s
19 708 Pages

Mu'awiya ibn al-Sakuni Jafna Ḥudayj ibn al-Tujibi al-Kindi (en arabe: معاوية بن حديج بن جفنة السكوني التجيبي الكندي; ... - 672) Ce fut un Sahaba et un commandant militaire musulman.

Favorable à la cause du troisième calife Outhman. Affan et puis hostile B Alî. Abi Talib, il a participé à la conquête de 'Egypte et, par la suite, celle de la Afrique du Nord.

Appartenant à B. de sous-clans Sakun de B. Tujīb, une partie de tribu de Banu Kinda, Il a pris part à la Bataille de Yarmouk,[1] à celle de la al-Qadisiyya[2] et à celle de la Jalula.[3]

En 654-55, il a participé à un certain nombre d'entreprises de défense en Afrique du Nord et du 661 won bizerte.

Il a été parmi les plus farouches opposants Muhammad, fils du premier Calife Abū Bakr, conçu par Alî pour prendre la tête du gouvernorat de l'Égypte.
Pour les arrêter, le gouverneur de la Syrie, Mu'awiya b. Abi Sufyan, Je l'ai envoyé en Egypte, et quand Muhammad a été REPOUSSEE 658 Il est mort dans la bataille dans laquelle l'un des principaux coupables de l'assassinat de Uthman, Kinana b. Bishr,[4] avec la conséquente bousculade du ALIDE-grille de fils, Mu'awiya b. Ḥudayj a réussi à identifier la planque de Muhammad lui-même et, catturatolo, fit coudre avec une férocité sans précédent dans d « peaubaudet, qui était en feu.[5]

Il était, selon Tabari,[6] Gouverneur d 'Egypte entre 667 et 670, mais, selon Charles Pellat, de gouverner en fait, il était probablement son collaborateur de confiance et de ses camarades Maslama b. Mukhallad.

notes

  1. ^ Walter Emil Kaegi, Expansion musulmane et byzantine Collapse en Afrique du Nord, Cambridge University Press, 2010.
  2. ^ Tabari, L'histoire de Tabari, ed. Ehsan Yarshater, vol. XII, "La bataille d'al-Qadisiyyah et la conquête de la Syrie et la Palestine: 635-637 apr. J.-C. / Hégire 14-15" (Trad. Y. Friedmann), Albany, NY, Université de New York State Press, 1992, p. 12.
  3. ^ (Réd. Jean-Pierre et Jean-Michel Caillet Carrié), "L « Afrique et vandale Byzantin", en: Revue internationale d'histoire et d'archéologie (IVème -. VIII e s), Turnhout, Brepols, 2002, p. 282
  4. ^ Parmi les autres conspirateurs vous pouvez vous rappeler « Amr ibn al-Ḥamiq Khuzā'ī, fils d'Abū Bakr, deux appartenant au même sousclan de Mu'awiya b. Ḥudayj, Qutayra b. Fulan al-Sakuni et le Soudan b. Humran al-Sakuni (qui a conduit à le coup fatal au calife), ainsi que d'al-Ghafiqi b. Harb al-'Akkī, ce qui fait vibrer à uthman un coup à la tête avec une tige de fer, ce qui rend le vieux Calife effondrement sur le sol dans une mare de sang. Voir. Tabari, L'histoire d'al-Tabari, ed. E. Yarshater, vol. XV, "La crise du Califat précoce" (trad. R. Stephen Humphreys), Albany, NY, Université d'État de New York Press, 19900. pp. 215-216.
  5. ^ Voir. Wilferd Madelung, Succession à Muhammad, Cambridge University Press, 1997, p. 268. Sa sœur Aïcha Il a été tellement bouleversé par cet événement pour déclarer son incapacité psychologique à manger à partir de ce moment tout type de viande rôtie.
  6. ^ Ta'rikh à Rusul wa-l-Muluk (Michael Jan de Goeje ed.), II / 1, 84 et 93.

bibliographie

En plus de ce qui est dit dans le texte, vous pouvez utilement lire:

  • Lemme « Mu'awiya ibn Udaydj« (Ch. Pellat), de: la Encyclopédie de l'Islam.
  • J. M. Abun-Nasr, Une histoire du Maghrib dans la période islamique, Cambridge, Cambridge University Press, 1987.
  • A. I. Akram, La conquête musulmane de l'Egypte et l'Afrique du Nord, Lahore (Pakistan), Ferozsons 1977.