s
19 708 Pages

Adalric
représentant la mosaïque Adalrich dans sa grotte Mont Sainte-Odile (Alsace)

Adalrich-Adalrico Alsace, Il a dit aussi Eticho ou Attich (630 ou 635 ca. - 20 février 690), Il était duc d'Alsace.

Il est né vers 635 dans un village appelé pagus Attoariensis, à Langres plat près de la présente Dijon, et il est mort le 20 Février 690 dans le château de Hohenbourg.[1]

Des origines nobles et patriciennes, Adalric-Adalrico de l'Alsace a été couronné duc d'Alsace en 662. Ce fut probablement le fondateur de la dynastie des étichonides, qui est le représentant le plus célèbre. père de Santa Ottilia, patronne de l'Alsace, l'ancêtre le plus ancien de l'illustre famille est très probablement la Habsbourg. Les actifs de étichonides, Alsace seigneurs absolus au Moyen Age, ils se trouvent en effet dans les mains des Habsbourgs quelques siècles plus tard. Adalrico est certainement aussi l'ancêtre de Dabo-Eguisheim, la Maison Bade, la maison de Lorraine, ainsi que des comtes de Flandre.

sa famille

Adalrich-Adalrico de l'Alsace était probablement le fils de Adalrico, duc de pagus Attoariensis et un descendant de Waldelenus et Aelia Flavia.[2] Sa mère était peut-être Hultrude de Bourgogne, fille de Guillebaud, patricienne, un descendant de plusieurs rois et Burgondes Ferréol. Ils ont également constaté les ancêtres des Alamans, les Romains, les Francs, les Gaulois et les Bourguignons, parfois distingué. Son grand-père, le duc Amalgarde de Dijon, et sa femme, Aquilina Jura, étaient les fondateurs de plusieurs monastères et abbayes. Ses parents étaient de bons voisins des autres principes, alliés fidèles des différents royaumes. Jean de Turckheim, dans son Les comprimés Genealogical les maisons illustres Les des ducs de Zaeringen,[3] montre, cependant, que les hypothèses sur ses origines sont nombreuses et que les descendants de ses fils, à l'exception Adalbert Etichon et II, est un mystère.

biographie

sa jeunesse

au milieu septième siècle Il a vécu en Alsace, un puissant seigneur nommé Adalrico, riche propriétaire, originaire de pagus Attoariensis, la région de Dijon. Il s'installa à Oberehnheim, dans une villa royale et future ville développée à partir de cette maison. Il est là que la justice est administrée à ses vassaux. Il était déjà une figure influente du niveau politique et militaire en Austrasie.

Le territoire dont il a hérité Adalrich-Adalrico de l'Alsace était plus petite que celle du Duke Boniface, son prédécesseur. Il est limité à l'est par des arêtes de Vosges, Abbaye de Surbourg, au sud de la Sauer, au sud de l'abbaye de Moutier-Grandval, dans le nord du Jura. Elle comprenait un autre côté de la Breisgau et une partie de la plaine Reno.

Les historiens de l'époque représentent comme un homme droit, sincère, libéral, a décidé dans ses résolutions et vraiment chrétienne, bien que parfois pris des attitudes dures et cruelles.[citation nécessaire]

Un mariage princier

Autour de 655 Adalrich-Adalrico de l'Alsace marié Bérhésinde ou Berswinde. Les parents, Berswinde ne sont pas connus, mais le chronicon Ebersheimense Elle a déclaré qu'elle était la fille d'une sœur San Leodegarius, évêque de Autun, et une de ses sœurs était la reine des Francs.[4] La seule reine qui peut correspondre Chimnéchilde,[5] femme Sigebert III, roi de Austrasie.

Cette alliance augmente encore la Adalrico de crédit, en indiquant son pouvoir local au point d'être nommé duc d'Alsace en 622 par le roi Childéric II, Bonifacio va Duke.

