s
19 708 Pages

Remarque disambigua.svg homonymie - "La Scala", voir ici. Si vous êtes à la recherche d'autres utilisations, voir l'échelle.
Teatro alla Scala
Milan - Scala - facade.jpg
La façade néo-classique du théâtre
emplacement
état Italie Italie
emplacement Milan
adresse Piazza della Scala
caractéristiques
type chambre fer à cheval avec quatre commandes de boîtes et deux galeries
capacité 2,030[1] sièges
réalisation
construction 1776-1778
inauguration 3 août 1778
architecte Giuseppe Piermarini
propriétaire Ville de Milan
site officiel

Les coordonnées: 45 ° 28'03.09 « N 9 ° 11'22.03 « E/45.467525 N ° 9.189453 ° E45.467525; 9.189453

la Teatro alla Scala, souvent désigné officieusement sous le nom " Scala», Est le principal opéra de Milan. Considéré comme l'un des plus prestigieux théâtres dans le monde, qui abrite plus de 238 ans d'artistes les plus importants dans le domaine international de 'opéra, et, plus généralement musique classique, souvent travaux de mise en service toujours présent dans les affiches des plus grands théâtres du monde.

Le théâtre a été inauguré le 3 Août 1778 avec l'europe a reconnu composé pour l'occasion par Antonio Salieri Il a pris son nom église de Santa Maria alla Scala démoli pour la faire place Nuovo Teatro Regio Ducal alla Scala[2][3].

De l'année de fondation est le siège de 'même nom choeur,[4] dell 'orchestre[5], la chœur,[6] et 1982 aussi philharmonique.[7] Le complexe de théâtre est situé dans 'place du même nom, flanquée Souvenirs Casino, aujourd'hui le siège de la Musée du Théâtre La Scala.

histoire

D'abord les structures au travail à Milan ont été les théâtres de cour qui se relayaient dans la cour Palazzo Reale: Tout d'abord salon nommé Marguerite d'Autriche-Styrie, femme Philippe III d'Espagne, érigé en 1598 et détruit par le feu le 5 Janvier 1708 et Teatro Regio Ducal, Il a construit neuf ans plus tard, aux dépens de la noblesse de Milan et conçu par Gian Domenico Barbieri.[8]

Pour la scène de ces théâtres, ils ont commandé des œuvres par les plus grands compositeurs, parmi lesquels: Nicola Porpora (Syphax) Tomaso Albinoni (Le fort à l'épreuve) Christoph Willibald Gluck (Artaxerxès, Demofoonte, Sophonisbe, Ippolito) Josef Mysliveček (Le grand Tamerlan) Giovanni Paisiello (Sismano dans Mogol, Andromède) Wolfgang Amadeus Mozart (Mitridate, Ascanio in Alba, Lucio Silla).

Teatro alla Scala
Santa Maria della Scala, directeur Collegiate, démoli pour construire le théâtre, la gravure Marcantonio Dal Re la 1745.

la Nouveau Teatro Regio Ducal

« À ma grande surprise, j'ai vu qu'ils démolissaient une église pour faire place à un théâtre »

(Thomas Jones[9])

Le Teatro alla Scala a été construite d'après le décret de l'impératrice Marie-Thérèse d'Autriche après un incendie a éclaté le 26 Février 1776, Il avait détruit le théâtre de la cour.[10][11] Le projet a été confié au célèbre architecte Giuseppe Piermarini, qui prévoyante également à la conception du « Théâtre intérimaire », une structure temporaire construite au San Giovanni in Conca, et théâtre Cannobiana, la plante est très similaire à celle de l'échelle, mais à plus petite échelle, dédiée à la plus « divertissement populaire ».[12] La décoration picturale a été faite par Giuseppe Lève-toi et Giuseppe Reina. Domenico Riccardi peint à la place le rideau, représentant, apparemment à la suggestion de Parini, le "Parnasse».[13] Les coûts pour la construction du nouveau théâtre a été pris en charge par les boîtes à la « Regio Ducale » en échange du renouvellement de la propriété des boîtes.

Les travaux de démolition de église collégiale Santa Maria a commencé Août 5 1776, le 28 mai 1778 Il a eu lieu les premiers essais de l'acoustique et 3 Août, en présence du gouverneur de Milan, l 'archiduc Ferdinand d'Autriche-Este, de Maria Beatrice d'Este, du comte Karl Joseph von Firmian et le duc Francesco III d'Este, Il a été inauguré le « nouveau Théâtre Royal Ducal » 3000 places avec la performance de première mondiale de la l'europe a reconnu Salieri.[14] la brochure, Mattia l'abbé Verazzi, a été pensé pour céder la place à l'air riche de virtuosité, et se caractérise par les nombreux duets, trios et agir complexe final. Le soir du 3 Août, parmi les spectateurs, il a également été Pietro Verri, qui a écrit à son frère Alessandro, en ce que la période Rome« La pompe de vêtements est la somme, les frais supplémentaires peupleront la scène plus d'une centaine de chiffres et faire leur devoir ... les yeux sont toujours occupés. » résultat particulièrement frappant a été le début in medias res, « Pendant que vous vous situez en attente lorsque vous donnez principe, écouter le tonnerre, puis un éclat de foudre et c'est le signal pour l'orchestre a commencé l'ouverture, le rideau se lève à l'époque, vous voyez une mer orageuse. »[15][16] Ils les danses réjouissaient Intervalles Pafio et de la myrrhe, ou si les prisonniers à Chypre, La musique de Salieri, chorégraphie de Claudio Legrand, et Apollo apaisée, musique de Luigi de Baillou, chorégraphie de Giuseppe Canziani.[17]

Le théâtre n'a pas été à ce moment-là seulement un lieu de spectacle: le public a souvent pour but de la danse, les boîtes étaient utilisés par les propriétaires afin de recevoir les invités, manger et gérer leur vie sociale, réduit et dans un autre espace en correspondance de la cinquième rangée de boîtes, il est joué (entre les différents jeux figurent aussi roulette, introduit dallimpresario Domenico Barbaja en 1805).[18] depuis le 1788 il était strictement interdit de jouer dans la ville, à l'exception des théâtres montrer le temps.

Teatro alla Scala
Teatro alla Scala
La façade du théâtre représenté dans deux différents gravures historique, un cuivre de 1790 (ci-dessus) et l'autre sur "aquatinte 1850 (ci-dessous): il convient de noter, dans ce dernier, le corps latéral ajouté en 1835.

Pendant les années de domination autrichienne et française, La Scala a été financé, sur les revenus des jeux de hasard, les mêmes familles qui avaient voulu construire le théâtre et il a conservé la propriété à travers les dimensions des boîtes. Alors que les trois premières commandes ont été pendant de nombreuses années la propriété aristocratie, quatrième et cinquième étaient pour la plupart occupés par la haute bourgeoisie, qui, depuis les il y a vingt ans une entrée massive dans le théâtre. Dans le public, et encore plus dans la galerie, il y a un public mixte de soldats, de jeunes aristocrates, bourgeois, artisans.[19]

La propriété de la gestion est restée la plupart du temps entre les mains des membres de la noblesse milanaise (l'année de l'inauguration des « associés Chevaliers » étaient les Ercole Castelbarco conte, le marquis Giacomo Fagnani, le marquis Bartolomeo Calderara et le prince Antonio Menafoglio Sinibalda Rocca)[20] mais la gestion réelle a été presque toujours confiée à des entrepreneurs de profession comme Angelo Petracchi (1816-1820), Domenico Barbaja (1826-1832), Bartolomeo Merelli (1836-1850), les frères Ercole et Luciano Marzi (1857-1861).[18]

Le plus gros problème dans l'organisation des saisons a été allumé pour garder l'intérêt du public, souvent distraite, par étapes, avec d'autres questions, ou perturbé à l'écoute de la musique du buzz provenant des tables de jeu accessibles à partir de midi jusqu'au soir[21].

Le 1er Septembre 1778 a lieu la première de Troy détruit de Michele Mortellari. Avoir le luxe de 'l'europe a reconnu économiquement non viable à long terme, déjà la deuxième année d'activité a cédé la place à 'opéra buffa, dont le plus interprète, le faible Francesco Benucci, scaligere souvent foulé les scènes.[citation nécessaire] Le 1er Janvier, 1779 Il avait le premier ensemble Venus à Chypre de Felice Alessandri, 30 janvier Cléopâtre de Pasquale Anfossi et 26 Décembre Armida de Josef Myslivecek avec Caterina Gabrielli, Luigi Marchesi et Johann Valentin Adamberger[22]. Le 3 Février, 1 781 il y avait l'inauguration, retardée par la mort de Marie-Thérèse d'Autriche, avec la première mondiale de Antigonus de Luigi Gatti, 1er octobre de Le vieux jaloux Alessandri, le 26 Décembre Jeux olympiques de Francesco Bianchi[23], 14 septembre 1782 de Entre les deux parties au litige a la troisième de Giuseppe Sarti avec Anna Selina Storace et Benucci, le 26 Décembre le Circé de Domenico Cimarosa avec Giacomo David et 8 Janvier 1783 de Le Idalide ou les deux vierges du soleil Sarti.[24] Un grand succès a eu la Scala castré, sopranos et contraltists, parmi lesquels on peut citer Gaspare Pacchierotti, Asterio dans le travail d'ouverture, Luigi Marchesi, Girolamo Crescentini, Giovanni Velluti en quelques décennies remplacé par grandes dames (Parmi les premiers, le très célèbre Adriana Ferrarese, Teresa Saporiti, Giuseppina Grassini, Teresa Bertinotti-Enracinée, Le Storace, Teresa Belloc-Giorgi, Angelica Catalani, Brigida Banti Giorgi, Isabella Colbran, Marietta Marcolini, Elisabetta Gafforini, Carolina Bassi, Elisabetta Manfredini, Adelaide Tosi, Benedetta Rosmunda Pisaroni, usine Isabella, Brigida Lorenzani, Henriette Méric-Lalande, Carolina Ungher, Giuditta Grisi, Giulia Grisi, Clorinda Corradi, Giuditta Pasta, Marietta Brambilla, Joséphine de Ronzi Begnis, Maria Malibran et Eugenia Tadolini). Quant aux compositeurs, ainsi que Salieri, peut-être imposée d'en haut et en tout cas rarement appelé, je me souviens au début des années Domenico Cimarosa, Giovanni Paisiello, Nicola Antonio Zingarelli, Luigi Cherubini, Ferdinando Paër, Johann Simon Mayr, Gioachino Rossini, Giacomo Meyerbeer.

Le 26 Décembre 1787 Ils ont été introduits les premiers « argantas » (un type de lampe), le 20 Février 1790 le théâtre a été fermé pour la mort de l'Empereur Joseph II, le 1er Mars 1792 pour la mort de l'empereur Léopold II, empereur romain saint, 15 mai 1796 Il est venu le premier Chant de guerre de l'Armée du Rhin (La Marseillaise) de Claude Joseph Rouget de Lisle[24], le 23 Novembre 1797 la République Cisalpine interdit la bis des airs d'opéra au Teatro[citation nécessaire] et le 24 Mars 1799 la annuaire abolit Palco réel.

Au cours du printemps et l'été 1807, saisons ont été transférés à Canobbiana en raison de travaux majeurs de reconstruction des décorations intérieures, redessinés selon le style néo-classique tout en 1814, suite à la démolition de certains bâtiments tels que le couvent de Saint-Joseph, il a été agrandi la scène selon le projet Luigi Canonica.

Un grand lustre avec quatre-vingt-quatre lampes à huile, conçu par le designer de production Alessandro Sanquirico, Il était suspendu au plafond au centre 1823.[25] Contrastantes réactions ont été: l'innovation contre les partisans éleva la voix ceux qui croyaient que le lustre trop la pièce éclaire, ce qui permet de pénétrer dans les yeux indiscrets l'intimité des boîtes.

Le 7 Septembre 1811 Il faut le succès de Les déçus soupirants de Giuseppe Mosca avec Marietta Marcolini et Claudio Bonoldi.[24] depuis Septembre 1812 avec le succès de la pierre de touche Direct de Rossini Alessandro Rolla avec Marcolini Filippo Galli (faible) La Scala devient le lieu dédié à la représentation des mélodrame loin italienne.

Le 28 Octobre 12 Novembre et 19 Novembre 1813 Il garde les concerts de violon Niccolò Paganini et 29 Octobre a lieu le succès de la première mondiale de sorcières Paganini. Le 16 Juin, 1815, 05:07 Mars 1816 Il organisera des concerts Paganini. Le Février 2 et 5 1816 Il garde le violoniste de concert Charles Philippe Lafont. 11 Mars, 1816 et Paganini Lafont jouent dans la musique de concert Rodolphe Kreutzer. 29 Septembre, 1816 Louis Spohr Il effectue la première mondiale de son Concerto No. 8 op. 47 Alors la scène chantée en la mineur pour violon et orchestre.[24]

en 1817 Il faut le succès de la première mondiale de La Pie Voleuse Rolla directement à partir de Rossini Teresa Belloc-Giorgi Et Galli, et 1820 de Vallace ou héros écossais de Giovanni Pacini avec Carolina Bassi et Claudio Bonoldi et Marguerite d'Anjou de Giacomo Meyerbeer avec Nicola Tacchinardi et Nicolas Levasseur.[24]

Le 1er Avril 1821 Il y a un violoniste de concert Rolla.

Dans les années vingt ont commencé à apparaître les œuvres de Saverio Mercadante, de Gaetano Donizetti (Octobre 1822 avec Clare et Serafina) Et surtout la Sicile Vincenzo Bellini (Octobre 1827 avec le succès de le pirate avec Giovanni Battista Rubini, Henriette Méric-Lalande et Antonio Tamburini réalisé par Vincenzo Lavigna), Sur lequel Barbaja pointera dans les années de ses activités. Cependant, il est à remarquer l'éditeur « direction cachée » ne pas oublier que, en vertu de son privilège de premier copiste, éditeur puis, les pièces jouées à La Scala, ainsi que le fond des manuscrits de théâtre achetés dès 1825, fortement influencé le choix des compositeurs qui ont été commissionnés images et de nouvelles productions.

en 1828 Il y avait le succès de la première mondiale de Les Chevaliers de Valenza Pacini avec Meric-Lalande et Carolina Ungher, en 1829 de l'étranger Bellini avec Meric-Lalande, le Ungher, Domenico Reina Rolla et réalisé par Tamburini, dans 1833 de Catherine de Guise de Carlo Coccia avec Adelaide Tosi, usine Isabella et réalisé par Reina et à Rolla 1838 de Le solitaire des Asturies Direct de Coccia Eugenio Cavallini.[24]

en 1830, les bandes entre les commandes entre les boîtes ont été décorés, toujours sur indication du Sanquirico, avec des reliefs dorés et Francesco Hayez créé une nouvelle décoration de la pièce, visible encore en 1875, quand il a été remplacé par une décoration grisailles. En 1835, conçu par Pietro Pestagalli, ils ont été ajoutés dans la façade deux petites ailes latérales surmontées de terrasses.[26]

la Kaiserhymne (L'hymne de Lombardo-Vénétie) Avait la première à La Scala en 1838, la présence de Ferdinand Ier de Habsbourg et Anna Maria de Savoie.[citation nécessaire]

Le jeune Verdi à La Scala

Teatro alla Scala
Giuseppe Verdi dépeint par Giovanni Boldini

Giuseppe Verdi (1813-1901) a fait ses débuts à La Scala en Novembre 1839 avec Oberto, Conte di San Bonifacio avec Mary Shaw, Lorenzo Salvi et Ignazio Marini réalisé par Eugenio Cavallini,[27] par la moisissure Donizetti, mais avec une partie de sa fonction dramatique qui a plu au public, décrétant un bon succès. Compte tenu du résultat "Oberto, l'Undertaker Merelli comédie commandée Un jour de règne, mis en scène avec un résultat désastreux.[28] Il était encore Merelli de le convaincre de ne pas abandonner l'opéra, la remise personnellement un livre de sujet biblique, la Nabucco, écrit par Temistocle Solera. L'opéra a été réalisée le 9 Mars 1842 et en dépit d'une réception tiède initiale, depuis la reprise du 13 Août, le succès triomphait cette fois-ci grâce à la forte sentiment patriotique qui inspire dans la ville où fermente la naissante Risorgimento, renforcer la popularité de l'opéra d'identifier l'image avec la Scala.[29]

Le compositeur de la première période titres Scala Busseto comment Les Lombards à la première croisade et Jeanne d'Arc, en plus de ceux déjà citiati appassionarono le public, maintenant composé de la classe moyenne.

