s
19 708 Pages

Abbaye Luxeuil
LuxeuilPalaisAbbatial.jpg
Le palais abbatial de Luxeuil
état France France
région Franche-Comté.svg Franche-Comté
emplacement Luxeuil-les-Bains
religion catholicisme
Début de la construction 585 / 590

Les coordonnées: 47 ° 48'59 « N 6 ° 22'53 « E/47.816389 N ° 6.381389 ° E47.816389; 6.381389

L 'Abbaye de Saint-Pierre et Saint-Paul Luxeuil Il est situé Luxeuil-les-Bains, dans le département de 'Haute-Saône, dans la région de la Franche-Comté, juste au sud des montagnes Vosges.

Elle a été fondée en 590 par San Colombano avec Saint-Deicolo, sur le site de Luxovium, villes importantes à l'époque romaine et tombent en ruine complètement avec invasions barbares. la Saracens Ils saccagèrent l'abbaye en 732, mais Carlo Magno Il a reconstruit, et le 'ordre bénédictin il a remplacé le moines Colomban.

L'abbaye était célèbre pour son scriptorium, actif du milieu du VIIe siècle, et probablement le lieu de naissance de la première écriture calligraphique en lettres minuscules; l'un des manuscrits le plus célèbre est le Lectionnaire de Luxeuil composé à la fin du septième siècle.

Le site est en partie classé (Cathédrale Saint-Pierre, cloître etc.), et en partie par écrit (la chapelle du XIXe siècle), entre monuments historiques français.[1]

histoire

Carte de localisation: France
Abbaye Luxeuil
Localisation de l'abbaye de Luxeuil en France

Le monastère a été fondé autour de 585-590 par le missionnaire irlandais San Colombano. Columbanus et ses disciples à des communautés d'abord formés dans le domaine de Annegray (La Voivre); à la recherche d'un endroit plus favorable à un règlement permanent, Colombano a choisi les ruines d'un centre Gallo-romaine, Luxovium, 12 km de là, où les fortifications étaient encore existantes. La ville, détruite par Attila en 451, il était perdu dans les bois, après plus d'un siècle de négligence, ils avaient couvert les lieux, mais au fond d'une vallée des thermes romains ( « construit avec un soin extraordinaire », selon Jonas de Bobbio, premier biographe Colombano) se tenaient encore: que la mémoire a été préservée au nom de la ville, Luxeuil-les-Bains. Bobbio Jonas a donné une description précise de l'immeuble:[2]

(LA)

Ibi imaginum lapidearum densitas densabat à proximité saltus, quas cultu rituque misérable profane vétuste paganorum tempora honorabant »

(IT)

« Là-bas, des statues de pierre, que les païens dans les temps anciens adoraient selon une foi misérable et un profane rite, ils se sont levés au milieu de la végétation »

Merci aux dons d'un dignitaire de la cour Childebert II, moines chrétiens ont construit les ruines de l'abbaye. Sous l'impulsion intellectuelle et spirituelle monachisme irlandais, l'Abbaye de Luxeuil, consacré à St. Pietro Apostolo, rapidement, il est devenu l'un des plus importants centres monastiques et toute dynamique Gaule; la communauté était si grand que chorales Ils pourraient venir en permanence dans prière continuelle, importés de Luxeuil 'Abbaye Agauno.

Si les premiers rites ont été observés dans l'héritage des traditions monastiques Luxeuil irlandais, ils ont ensuite été supplanté par le plus formel règle bénédictine.

Dans un 603 synode moines Colomban accusés de célébrer Pâques selon le calendrier liturgique celtiqueEn réalité, il est plus probable que sa nature sévère et inflexible de la règle qui avait été imposée à cause du frottement avec le roi de Burgondes.[3]

Abbaye Luxeuil
Lectionnaire de Luxeuil; manuscrit Lat. 9427. (f ° 144) Bibliothèque nationale de France.

Colomban a été exilé sur les ordres de Théodoric II et la reine régente Brunehault; pour lui succéder à la tête de l'abbaye Eustasio Luxeuil, responsable d'une école monastique est également devenu célèbre pour le travail de Valdeberto son successeur. La doctrine de l'école et l'autorité morale de l'abbaye a grandement contribué à la conversion des Bourguignons.

Luxeuil a envoyé trois délégations de moines à de nouveaux monastères trouvés: l'un des Milan et Gênes, à Bobbio, où Colombano a été proposé comme nouvel abbé; l'autre Saint-Valery-sur-Somme et Remiremont.

