s
19 708 Pages

Comment lire redirigée
Geranoaetus
Geranoaetus melanoleucus.jpg
Geranoaetus melanoleucus
classification scientifique
domaine Eucaryotes
uni Animalia
phylum chordata
classe Aves
sous-classe Neornithes
superordre Neognathae
ordre Accipitriformes
famille accipitridae
sous-famille buteoninae
sexe Geranoaetus
Kaup, 1844

Geranoaetus (Kaup, 1844) Il est genre de famille de accipitridae. Les trois espèces qui font partie habitent les forêts, les steppes et les taches de végétation tout Amérique.

étymologie

le terme Geranoaetus Il est dérivé de la latinisation de l'union des deux termes d'origine grec ancien γέρανoς (geranos), Ce qui signifie grue, et ἆετός (Aetos), Ce qui signifie aigle. Le nom du genre a ainsi le sens de l'aigle-grue, probablement en référence à la couleur grise des ailes et en vers qui grince melanoleucus G..[1]

description

Les oiseaux appartenant au genre Geranoaetus ils sont oiseaux de proie jour avec une envergure d'environ 2 m et un poids qui est d'environ 2000 g. la plumage Elle peut varier considérablement chez les adultes et les jeunes; chez certaines espèces il y a une grande diversité de livrée aussi entre les hommes et les femmes, en raison de l'importante dimorphisme sexuel. Chez toutes les espèces, la taille de la femelle sont en moyenne plus élevées que celles du mâle.[2]

biologie

Ce sont des chasseurs opportunistes qui se nourrissent d'un large éventail de proies, en particulier les vertébrés, ce qui peut être de petite taille, ainsi que la taille d'un lapin européen ou encore plus. Ils peuvent se nourrir charogne.[3][4][5] Ils vivent dans des lieux ouverts, en particulier dans les vallées de montagne, steppes haute altitude et les forêts de la végétation non dense. Leurs nids sont constitués de branches et tiges, et sont généralement situés dans des zones protégées, comme les cimes des arbres, les pics rocheux, des falaises, canyon et aussi dans certaines structures humaines, en particulier les tours à haute tension.[6][7][8] L'une des principales causes de décès est une intoxication, en raison du fait que l'alimentation de charogne empoisonnée avec laquelle les agriculteurs se battent renards. Les échantillons utilisés comme un des pôles de point d'observation et d'arbres à proximité des routes sont parfois utilisées comme cible pour la pratique cible par des gens peu scrupuleux.[9] L'habitude d'utiliser les poteaux de lignes électriques comme des tours de guet pour détecter des proies, aussi les expose souvent à la mort électrocution.[10] En dépit de tous ces problèmes, aucun des trois espèces est en danger d'extinction.

taxonomie

Le genre a été décrit pour la première fois depuis naturaliste allemand Johann Jakob Kaup en 1844. Dans ce document, il a été inclus qu'une seule espèce, melanoleucus G., bien qu'il a été suggéré d'y inclure une sorte d'oiseaux de proie fossiles.[11][12] Geranoaetus Il est généralement reconnu comme taxon valide,[13] bien que certains auteurs sinonimizzano avec le genre Buteo.[14][15]

les études phylogénie réalisé moléculaire sur Buteonini Ils sont unanimes pour indiquer l'absence de monophyly dans certains de leurs genres.[16][17][18] La réorganisation de la nomenclature à l'intérieur de la sous-famille, aligné avec l'histoire de l'évolution, il a été proposé par Amaral et d'autres;[19] entre les modifications indiquées compris l'incorporation de 3 espèces monofiliche (précédemment appelée Buteo albicaudatus, B. polyosoma et Geranoaetus melanoleucus) Dans un genre distinct de Buteo,[18] puisque ceux-ci déjà partagé avec d'autres caractéristiques écologiques chacune et morphologiques.[20][21]

Deux types pourraient être adaptés pour réunir les clade formé par trois espèces: Geranoaetus et Tachytriorchis (Kaup, 1844), Dont l'espèce type était Falco Pterocles (Temminck, 1820) Synonyme Buteo albicaudatus. Les deux types ont été créés dans le même travail. Dans ses publications Internet, Amaral a réuni dans le premier type, mais la mission n'a pas été considérée comme valide parce qu'elle ne sort pas sur une publication imprimée, comme indiqué par Code international de nomenclature zoologique 1999 (article 24.2 et 24 de la recommandation), de sorte que le problème a été résolu en 2010,[22] attribuer formellement comme priorité Geranoaetus sexe Tachytriorchis.

Le genre comprend trois espèces:

  • Geranoaetus melanoleucus Vieillot, 1819 - Buzzard-eagle pettonero
  • Geranoaetus albicaudatus Vieillot, 1816 - Buzzard a obtenu son diplôme
  • Geranoaetus polyosoma Quoy Gaimard, 1824 - Buzzard dorsorosso

