s
19 708 Pages

» ... le Abate calabraise Giovacchino
esprit de prophétie vient "

(Dante Alighieri, Paradiso, Canto XII, vv. 140-141)
Joachim de Fiore
Gravure du XVIe siècle par Giacomo commandé Greco, cistercienne à ce Monaco moment prieur du monastère Florense, qu'il copie l'image placée sur le cénotaphe contenant la dépouille mortelle du Protoabate de fleurs

Joachim de Fiore (Celico, 1130 à propos - pietrafitta, 30 mars 1202) Ce fut un abbé, théologien et écrivain italien, vénéré comme béni de Eglise catholique (Par Florensis et jésuites Bollandisti).

biographie

Les origines et la formation

Les conditions économiques de la famille Joachim étaient riches, le père Mauro était tabularium ou notaire. Dans le passé, on croyait que la famille avait des origines juif, peut-être d'expliquer l'attitude bienveillante de Joachim en ce qui concerne 'judaïsme.

Joachim est né en Celico, le lieu de naissance[1] Il est placé historiquement où se trouve aujourd'hui l'église de l'Assomption, construite certainement avant 1421 sur le périmètre de la maison natale de l'abbé Joachim. Il a reçu les premiers éléments de l'éducation formelle dans les environs Cosenza. Bientôt, il a été envoyé par son père au travail, toujours à Cosenza, dans le bureau de Justicier de la Calabre. Parce que les conflits insurrectionnels en milieu de travail, est allé travailler au sein des tribunaux Cosenza. Il suit son père a réussi à lui faire une place à la Cour Norman Palerme, où il a travaillé d'abord en contact direct avec la tête de la marque, avec Santoro et j'ai remarqué Pellegrino et enfin à Palerme chancelier de l'archevêque Etienne du Perche. Entré également en désaccord avec Stephen marchèrent loin définitivement de Palerme la cour royale de faire un voyage à Terre Sainte.

les débuts

Peut-être au cours de ce voyage, il a développé un profond détachement du monde matériel pour se consacrer à l'étude écriture. En rentrant chez Joachim a pris sa retraite d'abord dans une grotte près d'un monastère de place sur la montagne Etna, puis il est revenu avec son voisin Guarassano près Cosenza. Ici, il a été reconnu et forcé de rencontrer son père, qui lui avait donné pour perdu. Le père a avoué qu'il avait cessé de travailler pour le roi normand pour servir Roi des rois (Dieu).

Il a vécu environ un an au 'Abbaye de Santa Maria della sambucina, à partir de laquelle il a déménagé pour aller prêcher l'autre côté de la vallée vivant près du gué du ruisseau Gaudianelli Surdo, près de les marques.

Depuis le temps que la prédication d'un laïque n'a pas été bien accueilli, Joachim a fait un voyage jusqu'à Catanzaro, où le évêque Il l'a ordonné prêtre. Pendant le voyage de les marques à Catanzaro Il s'arrêta au monastère de Santa Maria Corazzo, où il a rencontré le grec qui l'a Monaco placé devant la Parabole des Talents, gronder ne pas mettre à profit ses compétences. Il est revenu à prêcher à nouveau les marques, avec les vêtements du prêtre. Peu de temps après avoir pris l'habit monastique et entra au monastère de Santa Maria di Corazzo. Cette abbaye bénédictine, dirigée par beato Colombano, aspirait à suivre règle cistercienne.

pour réduire l'élection

Selon les sources les plus fiables, en 1177 John a été élu Bonasso abbé de Santa Maria Corazzo, mais il a renoncé à la course dans la première monastère sambucina, puis dans couvent du bois croix de Acres. Gioacchino n'aspirait à devenir abbé, mais d'étudier les Saintes Ecritures. Les hommes les plus puissants de l'époque, qui se sont réunis avec lui dans sambucina l'ont convaincu d'accepter la position de l'abbé du monastère, au moment pauvre. Un abbé Corazzo Joachim a commencé à écrire la première de ses œuvres, la généalogie, utilisant comme ses scribes frère John et frère Nicolas.

Théologien et écrivain

Dans l'abbé comme il a voyagé dans 'Abbaye de Casamari entre 1182 et 1184. Au cours de cette période, il a rencontré le Papa Lucio III qui lui a accordé licentia scribendi. Avec l'aide des scribes Jean, Nicolas et Luc ont déjà commencé à Casamari l'écriture de ses œuvres majeures: la Concordia entre l'ancien et le nouveau testament et l 'Exposition Apocalypse. Dans cette même période Joachim a joué devant le pape une prophétie inconnue, a trouvé dans les papiers de la fin cardinale Matteo d'Angers. De là l'encouragement du pape Lucio III pour écrire ses œuvres.

en 1186-1187 il est allé Vérone, où il a rencontré Papa Urbano III. À son retour, il se retira à Pietralata, un lieu inconnu, abandonnant définitivement le guide dell 'Abbey Corazzo. Ses moines ne tolérait pas ses pérégrinations et toujours rester à l'écart de l'abbaye, donc adressé une pétition pour résoudre le problème à la Curie romaine. Par la suite, en 1188 l'obtention d'affiliation abbaye Corazzo all 'Abbaye de Fossanova et le pape l'a acquitté des droits de l'abbaye l'autorisant à continuer à écrire.

Pietralata et Protomonastery Fiore Vetere

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Abbaye Florense.

