s
19 708 Pages

Remarque disambigua.svg homonymie - Si vous êtes à la recherche de l'abbaye du même nom dans Brandenburg, voir Abbey Marienstern (Mühlberg / Elbe).
Abbaye de Saint-Marienstern
Vogelperspektive Marienstern.jpg
L'abbaye de Saint-Marienstern vue de dessus
état Allemagne Allemagne
terrain Saxe Saxe
emplacement Panschwitz-Kuckau
religion catholique
titulaire Étoile de la Sainte Vierge Marie
diocèse Dresde-Meissen
site Web Webseite des Klosters St. Marienstern

Les coordonnées: 51 ° 13'57.72 « N 14 ° 12'04.68 « E/51,2327 14,2013 ° N ° E51,2327; 14,2013

Abbaye Marienstern
Eglise et le monastère (à droite)
Abbaye Marienstern
Abbaye Sankt Marienstern (en langue sorabe Marijina Hwězda)
Abbaye Marienstern
Vue sur le jardin de l'abbaye

L 'Abbaye Sankt Marienstern (lat. Abbatia Stellae B.M.V.; en HSBS Kloster Marijina Hwězda) Est une abbaye cistercienne qui se trouve dans Panschwitz-Kuckau dans 'Lusace saxon.

Il appartient aux quelques maisons de l'Ordre qui le sont de leur fondation (ce en 1248) sans interruption.

À la mi-2016, ils vivaient avec abbesse Philippa Kraft Abbaye 13 religieuses et postulante. Ils sont dédiés, en plus de la solennelle Liturgie du jour, à pastorale et les travaux dans la maison et dans son jardin, même de l'aide, la formation et les activités des personnes handicapées, qui sont logés dans de nombreuses abbaye locale.

Une partie de l'abbaye est ouverte au public, qui est, l'église abbatiale, le jardin, le musée (trésor), l'invité et la boutique de l'abbaye.

histoire

Abbaye Sankt Marienstern a été fondée en 1248 par les Lords de la Chambre de Vesta Schenk von Vargula, les propriétaires du village et tribunal de Kamenz, dans les zones de peuplement de la Sorbs, et il a été équipé de 52 villages et deux villes.

En 1250 l'abbaye est devenue une partie de 'Ordre cistercien et placé sous la direction de l'abbaye de Altzella à Nossen en Saxe.

la Margrave de Brandebourg, qui avait une querelle de leur frère Roi de Bohême Bautzen et Görlitz, en 1264 ils ont placé l'abbaye sous leur protection. La période de la plus grande abbaye fut construite en 1280, sous Vescovo Bernardo de Kamenz.

Jusqu'à 1285 le grand patrimoine et ses revenus faisaient partie de l'administration de l'abbaye.

Lorsqu'en 1318 le roi Jean Ier de Bohême Il a étendu son règne à 'Lusace, aussi il a réussi en tant que protecteur de l'abbaye.

au cours de la guerre contre les Hussites, l'Abbaye, le long du siège de Kamenz, 7 octobre 1429 a été mise à sac par les forces du département hussites et il a subi le feu avait pas payé aucune rançon. Les religieuses de l'abbaye, devant le danger imminent, se sont réfugiés dans la ville fortifiée de Bautzen, l'un des six villes.

à partir de XVe siècle Abbaye appartenait aux classes du marquisat Lusace, qui étaient représentés par un particulier vogt.

L'abbaye a survécu au temps de réforme et une partie des paroisses qui étaient sous le patronage de l'abbaye est restée catholique.

Avec la ville de Bernstadt Abbesses disputèrent pendant des décennies sur la confession religieuse du curé de la paroisse de la ville, jusqu'à ce que les citoyens évangéliques luthériens a finalement prévalu. Après le détachement de l'abbaye Altzella de 1540, en raison de la sécularisation de ce dernier, il y avait de longues disputes sur qui devrait prendre en charge la supervision de l'abbaye et de ses paroisses. Demandes à cet effet ont été présentées à la fois par les abbés de 'Abbaye Neuzelle que du doyen cathédrale Bautzen, Johann Leisentrit.

