s
19 708 Pages

Abbaye Saint-Pierre
Abbaye de Saint-Pierre
Abbaye de Jumièges.jpg
état France France
région Normandie Normandie
emplacement Jumièges
religion catholique
consécration 1067
style architectural roman
Début de la construction 654
achèvement 1050

Les coordonnées: 49 ° 25'55 « N 0 ° 49'09 « E/49.431944 N ° 0.819167 ° E49.431944; 0.819167

L'abbaye de San Pietro, ou tout simplement abbaye de Jumièges, Elle a été fondée par saint abbé Filiberto, fils de Francon de Conté Vasconia, vers la 654[1] à Jumièges (Seine-Maritime).

histoire

Le 24 mai 841, le monastère carolingien a été incendiée pour la première fois par Vikings, qui est revenu pour une deuxième fois pour piller. Devant la menace scandinave, les moines ont pris les reliques et les manuscrits les plus précieux et, en prenant le cri déjà utilisé pour Lindisfarne Une fureur Normannorum libera nos Domine! ( « De la fureur des Normands, Seigneur délivre-nous! ») A gauche l'abbaye environ 850. La plupart se sont réfugiés dans Haspres Prieuré, près de Cambrai.

pour demander Guillaume Ier de Normandie, dit « longue épée », l'abbaye a été restaurée par les moines de Saint-Cyprien de Poitiers: Vers la 934, les bâtiments ont été restaurés pour accueillir à nouveau 12 religieux.

Le Abate Robert de Jumièges, dit "Champart," reconstruit le monastère (1040-1052). Le 1er Juillet 1067, l 'Archevêque de Rouen, la béni Maurilio, solennellement consacrée la grande église abbatiale Notre-Dame de Jumièges, en présence de Duc de Normandie, Guillaume le Conquérant et de nombreux prélats, y compris tous les évêques de Normandie.

Quelque temps après l'intégration de la Normandie dans les territoires réels, le choeur roman de la grande église abbatiale fut reconstruite dans le style gothique (environ 1267-1278). Les changements ne sont pas consisté à créer un ambulatoire, combien de temps il avait été considéré, étant donné que les fouilles effectuées par Georges Lanfry ont montré que le chœur roman, il était déjà prévu. La transformation a lieu à la construction des chapelles radiales, dans le but d'apporter la lumière sombre bâtiment, considérée comme obsolète. La communauté pourrait se permettre de telles dépenses, car à ce moment-là, il a vécu une période de grande prospérité. Il était également XIII siècle que la communauté a connu un dynamisme sans précédent, en particulier dans l'activité de scriptorium. En fait, près de la moitié des 400 manuscrits conservés par la bibliothèque sont datées de cette période.

Jumièges.jpg
abbaye de Jumièges
Vue intérieure de l'église.

en 1431, l'abbé Jumièges, Nicolas Le Roux, dont on a fait l'éloge de la pitié, la régularité et le dévouement aux intérêts de son monastère, a participé activement au processus contre Jeanne d'Arc. Son opinion sur la culpabilité de la Pucelle a trahi les angoisses de sa conscience. Les effets, a déclaré que la cause était trop difficile: en tam negotio difficile, et non parlé de peur de la puissance britannique et, il faut dire, même les médecins de Paris, qui devait suivre les conseils.

au cours de la guerres de religion, l'abbaye a été limogé à nouveau. la Huguenots, qui a dévasté Rouen, Dieppe, Le Havre, Caudebec Ils sont arrivés aux portes de Jumièges. Le religieux, ayant appris la mise à sac de Caudebac, tout ce qu'ils ont quitté l'abbaye. Le 8 mai 1562, la protestants Ils partirent Caudebac pour Jumièges, où ils ont trouvé le désert du monastère. Les autels ont été renversés, les vases sacrés volés et des images endommagées, les saintes reliques jetées dans le feu. Reliquaire, ornements, linge, argenterie, meubles, tout a été détruit ou confisqué.

la 28 juillet 1563, le roi Charles IX Jumièges a visité et a vu de ses propres yeux l'ampleur de la catastrophe. Il a permis par conséquent, les moines de vendre des terres [2] pour subvenir aux besoins primaires. Il a donc été aliénée de la seigneurie Norville, vendu à Charles II de Cossé, comte de Brissac, lord de Ételan, pour 10 220 livre. Dix-sept religieux sont retournés à Jumièges et a repris un peu l'ordre dans l'abbaye dévastée.

Pendant la Révolution, et religieux, l'abbaye fut vendue comme bien national. En 1795, son premier acheteur, Pierre Lescuyer, bénéficiaire des biens nationaux, pris immédiatement le cloître du XVIe siècle et la démolition du dortoir du XVIIIe siècle[3] En 1802, le nouveau propriétaire, Jean-Baptiste Lefort, un marchand de bois canteleu, Il a fait exploser le chœur. L'église a connu une lente démembrement.