A l'occasion de la mise en scène de Jeanne d'Arc, en 1845, le mécontentement a eu lieu en raison du manque de considération des souhaits des compositeurs répondre aux besoins, en particulier économiques, des hommes d'affaires Scala, Verdi a poussé à renoncer à la scène depuis plus de vingt ans, il avait lancé.

Les années d'exil Scala de Verdi ne sont pas parmi les plus heureux du théâtre. A part quelques titres (Le Barbier de Séville, Semiramide, La Cenerentola, Guillaume Tell) Les opéras Rossini ont tendance à sortir mince; Au lieu de cela est constante, la présence de Bellini, sont déjà morts dans 1835, et Donizetti. Le dernier opéra composé par Mercadante pour La Scala, L'esclave Sarrasin, Il passe inaperçu, ainsi que les œuvres antérieures du compositeur Altamura, disparaître de panneaux d'affichage. A côté des œuvres composées par Verdi à d'autres théâtres en Europe, a réalisé avec succès la production de Giacomo Meyerbeer.

Le 7 mai 1841 Il y a un violoncelliste de concert Alfredo Piatti, Décembre 7 un concert de piano Sigismond Thalberg et 25 Novembre 1845 le violoniste Antonio Bazzini. Le 19 Mars 1847 Il faut le succès de la première mondiale de Velleda Carlo avec Boniforti Eugenia Tadolini et le 8 Février 1848 de Jeanne de Flandre Boniforti du Tadolini et Raffaele Mirate.[24]

La Scala après l'unification de l'Italie

Après le départ de la ville par les Autrichiens (1859), L'activité reprend avec Lucia di Lammermoor Donizetti: la récitation du 9 Août aide aussi le roi Vittorio Emanuele II. Suite à l'unification de l'Italie, municipalité Il a été remplacé par le gouvernement autrichien dans l'octroi de subventions au théâtre.

en 1860, à la nuit du Carnaval et Carême Saison ouverture, il a été inauguré le nouveau système de lustre Sanquirico lampes à gaz. en 1883 Il a été achevé à la place du système d'éclairage électrique.

Dans les années qui ont suivi, ils ont essayé quelques expériences, la plupart ont échoué: Les réfugiés flamands de Franco Faccio livret de Emilio Praga en 1863, affiche antiverdiano qui proposait l'abandon des formules traditionnelles d'opéra, et Méphistophélès de Arrigo Boito (1868), Salon de près de six heures, retour à drame wagnérien. en 1870 Il faut le succès de la première mondiale de le Guarany de Antônio Carlos Gomes avec Victor Maurel. , La place 1873 la première, l'apparence Scala du grand compositeur allemand Lohengrin, traduit par Salvatore Marchesi, dirigé par que je fais avec Italo Campanini (ténor) MAUREL et la présence de Antonio Smareglia.

Teatro alla Scala
Arnaldo Ferraguti, A la porte de la galerie de La Scala, le soir Falstaff , lithographie Il vient à la photographie, à partir de: L'illustration italienne, 1893.

Rassuré par Tito Ricordi et son fils Giulio, Verdi revient à la Scala 1869 avec le succès d'une nouvelle version de La forza del destino « Mise en scène par l'auteur », comme le panneau d'affichage avec lit Teresa Stolz et Mario Tiberini. D'autres productions mises en scène par le compositeur ont été le succès de la première européenne Aida (1872) Je vis par le Stolz, Maria Waldmann et Ormondo Maini, la nouvelle version de Simon Boccanegra Je vis par Maurel, Anna D'Angeri, Edouard de Reszke et Francesco Tamagno (1881), La deuxième version italienne en quatre actes Don Carlo Je vis avec par Tamagno, Paul Lhérie et Giuseppina Pasqua (1884), Le succès des premières Othello Je vis avec par Tamagno, Romilda Pantaleoni, MAUREL et Francesco Navarrini (1887) Et Falstaff réalisé par Edoardo Mascheroni avec Maurel, Antonio Pini-Corsi, Edoardo Garbin, Emma Zilli, Pâques et Virginia Guerrini (1893).

en 1876 Il est venu le succès de la première mondiale de La Gioconda de Amilcare Ponchielli Je vis avec par Gottardo Aldighieri et Maini, en 1881 retravailler Méphistophélès Je vis de Boito et Ballo Excelsior de Romualdo Marenco, en 1885 de Marion Delorme Ponchielli, en 1886 de Edmea de Alfredo Catalani et 1986 de Andrea Chénier (opéra) de Umberto Giordano réalisé par Rodolfo Ferrari avec Giuseppe Borgatti.

Parmi la gestion des porteurs de parts, après des années vous souvenez peut-être les frères Corti (1876) et Luigi Piontelli (1884-1894).

entre 1894 et 1897 la direction du théâtre a été repris par l'éditeur Edoardo Sonzogno. Sur scène Scala il est apparu à des œuvres que le temps de compositeurs français (Charles Gounod, Fromental Halévy, Daniel Auber, Hector Berlioz, Georges Bizet, Jules Massenet, Camille Saint-Saëns) Et l'école réaliste que l'on appelle (Pietro Mascagni, Ruggero Leoncavallo, Umberto Giordano). Grand succès ont également été les travaux de Richard Wagner, que, dans ces années inaugurent souvent la saison d'opéra.

Entre 1881 et 1884, ils ont été la décoration renouvelée des chambres au rez-de-chaussée de 1862 suite à un projet d'architectes Savoy et Pirola. en 1891, pour mieux contrôler l'afflux de spectateurs, ils ont été abolis et les places debout premières places fixes dans les stands ont été installés.

Le 1er Juillet 1897, Milan Conseil municipal, face aux urgences sociales et sous la pression de la gauche, a décidé de suspendre leur contribution personnelle: la Scala a été contraint de fermer le 7 Décembre (aussi les écoles de chant et de danse).

Toscanini à La Scala

Le théâtre a ouvert le 26 Décembre 1898 avec Die Meistersinger von Nürnberg réalisé par Arturo Toscanini avec Angelica Pandolfini, Emilio De Marchi (ténor), Antonio Scotti et Francesco Navarrini grâce à la générosité de Guido Visconti di Modrone.[30] Réparer les pertes de fonds personnels et a fondé une Company Limited, dont le duc a assumé le poste de président appelant Arrigo Boito comme son adjoint, les activités ont commencé sous la direction générale de Giulio Gatti Casazza et la direction artistique de Toscanini.[31]

Teatro alla Scala
Guido Visconti di Modrone, illustration du livre Leopoldo Pullè Patria Re Armée (P. 54 du texte disponible en Wikisource)

La première période de Toscanini à La Scala a été marquée par l'intérêt profond du Directeur de Richard Wagner, mais aussi pour Meyerbeer et Berlioz. Parmi les compositeurs contemporains, ils ont catalysé la scène Scala Mascagni, Franchetti, Boito.

21 Avril 1889, avec la première Edgar, Il a fait ses débuts le jeune Giacomo Puccini, obtenir un match amical avec succès, mais pas tout à fait chaud. Fiasco était cependant, quelques années plus tard, le premier Madama Butterfly (1904).[32]

en 1900 Il faut le succès de la première mondiale de Anton de Cesare Galeotti Toscanini avec Giuseppe Borgatti et Emma Carelli et 1901 un concert commémoratif de la mort de Verdi dirigé par Toscanini Amelia Pinto, Francesco Tamagno et Enrico Caruso.

Avant de mettre en scène les œuvres de compositeurs ont disparu, Toscanini a réalisé un travail inhabituel de nettoyage et d'interprétation, visant à restaurer des pièces coupées ou radicalement changé en 'orchestration, supprimer toutes les caractéristiques qui, à partir de la première mise en scène, ont été adoptées pour compenser la pénurie d'interprètes, des erreurs réelles correctes. Une grande partie a été plus efficace l'intervention du plus célèbre et a été représenté le travail: un bon exemple est le travail de Toscanini Il Trovatore, mis en scène le 9 Février 1902. Quand le capitaine a décidé de soumettre ce travail au nettoyage nécessaire, l'éditeur Giulio Ricordi, propriétaire des droits sur brochure, s'y est opposé fermement, il juger une action arbitraire et que la médiation de Boito Toscanini a permis de terminer leur travail. Dans les pages de Journal de la musique Milan, l'éditeur, qui a continué d'être en désaccord, a écrit:

« Toscanini est sûre, infaillible que le pape! En effet, il est plus élevé que le même vert, qui a également écrit le Trovatore, mais il n'a jamais dirigé une action concertée, bien! »

Ceci et d'autres raisons (le contraste, en partie pour des raisons de caractère, avec Uberto Visconti di Modrone, réussi à 1903 son père Guido, le refus d'accorder une augmentation de salaire, bien au-dessous du temps, par exemple, par rapport à celle observée avec les chanteurs, la divergence avec le public milanais), mais surtout les différentes façons de concevoir les tâches de conducteur, vu par Toscanini comme "démiurge« Le spectacle, le contrôleur de chaque petit élément et l'unité de charge du travail des musiciens, chanteurs, metteurs en scène, concepteurs,[33] Ils ont poussé l'enseignant à quitter Milan et en Italie.

Alors que Toscanini a quitté le théâtre 14 Avril 1903 pendant le tournage Un ballo in maschera à des désaccords avec le public, Gatti est resté jusqu'à Casazza 1907, année qui a ordonné la retraite de la scène pour faire place à la soi-disant "trou», Partiellement caché par feux de la rampe. Avant cela, les musiciens et le chef d'orchestre n'ont pas leur place, mais ils ont joué devant le public, entrave souvent la visibilité du public. Au cours de la vie sociale, l'orchestre a joué au lieu de la scène pour permettre plus d'espace pour la danse.

en 1906 Il a lieu le premier concert avec le pianiste Mieczysław Horszowski, en 1907 le succès de la première mondiale de Gloria (opéra) de Francesco Cilea Toscanini avec Nazzareno De Angelis, Solomiya Krushelnytska, Pasquale Amato et Giovanni Zenatello, en 1913 de L'amore dei tre re de Italo Montemezzi réalisé par Tullio Serafin avec Edoardo Ferrari Fontana, Carlo Galeffi et De Angelis et 1914 Abyss (opéra) de Antonio Smareglia réalisé par Serafin avec Icilio Calleja, Emilio Bione, Berardo Berardi, Tina Poli-Randaccio et Claudia Muzio.

en 1909, le cinquième niveau de boîtes a été transformé en « première galerie » pour permettre à plus de spectateurs, et non les propriétaires de boîtes, pour assister aux spectacles.

Teatro alla Scala
Piazza della Scala au début des années 900 dans une carte postale Giorgio Sommer.

Ente Autonomo Teatro alla Scala

A la fin de 1918, Visconti di Modrone a été contraint de démissionner pour des raisons économiques. L'impasse de deux ans conduit à une transformation radicale des critères de gestion: grâce à la renonciation au droit de propriété, a été fondée par les deux boîtes à la Ville en fait l 'Ente Autonomo Teatro alla Scala,[34] maintenant joué par le directeur général Angelo Scandiani. Merci aux subventions municipales et de l'État et l'argent recueilli par le biais d'un abonnement parrainé par Corriere della Sera, le théâtre a finalement pu jouir d'une autonomie complète.

Il doit être Scandiani la création officielle de 'Orchestre du Teatro alla Scala, dont les musiciens, une centaine,[13] Nous dorénavant sélectionnés selon des critères stricts de sélection et d'hypothèses avec des contrats réguliers d'une durée indéterminée. A la direction musicale, même une fois retourné Toscanini, promoteur d'une saison intense et extraordinaire pour le théâtre. La succession de la scène Scala a vu les plus grands chanteurs de l'époque, y compris Fedor Ivanovič Šaljapin, Magda Olivero, Giacomo Lauri-Volpi, Titta Ruffo, Enrico Roggio, Gino Bechi, Beniamino Gigli, Mafalda Favero, Toti Dal Monte, Gilda Dalla Rizza, Aureliano Pertile.

en 1929 l'État fasciste réservé au chef du gouvernement le droit de nommer le président de Ente et a imposé la participation d'un représentant du Ministère de l'Education Nationale le conseil d'administration. Face à cela, Toscanini, a complété le défi tour à Vienne et à Berlin, il a quitté la direction du théâtre en mai, l'année suivante et a déménagé à New York. en 1931, à la suite de l'agression a souffert dans Bologne, gifler devant le Théâtre de la ville pour avoir refusé d'effectuer royal Mars et jeunesse, l'enseignant a quitté le pays en permanence.

en 1932, Luigi Lorenzo Secchi conçu « l'échelle des miroirs » qui relient le foyer un réduit les boîtes, également au milieu de travail important dans 1936[35][36]

en 1938 le stade a été équipé avec des ponts et des panneaux mobiles, ainsi que d'un système qui a permis d'abaisser le niveau, ce qui facilite le chargement des scènes directement à partir de la cour.[37]

Le 26 Décembre 1938, le maître de chapelle Vittore Veneziani Échelle part pour l'exil en raison de lois raciales fascistes.

Teatro alla Scala
L'intérieur du théâtre après le bombardement de 1943

Immédiatement après la chute du fascisme, 25 juillet 1943, est apparu sur les murs des affiches de théâtre Saluant le retour de Toscanini ( "Hourra Toscanini""Toscanini Retour« ). L'été '43 a vu l'intensification des les bombardements alliés de Milan, le théâtre n'a subi qu'une incursion mineure de dégâts a eu lieu le 8 Août à laquelle les personnes impliquées dans l'air raid réussi à éteindre des bombes incendiaires est tombé sur le toit, malheureusement, dans la nuit entre 15 et 16 Août, la Scala a subi un attentat dévastateur: a bombe incendiaire a explosé sur le toit, causant de graves dommages à la pièce (l'effondrement du plafond, la destruction de la sixième étape, puis l'ordre de galerie et de graves dommages aux installations sous-jacentes et de service), la scène a été épargnées étant ramené au rideau métallique qui le protégeait dans les jours suivants d'autres attaques a frappé le côté du musée et par Filodrammatici [38]

« Nous ne pouvions pas pleurer, mais », se souvient Nicola Benois, scénographe du théâtre, « depuis la guerre a fait des spectacles pour les soldats et blessés de cette époque, le grand blessé à nouveau était La Scala »[39]. Sur initiative du conseiller pour la culture Achille Magni et placet le maire de Milan Antonio Greppi, il a été décidé de reconstruire le théâtre "comme il était et où il était« Avant la guerre. Il a donc nommé un commissaire spécial (Antonio Ghiringhelli), qui a commencé à travailler, dirigé par le chef de la ville de Milan Secchi.[40] Cela continuera jusqu'à 1982 de superviser les travaux d'adaptation et le renouvellement du théâtre.

