s
19 708 Pages

1leftarrow blue.svgArticle détaillé: al-Amin.

la La guerre civile entre al-Amin et al-Ma'mûn Il a constitué la première étape neuvième siècle, la crise progressive qui a commencé à investir califat abbasside.

Parmi les 809/193 et ​​813/198, Muhammad al-Ameen Il a succédé à son père Harun al-Rashid. Avant de mourir, celui-ci avait tenté d'éliminer tout contraste pour la succession à la charge califal entre Al-Ameen et son frère « Abd Allāh à Ma'mûn qui, ayant pas de sang totalement hachémite (En tant que fils d'un esclave persan nommé Marājil, elle est morte en couches[1]), Il a été indiqué comme deuxième dans l'ordre de succession dans le soi-disant « actes de mecque« A pris de son père et fait de mettre en place, pour mettre l'accent sur la sacralité, la Kaaba de La Mecque.

Malgré le document de reconnaissance mutuelle, la tension entre les deux frères a été allumé. Il était à cet égard que le Ma'mûn a demandé à son père pourrait l'accompagner dans Khorassan où son père a été dirigé avec une armée forte afin d'obtenir au-dessus de Transoxiane quelques rébellions contre le pouvoir Bagdad.

Après la mort d'al-Rashid à 193/809, près de Tus (Près de la présente Mazar-e Sharif), Al-Ameen, qui est devenu Calife, a ordonné le retour des troupes de califfali Khorassan, en accord avec leur argent, indispensable pour le paiement en temps voulu de l'argent aux troupes. Toutefois, ces commandes ont été ignorées par al-Ma'mûn qui, flanquée de son conseiller en mesure, al-Fadl ibn Sahl, était moins que les dispositions énoncées dans les « Actes de la Mecque », ce qui est la raison pour laquelle, un an après la mort de son père, al-Ameen introduit au cours de prière rituelle Vendredi le nom de son fils Musa, comme son successeur, le plaçant toutefois après Al-Ma'mûn et al-Qasim (le troisième fils d'al-Rashid).

Dans ce climat est commencé entre les deux frères une correspondance diplomatique (dont les lettres sont conservées par al-Tabari), Au cours de laquelle al-Ameen, soutenu par son conseiller de confiance al-Fadl b. al-Rabi « a tenté de convaincre son frère de céder sa place de successeur désigné, l'obtention en réponse à un refus par Al-Ma'mûn, qui a décidé d'interrompre cette service d'information qui limite gouverneurs les provinces au gouvernement central à Bagdad. Cela a déclenché la colère d'Al-Ameen qui a décimé impérieusement comme al-Ma'mûn de sa succession, l'introduction d'un des fils de Musa, nommé gouverneur de Khorasan qui que dans les engagements pris dans la « Mecque des actes » , il a été affecté au gouvernement exclusif d'al-Ma'mûn.

Accusé d'avoir désobéi aux ordres du calife et son frère, al-Ma'mûn a été déclaré rebelle, de sorte que le conflit pourrait avoir lieu nell811 / 195 ouvert lorsque al-Ameen a envoyé une expédition dirigée par « » Ali b. « Isa b. Mahan, dans le Khorassan. Ici, les troupes irakiennes ont été défaits et 'Ali b. « Isa a été tué par le général al-Ma'mûn, Tahir b. al-Husayn, qui a obtenu une série de victoires, de son habileté et la ténacité dans la bataille.

Après la bataille d'al-Rayy, il a suivi celui d'al-Jabal, où même sort sur le second envoyé d'Al-Ameen, « Abd al-Rahman b. Djabala al-Abnāwī, qui a été battu par le général al-Ma'mûn. Il ne sert à rien d'essayer de al-Ameen pour obtenir le soutien des tribus arabes de 'Irak et Syrie. L'absence de relations personnelles entre al-Ameen et la Bedouins Arabes et la tentative de créer une confusion entre les Arabes et les Perses (les derniers partisans maintenant fidèles d'al-Ma'mûn) a empêché le Calife de Bagdad pour réussir dans sa tentative.

Après plusieurs défaites subies par al-Ameen, même dans le fils de Bagdad « » Ali b. « Isa b. Mahan il a mené un coup d'Etat, déclarant cariée al-Ameen et la nomination de nouveaux Calife Al-Ma'mûn. Après deux jours de captivité, 812/196 al-Ameen a été libéré par ses troupes, mais maintenant qu'il avait perdu son autorité Empire en grande partie (l'Irak, la Mésopotamie, l'Arabie).

Al-Ma'mûn a attaqué l'Iran, alors que deux corps commandés par Tahir et Harthama b. A'yan assiégea Bagdad en 812/196, qui a duré jusqu'à la all'espugnazione finale et la mort d'al-Ameen (198/813) pour la main Tahir, sans (au moins officiellement et avec peu de probabilité) Frère al-Ma'mûn, il ne savait rien.

Pendant le siège de l'année de la ville mis en place une résistance vaillante et héroïque en raison de la population civile (dont le soutien au Calife décrit un scénario très différent de celui proposé par les historiens, bien sûr favorables au gagnant d'al-Ma'mûn).

Siège, une bonne moitié de la belle métropole Califat est sorti totalement détruit, de sorte que le nouveau Bagdad a été reconstruit à l'est de la précédente qui était pendant des siècles dans les décombres, en mémoire de la terrible guerre fratricide.

notes

  1. ^ Al-Ameen a été à la place né Zubeida bt. Ja'far b. Mansur.

bibliographie

  • Francesco Gabrieli, La guerre civile entre al-Amin et al-Ma'mûn, Dans: Actes 'Accademia dei Lincei
  • Hugh N. Kennedy, Le Prophète et l'âge de califats, Longman, Londres et New York, 1986

Activité wiki récente

Aidez-nous à améliorer BooWiki
Commencez