Un Pietralata, qu'il rebaptise Petra Olei, Ils ont commencé à arriver de nombreux adeptes. La première était Raniero de Ponza, qui a été plus tard légat apostolique en France et Espagne dessous Le pape Innocent III. Pietralata est rapidement devenu un lieu incapable d'accueillir la multitude de personnes qui ont afflué à entendre Gioacchino, donc à l'automne 1188 Joachim est passé sila la recherche d'une zone que vous pourriez vivre. Après plusieurs patrouilles ont cessé dans l'endroit maintenant appelé Jure vetere Sottano, actuellement dans la municipalité de San Giovanni in Fiore[2]. Six mois après la patrouille a quitté Pietralata et a déménagé avec ses disciples sila sur l'emplacement désiré. Pietralata est un lieu de mystère et enveloppé toujours pas identifié avec certitude suffisante.

Au bout de six mois à compter du Roi de transfert William Bon Norman est mort et a été succédé sur le trône Tancredi, déjà Comte de Lecce. Ce sont précisément les fonctionnaires Tancredi de contester le règlement Joachim en sila, que l'abbé a dû aller à Palerme (ressort 1191) Pour se réconcilier avec le nouveau roi. Après un complexe de confrontation entre les deux, au cours de laquelle l'abbé Tancredi a proposé de transférer à la 'Abbaye de Matina « Puis, dans un état de déclin grave » (d'une manière décidée par Gioacchino a rejeté la proposition), il a été autorisé à rester dans Sila[3], l'emplacement choisi, lui faire un don d'un grand lieu de Tenimento à proximité, en ajoutant quelque 30 300 moutons et de blé, pour la subsistance de la communauté religieuse. A partir de là, il a commencé à construire le Proto Fiore Vetere.

en 1194, après la mort de Tancredi a repris le royaume Henry VI, fils de Federico Barbarossa, qui a accordé à Joachim un vaste Tenimento en Sila et des privilèges souverains sur l'ensemble de la Calabre.

La Congrégation Florense

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Florense ordre et Florensis.

Dans cette période, après le diplôme accordé par Henri VI, Joachim fonde les monastères de Bonoligno et Tassitano, et a acquis d'autres monastères déjà italo-grecque. propriétaire fort et patrimoine ecclésial acquis, Joachim est allé Rome recevoir à partir Papa Celestino III l'approbation Congrégation Florense et ses instituts le 25 Août, 1196.

la Florensis Ils ont continué à coloniser le territoire attribué et ainsi Fiore ont été divisés selon le schéma de l'onglet. XII, ont commencé à rogner les territoires de Bonolegno et Faradomus, très probablement avec l'aide de groupes de laïcs qui ont partagé projet Novus ordo. Par conséquent, avec les eaux de la rivière Garga, à travers le canal que l'on appelle Badiale, Ils fecondarono premier Bonolegno puis Faradomus. De là, ils se levèrent querelles avec les moines grecs du monastère les trois enfants, situé à proximité de Caccuri, qui remettait en cause Florensis à l'occupation de leurs territoires deuxième lieu depuis des temps immémoriaux. Les pauvres Florensis ont été battus, des bâtiments détruits et malmené en construction. Cependant, l'action de la construction de colonies n'a pas arrêté, tant que l'abbé était vivant.

Gioacchino morì 30 Mars 1202 à Pietrafitta canal[4] et il a été enterré dans le monastère de Saint-Martin de Channel Florense. Sur ses restes ils ont été déplacés à l'abbaye de San Giovanni in Fiore vers 1226, quand la grande église était encore en construction. Le Abate Matteo (Vitari), successeur de Joachim, a poursuivi le travail en élargissant les bases Florensis; la période de son abbé (1202-1234), l'ordre de Florense se vantait une centaine de filiales, y compris abbayes, monastères et églises, chacune avec de grandes propriétés entretenues et divers biens, dispersés en Calabre, Pouilles, Campanie, Latium, Toscane et les rentes qui sont également venus de contrées lointaines de l'Angleterre, du Pays de Galles et de l'Irlande.

Les grands bienfaiteurs de l'abbé Joachim et de l'Ordre Florense

La Congrégation Florense d'abord, puis ordre Florense (1184-1266) avaient de nombreux bienfaiteurs, parmi beaucoup d'utile de rappeler:

  • Seigneur des Groves: a Joachim (1184-1190) la possibilité de vivre à la retraite Pietralata.
  • Tancrède le Normand: Accordé à Joachim (1190) la Locum Floris, la tenimentum Silae, 300 moutons et 112,5 tonnes de blé par an.
  • Henry VI de souabe accordée à Joachim (1194) la tenimentum Floris et de nombreux privilèges impériaux.
  • Gilberto, évêque de Ceredigion: accordé (en 1195) le Tenimento Montemarco avec ses employés de l'abbaye et ses filiales.
  • Celestino III: il a reconnu en 1196 la Congrégation de Fiore et ses institutions religieuses.
  • Costanza d'Altavilla: Ratifié Joachim (1198) tous les biens appartenant à Monasterio Sancti Johanni de Flore.
  • Humphrey Colino et Simone de Mamistra, Executioner Regio Calabria: accordée à Joachim (1200) pour les fuites Caput album (Head Arvo).
  • Ugolin, cardinal-prêtre de S. Lorenzo in Lucina, légat apostolique en Sicile accordée à Joachim (1200) la succession Albetum Caput à Gratium (Cap Crati Albeto).
  • Frédéric II de Souabe: Accordé à des joints Joachim (1200) Caput album et Caput gratuit.
  • Andrew, archevêque de Cosenza: accordé (en 1201) à l'église de Saint-Martin à Joachim Jove Channel (Pietrafitta).
  • Stephen, évêque de Tropea, Gattegrima et Simone de Mamistra (Executioner Regio Calabria), Lords of Fiumefreddo: accordée à Giacchino (1201) l'église de Santa dimanche, avec toutes ses dépendances, y compris les domaines flumen frigidum et Barbaro.

