Bonitzer (1999)
  • Libero Burro, réalisé par Sergio Castellitto (1999)
  • París Tombouctou, dirigé par Luis Garcia Berlanga (1999)
  • acteurs (Les ACTEURS), Mise en scène Bertrand Blier (2000)
  • Tout va bien, on s'en va, réalisé par Claude Mouriéras (2000)
  • Retrouvailles (Je rentre à la maison), réalisé par Manoel de Oliveira (2001)
  • ce jour-là (Ce jour-là), dirigé par Raúl Ruiz (2003)
  • Un homme, un vrai, dirigé par Arnaud Larrieu et Jean-Marie Larrieu (2003)
  • Lili, réalisé par Claude Miller (2003)
  • Mal de mer, réalisé par Olivier Vinuesa (2004)
  • miroir magique (Espelho Mágico), réalisé par Manoel de Oliveira (2005)
  • Jardins en automne (Jardins en automne), réalisé par Otar Iosseliani (2006)
  • Bella toujours (Belle toujours), dirigé par Manoel de Oliveira (2006)
  • La duchesse de Langeais (Ne touchez pas la hache), de Jacques Rivette (2007)
  • Rencontre unique,, réalisé par Manoel de Oliveira (2007)
  • boîtes, réalisé par Jane Birkin (2007)
  • Sous les toits de Paris, directeur Hiner Saleem (2007)
  • De la guerre, réalisé par Bertrand Bonello (2008)
  • La poussière du temps (Trilogy II: Le Skoni tou hronou), réalisé par Theo Angelopoulos (2008)
  • le insurgée, réalisé par Laurent Perreau (2009)
  • Un Envol, réalisé par Simon Wallon (2009)
  • Habemus Papam, réalisé par Nanni Moretti (2011)
  • Holy Motors, réalisé par Leos Carax (2012)

directeur

  • Contre l'oubli, épisode "Pour Nasrin Rasooli, Iran« (1991)
  • Train de nuit - court-métrage (1994)
  • Alors voila (1997)
  • La plage noire (2001)
  • C'est pas tout à fait la vie dont j'avais rêvé (2005)

écrivain

  • Le général des morts, réalisé par Luciano Tovoli (1983)

les voix des acteurs italiens

dans les versions italien de ses films, Michel Piccoli était doublé par:

Dans le film Habemus Papam Il a surnommé lit en italien.

notes

  1. ^ Le cinéma, un grand miroir existence, swissinfo.ch, le 15 Août 2007. 9 Avril Récupéré, 2016.
  2. ^ (FR) Juliette Gréco et son mari, plus de 50 ans d'amour ... Et de passion verser Brel, purepeople.com, le 12 mai 2014. 9 Avril Récupéré, 2016.

D'autres projets

  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Michel Piccoli

liens externes

prédécesseur David di Donatello du meilleur acteur successeur
Elio Germano
pour notre vie
2012
pour Habemus Papam
Valerio Mastandrea
pour les acrobates
autorités de contrôle VIAF: (FR115031380 · LCCN: (FRn91127248 · SBN: IT \ ICCU \ MACRO \ 088421 · ISNI: (FR0000 0001 2148 417x · GND: (DE118940937 · BNF: (FRcb121351717 (Date)