s
19 708 Pages

Les coordonnées: 47 ° 42'02 « N 0 ° 04'33 « W/47.700556 N ° 0.075833 ° W47.700556; -0,075833 la National Prytanée Militaire Il est une école français géré par l'armée, qui offre un enseignement de l'école ainsi que des cours spéciaux pour la préparation académique, équivalent au niveau des premières années de université, pour les étudiants qui souhaitent entrer académies militaires Français. L'école est située dans l'ouest de la France dans la ville de La Fleche.

histoire

Au cours du XVIe siècle, Frances, duchesse d'Alençon et la grand-mère future Henri IV, fondé un château à La Flèche, où Antoine de Bourbon, Roi de Navarre et sa femme Jeanne d'Albret, les futurs parents d'Henri IV, résidaient en 1552. Le château a été donné à jésuites par Henri IV en 1604 pour établir un collège sous le nom de « Collège royal Henri le Grand » afin de « sélectionner et former les meilleurs esprits de l'époque. »

Le Collège des Jésuites (1604-1762)

National Prytanée Militaire
Le château de La Fléche

Les premiers jésuites à gauche Pont-à-Mousson Le 16 octobre 1603, et a atteint La Fleche le 2 Janvier 1604. Ils ont commencé à enseigner grammaire, rhétorique, latin, grec, juif, philosophie, mathématiques, théologie. En mai 1607 un édit a été émis par la fondation Fontainebleau, dans lequel le bâtiment commençait à prendre sa forme actuelle.

le philosophe René Descartes, mieux connu comme Descartes, ce fut l'un des premiers et des étudiants les plus illustres de l'école de 1607 à 1615, et présenté dans son célèbre Discours de la Méthode avec la phrase: « Je suis l'une des écoles les plus célèbres en Europe. »

Le Collège a continué à se développer et, à la mort de Henri IV, une grande église a été construite, dans laquelle ont été conservés comme des reliques dans le cœur de Henri IV et son épouse la reine Marie de Médicis.

Vers 1650, le collège est devenu un centre cosmopolite de l'apprentissage, comme « la visite des Américains, les Indiens, les Tartares, les Russes, et même chinois » (l'historien Marchant de Burbure en 1803[1]). Environ 1500 étudiants vivaient dans La Fleche, sous la direction de 120 jésuites selon la règle jésuite de l'éducation de la « Ratio studiorum ». Les étudiants veninvano préparés à diverses fonctions dans l'Église (Le cardinal de Talleyrand), L'État (Séguier, Voisin, etc.), ou l'armée (maréchal de Guébriant).

L'école des cadets (1764-1776)

National Prytanée Militaire
gravure Prytanée, XVIII siècle.

En 1764, suite à l'expulsion de jésuites, après un délai de deux ans, l'école a été transformée de Louis XV et Choiseul dans une institution militaire pour la formation des jeunes cadets pour l'admission à l'école militaire, l ' « École des cadets et l'école militaire préparatoire au Champ de Mars Ecole Militaire ». Ces efforts pour créer des institutions militaires ont été le résultat de défaites militaires Guerre de Sept Ans. L'école était réservée aux 250 étudiants de noble extraction, ainsi que les enfants des officiers qui ont été blessés ou morts au combat, et les enfants de Chevaliers de Saint-Louis.

Le collège (1776-1793)

En 1776, la Comte de Saint-Germain Elle a essayé de fermer l'école, mais il a été reconstitué comme Louis XVI, qui a confié la gestion aux « Pères de la Doctrine chrétienne » (La Doctrine de pères chrétienne). Entre autres, ils éduqués l'avenir général Bertrand, qui ont accompagné napoléon à Sainte-Hélène, et les deux frères Chappe, qui a inventé télégraphe optique.

Le Collège a été fermé en 1793 suite à l'avènement de Révolution française. Pendant un certain temps, les bâtiments ont été utilisés à des fins diverses, telles que devenir une chaussure pour l'armée de la République. Un décret consulaire de l'année 1er germinal VIII (22 1800 Mars) a divisé le Prytanée dans quatre collèges, le premier situé dans les locaux du même Prytanée à Paris, le deuxième en Fontainebleau, le troisième Versailles et le quatrième Saint-Germain-des-Prés.[2].

la Prytanée Militaire (1808-présent)

National Prytanée Militaire
Les étudiants de Prytanée déjeuner vers 1900

Le 24 Mars 1808, napoléon Il renommé l'école du « prytanée militaire », une référence classique à l'établissement du grec prytanée, un organe exécutif qui était le cœur religieux et politique des anciennes cités grecques. Quand Napoléon avait déménagé à Fontainebleau pour établir sa cour, il avait décidé de transférer le « » Ecole Spéciale Militaire de Fontainebleau « à Paris, et le » Prytanée de Saint-Cyr « à La Flèche. Depuis lors, plusieurs noms ont été adoptés pour l'école comme "École royale militaire" (1814-1830), "Collège militaire royal" (1831-1848), "national Collège militaire" (1848-1853), "Prytanée militaire impérial" ( 1853-1870), "prytanée militaire" et "national Prytanée militaire" (depuis 1870).