À la fin du XVIe siècle et au début XVII, Marienstern était sous la supervision des abbés de Bohémiens Strhov et Zbraslav.

au cours de la Guerre de Trente Ans l'abbaye a été saccagé et endommagé par les troupes suédoises évangélique luthérienne; les sœurs se sont réfugiés dans l'abbaye Bledzew. Retour à l'intérieur après la guerre, les dégâts ont été réparés. Avec l'attachement de « renoncement à la tradition » de Paix de Prague en 1635, Il a assuré la permanence des institutions catholiques, même sous la domination des naissants Électeurs evengelico luthérienne de Saxe.

Avec le couronnement de électeur Federico Augusto I de Saxe Roi de Pologne sous le nom de Auguste II et avec le passage de la famille saxonne liée à la foi catholique, entre ce dernier et l'abbaye de Saint-Marienstern ils se sont installés des liens étroits.

au cours de la Grande Guerre du Nord les occupants ont fui à nouveau l'abbaye de Saint-Marienstern, cette fois-ci Leitmeritz en Bohême.

Après la guerre, et retourné les religieuses, entre 1716 et 1732 a eu lieu la rénovation du style de l'abbaye baroque.

après la laïcisation Abbaye Neuzelle, Saint-Marienstern est venu sous la supervision des abbés de Osek en Bohême. En 1826 a été fondée la Saint-Josephs-Institut, un internat pour les filles. De 1848 à 1872, au cours de la fin de la soumission (interdiction de l'héritage de la propriété et l'obligation de travailler pour le propriétaire du terrain) après 1848 et la libération des paysans, a terminé la règle sur les villages soumis abbaye, avec leurs fonctions et responsabilités financières envers elle. Les agriculteurs sujets de l'abbaye ont ainsi pu se racheter en l'espace de vingt ans.

Au cours de la révolution de 1848 Les cercles bourgeois saxons préconisaient sans succès la dissolution de l'abbaye de Saint-Marienstern. En 1871, ils ont introduit des règles plus strictes dans le cloître de l'abbaye.

Après la fin de Première Guerre mondiale et les années de la révolution de 1918, comme la fin de la monarchie en Allemagne, en 1923, a eu lieu à l'abbaye de Saint-Marienstern le premier synode diocésain de la re-établie Diocèse de Dresde-Meissen sous la direction de Mgr Christian Schreiber.

Avec la montée en puissance du national-socialisme, l'école abbatiale pour les filles a été fermé (1933). en Guerre mondiale l'abbaye est devenue un refuge pour les migrants en Bessarabie d'origine allemande. Plus tard, ils ont suivi d'autres fugitifs et exilés. En 1945, une partie des habitants abbaye a échappé à nouveau dans l'abbaye de Bohême Ossek.

L'abbaye a également survécu à la fondation, en 1949, la DDR. Ses propriétés ont été construites dans la fondation Kirchliche Land- und Forstwirtschaft, dont l'administration pourrait gérer les biens du diocèse de Meissen, sous le patronage de l'évêque.

En 1973, l'abbaye était école ouverte Mary-Martha-Heim Les filles handicapées.

Entre 1966 et 1998 a été nettoyé et restauré toute l'abbaye.

