s
19 708 Pages

Chilpéric I
Portrait Roi de France Chilpéric roy de France.jpg
Portrait de Chilpéric I de la médaille de bronze, la 1720 A propos de Jean Dassier (1676-1763)
Roi des Francs de Soissons, Elle régnait sur 'Austrasie Nord-ouest[1]
au bureau 561-584
prédécesseur Clotaire I
successeur Clotaire II
naissance 535 sur
mort Chelles, Septembre ou Octobre 584
dynastie mérovingienne
père Clotaire I
mère Arégonde
conjoints Audovère
Galswinthe
Frédégonde
enfants Theodebert
Mérovée
Clovis
basina et
Clodesinde, le premier lit
Rigonda
Clodeberto
Samson
Dagoberto
Théodoric
Clotaire, troisième lit
Chilpéric I
Division du royaume de Clotaire I
Chilpéric I
Le royaume des Francs, en 567, après la mort de Cariberto
Chilpéric I
Le royaume des Francs, en 577, après la mort de Sigebert I.
Chilpéric I
Le royaume des Francs, en 581.
Chilpéric I
Portrait du Moyen Age de Chilpéric I avec Frédégonde

Chilpéric I (535 à propos - Chelles, Septembre ou Octobre 584) Il était un roi franc la dynastie des mérovingienne que de 561 la mort a régné sur 'Austrasie Nord-ouest, l'acquisition au cours de son règne aussi Neustrie et l 'Aquitaine.

Chilpéric I
agression au royaume de Chilpéric I d 'Orléans.
Chilpéric I
Strangulation de regina Galsuinda commandé par Chilpéric I er Philastre Painted Fils, dans le musée municipal Soissons.
Chilpéric I
Chilpéric I avec des messagers.

origines

Il était le fils du roi de Francs saliens dynastie mérovingienne Clotaire I et, en fonction de la évêque Gregorio di Tours (536 - 597), Sa quatrième épouse, Arégonde, qu'ils ne connaissent pas le croissant[2].

biographie

A la mort de son père en 561, toujours selon Gregorio di Tours et confirmé par les chroniques de Bishop, Mario di Avenches[3], les quatre fils de Clotaire Ier qui étaient encore en vie ont été divisés le royaume de son père en quatre parties et Chilperico Tocco ce qui avait été le royaume de son père Clotaire[4], le règne de Soissons), À savoir 'Austrasie Nord-ouest.

Dès le début, son règne a été marqué par les combats avec son frère Sigebert I, Roi de proximité Austrasie, qui a tenté de conquérir, en profitant du fait que Sigebert a été commis à la lutte contre la Avari, en réussissant à gagner Reims[5].
Après avoir vaincu les Avars allait à l'encontre Sigebert, Chilpéric, réussissant à occuper Soissons, capitale du royaume de Chilpéric et la capture Théodebert, l'aîné de ses fils, qui était revenu en bonne santé, l'année suivante[5].

en 566 un événement plus excité l'envie de Chilpéric I: but de l'alliance avec les Wisigoths, le mariage de Sigebert I avec la princesse Brunehault (Mérida, péninsule Ibérique ca. 543 - Renève, Bourgogne, automne 613), Fille du roi de Wisigoths de Espagne, Athanagild et Gosvinta de Balti (? -589). Brunehault, qui en plus d'être belle et avec une riche dot, elle était aussi intelligente et instruite, à gauche l 'arianisme, Il a embrassé la foi orthodoxe[6].

en 567, Chilpéric Ier, envieux de son frère, après avoir répudié sa première femme, Audovère et il se détourna de lui sa concubine favorite, Frédégonde, demanda la main Athanagild Galswinthe, la sœur aînée de Brunehault, qui n'a pas été rejeté[7]. Mais un an après l'assassiner, il devait épouser son favori, Frédégonde.