Le roi lui a envoyé un second degré en 663 dons pour le 'Abbaye de Munster.[1]

La femme a été admiré pour la piété sincère qui ne dissipant. La femme de Adalrico, Berswinde, était très religieuse et n'a pas tiré profit de sa richesse, de les distribuer aux pauvres. Chaque jour, il a pris sa retraite dans la partie la plus isolée de son palais, afin de consacrer son temps libre à la lecture des livres saints et des « exercices de piété ». Il a également prié d'avoir un bébé, mais il était seulement après plusieurs années qui est né leur première fille, aveugle.

Les guerres de Adalrich-Adalrico

Adalrich-Adalrico de l'Alsace a profité de l'agitation du royaume et des rivalités internes entre l'aristocratie d'affirmer son pouvoir. Il a fait valoir devant Dagobert II, puis EBROIN, le maître du palais Neustria. Mais celui-ci avait comme un ennemi l'évêque d'Autun, San Leodegarius, oncle de la femme Adalrico. Adalric d'Alsace est venu ensuite Pépin de Herstal, le puissant maître du palais Austrasie. Cette alliance lui a permis de faire face aux menaces de EBROIN et en même temps pour agrandir considérablement son influence vers le sud, vers la Jura,[6] a également participé aux luttes en Bourgogne et a été l'un des principaux acteurs de la guerre civile qui ont suivi l'assassinat du roi Childéric II, en 675, tandis que sa femme était enceinte, sa sœur, la reine Bilichilde, marié Childéric II a été assassiné dans la forêt LIVRY avec son mari.

Profitant de l'assassinat d'Hector, prince de Provence en 679, Adalric Alsace envahi la Provence. Il a essayé de prendre Lyon, mais en vain. De retour en Alsace, il vit que le roi de Neustrie, Théodoric III, Il avait confié ses terres à un gentilhomme bourguignon qui a juré allégeance totale.

Avec EBROIN est mort en 681, il a participé à la lutte entre Adalric Neustrie et Austrasie et dégrossi avec Pépin de Herstal, au moment de la bataille de Tertry, 687. Puis en Juin est venu à la hauteur de sa puissance.

Le château et l'abbaye de Hohenbourg

Le duc construire immédiatement un manoir où résident avec Berswinde au cours de la saison estivale. Après la naissance de sa fille Ottilia et ses cinq autres enfants, le tribunal lui-même installé sur la montagne, où il a vécu Adalrich plus souvent.

Ottilia, retour au château construit par son père, a donné la nourriture aux malades, et a promis de soulager les souffrances des pauvres. La renommée de ses grandes qualités a commencé à attirer même les plus doux.

Adalrich Ottilia a cédé la place au château lui-même, avec toutes ses dépendances, et cette ancienne forteresse qui a accueilli précédemment un tribunal, est devenu entre les mains du futur saint, un sanctuaire ouvert à ceux qui voulaient échapper à un contact avec le monde. Entre les années 680 et 690 sont devenus les travaux nécessaires pour adapter la maison Hohenbourg à sa nouvelle destination. Le duc a passé toutes les dépenses et souvent lui-même présidé au travail. Lorsque les bâtiments sont terminés, Ottilia a pris possession, à la tête de cent trente communautés religieuses appartenant à la noblesse rhénane.

Etichon-Adalric de l'Alsace et des fondations monastiques

Pour renforcer le pouvoir du couvent du mont Saint-Odile, Etichon-Adalric de l'Alsace avait tué Germanicus, l'abbé de Moutier-Grandval, qui venait d'une famille sénatoriale gallo-romaine.[7]

L'accusé de lui Monaco opprimer le peuple et offensent ii toutes les façons les moines de Moutier-Grandval qui les traitent comme des rebelles et des bandits. A la tête d'une bande de Alamans, avide de butin et belliqueux, marcha sur le monastère. Germanicus, ainsi que la bibliothèque du monastère, est venu rencontrer l'ennemi. A la vue des maisons incendiées et ses voisins pauvres pourchassés et abattus par des soldats, fondit en larmes et reproches: « Ennemi de Dieu et de la vérité, qui est la façon dont elle a traité un pays chrétien, et ne pas avoir peur de ruiner ce monastère j'ai aussi construit ".

