s
19 708 Pages

San Vitale de Savigny (ou Mortain)

se calmer

naissance 1050 sur
mort 1122 [1]
vénérable de Eglise catholique, Églises
récurrence 16 septembre

San Vitalis de Savigny, ou San Vitale de Mortain (Tierceville, XIe siècle - Dompierre, 1122 [1]) Ce fut un Monaco Français, qui est devenu plus tard abbé; il a fondé plus monastères, y compris l 'Abbaye de Savigny, en Normandie, dont il tire son nom. Il est vénéré comme saint de Eglise catholique et orthodoxe.

Il était un contemporain de Robert d'Arbrissel, Raoul de la Futaie, Bernard de Thiron et Bienheureux Adelemo de Étival et il a fondé le 'Congrégation de Savigny.

biographie

Il est né vers 1050 dans un village maintenant connu sous le nom Tierceville, en Diocèse de Bayeux.

Savigny certainement Vitale appartenait à une famille riche mais pas aristocratique. Ses parents, Raimfroy et Roharde, ne prennent pas la peine d'éduquer. Sa précocité lui a fait surnommé « le petit abbé. » Le célèbre évêque de Bayeux, Odo de Conteville Il l'envoya étudier dans suzerain.[2]

canonique

Vitale est retourné dans son pays d'ouvrir une école qu'il était à la fois le président d'un apôtre. Sa réputation se répandit Normandie, en Comté de Maine, en Grande-Bretagne et Angleterre.

Robert de Mortain, frère utérin Guillaume le Conquérant et frère de Odo de germane Conteville, a choisi comme aumônier et chanoine de sa collégiale de Saint-Évroult Mortain. la Vie bénie Vitalis écrit par Stephen de Fougeres Vitale raconte comment il a essayé de ramener la paix à son entourage. Il est intervenu, par exemple, pour empêcher le comte de Mortain à battre sa femme et a menacé de rompre son mariage.[3]

l'ermite

en 1093 (Ou entre les 1095 et 1096[4] pris le chemin de l'ermitage, renoncer à tous les avantages qui ont été promis. Notant la richesse excessive atteint les monastères bénédictin, il cherchait la solitude dans une rue proche de la règle Saint-Benoît. Il ne fut pas le seul à suivre cette route. entre 1095 et 1110 de nombreux ermites sont devenus religieux et à gauche pour évangéliser les foules. Pierre l'Ermite, Robert d'Arbrissel, Bernard de Thiron, Raymond Gayrard, Aldwine ce sont des figures les plus célèbres.[5]

De nombreux disciples eux-mêmes soumis à la règle du silence absolu, de la prière incessante et le travail manuel, sous la direction de Vitale. Il était la communauté d'origine Neubourg (Dans la banlieue de Mortain)[6].

Le fils de Robert de Mortain, William ermite a donné un terrain à Neubourg qui sera appelé « » aumône de Mortain ».

Les ermites sont devenus trop nombreux et les ont emmenés alors Vitale dans les « déserts » des marques et des forêts de Normandie, le Maine et la Bretagne, fondée ermitages, en particulier Dompierre, et il a accordé une attention à la population sans-abri. Sa renommée se répand loin.

Bernard d'Abbeville († 1117), Un ermite, un bénédictin, se réfugie dans un de ses ermitages.

On lui a offert un monastère Château-Gontier; Il a vécu pendant une certaine période de temps Saint-Sulpice-des-Chèvres, Pail dans la forêt. Il est allé deux fois Angleterre (1102, 1108), Appelé par Saint-Anselme. en 1106 Ce fut un Tinchebray et il a essayé d'empêcher bataille qui est annoncé, entre Roberto Courteheuse et son frère Enrico Beauclerc[7] Le roi d'Angleterre confisqué don Mortain Vitale: l'ermite certainement payé pour avoir eu comme un bienfaiteur Guillaume de Mortain, l'un des barons vaincus.

Vitale se réfugie dans les forêts de la Grande-Bretagne, Maine marques et la Normandie, où a trouvé ses amis célèbres Robert d'Arbrissel, Raoul de la Futaie et Bernard de Thiron, pour donner des conférences sur les institutions hermite et la situation de l'Eglise ». Bernardo, lors d'une de ses visites (1110) Trouvé dans Savigny Vitale de une zone de forêt qui Fougeres le Chêne-savant (la chêne sage).

l'abbé

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Savigny Abbaye.
Vitalis de Savigny
Ruines Savigny Abbaye

en 1105 Raoul, seigneur de Fougeres, Vitale avait donné à une partie de la forêt Savigny[8] où celui-ci avait mis ses « moines blancs » (ses néophytes, comme il les appelle Orderico Vitale).

