s
19 708 Pages

Remarque disambigua.svg homonymie - Si vous êtes à la recherche d'autres informations sur le premier imam fatimide la tête de cette laqab, voir Ubayd Allah al-Mahdi.
Remarque disambigua.svg homonymie - Si vous êtes à la recherche d'autres informations sur le Mahdi au Soudan a combattu les Britanniques au XIXe siècle, voir Muhammad Ahmad.
Al-Mehdi
monnaie de Al-Mahdi (783)

Al-Mehdi, laqab de Abd Allāh al-Mansur Abu 'Abd Allāh Muhammad ibn', en arabe: ابو عبد الله محمد بن عبد الله المنصور(Bagdad, 743/745 - Māsabadhān, 4 août 785), Il a été le troisième calife abbasside, fils de al-Mansour, et entre 775 et régnaient 785.

né de calife al-Mansour, le jeune Muhammad a fait sa première expérience de travail en politique Wali le père rayy.

Origine de son laqab

Une grande partie qu'il aimait par son père, qui ne pouvait lui refuser quoi que ce soit et il vit dans son fils un digne héritier, al-Mahdi beaucoup plus bien-aimé par ses sujets pour sa noblesse d'esprit, sa générosité (le père, très prudent dans les dépenses, a décidé de demander de l'argent des restes de son fils), son courage et son attrait physique. Al-Mahdi ont reçu leur laqab le père qui le voulait réfuter la prétention des partisans de 'alide Abd Allāh Muhammad Ibn, ledit al-nafs al-Zakiyya (L'âme pure), que leur champion était le prévu Mahdi, Il est destiné à restaurer la pureté Islam, pollué par le mal humain (dans son cas, la calife al-Mansur qui, pour dire le Alidi, Ils auraient usurpé le titre de Califat à 'Ahl al-Bayt après la lutte commune contre l'ennemi Omeyyades).

Une tradition tient (jusqu'à aujourd'hui) que la Mahdi doivent porter le même nom et le même nasab la prophète dell 'Islam. Ce fut le cas de al-nafs al-Zakiyya, mais il a aussi été celle du fils de al-Mansour, et le père, en fait, voulait que le fils de poursuivre laqab al-Mahdi pour désamorcer l'arme de propagande potentielle brandie par ses adversaires.

Dans 764 al-Mansur a pu convaincre son nephew'Isa b. Musa à renoncer à son droit de succéder à son oncle, grâce aux dons généreux dans la région ouest Kufa. Le jeune al-Mahdi est devenu si Wali l-'ahd et il pourrait ainsi prendre le pouvoir en douceur Califat à la mort de son père en 775.

Caractéristiques de son Califat

Son règne a été marqué par la modération et le bon sens. Tout d'abord aux halogénures « des parents », contre lesquels al-Mahdi - par opposition à al-Mansur - a exprimé sa bonne volonté, et avec des dons généreux (environ 30 millions dirham) populations mecque et Medina, où Alidi Ils ont compté le plus grand nombre de partisans,[1] à la fois de la distribution pour les positions courtes de lucratives, en particulier dans Yaqub b. Dawud, il a nommé conseiller personnel du Calife.

Au cours de son Califat a commencé à s'exprimer avec tout son potentiel perturbateur plus le contraste entre l'ensemble de l'environnement de l'administration iranienne (le soi-disant Diwan), Dirigé par la famille du Barmakides, et que l'armée soi-disant Khurāsāniyya, qui avait garanti la victoire abbasside temps de As-Saffah et son frère al-Mansour (Père d'al-Mahdi). La première était en fait en faveur d'une substantielle politique de paix et le développement ordonné des riches, mais encore tout à fait désordre, les entreprises Califat, tandis que le second était destiné naturellement à reprendre bellicistica pleine et la politique expansionniste qui avait donné dans le passé très grand butin et honneurs .

L'affrontement entre Diwan et militaire

Un tournant pour le pire cette tension la connaissait sous-jacente par l'éducation imprudente qu'al-Mahdi a voulu donner à ses deux fils avaient par épouse yéménite Al-Khayzurane. Le fils aîné Musa, l'avenir Al-Hadi, était en résultat fait notamment de l'armée, qu'ils espéraient imposer leurs directives quand al-Hadi avait succédé à son père, alors que son frère Haroun, l'avenir al-Rashid, a été pris en charge par l'environnement de Barmakides et, en particulier, son tuteur Yahya b. Khalid al-Barmaki.

On dit que la mère de deux jeunes prédilection Harun, considérant plus avec Musa et insisté sur le fait que son mari mute donc par conséquent l'ordre de succession au califat. Nous n'avons pas d'informations précises sur, mais certainement soupçonnons que l'environnement de l'armée a été particulièrement malheureuse ne peut être négligée à la lumière de la mort subite d'al-Mahdi, le 4 Août, 785 a été retrouvé mort avec une fracture du crâne, tandis que il a été engagé dans une chasse à Māsabadhān, sur Montagnes Zagros:[2] activités qu'il aimait particulièrement. L'absence de témoins et l'explication que la fracture aurait été produite par un choc violent contre une grosse branche d'arbre alors qu'il était à la poursuite de sa proie, autoriser les doutes forts de l'historien impartial, en particulier comme une autre tradition il parle de la mort violente évidemment procurée par le poison par son esclave, jaloux des faveurs accordées par le calife à son autre concubine.

notes

  1. ^ Claudio Lo Jacono, Histoire du monde islamique (VII_XVI siècle) I. Le Proche-Orient, Turin, Einaudi, 2003, p. 170.
  2. ^ Ibid, p. 172.

bibliographie

  • Tabari, Ta'rikh à Rusul wa-l-Muluk, Caire, Dar al-Ma'arif, 1960-1969.
  • Hugh N. Kennedy, L'âge des califats, Londres-New York, Longman, 1986.
  • Cambridge Histoire de l'Islam, édité par P.M. Holt, Ann K.S. Lambton et Bernard Lewis, 2 vol., Cambridge, 1970.
  • Claudio Lo Jacono, Histoire du monde islamique (VII_XVI siècle) I. Le Proche-Orient, Turin, Einaudi, 2003.

Articles connexes

  • Mahdi
  • Muhammad Ahmad
  • Ubayd Allah al-Mahdi
prédécesseur calife successeur
al-Mansour (754-775) 775-785 Al-Hadi (785-786)
autorités de contrôle VIAF: (FR4031200