culte

Joachim de Fiore
Joachim de Flore avec aureola- belle fresque sec. XVI Cathédrale Santa Severina-photo P. Lopetrone-

Les disciples Gioacchino après sa mort, se sont réunis la biographie œuvres et témoignages de miracles obtenus par son intercession pour proposer la canonisation. Cette première tentative avorta probablement en raison des dispositions de Quatrième Concile du Latran que 1215 Il a déclaré hérétique quelques phrases contre Pietro Lombardo contenu dans un pamphlet crédité injustement Joachim de Fiore.

Dante Alighieri dans la Divine Comédie, met Joachim de Flore dans le paradis (chant XII, v. 140-141) dans les rangs des bienheureux (1316-1321), aux côtés de Saint-Bonaventure, San Rabano et Saint Thomas d'Aquin. Il en résulte le jugement clair de Dante a publié environ 110 ans après la mort de l'abbé calabrais.

Une deuxième tentative de lancement de la canonisation a été prise en 1346 Abbé Pierre le monastère de Florense, qui est allé Avignon apporter au Souverain Pontife toute la documentation relative aux grâces et miracles obtenus par l'abbé Gioacchino, à la fois au cours de sa vie et après sa mort.

Il est de notoriété publique qu'ils ont proclamé bienheureux est l'abbé cistercien Gioacchino, l'élaboration même l'indice pour le 29 mai. On croit que cela a eu lieu après 1570, lorsque le Florensis a été fait circuler dans la Congrégation cistercienne Calabro Lucana.

Le 20 Juillet 1684 l'évêque de Cosenza, Gennaro Sanfelice, a dénoncé tout 'inquisition moines cisterciens San Giovanni in Fiore car ils ont gardé en permanence tourné une lampe sur l'autel près du tombeau de l'abbé Gioacchino. Ce rapport a provoqué un certain nombre de problèmes liés au culte et reliques.

À l'approche du huitième centenaire de la mort de l'abbé Joachim, le 25 Juin 2001 l 'Archidiocèse de Cosenza-Bisignano nouveau a commencé le processus de canonisation. À ce jour, il est conclu la phase diocésaine.

les œuvres

Joachim de Fiore
Dialogues des dieux prescientia

Joachim, poussé par Papa Lucio III, Il a écrit son interprétation originale des Saintes Ecritures. Parmi ses œuvres majeures:

  1. Concordia Novi ac Veteris Testamenti
  2. Expositio à Apocalypsim
  3. Psalterium decem chordarum

En outre, il existe encore:

  1. Adversus Iudaeos[5] - édition Adversus Iudeos, Les sources de l'histoire de l'Italie 95, Rome, Institut historique italien du Moyen Age, Rome, 1957. Récupéré le 30 Avril, ici à 2015.
  2. Apocalypsis Nova
  3. De Fidei donum - édition De articulis fidei, Les sources de l'histoire de l'Italie 78, Rome, Tipografia del Senato, 1936. Récupéré le 30 Avril, ici à 2015.
  4. De prophetia inconnue
  5. De Septem Sigillis
  6. Dialogues et de Praescientia Dei de praedestinatione electorum - édition Dialogues et de prescientia Of predestinatione electorum, Les sources de l'histoire de l'Italie médiévale. Antiquitates 4, Rome, Institut historique italien du Moyen Age, Rome, 1995. Récupéré le 30 Avril, ici à 2015.
  7. Enchiridion super Apocalypsim
  8. epistulae
  9. Inteligentia super calathis à abbatem Gaufridum
  10. Testamentum
  11. Universis Christi fidelibus
  12. Exhortatorium Iudeorum
  13. généalogie
  14. Liber Figurarum (Découvert par Leo Tondelli en 1937)
  15. duo Poemata (Visio admirandae historiae, Hymnus de patrie coelesti)
  16. Prefatio à Apocalypsim
  17. profession de foi
  18. Quaestio de Maria Magdalena
  19. sermons
  20. Soliloquium
  21. Tractatus super quattuor Evangelia - édition Tractatus super Evangelia Quatuor, Les sources de l'histoire de l'Italie 67, Torino, Bottega d'Erasmo, 1966. Récupéré le 30 Avril, ici à 2015.
  22. Tractatus dans expositionem et regulae béni bénédictine
  23. Ultimis Tribulationibus

Ils sont également connus:

  • apocryphes:
    • Liber contra Lombardum
    • super Hieremiam
    • Praemissiones et Super Esaiam
    • De s prophetarum
    • Expositio super Sibillas et Merlin
    • Vaticinia de Summis Pontificibus (D'origine douteuse)
  • D'autres divers manuscrits appelés brochures.

Les idées de Joachim de Fiore

Selon Gian Luca Powers dans son examen Refrigerio des Saints, Joachim de Fiore, « cependant, marque un tournant dans la conscience eschatologique médiévale, comme il est le premier à briser le » tabou augustinien « à l'égard de l'Apocalypse 20 et de faire avancer de manière prudente mais claire l'idée que ligatio Sathane pour mille annos devrait être soumis au temps à venir de la paix sur la terre, située dans la prochaine venue de l'Antéchrist et la persécution finale de Gog et Magog. « Dans le même ordre, il est Robert E. Lerner qui met en évidence la façon dont le théorème de saint Augustin, la division de l'histoire en trois périodes: ante legem, lege sous, sous gratia, Il est examiné par Gioacchino qui introduit le quatrième acte du drame: Itaque tempus ante legem, lege secundum sous, tertium sous evangelio, quartum des esprits sous intellectu» Il fait preuve de son extraordinaire originalité interprétative des Saintes Ecritures.