Parmi les religieux de renom qui a assisté à l'abbaye de Luxeuil, il faut mentionner Conon, Abbé de Lérins, qui a conçu la réforme de son monastère, Abate Vandregisilo et abbé Filiberto, fondateurs d'abbayes respectivement Fontenelle et Jumièges en Normandie, imperniarono que la règle de leurs monastères sur la tradition Luxeuil.

En 731, les Sarrasins, le général Abdul Rahman Al Ghafiqi, pénétré d'Arles en Bourgogne, ils ont pris possession de Luxeuil et massacrèrent la plupart de la communauté.[4] Les quelques survivants reconstruit les bâtiments, mais le monastère et le petit village qui avait surgi autour ont été dévastées par normans au IXe siècle et pillée à plusieurs reprises à d'autres occasions.

Avec le travail de réforme Benoît d'Aniane, dont il a été accompli à Luxeuil dall'817 travailler Ansegiso di Fontenelle, Louis le Pieux renouvelé les prérogatives de l'abbaye, il ordonna la réparation de l'église et le cloître, et a contribué à renforcer le respect de la règle.

L'église actuelle de l'abbaye a été construite entre 1330 et 1340 sur plus ancienne église, construite sur les ruines romaines et détruit par un incendie en 1201.[5]

Depuis le XVe siècle, la création de la position 'abbé commendataire Il a encouragé le déclin de la conformité à la règle et l'abbaye a connu une longue période de déclin; Charles V Il taille réduite le pouvoir des abbés de Luxeuil.

En 1550, il a été construit le palais abbatial, à l'initiative de François Benvalot, abbé de Saint-Vincent Besançon et commendataire de Luxeuil.[6]

En 1633, à l'initiative de la princesse Isabella Clara Eugenia et Don Jerome Coquelin, il a placé à la tête de l'abbaye, l'abbé commendataire de charge a été supprimée, et la règle de Luxeuil a reçu Congrégation des Saints et headwork Idulfo.[7] travaux de reconstruction des bâtiments Coquelin a également pris l'abbaye, la préservation de l'église, le cloître, le palais abbatial et la chapelle Notre-Dame, à tout reconstruire.[8]

La Mention élogieuse a été restauré en 1720.[9]

Un rapport de la « Commission des Réguliers » de 1768, la communauté est en plein essor à nouveau, et la règle respectée.

21 Juillet 1789, au début de la Révolution française, l'abbaye fut pris d'assaut par des hordes d'habitants ruraux désireux de détruire les documents prouvant les possessions de l'abbaye. Le pillage a été détruit une grande partie de la riche bibliothèque et collection de scellés.[10] Dans les années qui ont suivi l'abbaye a été dissoute et les moines dispersés. Vendu à l'actif nationalisées, de nombreux bâtiments du monastère sont maintenant disparu, à l'exception de l'église, superbe exemple de l'architecture gothique, le cloître et le palais abbatial, que jusqu'à la loi associations (1901) et la loi sur La séparation de l'Église et de l'État (1905) a servi séminaire pour 'Archidiocèse de Besançon.

L'église conserve une orgue monumental précieux.

