s
19 708 Pages

Dans le langage juridique charge (Aussi appelé poids, manière ou modus) Les moyens une disposition accessoire de acte juridique Libre d'imposer une 'lien au destinataire des dons (bedeviled): Par exemple, l'obligation d'allouer une partie des biens donnés à un refuge pour les pauvres.

Ce sens du terme ne doit pas être confondu avec l'autre, également utilisé dans le langage juridique, selon laquelle 'charge est un particulier situation juridique subjective.

La charge dans le droit romain

La charge remonte à droit romain où le modus (Terme qui en latin de la limite »signifie) est l'un des trois éléments accidentels de l'acte juridique, ainsi que meurt (terme) et conditio (état). Elle diffère de la condition parce que ce subordonnés, mais pas l'ordre, alors que l'ordre de la charge, mais ne fait pas, de sorte que le magasin était immédiatement efficace même si le bénéficiaire n'a pas respecté.

À un moment donné, afin de faire coercibles modus, la praetor Il a nié au légataire 'action en ce qui concerne 'héritier, Une fois que vous obtenez la chose à lui lié, Si le légataire lui-même n'a pas été engagé à payer une cautio ou stipulatio Praetoria (Garantie) pour la réalisation de modus. En outre, si le bénéficiaire était une personne en particulier, il a commencé à envisager fictivement modus comme fedecommesso, reconnaissant ainsi le même pour le bénéficiaire petitio fideicommissi, à savoir l'action spécifique pour obtenir la conformité. Si le don modal, cependant, il a adopté l'expédient de transférer en fiducie au bien donataire, de sorte que si elles ne remplissaient pas l'obligation, ils pourraient porter contre lui l 'actio fiduciae; ou contraindre le donataire par une réalisation stipulatio. À l'époque Justinien Ils ont été accordées au donateur, en cas d'échec de la modus, les actions aux contrats innommés: condictio date d'échéance, car aucun secuta, pour récupérer les biens donnés et præscriptis verbis actio, d'exiger l'exécution.

La charge en italien

Sous charges italiennes est expressément prévu par la code civil pour le don (art. 793), l'institution d'héritier ou légataire (art. 647) et la vente libre d'une propriété ou d'un libre transfert de capitaux (art. 1861). On croit cependant qu'il peut être apposé à la généralité des transactions juridiques gratuites.

Si la charge est une violation de la transaction juridique, en règle générale, il ne tombe pas, mais les parties intéressées peuvent prendre une action en justice pour obtenir l'obligation. Toutefois, si la charge est contenue dans un testament ou un don, peut également être introduit un recours pour la résolution du magasin. En fait, l'art. 648 du Code civil prévoit que la juge, sur demande de toute partie intéressée, peut prononcer la résolution du legs auquel se rapporte la charge si la même résolution a été prédit par le testateur ou si l'accomplissement de la charge était la seule raison de l'héritage. Au lieu de cela, l'art. 793 du Code civil dispose que la résolution du don, si cela est prévu dans l'acte de donation, peut être demandée par le donateur ou ses héritiers.

La charge se distingue par la condition suspensive parce que, tout en forçant le destinataire, ne fait pas le 'efficacité la loi du magasin d'obligation. Il se distingue aussi par la condition résolutoire que, même quand il peut être exigé du magasin pour non-exécution, ce travail ex nunc, faisant l'objet d'achats tiers dans l'intervalle, alors que la résolution menant à la réalisation de la condition des travaux ultérieurs ex tunc.