s
19 708 Pages

Merewalh, Aussi connu sous Merwal[1] et Merewald[2] (VII Sec. - 675), Il était un roi de Magonsete (Au moment probablement encore appelé Westerna), un sous-royaume du Royaume Anglo-saxon de Mercia qui est pensé pour être situé sur le territoire des comtés d'aujourd'hui dell 'Herefordshire et Shropshire, Il a vécu au VIIe siècle ..

biographie

On croit que Merewalh est né dans la première moitié du VIIe siècle et est monté sur le trône autour de 650 alors que le royaume de Mercie régna Penda que, selon Chronique anglo-saxonne, Il était son père.[3]

Dans la version traduite par James Henry Ingram peut en effet lire:

A. D. 656. Cette année a été immolé Peada; et Wulfhere, fils de Penda, succéda au royaume de Mercie. En son temps cirée l'abbaye de Medhamsted très riche, que son frère avait commencé. Le roi aimait beaucoup, pour l'amour de son frère Peada, et pour l'amour de son frère-wed Oswy, et pour l'amour de Saxulf l'abbé. Il a dit, donc qu'il serait et ennoblir l'honorer par le conseil de ses frères, et Ethelred Merwal; et par le conseil de ses sœurs, cyneswith et Kyneswitha; et par le conseil de l'archevêque, qui a été appelé Deus-dédit; et par le conseil de tous ses pairs, a appris et impudique, que dans son royaume étaient.[1]

Merewalh Le nom signifie littéralement « étranger Famous » (en Anglais:Foreigner célèbre) Ou « Illustre gallois » (en Anglais:célébrée Welshman), Peut-être selon ses propres indiquer (et donc peut-être aussi la dynastie des Penda) origine celtique. Des doutes sur son origine sont également dues au fait que Merewalh né libre. S'il était originaire de Mercie (ou sous-royaume Hwicce), Il aurait en effet, très probablement déjà chrétien. Considérant à la fois ce dernier fait, bien qu'il ne soit pas une certitude, est le fait que la Chronique anglo-saxonne Il remonte au Xe siècle, et plus de 300 ans plus tard, étaient des hypothèses qui voient le Merewalh d'origine Wessex, dont la plupart de la population était, à l'époque, toujours composé de païens. Ces hypothèses sont toutefois contrebalancés par le fait que dans le testament du Saint Mildburga, l'une des filles de Merewalh, il fait référence à un autre fils du roi Penda appeler « oncle », et ce serait à nouveau se pencher vers une source de merciana Merewalh.

Dans environ 660 Merewalh a été converti au christianisme par Sant 'Eadfrido puis il a fondé un monastère Leominster, probablement dans le même site, qui abrite aujourd'hui le prieuré de Leominster, qui date du XIIe siècle.[4]

Merewalh marié de Santa Ermenburga[2], également connu sous le nom domne EAEO,[5] à partir de laquelle, comme expliqué plus tard, il avait plusieurs enfants.

On croit que la date de sa mort se situe entre 670 et 685. En outre du testament du Saint-Mildburga vous savez que, après avoir monté sur le trône de son fils Magonsete Merchelm (qui Worcester Fiorenzo Cependant, il indique, dans sa chronique, comme un frère Merewalh[6]), Had (ainsi qu'un autre fils, Mildfrith) d'une femme païenne.

légende royale Kentish

selon Kentish Royal Legend (Littéralement: Légende réelle Kent), Un recueil de textes médiévaux datant du XIe siècle qui décrit plusieurs membres de la famille royale Kent septième et huitième siècles, Merewalh était le fils du roi de Mercie, Penda. La descendance qu'il avait de son mariage avec une princesse de Kent deviennent alors saint, domne EAEO, compte trois saints: Père Noël Mildburga, Père noël Mildred et Santa Mildgita.[2]

Le couple a aussi un fils, Merefin, décrit dans la légende comme « l'enfant sacré » (en vieil anglais: þæt halige cild), Qui est mort comme un enfant (Thonne Waes Sancte merefin þæt halige cild sur iogoðhade pour profiter gelæd) Worcester Fiorenzo Il l'a décrit comme « un jeune homme d'une piété éminente. »[2]

notes

  1. ^ à b James Henry Ingram, La Chronique anglo-saxonne, 1917.
  2. ^ à b c Thomas Forester, La Chronique de Florence de Worcester, Henry G. Bohn, 1854, p. 25.
  3. ^ chapitre II, en La Chronique anglo-saxonne, World Wide école. Récupéré le 4 mai 2017 (Déposé par 'URL d'origine 5 mars 2008).
  4. ^ Leominster Prieuré, Visitez churces Herefordshire. Récupéré 5 mai 2017.
  5. ^ Abbaye de Saint-Augustin, Le Livre des Saints, AC noir, Ltd, 1921. Récupéré 5 mai 2017.
  6. ^ Frank Merry Stenton, Pré-Conquest Hertfordshire, à Doris Mary Stenton (ed) Préparatoire à l'Angleterre anglo-saxonne, Oxford University Press, 1970, p. 194.

Activité wiki récente

Aidez-nous à améliorer BooWiki
Commencez