La reconstruction et le retour de Toscanini

Les travaux ont duré jusqu'au mois de mai 1946, mais en attendant, il ne cessa de faire de la musique: l'activité Scala a continué à la Théâtre social de Como,[41] en Gaetano Donizetti Théâtre de Bergame et, à Milan, en Teatro Lirico et Salle de sport. Le 13 Décembre 1945 pour le début de la saison au Théâtre Lyrique, Cantor Vittore Veneziani retourne à La Scala. Le 11 mai 1946 à « précis » 21h00, comme indiqué sur le panneau d'affichage, Toscanini a ouvert la nouvelle salle, la direction de Louverture La Pie Voleuse, la choeur de l'hymen, la Pas de six et Mars des soldats la Guillaume Tell, la prière Moïse en Egypte, l'ouverture et choeur juif la Nabucco, l'ouverture de Les Vêpres siciliennes et Te Deum Verdi, l'intermède et extrait l'acte III Manon Lescaut, le prologue et quelques airs Méphistophélès.[42] Le « concert de reconstruction », qui avait parmi ses interprètes aussi Renata Tebaldi avec les Vénitiens, Mafalda Favero, Giuseppe Nessi et Tancredi Pasero, Ce fut un événement historique pour tous Milan. Comme il l'écrit Filippo Sacchi:

« Ce soir [Toscanini] vise non seulement à trois mille qui pouvaient se permettre une place dans le théâtre: aussi a couru à travers la foule qui occupait au moment où les carrés voisins, devant les batteries de haut-parleurs[43] »

Après une série de concerts dirigés par Toscanini et Klecky Votto, les activités ont repris opératiques le 26 Décembre avec Nabucco.

La gestion des Ghiringhelli, nommé surintendant en 1948, a été marquée entre autres par la partisanerie entre partisans Maria Callas Meneghini et Renata Tebaldi: La soprano grecque, qui avait déjà paru en place de son compatriote dans certaines performances Aida la 1950 réalisé par Franco Capuana avec Fedora Barbieri, Mario Del Monaco et Cesare Siepi, Il a obtenu son premier triomphe à l'ouverture de La Scala 1951-1952 saison La duchesse Elena comme Les Vêpres siciliennes réalisé par Victor de Sabata avec Enzo Mascherini, Boris Christoff, Enrico Campi et Gino Del Signore. Parmi les événements les plus importants de cette période, nous avons inclus les débuts de La Scala Herbert von Karajan en tant que conducteur (Mariage de Figaro avec Elisabeth Schwarzkopf, Sena Jurinac et Giuseppe Taddei, 1948) Et directeur ainsi que le directeur (Tannhäuser avec Frick Gottlob et Schwarzkopf, deux ans plus tard), la représentation des L'anneau du Nibelung (Mars-Avril 1950) réalisé par Wilhelm Furtwängler, et nouveauté Igor Stravinskij Progrès du Râteau, Il représentait le 8 Décembre l'année suivante dirigé par Ferdinand Leitner avec Schwarzkopf, Cloe Elmo, Mirto Picchi et Hugues Cuénod.

Alors que la découverte des scores a été confiée avec des baguettes Thomas Schippers, Gianandrea Gavazzeni, Carlo Maria Giulini, les choix des artistes comme directeur Giorgio Strehler, Visconti Luchino, Franco Zeffirelli, Pier Luigi Pizzi et Luca Ronconi Ils ont permis au public de voir avec des yeux nouveaux livrets. Parmi les plus grands chorégraphes et danseurs engagés dans ces années à la Scala, il peut être plutôt se rappeler Léonide Massine, George Balanchine, Rudolf Nureyev, Carla Fracci et Luciana Savignano.

en 1957 Il faut le succès de la première mondiale de Dialogues des Carmélites de Francis Poulenc avec Scipio Colombo, Nicola Filacuridi, Virginia Zeani, Gianna Pederzini, Gigliola Frazzoni, Eugenia Ratti, Leyla Gencer, Fiorenza Cossotto et Alvinio Misciano réalisé par Nino Sanzogno et 1958 de Assassiner dans la cathédrale (opéra) de Ildebrando Pizzetti réalisé par Gianandrea Gavazzeni avec Gencer, Picchi, Dino Dondi, Nicola Rossi-Lemeni, Nicola Zaccaria, Lino Puglisi et les champs.

Le 18 Février 1957 La Scala se souvenait Toscanini, qui est mort en New-York en Janvier, avec un concert dirigé par Victor De Sabata.[44]

Body auto Scala

En été 1967 une loi est promulguée qui réorganise l'état des principaux théâtres italiens, reconnaissant Scala « opéra corps autonome, » la personnalité juridique droit public. A partir de ce moment, le président du conseil d'administration du théâtre d'administration est le maire de la ville, alors que le surintendant est proposé par le conseil municipal et nommé par le Ministre du tourisme et de divertissement (La compétence est actuellement transféré à Ministère du Patrimoine et de la Culture). Au surintendant, il est responsable de la préparation des budgets et, en collaboration avec le directeur artistique, nommé par c.d.a., la saison Scala.

Antonio Ghiringhelli, qui doit être reconnu, entre autres, le mérite d'avoir relancé le théâtre dans la situation difficile après la guerre, il était avant tout un entrepreneur. Une grande influence était pendant son mandat les compétences théâtrales des directeurs artistiques Mario Labroca, Victor de Sabata, Francesco Siciliani, Gianandrea Gavazzeni et Luciano Chailly.[45] en 1972 Ils ont été nommés le nouveau surintendant, Paolo Grassi, l'un des fondateurs de petit Théâtre, directeur et rédacteur en chef de colliers de théâtre et directeur artistique, le pianiste et musicologue Massimo Bongianckino. Dans la même année Claudio Abbado, Depuis quelques années, l'orchestre directeur musical, a été nommé directeur musical du théâtre. Sous cette administration, il y a eu la période de plus grande productivité du théâtre, qui met en scène près de 300 représentations par an.

en 1976 Il a été réalisé le mécanisme hydraulique qui a permis au niveau de la scène à soulever le plancher d'orchestre vers le haut.

L'année suivante, il y avait un nouveau changement dans la gestion: un remplacement a été appelé Grassi Carlo Maria Badini, déjà surintendant Teatro Comunale, tandis que Claudio Abbado a pris la place de Francesco Siciliani, Il a fallu plus de deux ans avant Bongianckino au poste de directeur artistique. En 1978, il a célébré le deuxième centenaire de la fondation du théâtre avec une saison où les Verts étaient les plus notables (Don Carlo, Un ballo in maschera, les voleurs, La forza del destino et Il Trovatore) et Claudio Monteverdi (L'Orfeo, Le retour d'Ulysse à Ithaque et Le couronnement de Poppée). Aussi deux premières étaient des représentants de Luciano Berio (La véritable histoire) Et Camillo Togni (blaubart) L'Heure espagnole et L'enfant et les Sortilèges de Maurice Ravel, Madama Butterfly et Manon Lescaut Puccini, Fidelio de Beethoven, Pierrot Lunaire de Arnold Schönberg, Tristan und Isolde Wagner, Die Entführung aus dem Serail de Mozart et plusieurs ballets, y compris la Ballo Excelsior.[46]

Teatro alla Scala
Teatro alla Scala
Claudio Abbado (Gauche) et Riccardo Muti (À droite)

Un an plus tard, en 1979, Abbado a quitté la direction artistique, tout en gardant la comédie musicale. En 1982, à ce titre, il a créé, sur le modèle Wiener Philharmoniker, la Filarmonica della Scala. en 1986, l'an dernier de la direction de Abbado, était un grand promoteur de « Tribute to Debussy», Impliquant également le chorégraphe Maurice Béjart.[47]

Pour remplacer Abbado a été nommé le maître napolitain Riccardo Muti, ce qui favorisera une redécouverte des œuvres comme la saison Lodoïska de Luigi Cherubini, Alceste et Iphigénie en Aulide de Christoph Willibald Gluck, la recherche et le renouvellement royal.

Avec la nouvelle direction Carlo Fontana, surintendant nommé 1990, La Scala a continué non seulement les activités traditionnelles, mais a mis l'accent sur tour à l'étranger (par exemple requiem Verdi dirigé par Abbado avant, par Muti puis, mené, entre autres, Notre Dame de Paris à Paris, ou la version de Falstaff qui a ouvert la 1979-1980 saison, réalisé par Giorgio Strehler, scénographie Ezio Frigerio).

Teatro alla Scala Fondation

en 1996 Il a été mis en place par la loi[48] de État italien, de Région Lombardie et Ville de Milan, Fondazione Teatro alla Scala,[49] un fondation privée, organisme sans but lucratif, dans le but de poursuivre l'art de la distribution de la musique, l'éducation musicale de la communauté, la formation professionnelle des artistes et du personnel technique [...] la recherche et la production musicale, aussi en termes de social et culturel.[50] Sous la rubrique « les fondateurs du droit » peut être ajoutée à toute entité, publique ou privée, étranger ou italien, qui contribue à la formation des actifs de la fondation avec une contribution minimale déterminée par le Statut.[51]

La nouvelle loi a également permis l'ouverture du Piermarini aux activités commerciales et financières.

Des travaux importants concernent le bâtiment en Janvier 2002 décembre 2004 qui fait face à la plus profonde restauration du bâtiment historique et la modernisation de la scène depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Dans cette période, le Théâtre Arcimboldi, dans le district décentralisé Bicocca, été soulevées au sujet ancienne zone Pirelli, il devient la scène de La Scala. Le théâtre rénové a été officiellement rouvert ses portes au public le 7 Décembre avec la performance du même travail qui a été mise en service pour l'ouverture de la Scala 1778, l'europe a reconnu, de Antonio Salieri, fortement appuyé par le directeur de la musique Riccardo Muti.

Après un peu plus d'un an, la controverse complexe a vu le retrait de la nomination Muti et, le 2 mai, 2005, directeur Stéphane Lissner, ancien directeur du Festival Aix-en-Provence (Surintendant est la première dans l'histoire non-italienne de La Scala). Daniel Barenboim, après le début, Décembre 7 2007, avec Tristan et Isolde de Richard Wagner, il a été nommé directeur musical en 2011, le maintien de la direction dans le même temps de 'Berlin State Opera. A côté de jeunes conducteurs Daniel Harding et Gustavo Dudamel, Lissner a rapporté Scala, le 30 Octobre 2012, Claudio Abbado, en l'absence du théâtre de Milan depuis vingt-six ans. Innovants et parfois discuté étaient les choix du réalisateur (Robert Carsen, Emma Dante, Claus Guth, Nikolaus Lehnhoff). En Octobre 2012, nous confirmons les rumeurs sur le départ de Lissner, qui de 2015 ira tous 'Opéra National de Paris. Alexander Pereira se produira. Aussi à partir du 1er Janvier 2015, Daniel Barenboim se produira Riccardo Chailly.[52]

architecture

« Je vais maintenant de La Scala [...] est pour moi le premier théâtre du monde, parce que ce ce que la musique procure les plus grands plaisirs [...] Quant à l'architecture, il est impossible d'imaginer quelque chose de plus grand, plus solennel et encore »

(Stendhal, Rome, Naples et Florence, Le 26 Septembre, 1816)

façade

Teatro alla Scala
La façade du théâtre dans le cuivre de gravure Gaetano Mercoli (1789)

Les éléments architecturaux sont les frontons, pilastres et demi-colonnes clairement visibles lorsque le théâtre a été construit sur une longue route étroite, puis, après la construction de la place à l'extérieur, deviennent moins évidente, car la perspective angulaire cède la place au point de vue central. Avec véranda et terrasse surplombant le théâtre est une construction fonctionnelle avec interne pour la Hémicycle diffusion des sons. Les caractéristiques stylistiques de Piermarini peuvent être résumées dans la simplicité de la structure et les éléments décoratifs utilisés avec des rapports modulaires.[53]

La façade principale est la partie du théâtre qui a changé par rapport au plan initial, le plus petit nombre des changements. La seule addition que de deux petits corps latéraux surmontées de terrasses (1835), qui, si la modification de la vision légèrement latérale briser le balayage de trois volumes différents de la façade, sont sans préjudice de la perception frontale. L'aspect le plus novateur du projet est sans aucun doute le tunnel que l'architecte met les entrées de théâtre. Une fois qu'il a été possible, grâce à ce dispositif, obtenir quelques mètres de l'entrée, et couvert avec l'entraîneur. Les plans sont divisés par d'autres corniches et revêtement mural. Au rez de chaussée et mezzanine, sur une faible pierre de taille ouvert sept arcs aveugles, plâtrés clairement comment les surfaces des étages supérieurs. A l'origine les portes d'accès au théâtre étaient seulement deux, en correspondance avec les arches latérales de la galerie. A l'intérieur des cinq autres ouvertures ouvertes, cependant, de nombreuses fenêtres. Aujourd'hui, tous les fornix Il accueille une porte, surmontée par les fenêtres en plein cintre de la mezzanine. En correspondance avec le quais des arcs court un cours de plusieurs blocs exorbités. Proéminentes est aussi pierre de taille.

Au-dessus de la galerie et organismes ajoutés au Pestagalli, un parapet balustrade, dont la conception est également considérée comme sabot pour les demi-colonnes et des pilastres corinthien que le rythme des différents volumes au premier étage. Dans la correspondance de la terrasse, au milieu des quatre paires de colonnes, trois portes à pignon. Sur le mur du volume intermédiaire et sur les terrasses latérales ouvrir quatre autres lumières, toujours décoré par pignons triangulaires, deux à droite et deux à gauche. En correspondance avec les capitales gère un frise cassé festonné en stuc. passe au-dessus d'une importante entablement sur lequel reposent les bases de pilastres bas et les cadres des ouvertures réduites d'aujourd'hui des tunnels.

Teatro alla Scala
Le théâtre de l'usine de gravure en cuivre Gaetano Mercoli (1789)

Couronne du prospectus, à la galerie de la maison de l'entraîneur, tympans décoré, toujours les dessins de Piermarini, dans bas-relief stuc par Giuseppe Franchi. Le sujet est l'allégorie de Le char du soleil pourchassé par nuit (Dit ailleurs le wagon Apollon ou de phaéton).[54] Sur les deux côtés d'une balustrade brisée, en correspondance des pilastres sous-jacentes, décoré par des parapets aveugles des navires de flammés.

Pour le rustication a été choisi granit baveno, gris-rose; pour parapets, le premier étage de la douille, les pilastres, les colonnes, l'entablement qui tourne sur celles-ci, les tympans de toutes les fenêtres et le cadre du grand pignon triangulaire, la pierre Viggiù, un 'grès gris pâle, et la pierre de poule.[26][55]

L'architecte a conçu la façade principale pour le raccourci, car le théâtre était à l'origine située dans un quartier relativement étroite. La vue de face, et l'effet curieux du pignon surmonté d' carrelage, Il a été rendu possible suite à l'ouverture de la Piazza della Scala, en 1857.[26][56]

interne

foyer

La décoration néo-classique et la même disposition des chambres au rez-de-chaussée ne sont pas celles fournies par Piermarini. A l'origine, passé un étroit couloir parallèle à la façade, semblable à celui en cours, on a accès à deux environnements oblongs. A l'extérieur de la gauche étaient le « billet dressing, salle de » la « salle pour les entrepreneurs » avec la voisine « Chambre des accords « , le GARDIEN. Du côté extérieur du droit, les paramètres régionaux pour la guérite avec « dressing à l'agent » et « coffee shop » pour le public. Au centre, une salle de transit où le public attendait l'arrivée des voitures. Les chemins vers le bas des deux couloirs, l'un entra dans la salle, ou « vestibule pour les serviteurs, oblongue et pas très large, et enfin, par trois portes dans la salle. Aussi d'ici son entrée en scène, grâce à un double système d'escaliers, et deux « magasins pour babioles. »[57][58]

Teatro alla Scala
Vue d'ensemble réduit les cases

Entre 1881 et 1884, ils ont été renouvelés les décorations de ces environnements suivants les modèles ornés attendus dans un projet 1862 d'architectes Savoy et Pirola. Aujourd'hui, nous traversons le seuil d'une des cinq portes centrales (les deux côtés donnent accès au plus grand nombre des chambres plus petites faites dans les corps ajoutés dans 1835) Conduit à un environnement, recouvert d'une voûte en berceau, aussi longtemps que le corps faisant saillie de la façade originale, très étroite et basse. De là, présenter autant de portes foyer le public et la scène. L'environnement est divisé parallèlement à la façade, par une rangée de six colonnes de marbre élevées. Les murs sont décorés de frises en stuc et pilastres supportant un entablement riche dans la zone d'or. Plusieurs miroirs reflètent la lumière des lustres en cristal qui pendent des voûtes.[59]

Sur le fond, la grande ouverture centrale permet d'accéder, via une rampe tripartite court par deux colonnes, à l'auditoire. À droite et à gauche, deux paires de petites ouvertures mènent par l'intermédiaire de quelques pas vers les couloirs des boîtes (les plus centrales) et une armoire de la salle (les latéraux). Dans les parois latérales de l'atrium, il y a quatre portes: la première interconnexion droite et à gauche, respectivement, avec le buffet du public et les téléspectateurs avec la librairie, ce dernier avec les « escaliers de miroirs » que les dommages directs à l'accès réduit des boîtes et des galeries.

salle

Le Piermarini, La Scala dans la conception, a été inspiré par le théâtre de la cour de Palais Royal de Caserta de vanvitelli: En ce qui concerne ce dernier, cependant, l'artefact Piermarini a dessiné une courbure différente et les structures décoratives afin d'obtenir une meilleure acoustique du modèle de référence[60], marquant la fin définitive des formes de salle de théâtre baroque et de devenir le nouveau prototype des théâtres néo-classique. La salle en forme de fer à cheval est devenu le modèle pour la théâtre italien, Il a ensuite été réutilisé dans différents théâtres de l'Europe à surmonter que la construction de Palais Garnier à Paris en 1875[61][62][63].

