s
19 708 Pages

Domnall III of Strathclyde (en langue gaélique Domnall mac Eógain en Anglais Donald), (... - 975) Ce fut un roi écossais vers le milieu de Xe siècle et le fils d'un de ses prédécesseurs, Le Eógan Strathclyde.

biographie

Domnall est presque certainement le roi qui a effectué une visite Cathróe Metz. la vie ce dernier déclare que saint Cathróe était un parent de Domnall.[1] La visite aurait eu lieu entre 941 et 946, et cela signifierait que Domnall était roi avant même le 941.[2] Ce fait créer des écarts historiographiques, parce que Chronique anglo-saxonne que, dans l'état 945 roi Eadmund d'Angleterre « Il a dévasté l'ensemble Cumbria puis faire confiance à Malcolm, roi d'Ecosse, à condition qu'il l'aiderait dans la terre et dans la mer ".[3] La seule possibilité est que, d'abord, une source est mauvaise; en second lieu, que Strathclyde était un royaume divisé; en troisième hypothèse, que Malcolm I de l'Ecosse (Mac Coluim Domnaill Máel) peut avoir cédé le royaume à Domnall peu avant qu'il ait reçu la visite de Cathróe l'année suivante; ou que Coluim était devenu Máel un monarque qui avait soumis Domnall. En tout cas, il est à noter que le Edmund dans Cumbria La campagne est liée à la chute de Dunmail, appelée « dernier roi de Cumbria. »

Il est cité comme Domnall m. Eogain, rí Bretan (Roi du Britanniques) Dans le Annales d'Ulster, l'exploitation forestière sa mort en 975 lors d'un pèlerinage.[4] la source Gallois connu sous le nom Brut y Tywysogion, qu'elle cite comme Dunguallon, Il confirme que Domnall a fait un pèlerinage à Rome[5] Il est cependant possible que Damnall a démissionné quelque temps avant 971.[6] Domnall doit avoir fait bien avant le pèlerinage avant sa mort, pourquoi Florence de Worcester Il nous dit que dans 973 le roi de Cumbrie était Le Strathclyde Coluim Máel, De plus, il est le fils de Domnall, Amdarch, dont il a été indiqué par des sources écossaises, comme les rois des meurtrière écossais Culen en 971.[7]

notes

  1. ^ Alan Orr Anderson, Les premières sources de l'histoire écossaise: AD 500-1286, 2 Vols, (Edimbourg, 1922), vol. i, p. 441; voir aussi David Dumville, « St Cathróe de Metz et l'hagiographie de Exotisme, » dans Irlandais Hagiographie: Saints et érudits, ed. John Carey et al. (Dublin, 2001), p. 172-188
  2. ^ David Dumville, "St Cathróe de Metz", p. 172 n. 2
  3. ^ Chronique anglo-saxonne, MS A, B, C, D, S.A. 945; très. à Alan Orr Anderson, Annals écossais de Francese chroniqueurs: AD 500-1286, (Londres, 1908), réédité, Marjorie Anderson (ed.) (Stamford, 1991), p. 74
  4. ^ Annales d'Ulster, S.A. 975,2, ici
  5. ^ (pdf)
  6. ^ Alan MacQuarrie, "Les rois de Strathclyde", dans A. Grant K.Stringer (dir.) Écosse médiévale: Couronne, Seigneurie et communautaire, Essais Présenté à G.W.S. tumulus, (Edimbourg, 1993), pp. 15-6
  7. ^ Voir Alan Orr Anderson, Sources premières, vol. i, p. 476, n. 1

bibliographie

  • Alan Orr Anderson, Les premières sources de l'histoire écossaise: AD 500-1286, 2 Vols, (Edimbourg, 1922)
  • Anderson, Alan Orr, Annals écossais de Francese chroniqueurs: AD 500-1286, (Londres, 1908), réédité, Marjorie Anderson (ed.) (Stamford, 1991)
  • David Dumville, « St Cathróe de Metz et l'hagiographie de Exotisme, » dans Irlandais Hagiographie: Saints et érudits, ed. John Carey et al. (Dublin, 2001), p. 172-188
  • MacQuarrie, Alan, "Les rois de Strathclyde", dans A. Grant K.Stringer (dir.) Écosse médiévale: Couronne, Seigneurie et communautaire, Essais Présenté à G.W.S. tumulus, (Edimbourg, 1993), pp. 1-19

liens externes