En 1998, il a eu lieu à l'occasion du 750e anniversaire de la fondation, la première exposition saxonne « le temps et l'éternité ». Pour l'exposition et ses visiteurs l'abbaye a également ouvert une partie des lieux cloîtrées.

brasserie

En 1700 il a été fondé la brasserie de Saint-Marienstern, qui est resté actif jusqu'en 1973, et la production a dû arrêter sur les ordres du gouvernement de la RDA.

abbaye de soins

Abbaye de soins a été l'administration des grandes propriétés foncières et les revenus connexes, qui étaient autrefois la propriété de l'abbaye, et de ceux-ci, ainsi que d'au moins deux douzaines de villages, Sorabes même les deux villes Wittichenau et Bernstadt qui faisaient partie de celui-ci jusqu'en 1848. Le cœur de l'époque lieu Abbaye a consisté en la riche Horjany de Panschwitz, Crostwitz et Nebelschütz, et les plus pauvres, moins fertiles parce que, comme Delany, y compris Räckelwitz und Wittichenau.

La zone de l'ancienne terre de domination Abbaye de Sankt Marienstern coïncide actuellement avec le noyau actuel de la Sorbes catholique nell'Oberlausitz. Contrairement à la partie évangélique luthérienne sorabes, la langue sorabe Il est encore la langue de la majorité des pères de la population.[1]

L'église abbatiale

L'église abbatiale est un gothique tardif salle paroissiale Gothique tardif et est l'un des plus anciens bâtiments de l'abbaye. L'intérieur du bâtiment a trois nefs divisé par sept travées. Une particularité est que le fond de l'allée au sud, qui est divisée par un mur de l'église, en même temps que l'aile nord du cloître, tandis que sur la partie supérieure, il est le chemin que l'on appelle du chœur, qui agit comme un lien entre la zone habitée par les sœurs et leur matroneo, qui se trouve au-dessus du portail de l'église dans l'allée ouest. La lâcheté de croisière est pris en charge par des colonnes octogonales et est fourni dans une partie de claveaux riches.

organe

Abbaye Marienstern
L'orgue de l'église abbatiale

L 'organe, travail de l'entreprise Hermann Eule Orgelbau Bautzen, se compose de 1326 cannes 20 journaux, deux claviers et un pédalier. Il a été installé en place en 1997 et le 21 Octobre de cette année ouvert.

badesse

Les années dans cette liste correspondent à la documentation originale de chaque abbesse, mais pas nécessairement toute la durée de leur mandat.

  • 1. von Mabilia Kamenz, (Sans preuve documentée)
  • 2. Agnes von Kamenz, (sans preuve documentée)
  • 3. Elisabeth von Crostwitz, 1264-1292
  • 4. Cunégonde, 1301-1317
  • 5. Utha (Ottilia), 1333
  • 6. Adelheid von Colditz, 1334-1355
  • 7. MOFKA (Monica) von Colditz, 1365-1374
  • 8. Amabilia von Colditz, 1374-1377
  • 9. Anna von Weinberg, 1382-1388
  • 10. Sophia von Leisnig, 1405-1426
  • 11. Eneda von Waldow, 1426-1433
  • 12. Elisabeth von Lobkowitz (?), 1435-1444
  • 12a. Barbara, 1456 (décès documentés)
  • 13. Barbara von Nostitz, 1456-1487
  • 14. Elisabeth von Haugwitz, 1491-1515
  • 15. Elisabeth von Temritz, 1515-1523
  • 16. Margareta von Metzrad, 1524-1543
  • 17. Elisabeth von Schreibersdorff, 1544-1551
  • 18. Anna von Leoben, 1551-1554
  • 19. Anna von Baudissin, 1554-1565
  • 20. Christina von Baudissin, 1565-1576
  • 21. Lucia Günther, 1576-1584 (suppression)
  • 22. Christina Kromer, 1584-1592
  • 21a. Lucia Günther, 1592-1606
  • 23. Katharina Kodizin, 1606-1619
  • 24. Ursula Weishaupt, 1619-1623
  • 25. Dorothea Schubert, 1623-1639
  • 26. Anna Margareta Dorn, 1639-1664
  • 27. Katharina Benada, 1664-1697
  • 28. Ottilia Hentschel, 1697-1710
  • 29. Cordula Sommer, 1710-1746
  • 30. Josepha Elger, 1746-1762
  • 31. Klara Trautmann, 1762-1782
  • 32. Bernharda Kellner, 1782-1798
  • 33. Vinzentia Marschner, 1799-1828
  • 34. Benedikta Göhler, 1830-1856
  • 35. EDMUNDA mai, 1856-1874
  • 36. Kordula Ulbrich, 1874-1882
  • 37. Bernharda Kasper, 1883-1909
  • 38. Anna Lang, 1909-1927
  • 39. Bernarda Sterz, 1927-1935
  • 40. Catharina Pischel, 1935-1954
  • 41. Anna Meier, 1954-1986
  • 42. Benedicta Waurick, 1986-2011
  • 43. Philippa Kraft, seit 2011[2]