Le duc, après avoir écouté sans irrité, la paix promise. Mais, en revenant à Moutier-Grandval, Germanicus a rencontré sur son chemin les soldats, qui ont commencé à haranguer: « Chers enfants, ne le font pas ces et tant de crimes contre le peuple de Dieu » Au lieu de les plier, ses paroles les exaspérait, ils lui ôtèrent ses vêtements et abattu, ainsi que son compagnon.

De ce crime, Adalric a changé son attitude envers les moines qui tentaient de christianiser, le labourage et peupler les forêts impénétrables de son duché, pleine de voleurs et bêtes sauvages. il a appelé bénédictin et il fonda plusieurs monastères et abbayes en Alsace, garants de son pouvoir, y compris Ebersheim et Gregoriental.[8]. Adalric d'Alsace en particulier a créé le 'Abbaye Hohenbourg, qui a fait don à sa fille Ottilia, et celle de Ebersmunster, où, vers 675, l'abbé irlandais Deodato, l'avenir Saint-Deodato, Il a fondé une communauté de moines sur le terrain donné par Adalric. La marque Soultz a été donné en 667 à l'abbaye d'Ebersmunster par le duc d'Alsace. Adalric de l'Alsace a donné l'abbaye de plusieurs de ses territoires Hohenbourg situés en Haute-Alsace et ainsi que les dîmes d'un grand nombre de villages de la Basse-Alsace et Breisgau.

Adalrich donna aussi à son monastère de Moutier-Grandval, la terre Feldkirch. L'un des monastères les plus favorisés était de Moyenmoutier, dont le fondateur Sant'Idulfo Il avait miraculeusement de Santa Ottilia. En reconnaissance de ce miracle, Adalric a Moyenmoutier de la plus grande propriété en Alsace et dans les terres autour de Thanvillé [15]. Dans 667 autres biens situés à proximité Thanvillé Les données étaient abbaye d'Ebersmunster. Ces actifs comprenaient les prés, les champs et les forêts.[9]

Etichon-Adalric Alsace rend le duché héréditaire

La guerre civile a donné lieu à un duché en Alsace. Mais la fonction Duke est devenu plus fort et l'Alsace dépendait moins des maîtres de construction que les autres régions du royaume. Le palais mérovingien à Marlenheim, Alsace, n'a pas vu le salon d'un nouveau roi de la mort de Adalric de l'Alsace. Ses descendants avaient pas de rivaux pendant cinquante ans, ce qui leur a permis d'économiser de l'énergie.

Au début de son règne, l'Alsace Adalric avait besoin d'alliés et donc tous, mais dans le 683 dans une assemblée régionale, il a nommé comme son successeur, son fils Adalbert. En contrôlant les monastères et les comptes, deviennent des « parents », Adalric a créé un puissant duché qu'il a commencé à prendre le nom de l'Alsace et il transmet à ses héritiers étichonides. Ruppe également le pouvoir de partage traditionnel entre l'Eglise et les seigneurs locaux, au profit d'un seigneur, le duc.

La fin de sa vie

Alsace Adalric est mort le 20 689 Février dans son château de Mont Saint-Odile, où il a été enterré.

Alsace était en paix. Les moines et leurs serfs, dissodavano forêts. Une forte puissance a réussi à une certaine instabilité. Le vieux duc a dû lutter pour prendre le pouvoir et le transmettre. Certains disent qu'il a changé le niveau de caractère, à cause de sa foi chrétienne. Mais ce n'est pas ce qui a changé la noblesse rhénane et l'Eglise locale. Les états financiers et les dignitaires étaient, à cause du jeu des alliances, ses voisins. Ottilia, devenir saint en conservant également son statut de grande dame et son rang, il est devenu un modèle pour la noblesse rhénane et dans tout l'Occident du Moyen Age.