Joachim de Fiore avait trois des nombreuses idées intéressantes et originales.

  • Il a essayé et prouvé qu'il existe différentes formes d'harmonie entre 'vieux et le nouveau Testament, le premier indissolublement lié à la période de père, le deuxième inextricablement lié à la période de fils. Ce concept, appelé « modèle de la théologie binaire de l'histoire », compte tenu de la proportionnalité intégrale, il a trouvé, il se sentait l'occasion de « projet avec confiance au cours de l'histoire chrétienne au-delà de l'âge apostolique jusqu'à présent, et de là à la avenir ». (Lerner) Sur la base de ce système de corrélation entre les deux Testaments, par l'étude attentive des Écritures, croit qu'il peut regarder dans l'avenir, veiller à ce que les deux Testaments ont assuré les mêmes certitudes. Après avoir passé à interpréter l'Apocalypse, le dernier livre du Nouveau Testament, et trouve ici sa façon de dire la continuité de l'histoire de l'église, passé, présent et futur. Joachim a toujours dit très clairement d'être un interprète inspiré de l'Écriture, plutôt que d'un prophète, en effet, il répugné de représenter la dernière fois avec des mots autres que ceux tirés directement de l'Écriture.
  • A partir de ce concept binaire, Gioacchino traite un « modèle ternaire », qui est étroitement liée à la sainte trinité, démontrer avec certains concepts de base à travers l'analyse théologique et iconographique des lettres « ALFA » et « OMEGA ».
  • Depuis le développement de ces deux concepts de base Joachim est arrivé à l'élaboration de concepts relatifs à "trois ans de l'histoire terrestre« Faisant valoir que s'il y avait eu un moment où il a opéré principalement le Père et le temps qui a opéré principalement le Fils, alors il devait y avoir un moment où il fonctionnera principalement du Saint-Esprit, qui procède du Père et du Fils . le temps de balayage que l'abbé de Fiore processus est basé sur trois périodes de base:
    • Age Père: correspondant aux récits de 'l'ancien Testament, étendu dans le temps qui passe d'Adam à Ozias, rois de Juda (784-746);
    • Age du Fils, représenté par gospel et compris par l'avènement de Jésus, étendu dans le temps allant de jusqu'à Ozias 1260;
    • âge de Saint Esprit: Extension dans le temps de 1260 jusqu'à la fin du « millénaire sabbatique » qui est le moment où l'humanité à travers une vie vécue dans une atmosphère de pureté et de liberté aurait bénéficié d'une plus grande grâce. Dans cet âge, une nouvelle église toute spirituelle, tolérante, libre, œcuménique, prend la place de l'ancien dogme de l'église, le matériel hiérarchique, trop.[6]

L'âge de l'Esprit comprend l'âge plus tôt dans un royaume où les conflits sont pacifiés, les guerres supprimées et l'homme régénéré en dévoilant les mystères et s-selon certains interpretazioni- la réunification des chrétiens et des juifs, jusqu'à présent divisés par la partie éclairage de l'Ancien et du Nouveau Testament.

Avec un tel théorème Gioacchino prolonge le temps de l'histoire, en proposant l'extension du temps du salut. Gioacchino processus ainsi, avant que le modèle d'arbre des deux avènements, les trois arbres, un développé à l'ère du Père, celle développée à l'époque du Fils, et celui qui va croître à l'ère de l'Esprit Saint. Joachim croyait vivre dans la phase finale d'un sixième âge, qui sera suivi d'un septième et dernier, tous intrastorica, a fait l'augmentation des dons de l'Esprit jusqu'à l'accomplissement du sabbat éternel, la saison de la plénitude de la grâce donnée.
À l'ère de l'éthique de l'Esprit n'a plus l'âge punitive et rigide du Père: le dévoilement est une ouverture progressive à un Dieu bienveillant, essentiellement l'amour, qui passe de l'Ancien Testament Père, qui est juge / Dieu guerrier / maître et l'homme de la nature sévère vindicative et mystérieux / transcendant, au Fils qui donne sa vie pour le salut de l'homme lui-même montrant que l'amour et la vérité, l'Esprit qui complète cette dimension révélée.

L'inflexibilité de l'histoire, selon Joachim, est donnée par un comptage obsessionnelle des générations, qui appliquent parfois une extension du temps et parfois pas. Avec ce mécanisme complexe élabore une sorte de « ligne de temps », qui va de la « Genèse » au « jugement ». Les deux dirigeants marquent les extrémités de l'histoire du salut qui est développé dans cette ligne de temps. Joachim se demande combien de temps cette ligne de temps et à quel point de cette ligne, il est, donc d'ici développe une série de calculs et combinaisons théologiques complètement originales. Robert E. Lerner soutient que « Selon lui, cela ne pouvait être atteint en étudiant la profondeur de l'Écriture et il se sentait confiant que, grâce à de nouvelles stratégies de lecture, serait en mesure d'apporter le message de l'Écriture lumière prédictive, qui jusque-là, ils avaient été tenues secrètes ". Tout son travail est venu à être caractérisé comme un ambitieux penseur chrétien, chercheur parallèles irrépressible, des allusions et des prédictions. le philosophe Giovanni Giraldi Au contraire, il met l'accent sur l'aspect dans lequel Joachim de Flore parle de Âge de l'Esprit faisant explicitement référence à une Ordo de monachorum, une sorte de l'église de moines privilégiés - des esprits supérieurs - dans l'Eglise du Christ, et donc pas une église autre[7].

