s
19 708 Pages

Bernardo (876 à propos - 891) Était le seul fils, illégitime, de Charles le Gros, Prétendant au trône de Alemannia.

origine

fils illégitime du roi de Alemannia et l'avenir empereur, Charles le Gros[1] et concubine étrange que vous ne connaissez pas ni le nom ni l'ascendant. (876-891), Qui Carlo - contre l'avis des anciens de l'empire - il a voulu légitimer avec le soutien de Le pape Adrien III[2], mais il a échoué, la mort du pape[2]. Après la mort de son père, Charles le Gros, Bernardo, de '890 jusqu'à la mort (891[1]), Elle a dirigé une rébellion contre son cousin, Arnolfo di Carinzia, qui avait succédé sur le trône de Charles le Gros Franks Est.

biographie

Son père, Charles le Gros, - contre l'avis des anciens de l'Empire - a tenté de reconnaître Bernard comme son héritier dans '885, mais cette action, malgré le soutien du Le pape Adrien III, Il a rencontré l'opposition de nombreux évêques[2]. Charles a ensuite invité à une réunion à vers octobre 885, Le pape Adrien III, mais sur le chemin, juste en face de la rivière Po[3], elle est morte[2]. Adriano III voulait destituer les évêques flibustiers, puisque Carlo doutait qu'il pouvait faire pour se légitimer Bernardo.[3] Sur la base de l'opposition par le chroniqueur de la poursuite de magonziana Annales de Fulda, la leader Les opposants de Charles était probablement Liutberto, Archevêque de Mayence. Depuis Charles le Gros avait appelé les deux « évêques et les comptes » Gaule que le pape de les rencontrer à Worms, il semble probable qu'il avait prévu de nommer Bernard comme Roi de Lotharingie.[4] Notker le Bègue, qui considérait Bernard comme héritier possible, écrit dans son Gesta Caroli Magni« Je vais vous dire non [Charles le Gros] ce [pillage aux mains de Vikings dell 'Abbaye de Prüm] Tant que je ne verrai pas votre petit fils Bernard avec une gaine pour l'épée à la cuisse ".[3] Probablement Notker attendait le couronnement de Bernardo, pour venger la mise à sac de Prüm.

Après l'échec de cette première tentative, Charles a essayé à nouveau, après avoir apparemment renoncé à l'idée de ne pas être en mesure d'avoir des enfants par sa femme Richardis;[5] Il a introduit le terme prolos (Son, descendant) dans ses documents comme il l'avait jamais fait dans les années précédentes, sans doute parce qu'il voulait légitimer Bernardo.[6] Au début de '886 Charles a rencontré le nouveau pape, Stefano V, et probablement il a négocié avec lui la reconnaissance de son fils comme héritier. Lorsque Stephen V a annulé une réunion prévue en Waiblingen 30 Avril 887, Charles III a renoncé à ses plans pour son fils Bernardo.
Plus tard cette année, Charles a reçu la reine de la Provence, Ermengarde de l'Italie, l'épouse du roi actuel de la Provence, Higgs (Il est mort le 11 Janvier, sans jamais rendu à l'empereur), qui a promis la protection de son fils, l'héritier de Higgs, Ludovico, qui a assuré la succession au trône de la Provence et, selonReuter Timothy, Il lui a fait son héritier[7] et en mai, elle l'a adopté, à Kirchen;[8] il est encore possible que l'accord avec Luigi avait été mis en place pour obtenir le soutien à une induction de Bernardo qui Viceroy de lotharingien.

Après la mort de son père, Bernardo, qui aspirait au trône de Alemannia, Il est devenu le point de référence pour certains notables Alamans émeutiers; dans '890 Bernardo rebellé contre Arnolfo di Carinzia, successeur de Charles le Gros, et l'a empêché de se rendre en Italie comme demandé par le pape Stephen V.[9] Bernardo avait le soutien de Ulrich, Comte de Linzgau et Argengau et Bernardo, Abbé de Saint-Gall;[10] Mais le soulèvement a été réprimé par Salomon III, Évêque de Constance et Hatto, Abbé de Reichenau. Arnolfo a pris possession dell'Alemannia en été et redistribué la terre, alors que Bernard, selon Pars Tertia Laubacensium Annales, il a fui rezia[11]; Bernardo a finalement été tué par Rodolfo, comte de rezia, dans '891[12] et seulement si ils ont cessé fermente dans Alemannia.[3]

notes

  1. ^ à b (LA) Monumenta Historica Germaniae, tomus I; Alamannici Annales, page 52
  2. ^ à b c (LA) Monumenta Historica Germaniae, tomus I; Fuldensis Annales, page 402
  3. ^ à b c Reuter, pp. 116-117; AF (M), 885 (pp. 98-99 et Nos. 6-7) et AF (B), 885 (p. 111 et n. 2).
  4. ^ MacLean, p. 131
  5. ^ AF (M), 885 (p. 99 n. 7)
  6. ^ MacLean, p. 132
  7. ^ (FR) Fondation pour Généalogie médiévale: ALLEMAGNE - Bernard
  8. ^ MacLean, p. 167
  9. ^ MacLean, 890 (pp. 119-120, et n. 3)
  10. ^ MacLean, 890 (pp. 119-120, et n. 7)
  11. ^ (LA) Monumenta Historica Germaniae, tomus I; Laubacensium Pars Tertia Annales, année 890, page 52
  12. ^ (LA) Monumenta Historica Germaniae, tomus I; Suite Sangallensis Alamannicorum Annales En premier lieu, l'année 891, page 52

bibliographie

sources primaires

littérature historiographique

  • René Poupardin, royaumes carolingiens (840-918), dans "Histoire du monde médiéval", vol. II, 1979, p. 583-635
  • Reuter, Timothy translation (A), Les Annales de Fulda, en Manchester série médiévale, Histoires du IXe siècle, Volume II, Manchester University Press, Manchester, 1992
  • Reuter, Timothy, Allemagne au début du Moyen Age 800-1056, Longman, New York, 1991
  • MacLean, Simon, Royauté et politique du siècle fin du IXe: Charles le Gros et la fin de l'Empire carolingien, Cambridge University Press, 2003

Articles connexes

liens externes