s
19 708 Pages

Comment lire redirigée
palmiers Vautour
de vautour Palm-écrou Bird Park-8a.jpg
Adulte au Jurong Bird Park, Singapour
état de conservation
Statut iucn3.1 LC it.svg
risque plus faible[1]
classification scientifique
domaine Eucaryotes
uni Animalia
phylum chordata
classe Aves
ordre Accipitriformes
famille accipitridae
sous-famille Gypaetinae
sexe Gypohierax
Rüppell, 1836
espèce angolensis G.
nom binomial
palmiste africain
(JF Gmelin, 1788)

L 'palmiers Vautour (palmiste africain Rüppell, 1836) Il est espèce de oiseau de famille de accipitridae natif de la plupart des 'Afrique subsaharienne[2]. Il est la seule espèce de genre Gypohierax Rüppell, 1836.

description

palmiste africain
Exemplaire jeunes.

la vautours Ils sont généralement décrits comme macabres charognards, mais cette réputation est encore plus injustifiée pour le vautour des palmiers, essentiellement frugivores[3]. avec plumage principalement stylos blancs et noirs d'ailes et de la queue, les exemplaires adultes peuvent parfois être échangés contre des aigles pêcheurs africains ou percnoptères, à partir de laquelle ils diffèrent de ne pas avoir la couleur brune du premier corps et la queue blanche de secondes[4][5][6]. Bien que la tête, la gorge et le cou sont entièrement recouverts de plumes, la grande surface de la peau nue rougeâtre qui s'étend autour du visage et des yeux est clairement Vulturine[4][7][8]. Les sexes sont presque identiques en apparence, la femelle étant légèrement plus grande que le mâle (1,2-1,8 kg). Les jeunes, d'autre part, sont la plupart du temps avec des ailes brun partiellement noir et emploient trois ou quatre ans avant de mettre le plumage des adultes propres[4][7].

Distribution et habitat

Le vautour de la paume est une espèce abondante occupant localement une large zone étendue sur une grande partie de 'Afrique, de Gambie jusqu'à Kenya, poussant sud vers le Afrique du Sud Nord-Est[4][7].

Comme son nom l'indique, la paume de vautour chevauche parfaitement avec areal celui de palmier à huile (Elaeis sp.) ou de palmiers raphia (Raphia sp.). Il est donc le plus courant dans les forêts côtières et les marais de mangroves dessous de 1500 mètres, mais est également présent dans savanes humide[4][7].

biologie

puissance

palmiste africain
œuf palmiste africain.

Le vautour des palmiers est l'un des rares oiseaux de proie qui mangent régulièrement des matières végétales[3][7]. Le revêtement charnue de l'huile de fruits de palme et Raphia, ainsi que les dates sauvages et d'autres fruits, constitue extraordinairement 58-65% du régime alimentaire des adultes et jusqu'à 92% du régime alimentaire des jeunes. Ce vautour inhabituel obtient les nutriments manquants provenant de sources plus conventionnelles de la nourriture, tels que poisson, crabes et invertébrés, mais il peut aussi consommer petit mammifères, oiseaux et reptiles, à la fois les chasser que, de temps en temps, sous forme de charogne. Par conséquent, il ne peut pas être considéré comme strictement frugivores, mais rarement il est aperçu autour des carcasses de grands animaux qui composent l'aliment de base des autres vautours africains[4][7].

lecture

Les couples reproducteurs construisent de grands nids de brindilles sur le dessus des grands arbres et montrent souvent un fort attachement au site de nidification, tout en restant dans son voisinage pour l'année entière. Au début de la saison de reproduction, les partenaires voleront pour faire un défilé aérien en tours et plongées, beaucoup plus acrobatiques que celle de la plupart des vautours[4][7]. Au cours de chaque cycle de reproduction, il est prévu un seul œuf au chocolat blanc et brun, qui est éclos par les deux parents pour une période de quatre à six semaines[4][7][8]. En général, environ 85-90 jours après l'éclosion, le petit, recouvert d'un plumage brun, les mouches[4].

notes

  1. ^ (FR) BirdLife International 2013 palmiste africain, sur Liste rouge UICN des espèces menacées, Version 2017,1, UICN, 2017.
  2. ^ (FR) Gill Donsker F. et D. (eds), famille Accipitridés, en CIO mondiale des oiseaux noms (ver 6.2), Union internationale Ornithologues, en 2016. Récupéré 12 Juin, 2014.
  3. ^ à b Burnie, D. (2001) Animaux. Dorling Kindersley, Londres.
  4. ^ à b c et fa g h la Ferguson-Lees, J. et Christie, D.A. (2001) Raptors du Monde. Christopher Helm, Londres.
  5. ^ Sinclair, I. (1994) Guide de terrain pour les oiseaux d'Afrique du Sud. Struik Publishers, Le Cap.
  6. ^ Newman, K. (2002) Oiseaux de Newman de l'Afrique du Sud. Struik Publishers, Le Cap.
  7. ^ à b c et fa g h Palmiste Vautour - Palmiste, oiseaux-birds.com. Récupéré le 29 mai 2011.
  8. ^ à b Myburgh, N. (2006) Un oiseau dans un arbre très grand. La vie du village, 21: 48 -.

bibliographie

D'autres projets

liens externes