s
19 708 Pages

Emenone
Comte de Poitiers
au bureau 828-839
prédécesseur Bernardo
successeur le Ranulfo
Le comte d'Angoulême
au bureau 863 -
866
prédécesseur Turpione
successeur le Vulgrino
naissance 810 sur
mort Rancogne, 22 juin 866
épouse Sancha[1]
enfants Adhémar
Adalelmo

Emenone (810 à propos - Rancogne, 22 juin 866) était Comte de Poitiers entre '828 et l '839.

origine

Non connu ascendants.

biographie

Très probablement, il a été installé Comte de Poitiers, dans '828, après la mort de Bernardo, en fait, il est mentionné dans un document qu'il mentionne à côté de la cour du roi d'Aquitaine, Pépin I, à Chasseneuil[2].

selon Chartes de l'abbaye de Nouaillé de 678 à 1200 (Poitiers) (Ed. 1936) de P. moine de Monsabert, entre '831 et l '832, Enemone fait un échange de terrain avec l'abbé Nouaillé[3].

Emenone était un partisan du roi d'Aquitaine, Pépin Ier et à sa mort, selon l'historien et Monaco, Ademar de Chabannes, a approuvé l'élection comme roi d'Aquitaine, fils de Pépin I, Pepin II, opposant l'Empereur, Louis le Pieux, qui ont envahi Poitou et il bannit du comté Enemone et son frère Bernardo[4]. Emenone se réfugie à Angoulême, au troisième frère Turpione[2].

Peut-être Emenone était l'un des deux faits notables prisonniers wali de Arnedo et tudela, Musa ibn Musa, quand, entre '850 et l '852, Il fait une descente au sud de la France[2]. Leur libération a été obtenue après la pacification a eu lieu entre le roi de France, Carlo il Calvo et Musa[2], Wali désormais Saragosse.

Emenone, aucun titre est mentionné dans un document d'Août 857, pour un don à l'abbaye de Nouaillé[5].

En outre, selon Monaco et historien, Ademar de Chabannes, Emenone est devenu comte de Angoulême, dans '863, Turpione après la mort de son frère, tué par Vikings[6]

La mort de Emenone, comte d'Angoulême[7], a eu lieu, le 22 Juin 866[8], après un affrontement avec son cousin, Landrico, comte de Saintes, pour la possession du château Bouteville[2]. En outre, selon Monaco et historien, Ademar de Chabannes, Emenone est mort, pour des blessures procurategli Landrico environ deux ans après la mort de son frère Turpione[6]. La mort l'a emmené en Runconia, huit jours après Landrigo tués au combat[9], laissant un jeune enfant, Adhémar[10]. Emenone fut enterré à Angoulême, dans 'Abbaye de la Sainte Eparchio[6][10].

descente

De la femme de Emenone vous n'avez pas beaucoup d'informations, mais selon certaines sources était un robertingia, la fille de Comte de Blois, de Troyes et Châteaudun, Oddone Troyes[2] et sa femme, Guandilmoda (ou Guandilmode), qui apparaît avec son mari dans un don de Mars 849[11], tandis que, selon d'autres, il était la sœur de Duc de Gascogne, Sancho Lopez, nommé Sancha[1]. Emenone et sa femme avaient deux enfants:

Si la femme était la fille d'Odo I, son fils était[11]:

  • Adalelmo (? -892), De '886 il était Comte palatin de Troyes[2].

Si la femme était le fils Sancha était[1]:

notes

bibliographie

sources primaires

littérature historiographique

  • René Poupardin, royaumes carolingiens (840-918), dans "Histoire du monde médiéval", vol. II, 1979, p. 583-635
  • Louis Halphen, France: la dernière carolingienne et la montée de Ugo Capeto (888-987), dans « Histoire du monde médiéval », vol. II, 1979, p. 636-661
  • Christian Settipani, La Préhistoire des Capétiens (Nouvelle histoire de la maison généalogique août de la France, vol. 1), éd. Patrick van Kerrebrouck, 1993

Articles connexes

liens externes

prédécesseur Comte de Poitiers successeur Comte de Poitiers Arms.svg
Bernardo 828-839 le Ranulfo
prédécesseur Le comte d'Angoulême successeur Comté Angoulême.png Armoiries
Turpione 863-866 le Vulgrino