Jusqu'à ce que le bombardement de 1943 est la structure d'origine a été préservée de temps, Il a constitué par une couche de plâtre d'épaisseur pressé sur « baguettes », environ cinq centimètres de larges bandes découpées à partir de grumes de châtaignier pas complètement séchés et laissés à macérer dans de l'eau, cloué côtes bois de peuplier. Ceux-ci sont à leur tour suspendu au moyen de minces tiges en bois reposant sur un grand travettoni fermes placé à l'appui des pentes de toit. Ce système, près d'un comptoir, Il était dans une certaine mesure prise en Théâtre Arcimboldi, où le plafond que le spectateur voit se compose en fait de panneaux réfléchissants face au public et son absorption face à l'orchestre.

Teatro alla Scala
« Diviser la longueur », le projet d'origine (1789).

Le simple tour de la salle a été plâtré, ainsi que les murs des cinq étages de loges et quatre grandes colonnes qui entourent les boîtes de scène. La chambre semblait causer si différent de ce que nous voyons aujourd'hui: un certain nombre de modifications ont été apportées, dont un tenu par Luigi Canonica (1808) Et designer de production Alessandro Sanquirico (1830), admirable dans son ensemble aujourd'hui.

L'avant-scène est de 16 x 12 mètres (identique à celui du théâtre Arcimboldi, qui a en fait été construit de telle sorte que les scènes peuvent passer d'une salle à l'autre). La toile peinte rideau originale qui a ouvert à l'automne a été remplacé par le courant de velours rouge, avec l'ouverture impériale, richement décorée de broderies d'or. En haut, les armoiries de la ville de Milan. Au-dessus de l'avant-scène, une horloge qui affiche l'heure (en chiffres romains) et les minutes (chiffres arabes, numérisés à des intervalles de temps de cinq minutes) est soutenu par deux grandes figures féminines en bas-relief.

La scène, qui était à l'origine en planches de peuplier labourés des guides pour les panneaux mobiles des scènes, avait une taille considérable (plus de trente mètres de long et près de vingt-six de large) et a été une fois prolongé dans la chambre jusqu'à au-delà de l'avant-scène, dans l'espace occupé aujourd'hui par fosse d'orchestre. Selon le plan initial était d'avoir, mais vous n'êtes pas sept travées, réduites lors de la construction en raison de difficultés à acquérir les terrains nécessaires. balcons longs permettent aux conducteurs de manœuvrer les scènes.

Teatro alla Scala
Vue d'ensemble de la salle, avec des stands, des boîtes, fosse et scène.

L'orchestre a joué jusqu'au début XX siècle au même niveau de l'auditoire, dont il a été séparé par une « » qu'Assata en pente « qui pourrait être retiré pendant les soirées dansantes. La tombe réelle a été construit au début du XXe siècle.

Les couleurs dominantes sont l'or décoration actuelle et de l'ivoire. Les décorations, des médaillons et des motifs floraux et des animaux, sont en papier mâché doré appliqué sur parapets d'ivoire en bois laqué. Les colonnes qui séparent une étape d'autre part sont un peu en arrière et les murs eux-mêmes des étapes individuelles sont dirigées de telle manière à permettre une meilleure vue même des boîtes latérales. Les tapisseries sur les murs ont été normalisées en damas rouge. Tout à fait similaire est le regard du public des deux tunnels. Même la deuxième galerie actuelle, le projet Piermarini conçu comme une galerie unique, a été offert à l'œil d'une manière identique aux cinq lignes des étapes sous-jacentes, mais avait en fait un plafond voûté.

Du plafond, décoré dans grisailles, Il accroche un grand lustre donné par des maîtres verriers Murano après la Seconde Guerre mondiale.

Stages et Galeries

Les six niveaux sont maintenant organisés en quatre étages de loges et deux galeries. Les trois premières rangées comptées trente-six étapes, à droite et 1818 à gauche, numérotés en ordre croissant à partir de l'avant-scène; Le quatrième ordre, il compte au lieu de trente-neuf, trois étapes occupent l'espace dans l'ordre sous-jacent est réservé à la loge royale. Des deux côtés de l'avant-scène donnent sur quatre boîtes de proscenium supplémentaires, correspondant aux quatre premières commandes.

Teatro alla Scala
Cutaway dans la salle de gravure Mercoli (1789).

La scène et derrière les vestiaires étaient autrefois décorées par les propriétaires individuels avec différents tissus d'ameublement colorés, des tapis, des meubles, des miroirs et des chaises de leur choix. Sur la base d'un inventaire de 1790, nous sommes conscients de tissu principalement choix pour les parois des boîtes, une « toile de Vienne, blanc, rouge, bleu, rayures, sur lequel sont dispersées ou les branches sont enroulent ou s'inviluppano compositions imaginaires aux Chinois; la tendance classique est représenté par des tapisseries à « mosaïque » ».[64] Il a été décidé que seules les couleurs et les progrès de cantonnières doivent être uniformes, un rouge, et, contrairement à ce qui se passe aujourd'hui, sous la forme qu'il peut isoler complètement la scène de la salle.[64]

Lors de la rénovation en 1830, il a été décidé, sur la recommandation de Sanquirico, d'adopter une nouvelle couleur et une nouvelle forme, comme décrit dans une lettre du 6 Août de cette année: « un seul pli rouge au milieu et deux queues côté, une couleur, la céleste ".[65] Le modèle des nouveaux rideaux, à reproduire par les propriétaires des différentes étapes, a été mis en service dans la phase en cours d'utilisation all'I.R. Commandement militaire (numéro 16 de premier ordre), et pour les boîtes de scène, dans ce que le gouverneur, le comte Francesco di Hartin.[65] En 1838, ils ont été renouvelés dorures, les draperies et la restauration des décorations, mais, comme il ressort d'une lettre Franz Liszt (Que j'ai donné deux concerts de piano en Février 1838 et un en Septembre), les rideaux ne pas changer de couleur.[66]

En 1844, tous les rideaux du théâtre est devenu « grouse », un vert vif, à l'exception de la loge royale, dont la couleur dominante rouge cramoisi Il a été choisi comme un signe traditionnel du pouvoir.[67]

L'un des principaux changements qui ont suivi la mise en place d'Ente Autonomo, était l'alignement de la décoration de la scène. La tâche a été confiée en 1928 à l'architecte Giordani, qui a décidé de les vêtir de façon uniforme avec un damas soie rouge avec des décorations empire. Les rideaux sont redevenus cramoisi, fini avec des gouttes et des cônes de pin d'or.[68] En 1988, damas de soie ont été remplacés par un tissu de modèle assez similaire, mais de fibre synthétique résistant au feu. Au cours de la dernière œuvre de restauration, il a été posé à nouveau la damas de soie, toujours rouge, entre rubis et grenat antique.[69]

Les étapes suivantes ont conservé leur décoration d'origine, de manière totale ou partielle (dans certains cas, vous ne pouvez traiter un plafond décoré de fresques, dans d'autres miroirs ou en stuc):[70]

  • Premier Ordre:
    • avant-scène gauche;
    • Palco 5 gauche.
  • Second Ordre:
    • avant-scène gauche;
    • Les étapes 1, 2, 7, 8, 9, 12, 13, 14, 15, 16 vers la gauche;
    • Etape 17 droite
  • Troisième Ordre:
    • Etape 16 sur la gauche.
  • Le quatrième ordre, gravement endommagé par les bombardements, ne conserve aucune décoration.

Les escaliers et les couloirs

Un système complexe d'échelles à plus rampes (de « tenailles ») relie le hall d'accueil avec des couloirs menant aux boîtes. Dans les trois premières rangées de couloirs étapes droite et à gauche ne communiquent pas à cause du volume réel de la scène, qui est accessible à partir du second ordre avec un grand vestibule. Sur les couloirs ouverts à la fois les portes des vestiaires, maintenant utilisé comme garde-robe pour les spectateurs des différentes étapes, est celui de l'accès aux boîtes. Après avoir franchi cette première laque porte en bois pour entrer dans la salle, vous devez ouvrir une seconde porte recouverte de velours.

Le schéma de couleur dominante des murs des couloirs et les cages d'escalier est jaune / orange, tandis que les soubassements sont noirs. Cependant, sur les murs de l'accès aux échelles primaires, la marmorino Il est gris-vert avec la bande verticale au voisinage du couloir jaune, en continuité avec la teinte des parois de ce plan.[71] Les planchers des boîtes sont en terre cuite aujourd'hui, le même matériel fourni par Piermarini, les couloirs et les paliers les escaliers sont en terrazzo.

Teatro alla Scala
L'une des chambres adjacentes Musée du Théâtre La Scala

La seule galerie originale était reliée au vestibule pour les domestiques par deux escaliers. Les téléspectateurs avec billets d'entrée galerie maintenant à travers l'entrée du Musée du théâtre, large Ghiringhelli. Dans l'espace occupé dans les étages au-dessous du vestiaire, ils se trouvent dans les deux armoires de galeries, un peu comme ceux de l'auditoire. Différent est plutôt la conception des rampes reliant les deux étages supérieurs, redessinés au cours du XXe siècle.

réduit

Il y a maintenant deux réduit. La première, à la troisième rangée de boîtes, est destiné à des boîtes de téléspectateurs. Le second, ouvert en 1958 à la place une fois utilisé pour « salle de poêles, » il est lié à ceux des deux tunnels. L'apparition de ces deux environnements a été modifiée à plusieurs reprises au fil des ans. A l'origine, la pièce qui abrite les petits tunnels qui ont produit les charbons à placer dans des brasiers spéciaux se trouvent dans tous les domaines du théâtre.

La décoration actuelle du premier réduit le droit de Arturo Toscanini, Il remonte à l'intervention Luigi Lorenzo Secchi (1936). Le premier environnement qui est accessible à partir du troisième corridor de commande, très étroite et allongée, presque agit comme une antichambre au plus grand salon, correspondant à la zone du corps en saillie. Une fracture d'un mur où il y a un grand écart soutenu par quatre colonnes de marbre et deux ouvertures plus petites, à droite et à gauche, qui donnent accès à autant de chambres plus petites, le buffet d'accueil. Les murs des quatre espaces sont décorés par des miroirs, des frises et pilastres avec chapiteaux corinthiens Or fait à stuc. Au-dessus de ce dernier exécute l'entablement, très important dans les deux environnements principaux, moins visibles dans les deux buffet. Trois portes et deux fenêtres ouvertes du salon vers la Piazza della Scala, une fenêtre de lumière dans chacune des deux chambres plus petites. Trois grands lustres en cristal suspendus au plafond de la salle de séjour et même, plus petit, illuminent le couloir. Ils décorent le salon quelques bustes de compositeurs (Giacomo Puccini, Pietro Mascagni, Umberto Giordano), Musiciens (Arturo Toscanini, travail Adolfo Wildt) Et les responsables du théâtre, en marbre ou en bronze depuis après la guerre. La sellerie des chaises et des canapés sont fabriqués avec la même soie jaune utilisée pour les rideaux.[72][73]

La disposition des chambres est le même aussi dans la partie supérieure réduite, qui est accessible à partir de la deuxième galerie. Seule la hauteur du temps est moins et est plus discret décoration.[74][75]

La grève du projet et les travaux de restauration (2002-2004)

en mai 2002 a été présenté le projet de rénovation,[76] plus posponibile: même sans tenir compte des difficultés logistiques dans les coulisses, le théâtre a travaillé pendant près de dix ans comme une exception aux règles de sécurité relatives à la sécurité et la prévention des incendies.[77] Le projet est, en fait, déjà préfiguré dans les années nonante,[76] mais trouve réalisation pratique que dans les premières années de la prochaine décennie. Il y avait deux manières possibles: la simple régularisation et le maintien de la structure ainsi que retournée par la restauration de la 1947, ou la reconstruction plus ambitieux de la scène et les autres pièces utilisées par les artistes pour assurer un renforcement des mécanismes de la scène. Il a choisi ce dernier,[78] et la décision n'a pas été sans critiques: une telle intervention profonde a en effet supprimé les signes tangibles que le temps et les gens passaient par ces environnements étaient partis.

La machinerie scénique et projet architectural

Teatro alla Scala
Vue d'ensemble en dehors du théâtre après la rénovation, les travaux de Mario Botta, les premières années de cette décennie; l'arrière-plan peut être vu les deux tours « nouveaux » (pittoresque et elliptique).

le projet machinerie scénique Il a été donné à Franco Malgrande,[79] l'architecte Mario Botta, remplacé Giuliano Parmegiani, il a plutôt signé le projet de la tour de la mouche, les environnements tour et services elliptiques hébergés dans les bâtiments derrière le Casino Rappelez-vous, dans Théâtre amateur.[80]

Depuis le début des travaux, des difficultés sont apparues: la position centrale du théâtre l'a empêché de faire toute dépendance à l'égard de l'espace autour de lui et a nécessité une planification minutieuse, en particulier la coordination et la surveillance de la sécurité.[81] Les quatre cents travailleurs et divers techniciens ont donc opéré dans l'enceinte de travail limité, dont ils ont été enlevés, dans au moins 10 000 Voyage des moyens de travail, 120.000 m³ de gravats.[82][83]

Botta Même les choix ont fait l'objet d'un débat intense, en particulier relativement l'impact esthétique des deux nouveaux volumes massifs (les tours de scène et elliptiques).

la fly tour Il se lève derrière l'ancien système tourelles de protection contre les incendies, conformément à l'axe de la façade. Le revêtement est en dalles de botticino en marbre disposés en cours triples de fichiers de grande taille entrecoupées avec des listes plus minces. Parmi ces derniers, ils sont intégrés divers DEl évoquant, la nuit, la présence de la tour. La hauteur de la nouvelle tour de mouche coïncide avec le précédent et, comme indiqué par l'architecte, les nouveaux volumes sont arriérés « dans le double but de mettre en évidence les façades historiques dans le rapport « figuratif » avec le tissu urbain et de fournir, au-dessus des toits existants, un langage abstrait pour une nouvelle construction pour séparer et mettre en évidence les différentes périodes de l'histoire ».[82] Il est l'avant est de la tour est en effet décidé de revenir à quelques mètres, vous pouvez donc rouvrir les lumières tamisées avec la construction de l'ancien contre le mur de la tour de la mouche et les coups de feu et de contrepoids qui y sont reliés. Dans cet espace, nous avons maintenant fait une série de sentiers derrière l'avant sur la Via Verdi, qui vous permettent de rouvrir les fenêtres et de donner vie à la façade historique. La façade nord, en face de la Piazza della Scala, au lieu sillonné par des incisions profondes, fenêtré ouverte pour éclairer les quatre salles de répétition qui sont au-dessus des coulisses. Ce front est complété par deux entailles plus profondes et plus larges, en correspondance des deux corps d'escaliers, et les ouvertures du système de corps habillage ce que des crochets derrière la tour elliptique de la tour de scène.

intervention Sujet a également été à l'intérieur des bâtiments du XIXe siècle de par les amateurs Dramatics, l'ancien Casino royal, reconstruit à partir de zéro, en ne conservant que les façades, lissage toits en pente. Au lieu des deux cours précédents, il ouvre aujourd'hui entre le côté du bâtiment Piermarini et la rue un espace, sur lequel les chambres du surintendant et directeur artistique.[84] La petite cour, qui se développe parallèlement au porche par Filodrammatici, est dominé par le surplomb du corps elliptique qui monte cinq étages supérieurs. Une ouverture verticale unique ouvre sous le surplomb, donnant la lumière aux débarquements des escaliers et des ascenseurs qui se désengagent les étages inférieurs les bureaux du vestiaire des artistes et du personnel.