Cronotassi abbés

  • 590-610: Saint-Colomban
  • 610-625: sant'Eustasio
  • 625-665 / 670:[11] Saint-Valdeberto
  • 6 ?? - ?? 6: Vindologe
  • 6 ?? - ?? 6: Bertoald
  • 6 ?? - 682: sant'Ingofroy
  • 682-6 ??: Cunctan
  • 6 ?? - ?? 6: Rustique
  • 6 ?? - 700: Sayfroce
  • 700-7 ??: Bienheureux Adonis
  • 7 ?? - ?? 7: Arulfe
  • 7 ?? - ?? 7: Rendin
  • 7 ?? - ?? 7: Regnebert
  • 7 ?? - ?? 7: Gérard I
  • 7 ?? - ?? 7: Ratton
  • 7 ?? - 730: Villicran
  • 730-731: Saint-Mellin
  • 731-746: vacant
  • 746-7 ??: Frudoald
  • 7 ?? - ?? 7: Gaylembe
  • 7 ?? - 764: Ayribrand
  • 764-7 ??: Boson
  • 7 ?? - 785: Grimoald
  • 785-786: André I
  • 786-7 ??: Docton
  • 7 ?? - ?? 8: Silierne
  • 8 ?? - 817: Dadin
  • 817-820: sant 'Ansegiso di Fontenelle
  • 820-834?: Drogo de Metz
  • 834-855: Fulbert
  • 856-888: St. Giberto
  • 888-948: Le Eudes
  • 948-983: Guy
  • 983-1018: Aalongue
  • 1018-1010 ??: Milon
  • 10 ?? - 1049: Guillaume Ier
  • 1049-1010 ??: Gérard II
  • 10 ?? - 10 ??: Roger
  • 10 ?? - 10 ??: Robert
  • 10 ?? - 10 ??: Guy II
  • 1090-1023: Thibaud
  • 1123-1136: Hugues
  • 1136-1139: Josserand
  • 1139-1147: Etienne
  • 1147-1160: Gérard III
  • 1160-1165: La Pierre
  • 1165-1178: Sifroy
  • 1178-1186: Bouchard
  • 1186-1189: Gérard IV
  • 1189-1201: Olivier d'Abbans
  • 1201-1204: Frédéric
  • 1204-1209: Hervé
  • 1209-1219: Hugues II
  • 1219-1234: Simon
  • 1234-1265: II Thibaud
  • 1265-1212 ??: Regnier
  • 12 ?? - 1271: Hugues III
  • 1271-1287: Charles Ier
  • 1287-1308: Thibaud III de Faucogney
  • 1308-1314: Etienne II
  • 1314-1319: vacant
  • 1319-1345: II de Châtillon Eudes
  • 1345-1351: Fromond de Corcondray
  • 1351-1363: Guillaume II de Saint-Germain
  • 1364-1382: Aymon de Mollans
  • 1382-1416: Guillaume III de Bussul
  • 1416-1416: Pierre II de Lugney
  • 1416-1424: III Pierrecy Etienne de L'Isle
  • 1424-1427: Guy III Pierrecy de L'Isle
  • 1427-1431: Jean de Ungelles Ier
  • 1431-1449: Guy IV Briffaut
  • 1449-1468: Jean II Jouffroy
  • 1468-1495: Antoine de Neuchâtel
  • 1495-1533: Jean III de La Palud de Varambon
  • 1534-1541: François de La Palud de Varambon
  • 1542-1560: François II Bonvalot
  • 1560-1586: Antoine Perrenot de Granvelle
  • 1587-1600: Louis de Madruce
  • 1600-1601: Andrea de l'Autriche
  • 1601-1622: Antoine III de La Baume
  • 1622-1631: Philippe de La Baume
  • 1633-1642: Jérôme Coquelin
  • 1642-1671: Jean-Baptiste Clerc Ier
  • 1671-1671: Claude-Paul de Bauffremont
  • 1671-1671: Emmanuel Privey
  • 1671-1680: Jean-Baptiste II Joseph-Hyacinthe de Bauffremont
  • 1680-1733: Charles II Emmanuel de Bauffremont
  • 1733-1741: vacant
  • 1741-1743: René de Rohan-Soubise
  • 1743-1790: Jean-Louis IV Aynard de Clermont-Tonnerre

notes

  1. ^ source.
  2. ^ Medieval Sourcebook: La Vie de Saint-Colomban, par le moine Jonas.
  3. ^ Bourassé, p.108.
  4. ^ source.
  5. ^ Paul Beauséjour, Notice sur l'Eglise de Luxeuil, p.3.
  6. ^ Paul Beauséjour, Clermont-Tonnerre comtois. Un Vauvillers. A Luxeuil. A Hamonville, p.82.
  7. ^ Paul Beauséjour, Clermont-Tonnerre comtois. Un Vauvillers. A Luxeuil. A Hamonville, p.70.
  8. ^ Paul Beauséjour, Clermont-Tonnerre comtois. Un Vauvillers. A Luxeuil. A Hamonville, p. 76.
  9. ^ Paul Beauséjour, Clermont-Tonnerre comtois. Un Vauvillers. A Luxeuil. A Hamonville, p. 92.
  10. ^ Paul Beauséjour, Clermont-Tonnerre comtois. Un Vauvillers. A Luxeuil. A Hamonville, pp. 144 et suiv.
  11. ^ San Valdeberto Luxeuil.

bibliographie

D'autres projets

liens externes

autorités de contrôle VIAF: (FR239220402