Dans son Monasterium décrit une structure sociale, la nature de toute évidence théologique, mais où les humains trouvent leur place non pas par le pouvoir ou l'argent ou l'ascendance, mais selon leurs tendances, leur caractère et leur statut (contemplatifs , les gens actifs, personnes dédiées à la famille, les personnes âgées et fragiles, universitaires, etc.) et sous la direction d'un abbé paisible. Le Monasterium suggère une réforme radicale et à la restructuration qui porte atteinte à l'organisation de l'Eglise qui condamne publiquement ses idées et ses œuvres dans le concile de Latran de 1215: pour l'affirmation d'un dévoilement progressif de Dieu en trois époques qui met en vedette crise l'idée de l'unité des trois personnes divines, pour la théorie sous-jacente que la vérité ne se termine pas avec le christianisme, mais nous avons besoin d'un autre événement qui abrite l'histoire, permettant aux hommes de jouir d'un âge de la perfection.

monasterium

Dans ses calculs de cronosofici envoûtantes et millénariste Joachim de Flore se développe également un modèle de vie religieuse pour le temps futur, celle de l'Esprit, résumées dans le tableau XII Liber Figurarum. Il décrit une congrégation religieuse, regroupés en un règlement nommé monasterium, formé par des personnes avec la spiritualité différente, intelligemment regroupées en sept haut-parleurs[1]:

  • Oratoire de la Sainte Mère de Dieu et la Sainte Jérusalem dans cet oratoire est l'abbé
  • Oratoire de Saint Giovanni Evangelista: dédié à la vie contemplative
  • Oratoire de Saint-Pierre, dédiée aux personnes âgées ou fragiles, la lumière du travail manuel
  • Oratorio di San Paolo: dédié à l'étude
  • Oratoire de San Stefano, dédié à ceux qui ont tendance à la vie active
  • Oratorio di San Giovanni Battista: pour les prêtres et les religieux
  • Oratoire du Saint Patriarca Abramo: pour les laïcs mariés et leurs familles

au monasterium conjugués pourraient alors rejoindre le clergé séculier et non-laïques et monastiques, moines spirituels. Ils vivent tous sous la direction d'un seul abbé qui préside l'institut religieux, l'organisation et l'ajustement, pour les groupes et pour chacun d'eux, une sorte de passerelle vers l'escalier de paradis pour conquérir la vie dans la communauté. Le règlement religieux est structuré en un nouveau diagramme de modèle Jérusalem terrestre ressemblant à la Jérusalem du ciel. la monasterium Joachim présente plusieurs aspects comportementaux et sociaux observés seront utiles pour traverser la passerelle vers la vie éternelle. Le passage de l'une à l'autre est conquise exaltation Oratoire Père éternel, chacun dans leurs propres possibilités et selon le spirituel peut être accordée à toute personne qui Dieu. Le progrès spirituel n'est pas interdit à quiconque, afin que chacun puisse aspirer à avoir accès au Paradis.

Le modèle proposé par monasterium Il a représenté une révolution à deux égards:

  • il libère de larges couches de la société à la fois de la féodalité ecclésiastique à la fois de la « seigneuriale »;
  • il a impliqué tous les modèles religieux dans l'intégration monasterium même les laïcs, qui à l'époque étaient en marge de la vie religieuse et de la société civile.

Ce modèle monastique a ensuite opposé même à l'intérieur de l'église du XIIIe siècle.

La diffusion de la pensée de Joachim

Conseil et lateran premières réactions

La théologie complexe et novateur de l'histoire des tensions générées, en particulier dans l'école de théologie Paris, historiquement hostile à lui. en 1215, la Quatrième Concile du Latran il a déclaré hérétique quelques phrases contre Pietro Lombardo travailler trinité faussement attribué à Joachim. De cette idée fausse qu'ils engendreront d'autres, aussi longtemps que le même Le pape Innocent III avec un taureau du 2 Décembre 1216 informer le évêque de Lucques ne pas diffamer l'abbé Gioacchino, puisque l'abbé est considéré par la Curie romaine un vrai catholique (eum virum Catholicum reputamus). Avec des mots avec le même contenu est exprimé Papa Onorio III avec le Bull 5 Décembre 1220 qu'il donne mandat à l'archevêque de Cosenza (Luca Campano) pour défendre les moines Florensis de fausses accusations contre leur fondateur.

Neo Joachimites et joachimisme

Au fil des siècles, la pensée de Joachim de Fiore a été étudié, diffusé et distribué. Il y a deux groupes de chercheurs:

  • le gioachiniani et Joachimites, qui ont fidèlement respecté les œuvres originales;
  • pseudo Joachimites ou gioachimisti, qui intègre une partie seulement des propositions de thèses, ajoutant souvent théorèmes théologiques sans rapport avec la pensée originale.