photos

notes

  1. ^ (DE) Martin Walde: Katholisches contre evangelisches bei den Sorben Milieu dans: Letopis 53 (2006) 2, S. 15 ff, Ludowe de Domowina, Budyšin / Bautzen 2006.
  2. ^ (DE) "Äbtissinnenweihe im Kloster St. Marienstern", ORDEN online.de, 19. Septembre 2011

bibliographie

(en allemand sauf indication contraire)

  • Karlheinz Blaschke (Hrsg.): 750 Jahre Kloster St. Marienstern. Festschrift. Herausgegeben im Auftrag von Äbtissin M. Benedicta Waurick und dem der Konvent Zisterzienserinnenabtei St. Marienstern. Stekovics, Halle an der Saale 1998, ISBN 3-929330-96-2.
  • Cornelius Gurlitt, Marienstern, dans: Beschreibende Darstellung der älteren Bau- und des Kunstdenkmäler Königreichs Sachsen. 35. Heft: Amtshauptmannschaft Kamenz (Land). C. C. Meinhold, Dresde 1912, S. 142.
  • Alexander Hitschfeld: Chronik des Cisterzienserinnenklosters Marienstern in der Lausitz königlich Sächsischen. Opitz, Warnsdorf 1894 (Digitalisat)
  • Richard Jecht: Der Oberlausitzer Hussitenkrieg und das Land der unter Kaiser Sigmund Sechsstädte Dans: Neues Lausitzisches Magazin, Teil 1, Band 87, Görlitz 1911, S. 35-279.
  • Hermann Knothe: Urkundliche Geschichte des Jungfrauenklosters Marienstern Cisterzienserordens in der Königl. Sächs. Lusace. Dresde 1871 (Digitalisat)
  • Heinrich Magirius: Das Kloster Sankt Marienstern. Union-Verlag, Berlin 1981 (Das Denkmal christliche 116 ISSN 0578-0241 (toilettes · IPSA)).
  • Heinrich Magirius, Siegfried Seifert: Kloster St. Marienstern. St. Benno, Leipzig 1982.
  • Judith Oexle (Hrsg.): Zeit und Ewigkeit. 128 à Saint Marienstern Tage. Erste Sächsische Landesausstellung, 13. Juni 1998 - 18. Oktober 1998 im Kloster St. Marienstern, Panschwitz-Kuckau. Ausstellungskatalog. Stekovics, Halle an der Saale 1998, ISBN 3-932863-06-2.
  • Marius Winzeler: Saint-Marienstern. Der Stifter, Kloster und die sein Kunst im 13. Jahrhundert Mitteleuropas. Janos Stekovics, Wettin-Löbejün 2011.
  • Zisterzienserinnen-Abtei St. Marienstern (Hg.): Zum Lob Gottes und Rühme. Kloster St. Marienstern. St. Benno-Verlag, Leipzig 1998, ISBN 3-7462-1278-2.

D'autres projets

liens externes

autorités de contrôle VIAF: (FR154474396 · ISNI: (FR0000 0001 2325 3279 · GND: (DE4294008-4

Activité wiki récente

Aidez-nous à améliorer BooWiki
Commencez