La fondation a été officialisée en 1112, lorsque la loi lui a donné un roi d'Angleterre et duc de Normandie. En raison de son emplacement sur les frontières du Maine, la Bretagne et la Normandie, la communauté monastique était un poste stratégique et Henry, oubliant leurs ressentiments contre Vitale, y compris qu'il n'aurait des avantages à s'impliquer à Savigny. Il a renforcé sa position dans ce secteur géographique, les limites de son duché.[9]. la 1112 puis, ce fut l'année officielle de la naissance de 'Abbaye de Savigny. en Vie bénie Vitalis, écrit par Stephen de Fougeres Vitale il apparaît en dessous de la figure originale d'un « spécialiste ... abbé de prêcher en dehors du monastère »[10]. En revanche, son partenaire Bernard de Thiron Il est surtout connu comme un ermite.

monastère double, l'abbaye de Savigny devint bientôt la maison mère de l'Ordre, étendant ses propriétés dans le Maine, en particulier dans le doyenné Ernée, et les seigneurs de la Mayenne sont devenus ses principaux bienfaiteurs.

Cependant, l 'Congrégation de Savigny Il développera en particulier au cours de l'abbatiat de son successeur, Geoffrey.[11].

Vitale a également fondé une communauté féminine, dont l'emplacement est cependant incertain,. Est-ce l'Abbaye Blanche de Mortain, mais le document de base, en date du 1105, Il est un faux.[12]. La communauté des femmes de dall'anacoreta fondée avait la particularité d'être ouvert aux filles des pauvres, contrairement à d'autres monastères féminins qui n'accueillaient aristocratie que les filles[13].

mort

en 1119 (Ou en 1122), Vitalis de Savigny visitait les ermitages Dompierre, quand est décédé subitement après avoir proféré les mots: "Sanctae Mariae Angelorum intercessio nos adjungat Consortio».

Son corps a été enterré dans Savigny, après quoi l'un de ses moines, équipé d'un rouleau mortuaire, pour aller de monastère en monastère dans le Maine, Anjou et la Normandie, informer la mort et de demander des prières pour lui.

célébré comme saint, sa mémoire liturgique tombe 16 septembre.

notes

  1. ^ à b en 1119 Béatrice selon Poulle, "Savigny et en Angleterre" Angleterre et la Normandie au Moyen Age, p. 159.
  2. ^ François Neveux, La Normandie des Ducs aux Rois, Rennes, Ouest-France, 1998, p. 315.
  3. ^ (FR) Brian Golding, "Robert de Mortain" Anglo-Normandes Etudes: XIII. Actes de la Conférence bataille, Edité par Marjorie Chibnall, Boydell Brewer Ltd., 1990, p. 123.
  4. ^ en 1093 selon François Neveux, ibid, et 1095-1096 selon Jaap Van Moolenbroeck, "Vital, l'Ermite, prédicateur ambulant, de l'Abbaye fondateur de Savigny Normande" Revue de l'Avranchin et du Pays de Granville, tome 68, n ° 346, 1991, pp. 148-211.
  5. ^ Michel Mollat, Les Pauvres au Moyen Age, 1978, p. 99.
  6. ^ Louis Du Bois, Recherches archéologiques, historiques, et sur biographiques la littéraires Normandie, Dumoulin, 1843, p. 142.
  7. ^ (FR) Patrick Henriet, Les mots et la prière au Moyen Age, De Boeck Université, 2000, pp. 277-278.
  8. ^ Jaap Van Moolenbroeck,ibid, p. 259.
  9. ^ (FR) Judith A. Green, Henri Ier: roi d'Angleterre et duc de Normandie, Cambridge University Press, 2006, p. 124-125.
  10. ^ (FR) Patrick Henriet, Les mots et la prière au Moyen Age, De Boeck Université, 2000, p. 272.
  11. ^ (FR) Béatrice Poulle, "Savigny et en Angleterre" Angleterre et la Normandie au Moyen Age, 1994, p. 159.
  12. ^ Jaap Van Moolenbroeck,ibid, p. 128-139.
  13. ^ Patrick Henriet, ibid, p. 281.

sources primaires

  • (FR) Alphonse-Victor Angot, Ferdinand Gaugain, « Vital de Savigny », en Dictionnaire historique, et de biography topographique la Mayenne, Goupil, 1900-1910

bibliographie

  • Patrick Henriet, Les mots et la prière au Moyen Age, De Boeck Université, 2000, p. 269
  • (FR) Jaap Van Moolenbroeck, "Vital, l'Ermite, prédicateur ambulant, de l'Abbaye fondateur de Savigny Normande" Revue de l'Avranchin et du Pays de Granville, tome 68, n ° 346, 1991, pp. 148-211.

En outre:

  • dans le rouleau mortuaire, conservé dans l'original par Léopold Delisle, il y a des preuves précieuses de la vénération de San Vitale, qui a fait l'objet de Savigny
  • Orderico Vitale Il a consacré de courts signaux
  • Les biographes de Bernard de Thiron et Robert d'Arbrissel ils tissent la louange, ainsi que Guillaume de Neubourg.

liens externes

San Vitale de Savigny, en Saints, béni et témoins - Encyclopédie des Saints, santiebeati.it.

autorités de contrôle VIAF: (FR8188230 · ISNI: (FR0000 0000 7818 9553 · GND: (DE119005662 · LCRE: cnp00544713