Après la mort de son demi-frère, le roi de Paris, Cariberto, en 567, aucun héritier mâle, le royaume de Paris a été divisé entre lui et les frères, Gontrano et Sigebert I, Chilpéric qui étendu ses domaines, obtenir Neustrie (Sans la ville Paris, qui est allé à Sigebert) et une partie de 'Aquitaine (Y compris gascogne).

Peu de temps après son second mariage, Chilpéric avait repris Frédégonde comme un amant, et, au cours de la 568, initié par Frédégonde, Chilpéric, après étranglant Galswinthe, il épousa Frédégonde[7], en commençant ainsi une guerre civile entre les royaumes d'Austrasie et la Neustrie, qui dure environ sept ans: en fait Sigebert, poussé par sa femme, Brunehault, pour venger la mort de sa sœur, il a combattu contre Chilpéric, le nouveau roi de Neustrie et après une série de combats réussis (aussi allié avec Alamans) A gagné grâce à la médiation de son frère, Gontrano de Bourgogne, Galswinthe ces territoires qui avaient apporté une dot à son mari (y compris les villes de Limoges et Cahors).
en 575, la guerre entre Chilpéric et Sigebert tir et celui-ci a occupé la Neustrie et il a été acclamé roi. Peu après l'assassinat est venu de deux tueurs Frédégonde[8].
Après la mort de Sigebert, Chilpéric capturé Brunehault qui a eu lieu en captivité Rouen, à partir de laquelle cependant il a réussi à échapper et d'audace pour reconquérir son royaume au nom de son fils, Childebert II, cinq ans. La ville de Poitiers et Tours, est resté dans les mains de Chilpéric.

L'ancienne concubine, pour assurer le trône aux enfants par Chilpéric, affirmant que le mariage célébré en secret entre Brunehault et beau-fils Mérovée, vers la 576, il l'a tué et plus tard Audovère, si cruel, et l'autre fils du premier lit de son mari, Clovis[9].

J'ai toujours continué Chilpéric à lutter contre Austrasie et incitait, avec un succès mitigé, les Dukes de cette partie du royaume à se rebeller contre la reine mère, Brunehault.

Chilpéric Ier est mort en 584 assassiné à la périphérie de Chelles, en revenant d'une chasse, par un inconnu, qui a réussi à disparaître. Le corps Chilpéric a été transporté à Paris et a été enterré dans un monastère à la périphérie de Paris, le monastère de San Vincenzo[10], qui devint plus tard célèbre sous le nom de Saint-Germain-des-Prés[11]
Il a été remplacé par son fils Clotaire II, encore à ses débuts, et la régence est exercée par sa femme, Frédégonde.

L'homme radin, débauché, cupide et cruel, selon Gregorio di Tours, qui n'a pas aimé être devenu un sujet, après la conquête de Tours par Chilpéric, et qui l'a appelé Nerone notre temps et Hérode[10], son règne a été marqué par une longue traînée de sang. Chilperico Gravo le tribut de son peuple, a imposé de lourdes amendes pour les riches pour pouvoir piller plus facilement et était très jaloux de la richesse de l'église, qu'il a essayé de récupérer déclarer nulle et non avenue tous les legs à la même église, révoquant même l'héritage de son père.
en matière religieuse, il était sceptique quant à trinité, qui lui interdit de mentionner dans toutes les églises du royaume (vous aviez seulement parler de Dieu).
Malgré tout ce qu'il était un admirateur de la civilisation romaine et avait de bonnes relations avec les Juifs (sa charge pour les achats était un Juif nommé Prisco, avec qui il a eu des différends au sujet de la Sainte Trinité).