Parmi les plus grands partisans de l'abbé calabrais j'étais certainement Florensis moines qui ont suivi la doctrine et par exemple, mais il a aussi suscité un vif intérêt chez certains moines cisterciens dont:

  • Luca CampanoLes premiers disciples de éloquent, il était scribe abbé à l'abbaye de Casamari, puis abbé de sambucina et enfin archevêque de Cosenza; lui est attribué une « vie » de Joachim
  • Raniero De Ponza: a vécu en contact Monaco étroit avec Joachim, en tant que "partenaire", en Pietralata et de fleurs, entre 1188 et 1195; Il a ensuite été nommé Le pape Innocent III liée à apostolique sud de la France et Espagne et dans ces terres répandre la théologie de Joachim de Flore, les graines de diffusion dans ces terres différentes qui vont germer au cours du XIIIe siècle.
  • l'abbé Matteo de Fiore de la Tuscia, qui était son premier successeur et a conduit la Congrégation Florense 1202-1234, jusqu'à ce qu'il soit élu archevêque de Ceredigion. Il a eu le mérite de faire copier, copier ou dupliquer plusieurs fois toutes les œuvres de Joachim pour les répandre dans les principaux centres religieux de la péninsule italienne et dans toute l'Europe. Si les œuvres de Joachim de Fiore est venu jusqu'à nos jours beaucoup de crédit va à l'abbé Matteo da Fiore et les scribes et copistes Florensis qui ont travaillé sur ce mammouth de la copie et la duplication du travail.

La théologie de Joachim grâce à ces trois hommes se propager rapidement, en particulier chez les Franciscains spirituels français et italiens de différentes manières. Parmi ceux-ci:

  • Le provenzale Ugo de Digne (1200 / 1210-?)
  • Giovanni da Parma (1208-1289), disciple de Hugh et
  • Gerardo di Borgo San Donnino (-1276?), Un disciple à son tour Giovanni da Parma, qui a promu le concept lié à l'Evangile éternel.

Entre autres, ils sont venus à la pensée de Joachim:

  • Salimbene de Adam de Parme,
  • Anglais Ruggero Bacone (1214-1292),
  • l'ordre de nonne de Umiliate Guglielma la Bohême (? -1282)
  • la sœur Manfrida Pirovano (- 1300) et
  • le théologien laïc du groupe Milan Andrea Saramita (-1300?).
  • français franciscain Peter John Olivi (1248-1298), qui a influencé Jean de Roquetaillade (Jean de Rochetaillade) (1300 / 1310-1366) et Jean de Bassigny.
  • Raymond Provencal Geoffroi, Ministre général du franciscain (1289).
  • Ubertino de Casale (1259-1330), immortalisé dans les pages de Dante, ce fut avec Peter John Olivi à Santa Croce à Florence 1287-1289.
  • Pesaro Angelo Clareno (1247-1337), fondateur de la Fraticelli a reconnu la vie pauvre, et les disciples de ce dernier, un ami de la maison da Ubertino.
  • Michele da Cesena (1270-1342) et Jacopone (1230-1306).
  • les Espagnols éclectique Arnaldo de Villanova (1234 / 1240-1312 / 1313)
  • François d'Appin (Francis de North Brand) (1285-90- après 1344),
  • Anglais Guglielmo di Occam (1280-1349),
  • Jean de Jandun Français (Jean Janduno) (ca.1280-1328)
  • Marsilio de Padova (ca.1270- circa1342)
  • Bernard Délicieux (1260-1320),
  • Gentile da Foligno, avant général des Augustins en 1332.
  • Michele Berti de Calci (? -1389).
  • Papa Célestin V(1215-1296),
  • Cola di Rienzo (1314-1354),
  • Frédéric de Brunswick saxon,
  • espagnol Francesc Eiximenis (Ca.1330-1409)
  • Nicholas Buldesdorf (- 1446),
  • Savonarole (1452-1498)

Bien sûr, cette liste est seulement une petite partie d'un nombre beaucoup plus grand nombre d'hommes instruits qui ont été influencés par sa théologie.

En dépit de nombreux Franciscains spirituels ont été condamnés et emprisonnés comme Joachimists de fil ou considérés comme tels, l'influence de l'ordre de Gioacchino fraticelli d'Assise est resté en vie, aussi bien dans la première phase et dans les périodes subséquentes. La preuve la plus frappante est la présence de l'art médiéval Gioacchino:

  • Dans l'appareil de la sculpture et figurative Cathédrale d'Assise,
  • en divine Comédie Joachim et ses idées sont mentionnées directement ou indirectement à plusieurs reprises Paradiso, Canto XII, (V. 140-141)
  • la structure urbaine que les Franciscains a donné les premières fondations américaines, comme Puebla de Los Angeles, Veracruz, Los Angeles, etc ..
  • structure de composition élaborée par Michelangelo Buonarroti en Chapelle Sixtine, selon l'étude réalisée par H. W. Pfeiffer S.J.

Même dans le Eglise catholique notre temps, surtout après le Concile Vatican II, de nombreux observateurs détecter l'épanouissement de ecclesia spiritualis Joachimite de la conception. Selon l'analyse précise des Henri de Lubac, théologien jésuite et cardinal plus tard, parmi ces protagonistes de l'histoire récente influencés par joachimisme nous[8]: Giovanni XXIII papa avec son appel <> Le Cardinal Giacomo Lercaro et son théologien Père Giuseppe Dossetti, le courant intellectuel dominant dans le catholicisme italien dans la seconde moitié du XXe siècle; Ignazio Silone sur papa Celestino V, « Fils des Abruzzes et d'un catholicisme populaire imprégné joachimisme »; « Théologie de l'espérance » du jésuite Michel de Certeau et le protestant Jurgen Moltmann, inspiré par les conceptions eschatologiques Ernst Bloch. Barack Obama il pensait à Joachim de Fiore, était un point de repère pour le président américain Barack Obama, dans la rédaction de sa thèse, et il a cité à plusieurs reprises au cours de sa campagne électorale pour la présidentielle[9], il définit comme « le maître de la civilisation « contemporaine » et « source d'inspiration pour un monde plus juste », pas utilisé comme une citation générique, mais avec une référence spécifique au mouvement « changement possible » <>[10]

