s
19 708 Pages

Luigi Bonelli (Brescia, 20 septembre 1865 - Naples, 26 janvier 1947) Ce fut un universitaire, arabisant, iranista et turcologo italien.

biographie

Pour bien préparer sa thèse graduation dans « l'histoire moderne », Luigi Bonelli a appris autodidacte arabe et que aveugle. Il n'obtient son diplôme en « Lettres » vient de réaliser dans 1887 à l'Académie des Sciences littéraires Milan, puis il a réorienté ses intérêts "Orientalistica et glottologie, probablement grâce à la direction scientifique innovante sur la Graziadio Ascoli.
Il a rencontré en Rome le grand sémitique Ignazio Guidi, qui a encouragé sa propension à soi-disant « trépied islamique », à savoir arabe, que aveugle et turc. Ce fut le même Guidi de présenter en 1890 à 'Accademia dei Lincei sa première publication importante, liée à un texte persan.

Un peu plus tard Bonelli face l'une des tâches les plus exigeantes islamistici: L'édition d'un catalogue codes Arabes, les Perses et les Turcs de Casanatense Bibliothèque« (Un travail similaire sera fait par lui dans l'avenir aux Archives d'Etat de Venise, qui ont classé les résumés, resté inédit, d'une partie de la collection de documents turcs dans celui-ci).

en 1892 il a été chargé de l'enseignement « langue turque » tous "Istituto Universitario Orientale Naples et ici et dans cette même discipline est devenu professeur de professeur 1907, en supposant également la fonction de directeur (équivalente à celle du recteur) et dans la période 1914-1916.
En 1921, il devient membre correspondant de l'Académie nationale des Lincei.

Il a également étudié maltais, inspirant le même chemin à un turcologo de apprenditivo de la prochaine génération: Rossi Ettore.
En 1931 et 1932, à l'invitation Fuad I de l'Egypte, Il était chargé de la réorganisation de la bibliothèque et des archives de la cour. Il a travaillé dans cette même période de deux ans sur les résumés des firmans ottomans mais un exemple honteux de « piraterie scientifique »[1] sa fatigue est sorti sous le nom de Naham Hayim, qui était alors le grand rabbin la Caire.[2]

Il est parti en 1935, a réalisé l'enseignement universitaire par la limite d'âge, tout en maintenant pendant quelques années, l'enseignement de la « langue persane. » Pour lui les collègues italiens et étrangers un ouvrage collectif consacré à des études publiées par Annales de l'Institut Oriental royal (N.S., I).

notes

  1. ^ Ceci est l'expression utilisée par turcologo Alessio Bombaci lemme elle lui est consacrée sur Dictionnaire biographique de l'italien, vol. 11 (1969).
  2. ^ voir au sujet Moderno Oriente, XV [1935], pp. 42-44.

œuvres principales

  • Éléments de grammaire osmanli turc , Milano, 1899.
  • Manuel parlé de turc (Avec S. Jasigian), Milan, 1910.
  • traduction du Coran, Milano, Hoepli, 1929 (et les éditions ultérieures). N.B. La numérotation des versets est que la fu'adina précédente édition.
  • Lexique italo-turc, Rome, Institut de l'Est, 1939 (repr. Posthume 1952).

bibliographie

  • Alessio Bombaci, "Obituary. Luigi Bonelli," dans Moderno Oriente, XXVI (1947), pp. 51-55.
  • Rossi Ettore, "Obituary. Luigi Bonelli," dans Journal d'études orientales, XXII (1947), pp. 163-165.
  • Francesco Gabrieli, Orientalistes du XXe siècle, Rome, Institut de Carlo est Alfonso Nallino, 1993, p. 99-101.
autorités de contrôle VIAF: (FR21988236 · LCCN: (FRnr89009920 · SBN: IT \ ICCU \ CFIV \ 070363 · ISNI: (FR0000 0001 0797 7891 · GND: (DE119345285 · BNF: (FRcb14354518p (Date) · BAV: ADV10148371