au cours de la Guerre mondiale en 1940, la Prytanée Il a dû être déplacé pendant quelques années plus tard Billom, valence et alors Briançon.

aujourd'hui

National Prytanée Militaire
Cérémonie du serment, pour les étudiants Prytanée qui se préparent pour le 'École de Saint-Cyr (Environ 1950).

aujourd'hui Prytanée commence à partir du niveau de lycée, et classes préparatoires, qui est, les classes préparatoires aux examens d'admission grande école français élite, tels queÉcole Polytechnique, l 'École Navale Marine, l 'École de Saint-Cyr Armée, l 'Ecole de l'Air Air et diverses écoles d'études supérieures en génie civil ou d'affaires.

Les élèves de l'école sont surnommés « Brutions », comme une référence classique dans la région Bruttium en Italie à l'époque romaine, dont les habitants étaient connus pour leur dureté et leur esprit combatif.

anciens élèves célèbres

National Prytanée Militaire
René Descartes (Descartes) (1596-1650)
National Prytanée Militaire
Claude Chappe (1763-1805)
National Prytanée Militaire
Joseph Gallieni (1849-1916)
National Prytanée Militaire
Patrick Baudry (1946-)

la Prytanée Il a formé plusieurs personnalités militaires et non militaires. Dans l'ordre chronologique:

  • Marin Mersenne (1558-1648), théologien.
  • Pierre Séguier, Etat et chancelier de France (1588-1672).
  • René Descartes (Descartes), philosophe (1596-1650).
  • Jean-Baptiste de Budes Guébriant (1602-1643), Maréchal de France.
  • La Rochefoucauld (1613-1680), écrivain.
  • François de Laval (1623-1708), premier évêque du nouvelle-France.
  • Jean Picard (1629-1682), astronome.
  • James FitzJames (1670-1734), Duc de Berwick et le maréchal de France.
  • Aristide Aubert du Petit-Thouars (1760-1798), officier de marine, héros de Bataille d'Aboukir.
  • Claude Chappe (1763-1805), l'inventeur du télégraphe optique.
  • Henri Gatien Bertrand (1773-1844), général, suiveur napoléon à Sainte-Hélène.
  • Aimable Jean Jacques Pélissier (1794-1864), maréchal de France.
  • René François Regnier (1794-1881), écrivain ecclésiastique.
  • Achille Baraguey-d'Hilliers (1795-1878), maréchal de France.
  • Antoine Brutus Menier (1795-1853), entrepreneur et fondateur de Chocolat Menier.
  • Antoine François Prévost (1797-1863), écrivain.
  • Louis d'Aurelle de Paladines (1804-1877), le général.
  • Pierre Hippolyte Publius Renault (1807-1870), le général.
  • Ernest Courtot de Cissey (1810-1882), le général.
  • Charles Denis Bourbaki (1816-1897), le général.
  • Adrien Joseph Deutsch (1818-1895).
  • Louis Rossel (1844-1871), ministre de la Guerre commune de Paris.
  • Joseph Gallieni (1849-1916), maréchal de France.
  • Amédée-François Lamy (1858-1900), officier français, vainqueur de Tchad
  • Georges Catroux (1877-1969), le général français.
  • Gabriel Voisin (1880-1973), pionnier de l'aviation.
  • Prince Husain Bey (1893-1964 / 9), Prince héritier Tunisie.
  • Jacques Massu (1908-2002), le général.
  • Pierre Guillaumat (1909-1991), homme d'affaires et homme d'État (armée et ministre de l'Éducation).
  • Haedens Kleber (1913-1973), écrivain.
  • François Missoffe (1919-2003), d'état.
  • Jean-Claude Brialy (1933-), acteur.
  • Michel Virlogeux (1946-), architecte du Viaduc de Millau, le plus haut viaduc de véhicules dans le monde.
  • Patrick Baudry (1946-), l'astronaute.
  • Antoine Compagnon (1950-), écrivain.
  • Jean-François Clervoy (1958-), l'astronaute.
  • Caroline Aigle (1974-), la première femme française chasse coureur.

célèbres professeurs

  • Pierre Laromiguière (1756-1837)
  • Léon Fleuriot (1923-1987)

notes

  1. ^ Ils le virent venir au collège « Américains, les Indiens, les Russes, Tatars et même les Chinois », Marchant de Burbure (1803).
  2. ^ de Dictionnaire de Ferdinand Buisson de pédagogie

D'autres projets

liens externes

autorités de contrôle VIAF: (FR168537166 · LCCN: (FRn88678206 · ISNI: (FR0000 0001 2204 1960 · GND: (DE16061693-1 · BNF: (FRcb125696789 (Date)