Joachimites International Study Centre

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Joachinois le Centre international d'études.

la Joachimites International Study Centre soins de l'édition critique des œuvres écrites par Joachim de Fiore, conservés dans plusieurs manuscrits dispersés dans différents endroits du monde. Il opère à travers un Comité scientifique international et Comité de rédaction international et il encourage tous les cinq ans un congrès international d'études thématiques relatives à Gioacchino de fleurs et joachimisme. Un magazine d'impression annuel Florensia qui contient des études relatives à Joachim et joachimisme.

Cause de Béatification et les célébrations du huitième centenaire de sa mort

en 2001 l 'Archevêque de Cosenza-Bisignano Giuseppe Agostino Il a rouvert le processus de canonisation. Cette même année, Ministère du Patrimoine et de la Culture établi le Comité pour les célébrations du huitième centenaire de la mort de l'abbé Joachim de Fiore de promouvoir la conscience de Joachim et sa pensée. Le programme a été élaboré par Cosimo Damiano Fonseca, professeur d'histoire médiévale à 'Université de Bari, Académicien du Lincei et directeur du comité scientifique Joachimites International Study Centre. Le comité qui a agi en Juin 2006, a promu trois conférences:

  • le premier voyage de Rome à San Giovanni in Fiore, par voie de Casamari, devant, Anagni, Cosenza, Luzzi et pietrafitta,
  • le deuxième en Bari,
  • le troisième Palerme.

Le Comité pour la célébration a également promu l'édition de la collection Codes de Joachinois, l'atlas Fondations Florensis, un livre sur l'histoire de 'Florense ordre, un autre relatif à prévisions, conservés à la bibliothèque de la cathédrale Monreale.

notes

  1. ^ Gustavo Valente « couvents Églises fraternités et confréries de Celico et Minnito » Frama Sud
  2. ^ Pasquale Lopetrone, Le mater omnia Domus qui Dicitur, soveria Marinelli, Rubbettino 2006.
  3. ^ Le temps de l'apocalypse, p. 241
  4. ^ P. Lopetrone, San Martino di Giove à Canale-di restauration Pietrafitta 2014-2015, San Giovanni in Fiore, Pubblisfera, 2015, pp. 198, ISBN 978-88-97632-61-0.
  5. ^ Joachim de Fiore - Manuel de la philosophie médiévale
  6. ^ S. Magister, Relecture. Sur Joachim de Fiore jamais le soleil, chiesa.espressonline.it, 16/04/2002
  7. ^ son film Giovanni Giraldi, Giovanni Giraldi: dialogue avec De Lubac de Gioacchino da Fiore, sur YouTube, 31 août 2013. Récupéré le 30 Décembre, 2013.
  8. ^ H. De Lubac, la postérité spirituelle de Joachim de Flore, II. De Saint-Simon à nos jours », Jaca Book, Milano, 1984, 548 pages
  9. ^ L'hérétique prophète obamita-démocrate est inspiré par Joachim de Flore, le mystique médiéval avec son idée (mal compris) le paradis sur terre avait pris au piège la modernité, de la feuille, Mattia Ferraresi | 27 mars 2009 17h44
  10. ^ USA: DON BAGET Bozzo, INTÉRESSANT QUE OBAMA ITES FIORE DE JOACHIM-une finesse culturelle qui voudrait mieux comprendre, Don Gianni Baget Bozzo, à Adnkronos, Rome, 2008 08 28

bibliographie

Les textes (en traduction italienne)

  • Joachim de Fiore, sur l'apocalypse, (Ed Andrea Tagliapietra), Feltrinelli, Milan, 1994, ISBN 88-07-82089-7.
  • Joachim de Fiore, Introduction à l'Apocalypse, (Avant-propos de Kurt-Victor Selge, traduit par Gian Luca Powers), Viella, Roma, 1996.
  • Joachim de Fiore, Commentaire à une prophétie inconnue, (Sous la direction de Matthias Kaup, traduit par Gian Luca Powers), Viella, Rome, 1999.
  • Joachim de Fiore, Traité sur les quatre évangiles, (Par Gian Luca Powers), Viella, Rome, 1999.
  • Joachim de Fiore, Dialogues sur la prescience divine et de la prédestination des élus, (Par Gian Luca Curated Powers), Viella, Roma, 2001.
  • Joachim de Fiore, Le Psautier de dix cordes, (Sous la direction de Fabio Troncarelli), Viella, Rome, 2004.
  • Joachim de Fiore, sermons, (Par Valeria de Fraja), Viella, Rome, 2007.
  • Joachim de Fiore, Les sept sceaux / De septem sigillis, (Edité par J. E. Wannenmacher, Alfredo Gatto traduction), avec un essai de Andrea Tagliapietra, Mimesis, Milan 2013.