En effet, parallèlement à l'axe du projet Piermarini, se lève, un nouveau volume de elliptique accueillir les loges des artistes. La rétraction considérable et l'absence d'un vrai visage sont destinées simplement à mettre l'accent sur le détachement des façades historiques Souvenirs Casino et d'autres bâtiments.[85] La présence de la tour elliptique est encore plus discret, en vertu du harnais pour les éléments verticaux en botticino, que le « vibrer dans les lumières et les ombres créées par le soleil, jeu de surfaces dématérialisation».[84]

Botta a voulu souligner que, au moment de Piermarini, le bloc a été fermé entre les rues étroites. La profondeur offerte à nos yeux est dû à la démolition, en 1858, des bâtiments donnant sur la Via Manzoni, condition urbaine architecte inconnu foligno et qui justifie la construction des nouveaux volumes.[82] Cette profondeur nous permet de saisir, selon l'architecte suisse, dans les langues complexes architecturaux plus grandes, allant du XVIIIe siècle à nos jours.[86]

Les travaux ont donc optimisé les aires de service et donné à une machine de scène de théâtre des plus complexes jamais conçu et polyvalent,[87] Cependant, face à des interventions très invasives contre les anciennes structures théâtrales et petite échelle, perdu pour toujours.

la restauration

Teatro alla Scala
Détail du plafond et la grande salle à manger lustre

Tout aussi important est le travail de conservation qui couvrait la partie monumentale. Après avoir terminé à la fin des années nonante, les travaux de nettoyage de la façade du théâtre,[88] nous avons procédé à la fois les travaux de rénovation, la 2002 un 2004, la restauration de la zone monumentale, édité par Elisabetta Fabbri.[89]

La première étape a été l'acquisition de toutes les informations historiques, des matériaux et dimensions nécessaires. trois domaines d'intervention ont été reconnues: la salle de théâtre (y compris, en plus du public et la scène, les couloirs, les escaliers et les vestiaires en coulisses), la foyer et réduit, et, enfin, l'hôte local Musée du théâtre. En ce qui concerne les derniers domaines, on peut parler de « entretien extraordinaire », plutôt que « restauration » (ont été plantes exploitées déjà réalisées au cours du XXe siècle, convenablement révisés et les matériaux substitués, tels que les planchers en bois et tissus d'ameublement, usés), le « intervention dans la salle de théâtre était plus complexe.[90]

Il a été notamment mis au point une nouvelle câblage les boîtes, avec l'examen de l'électricité et de la climatisation.[91] Comment l'ajustement structurel, elle a procédé à des interventions tirantatura des poutres en bois des étages et des regroupements avec des injections de résines spéciales à des voûtes en maçonnerie.[92] Complexe a également été l'intervention sur le revêtement mural. Merci à des mesures précises, il était possible de mettre partiellement en lumière le plâtre de faux marbre d'origine, bien conservé sur les murs des deux premières commandes. Les étages supérieurs et sottoplatea nous avons procédé la création d'une nouvelle marmorino.[71]

Jusqu'à la récente travaux de restauration sur le plancher de la salle de spectacle, ainsi que celle des escaliers et des couloirs, était couché moquette. Dans les boîtes, il avait été placé à la place une couche de linoléum. Le public a été pavée de bois exposé, disposées en couches spéciales afin d'améliorer l'acoustique.[93] Dans les zones et dans le vestiaire a été restauré parquet de tuiles en terre cuite déjà fournies par Piermarini, alors que dans les couloirs de marbre a été semée ou restaurés terrazzo.[94]

capacité

Comme en témoigne l'usine officielle, en plus des 676 sièges dans les stalles (y compris trois sièges pour les personnes handicapées et les mêmes pour les soignants), le théâtre peut accueillir 195 spectateurs dans la première rangée de boîtes (95 dans ceux de droite, 100 dans ceux de gauche ), 191 dans le second (96 dans les étapes de droite, 95 à ceux du côté gauche), 20 au stade de l'honneur, 194 dans le troisième ordre (96 dans les étapes de droite, 98 à ceux du côté gauche), 200 dans le quatrième (réparties de manière égale gauche et à droite), 256 spectateurs dans la première galerie et 275 dans la seconde galerie, pour un total de 1827 spectateurs.[95][96]

Dans la mesure de la viabilité municipale libérée trois mois après la réouverture du théâtre en 2004, les sièges sont en 2030.[1] En fait, le théâtre lui-même a, à plusieurs reprises, même différents chiffres appuyez sur.[97]

Teatro alla Scala
Plan de théâtres en Italie, Gravure sur cuivre de Gaetano Mercoli (1789)

Parmi ces postes, en moyenne, selon les données disponibles en 2011, 630 sont occupés par des abonnés (dont 10 sièges achetés par les agences de tourisme culturel), 50 par les Amis de la galerie, 22 et 16 au surintendant en tant que directeur artistique, 20 pour les promoteurs (10 à Banca Intesa, comme beaucoup d'autres, mais la proportion peut varier considérablement selon le spectacle), 8 aux personnes handicapées; 550 sont en fin de compte destiné aux employés et le Bureau de la Promotion de la culture.[98] Bien que ces billets sont vendus au prix régulier (à l'exception des billets de promotion culturelle et ceux pour les spectateurs handicapés), un 115 places supplémentaires sont mis à disposition gratuitement à la direction (33 sièges), les journalistes (32), la police ( 8), à SIAE (8), à commun (16), à province (6) et région (12). Les sièges vendus en ligne et au bureau de billets au public ne sont donc pas souscrites, en moyenne, 440, plus 140 « entrées du soir » (lieux de mauvaise visibilité) vendus quelques heures avant le spectacle.[99]

Ces données ont été fournies par la direction du théâtre en réponse à sollevatesi protestations à l'égard de la prétendue « introvabilità » de billets en vente au bureau de billets individuellement, mais surtout en ligne.[100]

acoustique

Parmi les mesures adoptées par Piermarini, en plus de la forme de la salle, il y avait le choix de la voûte de bois, près d'un table d'harmonie naturel. Une autre petite astuce était de réduire de manière significative la taille des colonnes qui séparent les différentes étapes.[101] Il a obtenu de cette manière, selon les sources, un 'acoustique presque parfait dans tous les points de la salle, considéré parmi les meilleurs de son temps.[102]

Selon une étude de 1962, il a signé Beranek, le Teatro alla Scala a une excellente acoustique, comparable parmi les grands théâtres européens, à la semelle, mais beaucoup plus tard, Staatsoper de Vienne (1869).[103] Il a été détecté au moment d'un temps de retard initial (Temps Retard initial Gap) de seulement 0,015 secondes et seulement trois réflexions dans les 60 millièmes de seconde. Les valeurs T30 (1,2 secondes), le temps de décroissance initiale (Early Decay Time:. 1.3 s) et C80 (qui, étant la salle réverbération, était égal à -0,11 dB) autorisés à assimiler à celle de la salle scaligera Teatro della Pergola de Florence.[104] La « chaleur » du son, qui est la richesse des tons bas fréquence, Il a été obtenu par une longue RT dans les basses fréquences (125 et 250 Hz).[104]

A l'occasion des derniers travaux, des mesures ont été prises pour améliorer l'acoustique de la visibilité de plus, pour faire basculer le plancher de la salle. Il a été décidé, pour la même raison, pour enlever le tapis. Un contact direct avec laïus en ciment (Épaisseur des planches de 15 mm d'épaisseur a été placée une couche de bois contre-plaqué marin noyé dans le béton maigre), puis un « sandwich élastique», dont la feuille inférieure craie et panneaux de particules (Épaisseur 15 mm) est réalisé solidaire de la contre-plaqué ci-dessous. La couche suivante, de du polyéthylène réticulé (5 mm), n'a pas de crochets rigides avec une seconde couche de plâtre et de panneaux de particules, à la place fixée à une autre couche de contre-plaqué marin (16 mm). Au-dessus de celle-ci, une couche de caoutchouc granulé, traversée par les supports des chaises, est la base des planches durmast la parquet (Épaisseur 22 mm).[105]

À la suite de la dernière restauration, l'acoustique est en fait, selon une étude de 'Université de Parme, aggravées:[106] il a été observé que le son est apparu généralement terne, même ne sait pas s'il était loin de proscenium, à-dire dans les zones (surtout les plus centrales) ou dans les tunnels. Parmi les problèmes observés, la tapisserie d'ameublement de velours des nouveaux sièges, ce qui semble absorber trop ondes sonores. L'amélioration de la place reverb, principalement grâce au nouveau revêtement de sol. Les mesures prises par le théâtre pour lutter contre le problème affecté la tapisserie d'ameublement des boîtes: tous les panneaux ont été enlevés en fait polyuréthane cellule fermée étendue installée en 2004 et damas Rouge est directement collé sur les murs.

La « petite échelle »

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: petite échelle.
Teatro alla Scala
La « petite échelle » en 1978

Au moment de la reconstruction de la salle après le bombardement a été mis en place à l'intérieur du Casino royal, du projet Piero Portaluppi Zavelani et Marcello Rossi, un théâtre avec une capacité d'environ six cents personnes, « à petite échelle ». L'accès est par voie et amateur Dramatics la scène était à côté de celle du théâtre principal, de sorte que, en éliminant toutes les profondeurs, d'une pièce, vous pouvez voir l'autre. Ce petit théâtre, ouvert en 1955,[107] Il a été consacré au répertoire ancien, et en général tous les travaux nécessitant moins d'espace et a engagé une petite équipe.

La salle a été consacrée à Arturo Toscanini au cours des vingt-cinq ans après sa mort, le 16 Janvier 1982.[108]

En raison d'une forte diminution de la capacité, de 600 à 350 spectateurs, imposée par la nouvelle réglementation, et la difficulté conséquente à couvrir les dépenses face à un faible public payant, la saison d'opéra, cependant, a été interrompu peu après, en Octobre 1983.[109] La salle a ensuite été destiné à l'entrepôt et finalement détruit pour faire place à la nouvelle étape majeure de théâtre pendant les travaux du nouveau millénaire.[110]

Seasons scaligere

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Opera Saison du Teatro alla Scala et ballet de La Scala Seasons.

Au cours des premiers cent cinquante ans d'activité de théâtre a commencé le lendemain de Noël (26 Décembre) avec Saison Carnaval, au cours de laquelle ils sont représentés pour la plupart seria, en trois ou quatre actes entrecoupés de danses. La saison a pris fin à la veille de la semaine carnaval, au cours de laquelle le théâtre a accueilli les danses et la veille de shrove samedi. après la Pâques pourrait se dérouler de brèves autres saisons (la ressort, propriété, automne) Dédié à 'opéra buffa, un comédie et danses, comme demandé par le public et la disponibilité de impresario.

Les prix des billets pour la saison inaugurale ont été bien établies « pour la Noblesse» 6 Gigliati, « Citoyenneté » 3 florins, « pour Cappe Nere » (ou pour les secrétaires, commis, majordomes et autres employés des familles nobles plus) 20 lire.[20] En fait, pour regarder les spectacles que vous avez dû « supprimer » deux billets: un pour l'accès au théâtre, l'autre entrée des stands. Les « chaises fixes» dans les stalles (également connu sous le nom « fermé » comme les touches de fonction permettant de fermer et d'ouvrir la séance au plaisir) coûte 3 Gigliati supplémentaire en première et deuxième rangées, 2 Gigliati en troisième et quatrième, 1 fleurdelisé dans le passé deux fichiers.[20] Sinon, vous pouvez régler pour « chaises volantes », disponible gratuitement.[17] Cette utilisation d'émettre deux billets séparés a été abandonné dès 1797.[111]

la temps de Carême Il a été introduit dans 1788. déjà en 1785 et 1787 le théâtre avait exceptionnellement ouvert en période CarêmeLa première année pour une cantate de Nicola Antonio Zingarelli, la seconde pour la Joseph reconnu le compositeur milanais Giovanni Battista Calvi et pour une Cantate pastorale à trois voix.[112] À partir de 1819 la Saison Carnaval va changer son nom Carnaval et de Carême:[113] Les activités se poursuivront normalement, à partir de maintenant, même pendant le Carême.

En dehors de la programmation normale, lors d'événements spéciaux tels que les traités, ou couronnements des rois visites, ils ont reçu les cantates, tels que Le triomphe de la paix de Francesco Pollini (1801), Pour célébrer Traité de Lunéville qui a ratifié la traité Campoformio, San Napoléon de Johann Simon Mayr, à l'occasion de onomastico Napoleone Bonaparte, 16 août 1807, Le retour d'Astrée, qui est mis en scène le 6 Janvier 1816 pour le retour des Autrichiens à Milan.

Au cours des premières années, face à un nombre relativement restreint de titres (onze, par exemple, dans 1810), Il y avait beaucoup de réponses (228 souleva le rideau divisé en trois saisons, carnaval, ressort et automne).[114]

en 1920 Il a été aboli la division en saisons: l'activité se déroulera désormais dans la continuité de Novembre à Juin.

Vous pouvez voir que depuis le début de XX siècle augmente de manière significative le nombre de spectacles mais diminue celle des répliques: dans 1929, par exemple, les travaux sur le projet de loi sont trente-deux, a levé le voile cent quarante.[114] Dans les années soixante-dix, pendant le séjour du surintendant Paolo Grassi, La Scala a vécu la période de la plus grande productivité, fournissant près de trois cents représentations par an. Dans la deuxième décennie du XXI siècle, principalement grâce à la modernisation de la machinerie de scène, l'échelle augmente ses activités: d'environ 190 soulevé le rideau des années nonante, vous atteignez le nombre stable d'environ 280.

