s
19 708 Pages

Myrsilus
tyran de Mytilène
au bureau 612 BC-590 BC
prédécesseur Melancro
successeur Pittacus (comme aisymnète)

Myrsilus (grec Μύρσιλος; Mytilène, ... - Mytilène, 590 BC), Fils de Cleanore, Il était un homme politique de 'Grèce antique, qui était chef faction et tyran de Polis lesbienne de Mytilène.

Il est également connu pour l'aversion farouche nourri lui par parolier Alceo, son concitoyen: les nouvelles de sa mort, exprimée dans un verset qui lui est adressée, un 'invective destiné à devenir mondialement célèbre, prise de Orazio dans son Nunc est bibendum.

biographie

Myrsilus Mytilène
la parolier Alceo, farouche opposant Myrsilus

Sa carrière politique a atteint un sommet avec sa succession tyran Melancro, qui avait été renversé par un complot. Elle est devenue son allié Pittacus, qui lui a succédé comme aisymnète sa mort, pendant dix ans.

A propos de Myrsilus sont connus pour la haine féroce dont il a été proposé par lyrique Alceo: Célèbre, par exemple, est le 'invective avec laquelle il a accompagné sa mort, quand les nouvelles lui parvint exil, avec un vers (νῦν χρῆ μεθύσθην)[1] qui sera ensuite repris dans latin de Orazio dans son Nunc est bibendum, ouverture mots d'un célèbre ode dédié à la mort de Cléopâtre[2].

La préférence Mnemone de Lesbos

icône Loupe mgx2.svg Le même sujet en détail: Mnemone de Lesbos.

Une de nouvelles Myrsilus, pas facile à interpréter, par une fuite poème de Alceo, maintenant il a perdu, mais qui est conservé commenter des fragments plutôt haillons et difficile exégèse, trouvée parmi les papyrus Oxyrhynchus.

Comme son commentaire, le destinataire du poème était Mnemone de Lesbos[3]. la figure de ce dernier émerge assez vague comme un défenseur de conspiration tyrannique de Myrsilus. Selon le commentateur, Mnemone serait en effet offert Myrsilus bateau pour le voyage Mytilène[3]. Ces nouvelles ouvre la voie à deux cas distincts, dont le second est moins probable:

  • La première hypothèse est que le retour de Myrsilus à la fois un événement est tombé au cours de sa phase de tyrannique peut-être Myrsilus retourné à Mytilène à la fin d'un temporaire exil, qui supposerait une chute éphémère de grâce après la prise du pouvoir. La cause de ce malheur temporaire, alors il est peut-être un complot, peut-être le même que celui qui, par son échec, il a envoyé dans la crisehétairie alcaïque et il a déterminé le premier exil infligé à Alceo: le retour de Myrsilus, à ce stade, témoignerait précisément l'échec de cette conspiration.
  • La seconde hypothèse, le plus difficile à maintenir, est celui selon lequel le retour de Myrsilus est le prélude à la prise de courant. Cependant, Alcée et Pittacus tant ils étaient alliés contre Melancro et avaient vraisemblablement rester ainsi la chute du tyran; mais cela semble entrer en conflit avec une autre étape du poème perdu, qui faisait référence à un certain comportement Pittacus qui préfigurent ont déjà consommé avec Alceo: Pittacus (qui arrive à aimer Myrsilus aisymnète) Il semble vouloir interposer le rapprochement du poète avec Mnemone[4].

La première hypothèse semble renforcé par ton concilier dans lequel Alcaeus apostrophe Mnemone en indiquant qu'il ne voulait pas accuser le passé de favoritisme, et ils ne veulent pas nuire à leurs relations. Le ci-dessus pourrait cacher l'attitude accommodant Alceo pour tenter de préparer le terrain pour un éventuel retour à Mytilène, pour eux-mêmes et leurs acolytes. Pour y parvenir, il fallait rétablir un réseau de contacts impliquant tout le monde, même ceux qui, comme Mnemone, malgré le passé, cependant, pourrait offrir une alliance possible. D'où le ton conciliant avec l'adversaire du passé.

notes

  1. ^ Alceo, Fr. 332 Voigt
  2. ^ Orazio, odes, I, XXXVII, v. 1
  3. ^ à b Alceo, 305e Lib. (P. oxy XXI en 2306)
  4. ^ Alceo, 305a.22 et suivants. Lib. (P. oxy XXI en 2306)

bibliographie

  • Diogene Laerzio, Vies des Philosophes: Pittacus
  • Giovanni Tarditi, préface Alcée. débris par Antonietta Porro, Giunti, Florence, 1996 (pp. IX-XVII) 1998 ISBN 978-88-09-20794-3

Articles connexes