s
19 708 Pages

tichel
Tichel traditionnellement porté

la tichel (juif:טיכעל), Également appelé mitpachat, est un voile porté par les femmes comme couvre-chef juif marié, conformément au code de modestie connu sous le nom Tzniut. la tichel Ils peuvent varier d'un voile carré très simple et en coton, avec laçage arrière jusqu'à complexe de tissus et fixations diversement traitées. Comme toute autre forme de vêtements dans la tradition orthodoxe juive, la tichel Il sert de la mode et en même temps que l'expression de la pudeur.

Dans les textes hébreux

Halakha

Une fois mariée, la femme juive entre dans une relation très particulière avec son mari. Cette transformation se traduit par le nom hébreu du mariage, « Qiddushin »[1] sens sanctification ou sainteté. Avec cet acte, la mariée et le marié sont totalement dédiés à l'autre, d'une manière absolue, dans une union sacrée. Cet engagement se manifeste chez les deux partenaires, à la fois intérieurement et extérieurement, à bien des égards.

Un de ces moyens est pour la femme pour couvrir ses cheveux, qui sont considérés par 'hébraïsme comme une partie sensuelle et privée de la femme mariée. Couvrant vos cheveux - même avec une perruque qui peut être confondu avec de vrais cheveux - une femme exprime sa dévotion exclusive, son amour et son lien unique avec son mari. Même si d'autres ne réalisent pas que vous couvrez les cheveux, la mariée a le sentiment constant d'être la moitié d'une relation unique et profonde.

Bien qu'il existe cependant, bien que beaucoup de ces lois strictes de la modestie juive sont suspendus dans l'intimité de la chambre à coucher, toujours au cours de la période de nida la femme devrait être modeste et réservé devant le mari. Il est également considéré comme louable modestement de se comporter l'âge de compréhension - 3 ans - en particulier pour les mères dans l'éducation de leurs enfants.

torah

la torah Il exhorte à maintenir des normes élevées et de maintenir un niveau élevé de conduite morale et éthique, même lorsque vous n'êtes pas en présence d'autres personnes. Par exemple, même lorsque vous revêtiront dans une pièce sombre est un devoir de le faire modestement. Cependant, les cheveux de la femme mariée n'a pas le même statut que d'autres parties intimes du corps qui sont habituellement couverts. Le revêtement de cheveux est avant tout un symbole du mariage, le marié un spectacle de dévotion.

La Torah stipule qu'une femme doit se couvrir les cheveux complètement dans un lieu public. Quelques opinions disent que nous ne devrions pas montrer plus d'un tefach (A palme, environ trois centimètres au total - un brin de cheveux).

Selon la Torah, le prêtre découvre, ou dissout les cheveux d'une femme accusée dans le cadre de l'humiliation avant la cérémonie espiativa (Livre des Nombres 5:18 numéros). D'où la Talmud (Ketuboth 72) conclut que, dans des circonstances normales, les cheveux couverts est une exigence biblique pour les femmes.

Talmud et Mishna

Cependant, la Mishna, en Ketuboth (07:06), implique que la couverture des cheveux ne sont pas une obligation d'origine biblique. En discutant des comportements qui sont dus au divorce, comme « apparaît en public avec ses cheveux, le tissage sur le marché et de parler à un homme », en les appelant violations Dat Yehudit, ce qui signifie « règle juive », par opposition à Dat Moshe, ce qui signifie « la règle mosaïque ». Cette classification indique que la couverture des cheveux ne sont pas une exigence absolue Moïse en Sinaï explicitement mais est plutôt une norme modeste qui a été défini par la communauté juive.

la Talmud (Ketuboth 72) offre une position de compromis: la couverture minimale des cheveux est une exigence biblique et d'autres règles sur la façon et le moment de couvrir leurs cheveux sont déterminés par la communauté.

Dans d'autres parties du Talmud (berakhot 24a) le rabbins définir leurs cheveux comme érotique sexuellement (ervah) Et interdire aux hommes de prier en vue de la chevelure d'une femme. La base de rabbins cette décision sur un verset de la Bible: « Tes cheveux sont comme un troupeau de chèvres » (Cantique des cantique 4: 1), Laissant entendre que cet éloge reflète la nature sensuelle des cheveux. Cependant, il est important de noter que dans cet amateur de contexte biblique loue aussi le visage aimé que les rabbins ne forcent pas les femmes à couvrir. Bien que pas tout le monde est d'accord et le commentateur posek fin Mordechai ben Hillel médiévale explique que ces définitions de modestie rabbinique - bien que dérivé d'un verset biblique - reposent sur des règles communautaires subjectives qui peuvent varier au fil du temps.

notes

  1. ^ Qiddushin ou erusin (אירוסין) est un terme juif pour indiquer "mariage Promesse. « Dans hébreu moderne « erusin » signifie "engagement« Mais dans la tradition historique, le terme a le sens original indiquant la première partie de la double procédure, le second est appelé nissuin ( "Cérémonie de mariage"). Voir. Encyclopédie juive, sous vide « Fiançailles ».

Articles connexes

liens externes

Activité wiki récente

Aidez-nous à améliorer BooWiki
Commencez