La « première » de la saison d'opéra

« Parmi les nombreuses sensations fortes et tant la douleur est vraiment jonchaient le chemin qui ne mène pas à un simple avant, mais l'excellence du premier par[115] »

(Plácido Domingo)

Comme mentionné plus haut, la saison de carnaval a commencé traditionnellement le 26 Décembre. La coutume actuelle pour inaugurer la saison d'opéra le 7 Décembre, le jour de Sant'Ambrogio, saint patron de Milan, a été introduit dans le 1940 et ensuite, de façon stable, à la demande de Victor de Sabata, de 1951.[116] Seulement 7 Décembre de cette année Maria Callas, qui a fait ses débuts sur la scène de la Scala quelques mois auparavant, il a obtenu son premier triomphe à Milan chanter Les Vêpres siciliennes réalisé par De Sabata.[117]

Le spectacle du soir Sant'Ambrogio, est à la fois un événement culturel, institutionnel et de la société profondément enracinée dans la vie italienne.[115]

À partir de 2008 La cérémonie d'ouverture est précédée d' 'jeunesse aperçu, lit un opéra inaugural dédié au public avec moins de trente ans.[118]

La première saison

  • automne 1778 Saison: l'europe a reconnu Antonio Salieri
  • la saison de carnaval 1778-1779: Callirhoé Felice Alessandri
  • la saison de carnaval 1779-1780: Armida de Josef Mysliveček avec Caterina Gabrielli, Luigi Marchesi et Johann Valentin Adamberger
  • la saison de carnaval 1780-1781: Antigonus Pasquale Anfossi et Luigi Gatti
  • la saison de carnaval 1781-1782: les Jeux Olympiques Francesco Bianchi
  • la saison de carnaval 1782-1783: le Circé de Domenico Cimarosa avec Giacomo David
  • la saison de carnaval 1783-1784: Ademira Angelo Tarceva
  • la saison de carnaval 1784-1785: Semiramide Michele Mortellari
  • la saison de carnaval 1785-1786: Ipermestra Salvatore Rispoli avec Girolamo Crescentini
  • la saison de carnaval 1786-1787: Tito Gaul Ambrose Minoia
  • la saison de carnaval 1787-1788: Antioce Angelo Tarceva
  • la saison de carnaval 1788-1789: Antigone Vincenzo Campobasso
  • la saison de carnaval 1789-1790: Adriano en Syrie Sebastiano Nasolini
  • la saison de carnaval 1790-1791: La mort de César de Nicola Antonio Zingarelli
  • la saison de carnaval 1791-1792: Pyrrhus d'Épire Zingarelli avec Luigi Marchesi
  • la saison de carnaval 1792-1793: Cinna de Bonifazio Asioli
  • la saison de carnaval 1793-1794: Artaxerxès Zingarelli avec Giuseppina Grassini et Marchesi
  • la saison de carnaval 1794-1795: Danaïdes de Angelo Tarchi (compositeur)
  • la saison de carnaval 1795-1796: Apelle et Campaspe de Giacomo Tritto
  • la saison de carnaval 1798-1799: Le triomphe de Clelia (Nasolini)
  • la saison de carnaval 1799-1700: Lodoïska de Johann Simon Mayr avec Marchesi
  • la saison de carnaval 1800-1801: Clytemnestre Zingarelli avec Angelica Catalani et Adamo Bianchi
  • la saison de carnaval 1801-1802: le Manli de Giuseppe Nicolini
  • la saison de carnaval 1802-1803: Genève Ecosse Mayr retravaillé par Joseph Weigl
  • la saison de carnaval 1803-1804: Alonso et Cora Direct de Mayr Alessandro Rolla avec Girolamo Crescentini et Adamo Bianchi
  • la saison de carnaval 1804-1805: Le sacrifice de Curtius Ferdinand Pontelibero ledit Ajutantini
  • la saison de carnaval 1805-1806: Abenamet et Zoraida Nicolini avec Giuseppe Siboni
  • la saison de carnaval 1806-1807: Adelasia et Aleramo de Giovanni Simone Mayr
  • la saison de carnaval 1808-1809: Coriolan à savoir le siège de Rome Nicolini avec Isabella Colbran et Giovanni Velluti
  • la saison de carnaval 1810-1811: Raul de Créqui Mayr avec tissé Siboni
  • la saison de carnaval 1811-1812: Virginie Peter Box et le Strelizzi de Salvatore Viganò
  • la saison de carnaval 1812-1813: Tamerlan Mayr avec Carolina Bassi
  • la saison de carnaval 1813-1814: Aureliano in Palmira de Gioachino Rossini
  • la saison de carnaval 1814-1815: La Colère d'Achille Nicolini
  • la saison de carnaval 1815-1816: Héroïsme amoureux de Ferdinando Paër avec Elisabetta Manfredini, Marietta Marcolini, Claudio Bonoldi et Giuseppe De Begnis
  • la saison de carnaval 1817-1818: Les deux Valdomiri de Peter Winter avec Bonoldi
  • la saison de carnaval 1818-1819: La clemenza di Tito Rolla directement à partir de Mozart Gaetano Crivelli
  • Carnaval et Carême Saison 1819-1820: Bianca e Falliero Rossini
  • Carnaval et Carême Saison 1820-1821: Phaedra (Mayr)
  • Carnaval et Carême Saison 1821-1822: Andromaque Vincenzo Puccitta avec Adelaide Tosi et Benedetta Rosmunda Pisaroni
  • Carnaval et Carême Saison 1822-1823: Hamlet (Mercadante)
  • Carnaval et Carême Saison 1824-1825: La Vestal (Spontini)
  • Carnaval et Carême Saison 1827-1828: les parias Paolo Brambilla
  • Carnaval et Carême Saison 1828-1829: Rosemonda Francesco Schira
  • Carnaval et Carême Saison 1829-1830: Adélaïde de France de Cesare Pugni et Le siège de Corinthe Rossini
  • Carnaval et Carême Saison 1830-1831: I Capuleti e Montecchi i de Vincenzo Bellini avec Giuditta Grisi et Giovanni Battista Rubini
  • Carnaval et Carême Saison 1831-1832: Norma Vincenzo Bellini
  • Carnaval et Carême Saison 1833-1834: Lucrezia Borgia Gaetano Donizetti
  • Carnaval et Carême Saison 1834-1835: Gemma di Vergy de Gaetano Donizetti
  • Carnaval et Carême Saison 1835-1836: les puritains direct Bellini Eugenio Cavallini avec Antonio Poggi et Ignazio Marini
  • Carnaval et Carême Saison 1836-1837: Guillaume Tell Gioacchino Rossini
  • Carnaval et Carême Saison 1837-1838:
  • Carnaval et Carême Saison 1838-1839: La Muette de Portici Daniel Auber
  • Carnaval et Carême Saison 1840-1841: les bons Saverio Mercadante
  • Carnaval et Carême Saison 1841-1842: Maria Padilla Gaetano Donizetti
  • Carnaval et Carême Saison 1842-1843: Vallombra Ricci Federico
  • Carnaval et Carême Saison 1843-1844: Maria Tudor, reine d'Angleterre Giovanni Pacini
  • Carnaval et Carême Saison 1844-1845: Les Lombards à la première croisade par Giuseppe Verdi
  • Carnaval et Carême Saison 1845-1846: Othello Gioachino Rossini
  • Carnaval et Carême Saison 1846-1847: Attila par Giuseppe Verdi
  • Carnaval et Carême Saison 1847-1848: Orazi et Curiaces Saverio Mercadante
  • Carnaval et Carême Saison 1848-1849: L'esclave Sarrasin Saverio Mercadante
  • Carnaval et Carême Saison 1849-1850: Attila par Giuseppe Verdi
  • Carnaval et Carême Saison 1850-1851: Jérusalem, de relooking Les Lombards à la première croisade, par Giuseppe Verdi
  • Carnaval et Carême Saison 1851-1852: Luisa Miller par Giuseppe Verdi
  • Carnaval et Carême Saison 1852-1853: Louis V, roi de France Alberto Mazzucato
  • Carnaval et Carême Saison 1853-1854: La fête de Belshazzar Antonio Buzzi
  • Carnaval et Carême Saison 1854-1855: Marco Visconti Errico Petrella
  • Carnaval et Carême Saison 1855-1856: Leila Grenade, de relooking le Juif, Giuseppe Apolloni
  • Carnaval et Carême Saison 1856-1857: Sordello Antonio Buzzi
  • Carnaval et Carême Saison 1857-1858: Giovanna de Guzman, de la version censurée Les Vêpres siciliennes, par Giuseppe Verdi
  • Carnaval et Carême Saison 1858-1859: Semiramide Gioachino Rossini
  • Carnaval et Carême Saison 1859-1860: La traviata par Giuseppe Verdi
  • Carnaval et Carême Saison 1861-1862: Moïse Gioachino Rossini
  • Carnaval et Carême Saison 1862-1863: Jone Errico Petrella
  • Carnaval et Carême Saison 1863-1864: Rienzi Achille Peri
  • Carnaval et Carême Saison 1864-1865:
  • Carnaval et Carême Saison 1865-1866:
  • Carnaval et Carême Saison 1866-1867: le Dewâdâcy Constantin dall'Argine
  • Carnaval et de Carême Saison 1867-1868: Dom Sebastien Donizetti avec Leone Giraldoni
  • Carnaval et Carême Saison 1868-1869: Don Carlo par Giuseppe Verdi
  • Carnaval et Carême Saison 1870-1871: L'Africaine de Giacomo Meyerbeer avec Antonietta Fricci, Mario Tiberini et Ormondo Maini
  • Carnaval et Carême Saison 1871-1872:
  • Carnaval et Carême Saison 1872-1873: Blas Ruy Filippo Marchetti
  • Carnaval et Carême Saison 1873-1874:
  • Carnaval et Carême Saison 1874-1875:
  • Carnaval et Carême Saison 1875-1876: Les Vêpres siciliennes Verdi avec Gottardo Aldighieri
  • Carnaval et Carême Saison 1876-1877: les huguenots Giacomo Meyerbeer
  • Carnaval et Carême Saison 1877-1878: Afrique Giacomo Meyerbeer
  • Carnaval et Carême Saison 1878-1879: Don Carlo par Giuseppe Verdi
  • Carnaval et Carême Saison 1879-1880: Aida par Giuseppe Verdi
  • Carnaval et Carême Saison 1880-1881: Le fils prodigue Amilcare Ponchielli
  • Carnaval et Carême Saison 1881-1882:
  • Carnaval et Carême Saison 1882-1883:
  • Carnaval et Carême Saison 1883-1884: La Gioconda Amilcare Ponchielli
  • Carnaval et Carême Saison 1884-1885: Carmen Georges Bizet
  • Carnaval et Carême Saison 1886-1887: Aida par Giuseppe Verdi
  • Carnaval et Carême Saison 1887-1888: La reine de Saba Charles Goldmark
  • Carnaval et Carême Saison 1888-1889:
  • Carnaval et Carême Saison 1889-1890: Die Meistersinger von Nürnberg par Richard Wagner
  • Carnaval et Carême Saison 1890-1891: Le Cid de Jules Massenet avec Hariclea Darclée et Mario Ancona
  • Carnaval et Carême Saison 1891-1892: Tannhäuser par Richard Wagner
  • Carnaval et Carême Saison 1892-1893: Cristoforo Colombo (opéra) de Alberto Franchetti réalisé par Arturo Toscanini avec Giuseppe Kaschmann et Antonio Pini-Corsi
  • Carnaval et Carême Saison 1893-1894: la Valkyrie par Richard Wagner
  • Carnaval et Carême Saison 1894-1895: Sigurd Ernest Reyer
  • Carnaval et Carême Saison 1895-1896: Henry VIII Camille Saint-Saëns
  • Carnaval et Carême Saison 1896-1897: Le Crépuscule des Dieux par Richard Wagner
  • Carnaval et Carême Saison 1897-1898:
  • Carnaval et Carême Saison 1898-1899: Die Meistersinger von Nürnberg par Richard Wagner
  • Carnaval et Carême Saison 1899/1900: Siegfried par Richard Wagner
  • Carnaval et Carême Saison 1900-1901: La Bohème par Giacomo Puccini
  • Carnaval et Carême Saison 1901-1902:
  • Carnaval et Carême Saison 1902-1903: Le Rhin Or par Richard Wagner
  • Carnaval et Carême Saison 1903-1904:
  • Carnaval et Carême Saison 1904-1905:
  • Carnaval et Carême Saison 1905-1906:
  • Carnaval et Carême Saison 1906-1907: Salomé (opéra) Toscanini avec Solomiya Krushelnytska, Giuseppe Borgatti et Angelo bada
  • Carnaval et Carême Saison 1907-1908: Le Crépuscule des Dieux par Richard Wagner
  • Carnaval et Carême Saison 1908-1909: la Vestal Gaspare Spontini
  • Carnaval et Carême Saison 1909-1910: la Valkyrie par Richard Wagner
  • Carnaval et Carême Saison 1910-1911: Siegfried par Richard Wagner
  • Carnaval et Carême Saison 1911-1912: Roi de Engelbert Humperdinck enfants
  • Carnaval et Carême Saison 1912-1913:
  • Carnaval et Carême Saison 1913-1914:
  • Carnaval et Carême Saison 1914-1915: Le Rhin Or par Richard Wagner
  • Carnaval et Carême Saison 1915-1916: prince Igor Alexander Borodin Porfievic
  • Carnaval et Carême Saison 1916-1917: Fernando Cortez ou la conquête du Mexique Gaspare Spontini
  • Carnaval et Carême Saison 1917-1918:
  • Saison 1921-1922: Falstaff par Giuseppe Verdi
  • Saison 1922-1923: Manon Lescaut par Giacomo Puccini
  • Saison 1923-1924: Tristan et Isolde Richard Wagner;
  • Saison 1924-1925: Méphistophélès Arrigo Boito;
  • Saison 1925-1926:
  • Saison 1926-1927:
  • Saison 1927-1928:
  • Saison 1928-1929: Die Meistersinger von Nürnberg Richard Wagner;
  • Saison 1929-1930:
  • Saison 1930-1931: La Fanciulla del West par Giacomo Puccini
  • Saison 1931-1932: Norma Vincenzo Bellini
  • Saison 1932-1933: Le Crépuscule des Dieux par Richard Wagner
  • Saison 1933-1934: Nabucco Verdi réalisé par Vittorio Gui avec Gina Cigna, Ebe Stignani, Magda Olivero, Giovanni Voyer, Carlo Galeffi et Tancredi Pasero
  • Saison 1934-1935:
  • Saison 1935-1936: Ernani Verdi réalisé par Gino Marinuzzi (1882-1945) avec Cigna, Francesco Merli et Pasero
  • Saison 1936-1937: Falstaff par Giuseppe Verdi
  • Saison 1937-1938:
  • Saison 1938-1939:
  • Saison 1939-1940:
  • Saison 1940-1941:
  • Saison 1941-1942:
  • Saison 1942-1943: Falstaff par Giuseppe Verdi
  • Saison 1943-1944:
  • Saison 1944-1945:
  • Saison 1945-1946:
  • Saison 1946-1947: Nabucco par Giuseppe Verdi;
  • Saison 1947-1948: Othello par Giuseppe Verdi;
  • Saison 1948-1949: Il Trovatore par Giuseppe Verdi; directeur Herbert von Karajan
  • Saison 1949-1950: La Bohème Giacomo Puccini;
  • Saison 1950-1951: Othello par Giuseppe Verdi
  • Saison 1951-1952: Les Vêpres siciliennes par Giuseppe Verdi; directeur Victor de Sabata
  • Saison 1952-1953: Macbeth par Giuseppe Verdi; Directeur Victor De Sabata;
  • Saison 1953-1954: La Wally Alfredo Catalani; directeur Carlo Maria Giulini
  • Saison 1954-1955: la Vestal Gaspare Spontini; Directeur Victor De Sabata; réalisé par Luchino Visconti
  • Saison 1955-1956: Norma Vincenzo Bellini;
  • Saison 1956-1957: Aida par Giuseppe Verdi; directeur Antonino Votto
  • Saison 1957-1958: Un ballo in maschera par Giuseppe Verdi; chef d'orchestre Gianandrea Gavazzeni;
  • Saison 1958-1959: Turandot Giacomo Puccini; Directeur Antonino Votto; réalisé par Margherita Wallmann
  • Saison 1959-1960: Othello par Giuseppe Verdi;
  • Saison 1960-1961: Polyeucte de Gaetano Donizetti; directeur Gianandrea Gavazzeni; réalisé par Herbert Graf
  • Saison 1961-1962: La bataille de Legnano par Giuseppe Verdi; chef d'orchestre Gianandrea Gavazzeni; réalisé par Margherita Wallmann
  • Saison 1962-1963: Il Trovatore par Giuseppe Verdi; chef d'orchestre Gianandrea Gavazzeni; réalisé par Giorgio De Lullo
  • Saison 1963-1964: Cavalleria Rusticana-L'amico Fritz Pietro Mascagni; chef d'orchestre Gianandrea Gavazzeni; réalisé par Franco Enriquez
  • Saison 1964-1965: Turandot Giacomo Puccini; chef d'orchestre Gianandrea Gavazzeni; réalisé par Margherita Wallmann
  • Saison 1965-1966: La forza del destino par Giuseppe Verdi; conducteur Gianandrea Gavazzeni
  • Saison 1966-1967: Nabucco par Giuseppe Verdi
  • Saison 1967-1968: Lucia di Lammermoor de Gaetano Donizetti; directeur Claudio Abbado
  • Saison 1968-1969: Don Carlo par Giuseppe Verdi; Directeur Claudio Abbado;
  • Saison 1969-1970: Ernani par Giuseppe Verdi; Directeur Claudio Abbado
  • Saison 1970-1971: Les Vêpres siciliennes par Giuseppe Verdi; conducteur Gianandrea Gavazzeni
  • Saison 1971-1972: Simon Boccanegra par Giuseppe Verdi; Directeur Claudio Abbado; réalisé par Giorgio Strehler
  • Saison 1972-1973: Un ballo in maschera par Giuseppe Verdi; conducteur Gianandrea Gavazzeni
  • Saison 1973-1974: L'Italienne à Alger Gioacchino Rossini
  • Saison 1974-1975: Fidelio Ludwig van Beethoven
  • Saison 1975-1976: Macbeth par Giuseppe Verdi; Directeur Claudio Abbado
  • Saison 1976-1977: Othello par Giuseppe Verdi; directeur Carlos Kleiber, réalisé par Franco Zeffirelli
  • Saison 1977-1978: Don Carlo par Giuseppe Verdi; Directeur Claudio Abbado; réalisé par Luca Ronconi
  • Saison 1978-1979: Simon Boccanegra par Giuseppe Verdi; Directeur Claudio Abbado;
  • Saison 1979-1980: Boris Godunov Modeste Mussorgskij; Directeur Claudio Abbado
  • Saison 1980-1981: Falstaff par Giuseppe Verdi; Directeur Lorin Maazel; dirigé par Giorgio Strehler
  • Saison 1981-1982: Lohengrin Richard Wagner; Directeur Claudio Abbado
  • Saison 1982-1983: Ernani par Giuseppe Verdi; directeur Riccardo Muti
  • Saison 1983-1984: Turandot Giacomo Puccini; directeur Lorin Maazel
  • Saison 1984-1985: Carmen par Georges Bizet; Directeur Claudio Abbado;
  • Saison 1985-1986: Aida par Giuseppe Verdi; Directeur Lorin Maazel; réalisé par Luca Ronconi
  • Saison 1986-1987: Nabucco par Giuseppe Verdi; directeur Riccardo Muti
  • Saison 1987-1988: Don Giovanni Wolfgang Amadeus Mozart; Directeur Riccardo Muti; réalisé par Giorgio Strehler
  • Saison 1988-1989: Guillaume Tell Gioachino Rossini; Directeur Riccardo Muti, dirigé par Luca Ronconi
  • Saison 1989-1990: Les Vêpres siciliennes par Giuseppe Verdi; Directeur Riccardo Muti
  • Saison 1990/91: Idomeneo Wolfgang Amadeus Mozart; Directeur Riccardo Muti
  • Saison 1991-1992: Parsifal Richard Wagner; Directeur Riccardo Muti
  • Saison 1992/93: Don Carlo par Giuseppe Verdi; Directeur Riccardo Muti; réalisé par Franco Zeffirelli
  • Saison 1993/94: la Vestal Gaspare Spontini; Directeur Riccardo Muti
  • Saison 1994/95: la Valkyrie Richard Wagner; Directeur Riccardo Muti
  • Saison 1995/96: La Flûte enchantée Wolfgang Amadeus Mozart; Directeur Riccardo Muti
  • Saison 1996/97: Armida Christoph Willibald Gluck; Directeur Riccardo Muti
  • Saison 1997/98: Macbeth par Giuseppe Verdi; Riccardo Muti, réalisé par Graham Vick
  • Saison 1998/99: Le Crépuscule des Dieux Richard Wagner; Directeur Riccardo Muti
  • Saison 1999/2000: Fidelio Ludwig van Beethoven; Directeur Riccardo Muti; réalisé par Werner Herzog
  • Saison 2000/01: Il Trovatore par Giuseppe Verdi; Directeur Riccardo Muti, dirigé par Hugo de Ana
  • Saison 2001/02: Othello par Giuseppe Verdi; Directeur Riccardo Muti, dirigé par Graham Vick
  • Saison 2002/03: Iphigénie à Aulis (Gluck) Christoph Willibald Gluck, directeur Riccardo Muti
  • Saison 2003/04: Moïse et Pharaon Gioacchino Rossini; Directeur Riccardo Muti; réalisé par Luigi Ronconi
  • Saison 2004/05: l'europe a reconnu Antonio Salieri; Directeur Riccardo Muti, dirigé par Luca Ronconi
  • Saison 2005/06: Idomeneo Wolfgang Amadeus Mozart; directeur Daniel Harding
  • Saison 2006/07: Aida par Giuseppe Verdi; directeur Riccardo Chailly, réalisé par Franco Zeffirelli
  • Saison 2007/08: Tristan et Isolde Richard Wagner; directeur Daniel Barenboim, réalisé par Patrice Chereau
  • Saison 2008/09: Don Carlo par Giuseppe Verdi; directeur Daniele Gatti; réalisé par Stéphane Braunschweig
  • Saison 2009/10: Carmen par Georges Bizet; directeur Daniel Barenboim, réalisé par Emma Dante
  • Saison 2010/11: la Valkyrie de Richard Wagner; directeur Daniel Barenboim, réalisé par Guy Cassiers
  • Saison 2011/12: Don Giovanni de Wolfgang Amadeus Mozart; directeur Daniel Barenboim, dirigé par Robert Carsen
  • Saison 2012/13: Lohengrin Richard Wagner; Daniel Barenboim, dirigé par Claus Guth
  • Saison 2013/14: La traviata par Giuseppe Verdi; directeur Daniele Gatti, dirigé par Dmitri Tcherniakov
  • Saison 2014/15: Fidelio Ludwig van Beethoven; directeur Daniel Barenboim, réalisé par Deborah Warner
  • Saison 2015/2016: Jeanne d'Arc par Giuseppe Verdi; directeur Riccardo Chailly, dirigé par Moshe Leiser et Patrice Caurier
  • Saison 2016/2017: Madama Butterfly Giacomo Puccini; directeur Riccardo Chailly, réalisé par Alvis Hermanis
  • Saison 2017/2018: Andrea Chénier de Umberto Giordano; directeur Riccardo Chailly, direction Mario Martone