Nicolas Casimir Caumont, né à Rouen 19 Janvier 1781, il Mariage 28 Octobre, 1816 mlle Sophie Adèle Lefort, fille de Jean-Baptiste, a vécu dans l'abbaye de Jumièges, dont il était le propriétaire mort adlla de sa femme, et il a sauvé d'une destruction certaine. Maire de Jumièges 14 Octobre 1830, l'ancien président de la Chambre de Commerce de Rouen 1834-1837 et le Tribunal de Commerce, président du conseil d'administration de la banque de Rouen, vice-consul du Brésil et du Portugal, ancien conseiller municipal de Rouen, il met toute son énergie pour sauver le monument et les ajouter de la valeur. Nicolas Casimir mori à Jumièges 18 Avril 1852, et fut enterré le lendemain. La famille Caumont alors il a vendu l'immeuble.

La famille Lepel-Cointet a racheté l'abbaye en 1852 et a commencé à la sauver. Avec la tendance romantique, l'église a subi une renommée majeur grâce à Victor Hugo qui a dit: « encore plus belle Tournus« Et l'historien Robert de Lasterye les qualifiés « une des ruines les plus belles, il y a en France. »

Abbaye de Jumièges est devenu la propriété de l'État 1947, puis il passa dans la possession du département de la Seine-Maritime 2007.

description

Nell 'XIe siècle en Normandie Il était un complexe de monuments religieux parmi les plus qualifiés et représentatifs de l'art roman. Au-delà 'abbaye de Bernay, Nous avons aussi constaté que Notre-Dame de Jumièges, refondée en 1037 et consacrée en 1067.

Dans ce document est défini le système architectural Norman nef régulation du score intérieur général, elle a développé sur trois étages. Dans la partie inférieure porte la double cadence en raison du couplage de deux arcs espacés par une colonne et encadrées par deux piliers avec des demi-colonnes qui se dressent sur le toit. Au-dessus du tunnel est placé (ou matroneum) Marqué par trifore ouvrir l'allée et surmonté avec des fenêtres correspondant. Le bâtiment était de 88 m de long et 25 m de haut.

Il a été modifié en âge gothique avec la construction d'un grand chœur avec un déambulatoire. L'influence de la culture allemande et dell 'art ottonien il montre dans la couverture du toit et en présence des deux tours qui encadrent la façade occidentale (façade harmonique normande ou Westwerk) Et une grande loggia tournée vers l'intérieur, avec la tour-lanterne gigantesque. Après la construction de Jumièges, la définition complète du système architectural de la nef, fixée dans une image stable et exemplaire, il est servi ensuite comme point de départ pour la construction de dell'abbaziale Mont-Saint-Michel, au moyen d'une concaténation serrée de tous les éléments architecturaux constitutifs.

Liste des abbés

  • 654-682: Saint Philibert, fondateur abbaye et premier abbé;
  • 682-687: Aycadre;
  • 687-724Cochin;
  • 724-730Sant 'Hugues de Champagne, évêque de Paris et Bayeux; 720-730, Abbaye de Saint-Wandrille
  • 730-v.750: Hildegarde;
  • v. 750-v. 787: Droctegand;
  • v. 787-v. 814: Landric;
  • v. 814-v. 820Adam;
  • v. 820-XXXX: Hélisacar;
  • XXXX-XXXX: Angilbert;
  • XXXX-XXXX: Angésise;
  • v. 830-v. 833: Foulques;
  • 930-943Martin;
  • 1037-1 045: Robert III dit Champart, plus tard évêque de Londres puis arcivescovo di Canterbury
  • 1078-1097: Gontard;
  • 1247-1248: William V, dit de Fors;
  • 1248-1258Roberto V, a dit le Etelän;
  • 1391-1418Simon du Bosc;
  • 1418-1432Nicolas Le Roux;
  • 1432-1464Jean V dit de la Chaussee;
  • 1464-1473Antoine Crespin;
  • 1473-1474Louis d'Amboise;
  • 1474-1504: Jacques d'Amboise;
  • 1504-1510François de Clermont;
  • 1510-1518Philippe de Luxembourg;
  • 1518-1525Jean Durand;
  • 1549-1574Gabriel Le Veneur;
  • 1607-1614Marian de Martinbos;
  • 1614-1635Baltasar Poitevin;
  • 1635-1639Jean-Baptiste de Croisilles;
  • 1639-1641Guillaume de Montaigu;
  • 1719-1760Claude de Saint-Simon;
  • 1760-1788François-Camille de Lorraine;
  • 1788-XXXX: Pierre-François Martial de Loménie.

Notes et références

  1. ^ Célébrations 2004 Nationales, sur www.culture.gouv.fr. Récupéré le 30 Novembre, ici à 2015.
  2. ^ « Terre génétique », selon les termes utilisés par Jean-Benoît-Désiré Cochet dans son Culture Vignoble en Normandie (1844)
  3. ^ Louis Réau, Vandalisme d'histoire.

D'autres projets

autorités de contrôle VIAF: (FR158803227 · ISNI: (FR0000 0001 2194 1318 · BNF: (FRcb11940988d (Date)

Activité wiki récente

Aidez-nous à améliorer BooWiki
Commencez