En 1785, dans l'une des chapelles de l'église Hohenbourg, la tombe de ce fameux duc d'Alsace était encore visible. Il est un monument respectable puisqu'elle enferme le corps de ce qu'ils ont donné, par ses descendants de nombreux empereurs en Allemagne tant souverain Autriche et la Lorraine, et beaucoup de courage pour l'Europe.[1]

descente

  • Santa Ottilia est né vers 662 et mort à Obernai à 720 au château de Hohenbourg. pensée Adalrich en vain de se marier un seigneur puissant parmi ses amis. Il sera canonisé dans 'XIe siècle de papa Leone IX, et proclamé maîtresse de l'Alsace papa Pio XII en 1946.
  • Après la mort de Adalric, son fils, le duc Adalbert d'Alsace, lui a succédé à la 655. Il a également été le comte du Sundgau. Adalberto construit la résidence royale de Koenigshoffen et abbayes de Honau et Strasbourg Saint-Etienne. Alsace était alors un duché très puissant dans le sein all'Austrasia. Il a épousé Gerlinde, fille de Odón.
  • Hugo d'Alsace était comte. Il a épousé Hermentrude et a laissé trois jeunes enfants, parce qu'il a été tué, peut-être par son père. Il a été le fondateur du monastère de Honau.[8]
  • Adalrich II Nordgau, vers 670-723, comte de Nordgau, ancêtre possible des maisons Lorraine et Eguisheim, ainsi que le pape Léon IX, mais sans que cela soit une certitude. Il est à l'origine du monastère de Honau.[8]
  • Bathicon ou Baducon d'Alsace, comte d'Alsace, qui est mort en 725. Il est à l'origine du monastère de Honau à Wissembourg.[8] L'abbaye des Saints Pierre et Paul a été fondée sur le site au VIIe siècle par San Pirmin, sur une île de Lauter.
  • Roswinde, futur saint, était la dernière des filles duc Adalric. Il imitait sa sœur dévouée se consacrer à Dieu dans le même monastère Hohenbourg.

notes

  1. ^ à b c (FR) Article Verifier les dates de ... par David Baillie Warden, Jean Baptiste Pierre Jullien Courcelles, Vigton Nicolas de Saint-Allais, p.463
  2. ^ (FR) Christian Settipani, La transition Entre mythe et réalité, Archivum 37 (1992: 27-67); Settipani spécule sur les liens entre Flavia et Felix Ennodius et Syagria. Même chose pour et Dupraz Prosopographie du Bas-Empire, Arnold Hugh Martin Jones, John Robert, p. 309.
  3. ^ <(FR) Jean de Turckheim, Illustres des Généalogiques Tablettes Maisons des Ducs de Zaeringen, Nabu Press, 2010, ISBN 1143835565, p. 10
  4. ^ Fondation pour Généalogie médiévale archives
  5. ^ Du point de vue chronologique, il aurait pu être Bathilde, la femme de Clovis II mais vous savez qu'il était d'origine plébéienne.
  6. ^ (FR) Bernard Vogler, Nouvelle histoire de l'Alsace, p. 62.
  7. ^ (FR) Jean Baptiste Pitra, Histoire de Saint Léger ... et de l'Église des Francs au siècle septième, p. 231.
  8. ^ à b c (FR) Hans J. Hummer, Politique et puissance en début Europe médiévale Alsace et le Royaume franque ..., p. 53.
  9. ^ (FR) 994 Charte de. Jean-Daniel Schoepflin, Alsatia diplomatique, t.1, p. 127

bibliographie

  • (FR) Guy Perny, Adalric, duc d'Alsace, descendants des ascendants ET, J.Do Bentzinger, 2004

D'autres projets

  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Adalric