premières

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Liste des premières à La Scala.

Les agents du théâtre

entrepreneurs
Les directeurs généraux de la Société anonyme
Directeurs généraux de Ente Autonomo
  • Angelo Scandiani (1921 - 1929)[127]
  • Anita Colombo (1929 - 1931)[128]
surintendants
chef d'orchestre premiers violons

pour le travail

  • Luca Felice Roscoe (1778 - 1779)
  • Luigi de Baillou (1780 - 1802)
  • Alessandro Rolla (1803 - 1833)

pour le ballet

  • Giuseppe Perruccone (1780 - 1802)
concertatori maîtres
  • Vincenzo Lavigna (1802 - 1833)[144][145]
  • Giacomo Panizza (1833 - 1848)[144]
  • Alberto Mazzucato (1854 - 1868)
  • Eugenio Terziani (1868 - 1871)[146]
  • Ettore Gelli (1871)[147][148]
  • Franco Faccio (1871 - 1889)[13]
directeurs musicaux
directeurs artistiques

L'Accademia del Teatro alla Scala

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Accademia Teatro alla Scala.

à partir de 1991, La Scala traite également de la formation pour les professionnels du spectacle grâce à l'École de formation en gestion, qui est devenu le 2001, Fondation Académie des arts et métiers du spectacle Teatro alla Scala.[179] L'Académie offre des cours de formation professionnelle à travers ses quatre départements: Musique, danse, scène et ateliers, gestion. Le cours d'étude se termine chaque année dans le « Projet Academy », un travail inclus dans la Scala.[180]

en 2011, pour célébrer les dix premières années de vie de l'Académie, ont été inclus dans la saison, en plus du projet d'habitude Académie (année L'Italienne à Alger) Aussi divers concerts et une danse de gala (31 Décembre 2011).[181]

