s
19 708 Pages

Rodulf Haraldsson, parfois appelé Rudolf, de langue Norse Hróðulfr (... - juin 873), Il a été un chef de file viking qui ont attaqué le 'archipel britannique, Ouest de la France, la Frise et Lotharingie entre 860 et 873.

biographie

Il était le fils de Harald le Jeune et petit-fils de Rorik de Dorestad, et relative de Harald Klak et Godfrid Haraldsson, mais il était le « mouton noir de la famille. »[1] il était baptisé, mais nous ne savons pas dans quelles circonstances.[1] Sa carrière est obscure, mais des histoires similaires sont situés dans la série principale Annales de l'Empire du temps: Annales de Saint-Bertin dans l'ouest de la France, la Annales de Fulda la Francia Est et annales xantenses de France médias.[1] Il est mort dans la tentative avortée d'imposer une danegeld les habitants de Ostergo.[2]

864 Rodulf conduit un groupe de mercenaires (locarii) Ino Lotharingie pour obtenir un paiement Lothaire II, qui ramassé quatre denier pour chaque manse (Propriétaire) du royaume, ainsi que de bétail et beaucoup de farine, du vin et de la bière.[1][2] La seule source que les pourparlers sont les Annales de Saint-Bertin:

Hlotharius, Hlotharii filius, de omni son royaume quattuor denarios omni anciens colligens Manse, denariorum cum retraite Soummam fin farinae atque pecorum necnon vins ac Rodulfo Normanno, Herioldi Filio, ca suis locarii rendez-vous Tribuit. »

([2])
(FR)

« Lothar, fils de Lothar, a soulevé quatre denarii de tous les Manse dans son royaume, et a remis la somme en espèces, en plus d'une grande quantité de farine et du bétail et aussi du vin et du cidre, au Norseman Hróðulfr [Rodulf], fils de Haraldr [Harald], et ses hommes, celle-ci étant appelé un paiement pour le service "

(IT)

« Lothaire, fils de Lohario, ramassé quatre denarii de toutes les paroisses du royaume, et que le montant en espèces, en plus d'une grande quantité de farine et de bétail ainsi que le vin et le cidre, le Hróðulfr Norse [Rodulf], fils de Haraldr [Harald], et ses hommes, tout était paiement du service. »

([3])

Le mot traduit par « cidre » ou « bière », sicera, Il vient de l'hébreu et peut se référer à tout boisson alcoolisée à l'exception du vin. Il a été traduit Sharbat.[2] Il est rapporté le montant total des sommes versées. Certains débat qui a été payé à titre de salaire ou hommageEinar Joranson ne le dit pas, mais Simon Coupland suppose que locarii (Pluriel de locarium) Il est souvent utilisé dans les sources carolingienne pour indiquer le paiement des services de mercenaires, par opposition à tributum il était un paiement défensif.[1][2]

Deux fois dans 872 Rodulf Rorik rejoint son oncle, visite Carlo il Calvo, comme enregistré dans Annales de Saint-Bertin:

(FR)

« Le 20 Janvier il [Charles le Chauve] Compendium gauche et est allé au monastère de tenir des pourparlers avec le Norsemen Hrørek [Rorik] et Hróðulfr [Rodulf] [nom manquant dans les manuscrits survivants]. . . En Octobre, il [Charles le Chauve] est venu par bateau sur la Meuse à Maastricht et a eu des entretiens avec les Normands et Hrørek Hróðulfr qui était venu la rivière pour le rencontrer. Il a donné une réception gracieuse à Hrørek qui avait prouvé fidèle à lui, mais il Hróðulfr Rejeté mains vides, parce qu'il avait comploté des actes de trahison et tangue ses exigences trop élevées. Charles a préparé ses hommes fidèles pour la défense contre les attaques perfides de Hróðulfr. Puis il est monté en arrière par voie de Attigny à l'abbaye de Saint-Médard, où il a passé Noël »

(IT)

« Le 20 Janvier, il [Carlo il Calvo] laissé Compendium aller au monastère de [nom manquant dans les manuscrits survivants] pour parler au Hrørek Norse [Rorik] et Hróðulfr [Rodulf]. . . En Octobre, il [Carlo il Calvo] est venu pour un long navire Meuse à Maastricht où il a parlé avec Hrørek et Hróðulfr Norse qui était venu la rivière pour le rencontrer. Il se félicite en Hrørek qui avait prouvé sa loyauté, mais il a été rejeté Hróðulfr les mains vides parce qu'il avait été accusé de déloyauté en faisant une demande trop élevée. Charles a préparé ses hommes pour se défendre contre les attaques de Hróðulfr. Puis il se retira sur le chemin Attigny à l'abbaye de Saint-Medard, où il a passé Noël. »

([3])

En plus du service militaire, peut-être payé à Lothar, ses relations étroites avec les Francs roi l'hypothèse qui avait une querelle en Frise, peut-être son père succède, vers 840 après JC.[1] Dans ce cas, Charles deviendrait son maître grâce à Traité de Meerssen 870. Ses principales activités Viking ont eu lieu, selon les dossiers, en France occidentale et « au-delà de la mer », vraisemblablement archipel britannique.[1] selon Annales de Saint-Bertin, automne dell'873 Carlo il Calvo a mis en garde ses vassaux du royaume du nord d'être au courant d'une trahison possible de Rodulf.[1] Janet Nelson, commentant Annales, Il a émis l'hypothèse que Rodulf conspirait avec le jeune Charles fils rebelle, Carlomanno.[1]

Selon les trois dossiers, Rodulf est arrivé dans le Nord en 873 Frisia Juin et envoya des messagers à Ostergo demander un hommage (paie selon Annales de Fulda). la Frisoni Ils ont dit qu'ils paieraient des impôts que leur roi, Louis le Germanique, et ses fils (Carlomanno, Ludovico et Carlo). Il y avait une bataille dans laquelle Rodulf a été tué et ses troupes mis en fuite.[2] la Annales de Fulda Etat chrétien scandinave, nomme pas, se sont battus allia avec les Frisons fournissant des conseils qui était crucial pour la victoire.[1] ces Annales ils fournissent également compte rendu détaillé de la bataille.[4]. L'histoire de Annales de Saint-Bertin Il est plus court.[3] L'auteur anonyme de annales xantenses Il met l'accent sur aigrement sa mort[5]

notes

  1. ^ à b c et fa g h la j Simon Coupland (1998), "De Poachers à Gamekeepers: Warlords scandinaves et des rois carolingiens" Au début Europe médiévale, 7 (1), 101-103.
  2. ^ à b c et fa Einar Joranson (1923), La France Danegeld (Rock Island: Augustana), 237-39.
  3. ^ à b c La traduction anglaise est par Janet Nelson, disponible ici.
  4. ^ La traduction anglaise de Reuter Timothy, Les Annales de Fulda, Manchester série médiévale, Histoires du IXe siècle, Volume II (Manchester: Manchester University Press, 1992), est disponible ici
  5. ^ "Quamvis baptizatus esset, caninam Vitam mort finivit digne.. En anglais « : » Même si il avait été baptisé, il a fini avec une mort convenable la vie de son chien « en italien: ». Bien qu'il ait été baptisé, il a terminé sa vie comme un chien avec une mort digne « traduction en anglais par. Coupland, 102. Une autre traduction est ici