notes

  1. ^ Farieta, p. 69
  2. ^ del Hoyo et al
  3. ^ (ES) Ana Trejo, Marcelo Kun et Susana Seijas, régime del Aguila Mora (Geranoaetus melanoleucus) en una transecta Oeste-este en el ecotone norpatagónico en hornero, vol. 21, nº 1, 2006, pp. 31-36.
  4. ^ (FR) P. R. Schlatter, J. L. Yañez et F. M. Jaksic, relations niche alimentaire entre les Aigles chiliens et Buzzards rouge soutenu au Chili central, en pingouin, vol. 97, 1980, pp. 897-898.
  5. ^ (FR) E. Pavez, C. González et J. Jiménez, Régime chie d'aigles noirs (torse Geranoaetus melanoleucus) de proie à des lapins européens indigènes au Chili, en Journal de Raptor Research, vol. 26, pp. 27-32.
  6. ^ (ES) M. D. et E. Saggese R. De Lucca, Biología reproductiva del Aguila Mora (Geranoaetus melanoleucus) en sur la Patagonie, Argentine, en hornero, vol. 16, No. 2, 2001, pp. 77-84.
  7. ^ (ES) E. F. Pavez, Biología reproductiva de águila Geranoaetus melanoleucus (Aves: Accipitridés) en centre du Chili, en Revista de historia chilena naturel, vol. 74, nº 3, 2001, pp. 687-697.
  8. ^ J. Cabot Nieves, T. et C. De Vries U. Alonso, Primeros de datos sobre période el incubación y crecimiento de los Pichones de aguilucho común (Geranoaetus polyosoma) Quoy Gaimard y en cautiverio, en Acta zoologique lilloana, vol. 57, nº 2, 2013, pp. 187-200.
  9. ^ (ES) Jaime E. Jimenez et Fabián M. Jaksić, Historia natural del Aguila Geranoaetus melanoleucus: une révision, en El Hornero, vol. 13, No. 2, 1990, pp. 97-110.
  10. ^ (ES) Sergio Alvarado-Orellana et Makarena Roa Cornejo, Electrocución Aguilas de Moras Geranoaetus melanoleucus por Tendido Eléctrico en Calera de Tango, Chili, en Spizaetus, nº 9, 2010, p. 12.
  11. ^ (FR) A. Wetmore, Statut du genre Geranoaetus, en The Auk, vol. 50, nº 2, 1933, p. 212.
  12. ^ (FR) Dean Amadon, Comparaison des espèces fossiles et récentes: Quelques difficultés, en condor, vol. 65, nº 5, pp. 407-409, DOI:10,2307 / 1365146.
  13. ^ (FR) Remsen, J. V., Jr., Cadena, C.D., Jaramillo, A., Nores, M., Pacheco, J. F., Robbins, M. B., Schulenberg, T. S., Stiles, F.G., Stotz, D.F. Zimmer, K.J., Une classification des espèces d'oiseaux d'Amérique du Sud, American Ornithologists 'Union. Récupéré 29 Juin, ici à 2015.
  14. ^ (FR) Mélaniques échantillon de buse aguia, (Geranoaetus melanoleucus) avec des commentaires sur la position taxonomique de l'espèce, en Journal de Raptor Research, vol. 40, nº 1, 2006, pp. 86-88.
  15. ^ (FR) C. E. Hellmayr et B. Conover, Catalogue des oiseaux des Amériques, vol. 13, pt. 1, no. 4, Champ Musée d'histoire naturelle, Chicago, 1949.
  16. ^ (FR) Martin J. Riesing, Luise Kruckenhauser, Anita Gamauf et Elisabeth Haring, phylogénie moléculaire du genre Buteo (Aves: Accipitridés) sur la base de séquences de marqueurs mitochondriaux, en Moléculaire phylogénie et évolution, vol. 27, 2003, pp. 328-342.
  17. ^ (FR) Fabio R. Amaral, Matthew J. Miller, Luís F. Silveira, Eldredge Bermingham et Anita Wajntal, Polyphylie de la buse et génère Leucopternis Buteogallus (Aves, Accipitridé): de multiples changements de l'habitat durant la buteoninae de diversification Néotropical, en BMC Evolutionary Biology, vol. 6, n ° 10, DOI:10.1186 / 1471-2148-6-10.
  18. ^ à b Heather R. L. Lerner, Matthew C. Klaver et David P. Mindell, phylogénie moléculaire des rapaces buteoninae (Aves, Accipitridé), en The Auk, vol. 304, n ° 2, 2008, pp. 304-315.
  19. ^ (FR) Fabio R. Amaral, Frederick H. Sheldon, Anita Gamauf, Elisabeth Haring, Martin Riesing, Luís F. Silveira et Anita Wajntal, Modèles et processus de diversification dans un groupe aviaire généralisée et diversité écologique, les faucons buteoninae (Aves, Accipitridé), en Moléculaire phylogénie et évolution, vol. 53, 2009, pp. 703-715.
  20. ^ (FR) J. M. Thiollay, Famille Accipitridés (Hawks et Eagles), à Josep del Hoyo, Jordi Sargatal et Andrew Elliot (Eds) Manuel des oiseaux du monde. Volume 2: New Vautours du monde à Pintade, Lynx Edicions, 1994 ISBN 978-8487334153.
  21. ^ (FR) James Ferguson-Lees et David A. Christie, Raptors du Monde, Mifflin Harcourt Houghton, 2001 ISBN 9780618127627.
  22. ^ (FR) Fabio R. Amaral, Frederick H. Sheldon, Anita Gamauf, Elisabeth Haring, Martin Riesing, Luís F. Silveira et Anita Wajntal, Zootaxa, vol. 2534, nº 1, pp. 66-68, DOI:10,11646 / zootaxa.2534.1.5.

bibliographie

  • (FR) Josep del Hoyo, Jordi Sargatal et Andrew Elliot (Eds) Manuel des oiseaux du monde. Volume 2: New Vautours du monde à Pintade, Lynx Edicions, 1994 ISBN 978-8487334153.
  • (ES) Alejandro Farieta, Diccionario de los de las aves Nombres de Colombie: origen y Utilisation, Universidad El Bosque, 2011 ISBN 9789589920114.

D'autres projets