notes

  1. ^ à b Chambre de commerce de Milan - "Inside La Scala" - selon la source, la capacité officielle est 2.030 sièges, mais « les sièges disponibles sont beaucoup plus nombreux: le théâtre a 2242 places ... »
  2. ^ Maria Teresa Florio, Églises à Milan, section Santa Maria à l'échelle, Electa, Milan, 2006.
  3. ^ Elena Biggi Parodi, Teatro alla Scala en 1778: « L'Europe RECONNU » ouvre à Milan le travail européen, en Salieri sur les traces de Mozart, pp. 35-44.
  4. ^ page dédié au chœur dans le site du théâtre.
  5. ^ page Orchestra dédié sur le site du théâtre.
  6. ^ page dédié au corps de ballet dans le site du théâtre.
  7. ^ Voir. Le site filarmonica.it.
  8. ^ Palais Royal par les Espagnols à la Savoie, section Le Théâtre de la Cour en Milan Histoire.
  9. ^ De Salone Margherita au Théâtre Royal Ducal, baroque.it du site.
  10. ^ Gherardo Casaglia, "26 Février 1776", Amadeus almanach.
  11. ^ Gherardo Casaglia, "15 Juillet 1776", Amadeus almanach.
  12. ^ Annamaria Cascetta, Giovanna Zanlonghi, op. cit., p. 510.
  13. ^ à b c The New Grove Dictionary of Opera, voix Milan.
  14. ^ Histoire de Milan 1776-1800 dans Milan Histoire.
  15. ^ Carlo Gatti, pp. 33-35.
  16. ^ Lettre à Alessandro Verri, le 7 Août 1778, Correspondance de Pietro et Alessandro Verri. A partir du 1er Juillet 1778-29 Décembre 1779, Milan, Giuffrè, 1939, p. 42-43.
  17. ^ à b Carlo Gatti, p. 22.
  18. ^ à b c Baia Curioni, p. 27
  19. ^ Baia Curioni, p. 28
  20. ^ à b c Carlo Gatti, p. 21.
  21. ^ Voir p. 621 M.Malte-Brun, Géographie universelle, VII, Edimbourg, Adam Black, 1829.
  22. ^ Gherardo Casaglia, "1779", Amadeus almanach.
  23. ^ Gherardo Casaglia, « 1 781 », Amadeus almanach.
  24. ^ à b c et fa g Amadeusonline, amadeusonline.net. Récupéré 24 Avril, ici à 2015.
  25. ^ Le Grand LUMIERA dell'I.R. Teatro alla Scala.
  26. ^ à b c Divers auteurs, Teatro alla Scala de Milan - Restauration et entretien des façades - projet de création condition entretien périodique 1999-2002-2004, Milano 2006. extrait disponible en ligne.
  27. ^ Gherardo Casaglia, "17 Octobre 1839", Amadeus almanach.
  28. ^ Gherardo Casaglia, "5 Septembre, 1840", Amadeus almanach.
  29. ^ Gherardo Casaglia, "9 Mars, 1842", Amadeus almanach.
  30. ^ Giovanni Judica, de la procédure de la conférence "La gestion Visconti à la Scala 1898-1916", Milan Théâtre La Scala, le 29 Novembre 1997.
  31. ^ Dans mon cœur trop absolu. Lettres d'Arturo Toscanini, Garzanti 2003 Lettre adressée au Duke Uberto Visconti di Modrone, 1916, p. 140-2.
  32. ^ Madama Butterfly, sources et documents de la genèse, édité par Arthur Groos, Virgilio Bernardoni, Gabriella Biagi Ravenni, Dieter Schickling, Giacomo Puccini Centre d'études, Maria Pacini éditeur Fazzi, Lucca 2005 - ISBN 88-7246-697-0
  33. ^ « etelle croyait qu'une représentation ne serait pas artistiquement réussie tant qu'il n'a pas établi un objectif parmi toutes les unités constitutives: chanteurs, orchestre, choeur, mise en scène, décors et costumes« Harvey Sachs, Toscanini, Da Capo Press, 1978. ISBN 0-306-80137-X
  34. ^ Établi par le décret royal 29 Décembre 1921, n. 2143.
  35. ^ description intervention par site lombardiabeniculturali.it.
  36. ^ dessins du projet d'intervention dans les archives du site lombardiabeniculturali.it.
  37. ^ Luigi Lorenzo Secchi, L'étape à des ponts et des panneaux mobiles de la Scala.
  38. ^ Le Théâtre de la Scala - Milan, 1943
  39. ^ Giuseppe Barigazzi, La Scala dit, Milan, BUR, 1998.
  40. ^ Luigi Lorenzo Secchi, Comme je l'ai rebâti la Scala.
  41. ^ histoire théâtre à partir du site teatrosocialecomo.it.
  42. ^ programme complet le concert.
  43. ^ Filippo Sacchi, Toscanini, 1951.
  44. ^ Gherardo Casaglia, « 18 Février, 1957, Amadeus almanach.
  45. ^ Eileen Romano (rédacteur en chef) Teatro alla Scala, Skira / Corriere della Sera, 200; p. 112.
  46. ^ Gherardo Casaglia, "1978", Amadeus almanach.
  47. ^ The Long Goodbye Abbado sous une pluie de fleurs, la République, 11 juin 1986.
  48. ^ Art. 2, paragraphes 57 et suivants du 28 Décembre 1995 la loi n. 549 et Art. 2 du décret législatives du 29 Juin 1996 n. 367.
  49. ^ statut Fondazione Teatro alla Scala.
  50. ^ Règlement, art. 2.1, Fini - Activités.
  51. ^ Règlement, art. 3, la Fondation de la concurrence.
  52. ^ http://milano.corriere.it/milano/notizie/cronaca/13_dicembre_10/riccardo-chailly-sara-nuovo-direttore-musicale-scala-72dc17e4-6187-11e3-9835-2b4fbcb116d9.shtml
  53. ^ [1]
  54. ^ Pisaroni, p. 23
  55. ^ Simonetta Offredi, Rapport technique, en AA.VV., Teatro alla Scala de Milan - Restauration et entretien des façades - projet de création condition entretien périodique 1999-2002-2004, Milano 2006. extrait disponible en ligne.
  56. ^ Pisaroni, p. 24
  57. ^ Carlo Gatti, p. 16.
  58. ^ coupe longitudinale avant l'intervention de Luigi Lorenzo Secchi, des archives du site lombardiabeniculturali.it.
  59. ^ photo entrée avant, pendant et après la restauration du XXe siècle, des archives du site lombardiabeniculturali.it.
  60. ^ Curcio, p. 445
  61. ^ sweethearts, p. 109
  62. ^ sweethearts, p. 131
  63. ^ Quagliarini, p. 10
  64. ^ à b Inventaire des théâtres de Milan, compilé par la Chambre Architecte Marcellino Segre et indésirable R.U. Fratres, nommés en 1790 pour procéder à une évaluation de ce qui existait au Théâtre de la Scala, maintenant conservé dans les Archives historiques de Milan Civic.
  65. ^ à b Lettre d'Alessandro Sanquirico au Duke Francis de Modrone, Luigi Lorenzo Secchi, Teatro alla Scala, 1778/1978, Milano, 1977.
  66. ^ Le compositeur écrit: « les rideaux étaient assez riches et bleus », Giuseppe Morazzoni, Les étapes de La Scala, à Dédale, Milan XI (1930).
  67. ^ Elisabetta Fabbri, Alessandra Favero, Giancarlo Lazzaretti, Pasquale Mariani Orlandi, Le tissu enduit des boîtes, en Enrico Lonati, p. 180.
  68. ^ Giuseppe Morazzoni, Les étapes de La Scala, à Dédale, Milan XI (1930).
  69. ^ Elisabetta Fabbri, Alessandra Favero, Giancarlo Lazzaretti, Pasquale Mariani Orlandi, Le tissu enduit des boîtes, en Enrico Lonati, p. 191.
  70. ^ photo un certain stade avant la restauration des années 40, à partir du site lombardiabeniculturali.it.
  71. ^ à b Elisabetta Fabbri, Alessandra Favero, Giancarlo Lazzaretti, Pasquale Mariani Orlandi, plâtres MARMORINO, en Enrico Lonati, p. 171.
  72. ^ projet de l'aspect réduit, des archives du site lombardiabeniculturali.it.
  73. ^ photo la restauration des années 40 et le présent, à partir du site lombardiabeniculturali.it.
  74. ^ projet de l'aspect réduit, des archives du site lombardiabeniculturali.it.
  75. ^ photo la progression des travaux de transformation des environnements anciens des poêles dans le foyer des galeries et l'état actuel, le site lombardiabeniculturali.it.
  76. ^ à b Antonio Acerbo, Les raisons de l'intervention, en Enrico Lonati, p. 17.
  77. ^ Luigi Berti, La nécessité d'adapter les plantes aux nouvelles réglementations, en Enrico Lonati, p. 75.
  78. ^ Giuliano Parmegiani, Les objectifs du projet, en Enrico Lonati, p. 22-27.
  79. ^ Franco Malgrande, Le renouvellement de la machinerie de scène pour un théâtre moderne, en Enrico Lonati, p. 43-47.
  80. ^ Emilio Pizzi, Mario Botta: la conception finale, en Enrico Lonati, p. 28-41.
  81. ^ AA. VV., Section L'organisation du site, en Enrico Lonati, p. 192-203.
  82. ^ à b c Luca Molinari, la nouvelle échelle, l'histoire d'un projet, en Teatro alla Scala, direction éditoriale Eileen Romano, Skira / Corriere della Sera, 200, p. 127.
  83. ^ Gabriele Salvatoni, Aldo Bottini, Pier Giorgio Malerba, travaux de soutien et de démolition, en Enrico Lonati, p. 89-94.
  84. ^ à b Emilio Pizzi, Mauro Turrini, Les nouvelles façades, en Enrico Lonati, p. 139.
  85. ^ Emilio Pizzi, Mauro Turrini, Les nouvelles façades, en Enrico Lonati, p. 134.
  86. ^ Luca Molinari, La nouvelle échelle, l'histoire d'un projet, en Teatro alla Scala, direction éditoriale Eileen Romano, Skira / Corriere della Sera, 200, p. 128.
  87. ^ Luciano Piaia, La scène de machine supérieure et inférieure, en Enrico Lonati, p. 117-132.
  88. ^ Restauration du Teatro alla Scala, Information sur l'intervention de la restauration de la façade de l'année 1999.
  89. ^ Elisabetta Fabbri, la restauration, en Enrico Lonati, p. 48-53.
  90. ^ Elisabetta Fabbri, la restauration, en Enrico Lonati, p. 48.
  91. ^ Luigi Berti, Cesare Laffi, La récupération des systèmes technologiques, en Enrico Lonati, p. 155.
  92. ^ Gabriele Salvatoni, Pier Giorgio Malerba, Roberto Uslenghi, Les interventions structurelles, en Enrico Lonati, p. 150.
  93. ^ Higini Arau, Alessandro Cocchi, L'attention accordée à l'acoustique, en Enrico Lonati, p. 76-81.
  94. ^ Elisabetta Fabbri, Alessandra Favero, Giancarlo Lazzaretti, Pasquale Mariani Orlandi, La reprise du pavage, en Enrico Lonati, p. 171.
  95. ^ théâtre usine (Détail des stands et galerie), le site officiel.
  96. ^ les boîtes végétales, le site officiel.
  97. ^ Il y a 1991 sièges graphique publié la République 12 novembre 2011.
  98. ^ Un tiers des billets sont en fait légalement géré par la promotion de la culture, fondée par Paolo Grassi en 1978, qui travaille dans la région en contact avec les écoles, les universités, les associations culturelles.
  99. ^ Total: sièges de 1991. Les données fournies sont apparues l'article Les billets pour La Scala, Pisapia dit « assez avec le scandale », publié la République, édition Milan, le 12 Novembre 2011. graphique Disponible entre les images de la page officielle Facebook Théâtre.
  100. ^ Scala, les billets sont difficiles à trouver, mais bourgeonnement poids en ligne en or, la République, édition Milan, le 11 Novembre de 2011.
  101. ^ Curcio, p. 441
  102. ^ Pisaroni, p. 22
  103. ^ L. L. Beranek, '' Musique, Acoustique Architecture '', en 1962.
  104. ^ à b Alfonso de rechange, acoustique Examen de sel, 2002.
  105. ^ Higini Arau, Alessandro Cocchi, L'attention accordée à l'acoustique, en Enrico Lonati, p. 76.
  106. ^ Caractérisation acoustique du Teatro alla Scala de Milan
  107. ^ The New Grove Dictionary of Opera, voix petite échelle.
  108. ^ Le dernier triomphe de Toscanini, La Stampa, le 17 Février 1982.
  109. ^ Il est sûr, la Piccola Scala n'aura plus son lyrique, La Stampa, le 19 Octobre 1983.
  110. ^ cultura.regione.lombardia.it
  111. ^ Romains, p. 6.
  112. ^ Romains, pp. 13-16.
  113. ^ Romains, p. 61.
  114. ^ à b Eileen Romano (rédacteur en chef) Teatro alla Scala, Skira / Corriere della Sera, 2004.
  115. ^ à b La première de La Scala, Rizzoli, 2008.
  116. ^ teatroallascala.org
  117. ^ cinquantamila.it
  118. ^ La Scala Théâtre: Don Carlo ouvre la saison. Preview 4 Décembre, Il Sole 24 ORE, 28 mai 2008.
  119. ^ à b c et Angelo Petracchi, p. 15.
  120. ^ En compagnie de Giuseppe Crivelli, Giovanni Battista Gherardi, Domenico Barbaja, les frères Villa (1807 - 1814), les données Andrea Somaglia et d'autres.
  121. ^ Angelo Petracchi, p. 16.
  122. ^ En compagnie avec les frères Villa (1826 - 1829) et Balochino.
  123. ^ Institut d'études Verdi, vol. 16, p. 172.
  124. ^ Institut d'études Verdi, vol. 16, p. 197.
  125. ^ Institut d'études Verdi, vol. 16, p. 179.
  126. ^ à b Carlo Gatti, p. 237.
  127. ^ Carlo Gatti, p. 274.
  128. ^ Pour l'exercice biennal 1929-1931, il a également nommé un commissaire spécial, Le sénateur Borletti;Carlo Gatti, p. 341.
  129. ^ Carlo Gatti, p. 351.
  130. ^ Le maestro Carlo Gatti nouveau directeur à La Scala, Print, 16 février 1942.
  131. ^ article "Carlo Gatti" sur Dictionnaire biographique de l'italien.
  132. ^ article "Giovanni Marinuzzi" sur Dictionnaire biographique de l'italien.
  133. ^ Commissaire spécial depuis 1945.
  134. ^ La carrière d'Antonio Ghiringhelli, Lombardie Nord-Ouest, 1999.
  135. ^ Quarante ans de scène, par Emilio Pozzi, Murcia, Milan 1977.
  136. ^ à b Confirmer les rendez-vous commun pour Scala, Print, 16 février 1977.
  137. ^ Badini: 'Addio alla Scala', la République, 19 juillet 1990.
  138. ^ Carlo Fontana: « Je vais du 31 Juillet à Scala », la République, 30 mai 1990.
  139. ^ La Scala Fontana tire, reprend Meli, Corriere della Sera, 24 février 2005.
  140. ^ Meli démissionne, devient Lissner, la République, 21 avril 2005.
  141. ^ Lissner, adieu officiel à La Scala, la République, 8 octobre 2012.
  142. ^ à b c A propos de nous en teatroallascala.org.
  143. ^ Pereira de Salzbourg à La Scala, il sera le nouveau directeur, la République, 4 juin 2013.
  144. ^ à b maître cymbale.
  145. ^ Institut d'études Verdi, vol. 16, p. 225.
  146. ^ Institut d'études Verdi, vol. 16, pp. 177-189.
  147. ^ ad interim.
  148. ^ Institut d'études Verdi, vol. 16, p. 189.
  149. ^ Carlo Gatti, pp. 222-29.
  150. ^ article "Cleofonte Campanini" sur Dictionnaire biographique de l'italien.
  151. ^ Carlo Gatti, pp. 229-31.
  152. ^ Carlo Gatti, pp. 231-37.
  153. ^ Carlo Gatti, pp. 245-55.
  154. ^ Carlo Gatti, p. 257.
  155. ^ Carlo Gatti, p. 267.
  156. ^ Entre 1924 et 1929, il y avait à côté de Toscanini Gabriele Santini, il a appelé comme conducteur ajouté.
  157. ^ Mort à 75 successeur Victor De Sabata Toscanini à La Scala, Print, 12 septembre 1967.
  158. ^ En 1968, il est devenu directeur musical en 1972 et directeur musical du théâtre. teatroallascala.org.
  159. ^ La Scala salue Directeur Muti, la République, 27 décembre 1985.
  160. ^ Riccardo Muti démissionne, la République, 2 avril 2005.
  161. ^ "Maestro Scaligero" depuis 2007.
  162. ^ Chef d'orchestre principal du 1er Janvier ici à 2015
  163. ^ Au sommet de l'échelle vient Chailly. Il sera le directeur musical du théâtre, la République, 10 décembre 2013.
  164. ^ Carlo Gatti, p. 344.
  165. ^ Les rumeurs de démission du directeur artistique de La Scala, Print, 8 mai 1932.
  166. ^ Le maître Labroca la direction de La Scala, Print, 8 août 1947.
  167. ^ coup de vent d'air sous la voûte de la Scala, Print, 4 février 1949.
  168. ^ art surintendant. De 1957-1963 artistique Haut Commissaire.
  169. ^ article "Victor de Sabata" sur Dictionnaire biographique de l'italien.
  170. ^ Siciliani, l'inventeur de Callas, Print, 19 Décembre 19896
  171. ^ article "Luciano Chailly" sur Dictionnaire biographique de l'italien.
  172. ^ Consultant.
  173. ^ Siciliani Strehler et consultants direction artistique
  174. ^ Echelle: Mazzonis arrive à Siciliani, Print, 1 Mars 1983.
  175. ^ Roman Vlad nouveau directeur artistique de La Scala, « deux saisons déjà programmé », Corriere della Sera, 2 février 1995.
  176. ^ Echelle: Paolo Arcà directeur artistique, Corriere della Sera, 22 janvier 1997.
  177. ^ Carlo Felice Scala de l'opéra vient Paolo Arcà, la République, 19 février 2003.
  178. ^ Coordinateur de la direction artistique.
  179. ^ accademialascala.it
  180. ^ Voir. La le site du théâtre
  181. ^ page animation teatroallascala.org sur place.

bibliographie

histoire

  • Angelo Petracchi, Sur les théâtres publics du Régiment de, Milan, Giulio Ferrario, 1821.
  • Luigi Romani, Teatro alla Scala: la chronologie de tous les spectacles dans ce théâtre le jour de son aprimento solennel à ce jour, Milan types de Luigi Giacomo Pirola, 1862.
  • Giovanni Galbiati, Le Teatro alla Scala depuis le début de 1794 dans les documents officiels inédits du Borromeo Arese, à la Biblioteca Ambrosiana, Milano, 1919.
  • AA. VV., La Scala dans les 150 ans de sa vie artistique: 1778-1928, Milan, organisé par le magazine Musée du théâtre La Scala et la Libreria Editrice milanaise, 1928.
  • F. Armani, G. Bascapé, La Scala, Milano, 1951.
  • Carlo Gatti, Teatro alla Scala dans l'histoire et de l'art (1778-1958), Milan, Souvenirs, 1963.
  • Giampietro Tintori, Teatro alla Scala dans l'histoire et de l'art (1778-1963), Histoire complète des spectacles et des concerts, II Milan: Ricordi, 1964.
  • Luigi Lorenzo Secchi, 1778- 1978. Le Teatro alla Scala: l'architecture, la tradition, la société, Milano, Electa, 1977.
  • Remo Giazotto, Les cartes Scala. Histoires des entrepreneurs et des entrepreneurs (1778-1860), Lucca, Akademos et Lim, 1990.
  • AA. VV., Des études Verdi, Parme, Institut de Verdi Studies, 2002.
  • Salieri sur les traces de Mozart, Afficher le produit, Milan, le Royal Palace 2 Décembre Janvier 2004-30, Bärenreiter, 2004. ISBN 978-3-7618-1833-6.
  • Annamaria Cascetta, Giovanna Zanlonghi, Le théâtre à Milan au XVIIIe siècle, La vie et la pensée, Milan, 2008.
  • Stefano Baia Curioni, Traders travail: histoires maison souvenirs, Basic Books, 2011.

architecture

  • Teatro alla Scala de Milan. Royal architecture Professeur Giuseppe Piermarini, 1 re éd., Milan, 1789, Pérouse, Volumnia, 1970.
  • Marcellino Segrè, Description des deux théâtres et Casini annexes respectivement à celle-ci. Description et livraison du grand Teatro alla Scala bâtiment, Milan, Archive historique Civic 1791.
  • G. Aldini, Mémoire sur le projet d'éclairage du gaz et du théâtre pour appliquer all'I.R. Teatro alla Scala de Milan ..., Milano, 1820.
  • Le Grand LUMIERA dell'I.R. Teatro alla Scala, en Milan Journal, 30 juin 1821.
  • G. Morazzoni, Les étapes de La Scala, en Dédale, Milan, 1930.
  • Luigi Lorenzo Secchi, L'étape à des ponts et des panneaux mobiles de la Scala, en Architecture Review, Milano, 1940.
  • Luigi Lorenzo Secchi, Comme je l'ai rebâti la Scala, en Actes de l'Ordre des ingénieurs de Milan, n. 7-8, Milan, 1949, et Construction moderne, n. 44, 1950.
  • Micaela Pisaroni, néoclassicisme, Como, NodoLibri, 1999.
  • Giovanni Curcio, Elisabeth Kieven, Histoire italienne d'architecture - Le XVIIIe siècle, Milan, Electa Mondadori, 2000.
  • Isabella Innamorati, Silvana Sinisi, Histoire du théâtre. La scène des Grecs aux avant-gardes, Bruno Mondadori, 2003.
  • Enrico Lonati, La nouvelle échelle: la cour, la restauration et l'architecture, Venezia, Marsilio, 2004 ISBN 88-317-8612-1.
  • Enrico Quagliarini, Constructions en bois dans les théâtres italiens du « 700 et » 800. L'architecture du patrimoine caché théâtre Marche, Alinea, 2008.

artistes Scala

  • Domenico De Maio, La nièce d'Anna Maria Rovere Stésichore, Laruffa, 2000.
  • Lorenzo Arruga, Placido Domingo à La Scala, Scala, 2001.
  • Verdi et La Scala, Rizzoli, 2001.
  • Vittoria Ottolenghi, Noureev alla Scala, Scala, 2002.
  • Vittoria Crespi Morbio, Usellini Scala, Allemandi, 2003.
  • Vittoria Crespi Morbio, Picasso à La Scala, Allemandi, 2004.
  • Vittoria Crespi Morbio, Scala rat, Allemandi, 2004.
  • Vittoria Crespi Morbio, Ceroli Scala, Allemandi 2005.
  • Vittoria Crespi Morbio, Buzzati Scala, Allemandi, 2006.
  • Franca Cella, Leyla Gencer 50 ans à La Scala, Scala, 2007.
  • Angela Ida De Benedictis, Vincenzina Ottomano, Claudio Abbado à La Scala, Rizzoli, 2008.
  • Vittoria Crespi Morbio, Landriani Scala, Allemandi 2008.

Articles connexes

D'autres projets

  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers sur Teatro alla Scala

liens externes

autorités de contrôle VIAF: (FR159372305 · LCCN: (FRn50056787 · ISNI: (FR0000 0001 2195 635x · GND: (DE1022253-4 · BNF: (FRcb11945263b (Date) · NLA: (FR36537806 · BAV: ADV10132370