études

  • Antonio Maria Adorisio, La « légende » de la Sainte Fleur / Sainte Ioachimi Abbatis miracula, Vechiarelli, Manzanita, 1989.
  • Ernesto Buonaiuti, Joachim de Flore: le temps, la vie, un message, Collection du Sud, Rome, 1931.
  • Carmelo Ciccia, Dante et Joachim de Flore, dans « La sonde », Rome, Décembre 1970; inclus plus tard dans le livre du même auteur Impressions et commentaires, Virgilio, Milan, 1974.
  • Carmelo Ciccia, Dante et Joachim de Flore, avec une postface de Giorgio Ronconi, Pellegrini, Cosenza, 1997.
  • Carmelo Ciccia, Le caractère sacré de Joachim de Flore (Par. XII), en Allégories et de symboles du purgatoire et d'autres études sur Dante, Pellegrini, Cosenza, 2002. ISBN 88-8101-114-X.
  • Carmelo Ciccia, Essais sur Dante et d'autres écrivains: Joachim de Flore ..., Pellegrini, Cosenza, 2007. ISBN 978-88-8101-435-4.
  • Luigi Costanzo, Le prophète calabrais, Direction de la nouvelle anthologie, Rome, 1925.
  • Antonio Crocco, Joachim de Fiore et joachimisme, Liguori, Naples, 1986.
  • Francesco D'Elia, Joachim de Fiore une anthologie de master européen de la civilisation Union- des textes traduits et Joachimites commentati-, Rubbettino, Soveria Mannelli, 1991.
  • Valeria de Fraja (ed) Atlas des fondations Florensis, vol. II, Rubbettino Editeur, Soveria Mannelli 2006.
  • Valeria de Fraja, En plus de Cîteaux. Joachim de Flore et de l'ordre Florense, Viella, 2006.
  • Pietro De Leo, Joachim de Flore: aspects inconnus de la vie et des œuvres, Rubbettino, Soveria Mannelli, 1988.
  • Henri de Lubac, La postérité spirituelle de Joachim de Flore, Jaca Book, Milano, 1981-1983.
  • Francesco Foberti, Joachim de Fiore, Sansoni, Florence, 1934.
  • Enzo Gabrieli, Une flamme qui brille à nouveau, The Fame de l'Abbé Gioacchino, Éditeur Comet Press, Cosenza, 2010.
  • Herbert Grundmann, Studien über Joachim von Floris, Leipzig-Berlin, 1927.
  • Herbert Grundmann, Joachim de Fiore. Vie et œuvre, édité par G. L. Powers, traduit par S. Sorrentino, Viella, 1997.
  • Pasquale Lopetrone, L'église abbatiale de San Giovanni in Fiore Florense, Librare 2002.
  • Pasquale Lopetrone (ed) Atlas des fondations Florensis, vol. L'éditeur Rubbettino, Soveria Mannelli 2006.
  • Pasquale Lopetrone, Les photophores Christ Florense Pubblisfera, San Giovanni in Fiore (CS) 2012, ISBN 978-88-97632-11-5.
  • Pasquale Lopetrone L'effigie de l'abbé Joachim de Fiore, dans VIVARIUM - Magazine des sciences Teologiche- Année 3 XX-, Pubblisfera, San Giovanni in Fiore (CS) 2013, ISBN 978-88-97632-26-9.
  • Pasquale Lopetrone, San Martino di Giove dans la restauration Canale-di Pietrafitta 2014-2015, Pubblisfera, San Giovanni in Fiore (CS) 2015 ISBN 978-88-97632-61-0.
  • H. W. Pfeiffer, La Sixtine Dévoilée, Libreria Editrice Vaticana, Rome, 2007.
  • Salvatore Piccoli, "Abbey Corazzo et Gioacchino da Fiore", Editions Calabre, Lamezia Terme, deuxième édition augmentée en 2010.
  • Antonio Piromalli, Joachim de Fiore et Dante, Rubbettino, Soveria Mannelli, 1984 (2e éd.).
  • Gian Luca Powers, Le temps de l'apocalypse - La vie de Joachim de Flore, Laterza, Bari, 2004.
  • Alfredo Prisco, De nouvelles découvertes sur les chiffres, sur les mots et les pierres de Joachim de Fiore, Pubblisfera 2013
  • Franco Prosperi, Joachim de Flore et les sculptures Duomo d'Assise, Taille Graphics Publishing, 2003.
  • Marjorie Reeves et Warwick Gould, Joachim de Flore et le mythe éternel de l'Evangile dans la culture européenne, Viella, 2000.
  • Francesco Russo, Joachim Bibliographie, L. S. Olschki, Florence, 1954.
  • Antonio Staglianò, L'abbé calabrais foi catholique dans la Trinité et de la pensée théologique de l'histoire à Gioacchino da Fiore; présentation par Gianfranco Ravasi, postface par Piero Coda, Libreria Editrice Vaticana, Cité du Vatican, 2013.
  • Andrea Tagliapietra, Joachim de Flore et de la philosophie, Prato, Saonara (PD) 2013, ISBN 978-88-6336-203-9.
  • Leone Tondelli, Le livre de l'abbé figures Joachim de Flore, 2 vols. (En collaboration avec Marjorie E. Reeves et Béatrice Hirsch-Reich), S.E.I., Torino, 1953 (1ère édition 1940).
  • Fabio Troncarelli, La mémoire de l'avenir-Joachim de Flore et joachimisme à travers l'histoire, Adda Editore, 2006.

Articles connexes

D'autres projets

  • Il contribue à Wikisource Wiktionnaire: Il contient une page dédiée à Joachim de Fiore
  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Joachim de Fiore

liens externes

autorités de contrôle VIAF: (FR78749939 · LCCN: (FRn79043721 · SBN: IT \ ICCU \ CFIV \ 017960 · ISNI: (FR0000 0001 2102 566x · GND: (DE118557564 · BNF: (FRcb12042583n (Date) · NLA: (FR35838063 · BAV: ADV10447193