Mariages et descendants

Chilpéric marié trois fois[7]La première femme, mariée en 550 à ce sujet était Audovère, qui lui donna cinq enfants:

  • Théodebert (ca. 550-573), Cité par Gregorio di Tours comme le fils aîné, il a été capturé en Soissons par l'oncle Sigebert et retourné en bonne santé, son père un an plus tard[5]. Il a été tué au combat pendant la guerre civile, après avoir dévasté la Touraine
  • Mérovée (? -Thérouanne 577), Héritier du royaume de Neustrie, après la mort de son frère, qui a épousé sa tante, la Reine Mère de Austrasie, Brunehault
  • Clovis (? -Noisy-le-Grand 580), Cité par Gregorio di Tours comme un troisième fils, après la mort de Mérovée, il se réfugie dans Bordeaux et qui a été tuée sur les ordres de sa belle-mère, Frédégonde[9] et à la périphérie de Paris, il a été enterré à côté de son frère Mérovée dans un monastère[12], le monastère de San Vincenzo[10], qui devint plus tard célèbre sous le nom de Saint-Germain-des-Prés[11]
  • Basina (? -après] 590), Qui a été violée par des fonctionnaires Fredegonde et forcé d'entrer dans un couvent et devenir nonne[9], Abbaye de Sainte-Croix Poitiers, qui a refusé l'invitation de son père pour se rendre à la péninsule Ibérique pour le mariage Recaredo, l'héritier du trône du royaume de Wisigoths[13] et qui a dirigé un soulèvement, avec le cousin Clotilde, fille de Cariberto, contre l'abbesse, Leubovera[14].
  • Clodesinde (ca. 567-?), Il n'est pas mentionné par Gregorio di Tours, mais Liber Historiae Francorum;

sa seconde épouse était Galswinthe, qui lui a donné aucun enfant;

La troisième femme était Frédégonde qui lui a donné six enfants:

  • Rigonda (569- ?), Engagé dans 584, avec Recaredo, l'héritier du trône du royaume de Wisigoths[13][15]
  • Clodeberto (? -Soissons 580), Qui est mort de dysenterie[16]
  • Samson (573-577), Est mort d'une fièvre causée par la diarrhée, avant l'âge de cinq ans[17]
  • Dagoberto (ca. 579-580), Enfant mort[16]
  • Théodoric (ca. 582-583), Enfant mort, la dysenterie[13][18]
  • Clotaire (ressort 584-18 octobre 629), Qui a succédé à son père comme roi de Neustrie et Aquitaine et 614 Il était roi de tous Franks

notes

  1. ^ En collaboration avec les frères, Cariberto, Roi des Francs Paris qui a régné sur Neustrie, Aquitaine et gascogne, Gontrano, Roi des Francs Orléans, qui régnaient sur Bourgogne et Sigebert I, Roi des Francs de Metz (ou Reims), Qui a régné sur 'Austrasie
  2. ^ Gregorio di Tours, Historia Francorum, IV, 3
  3. ^ Marii Episcopi Aventicensis Chronique
  4. ^ Gregorio di Tours, Historia Francorum, IV, 22
  5. ^ à b c Gregorio di Tours, Historia Francorum, IV, 23
  6. ^ Gregorio di Tours, Historia Francorum, IV, 27
  7. ^ à b c Gregorio di Tours, Historia Francorum, IV, 28
  8. ^ Gregorio di Tours, Historia Francorum, IV, 51
  9. ^ à b c Gregorio di Tours, Historia Francorum, V, 39
  10. ^ à b c Gregorio di Tours, Historia Francorum, VI, 46
  11. ^ à b Après tout autour 'Abbaye de Saint-Germain-des-Prés Il a développé le même nom quartier.
  12. ^ Gregorio di Tours, Historia Francorum, VIII, 10
  13. ^ à b c Gregorio di Tours, Historia Francorum, VI, 34
  14. ^ Gregorio di Tours, Historia Francorum, X, 15
  15. ^ Gregorio di Tours, Historia Francorum, VI, 45
  16. ^ à b Gregorio di Tours, Historia Francorum, V, 34
  17. ^ Gregorio di Tours, Historia Francorum, V, 22
  18. ^ Gregorio di Tours, Historia Francorum, VI, 23

bibliographie

sources primaires

littérature historiographique

  • Christian Pfister, Gaule sous les Francs mérovingiens. événements historiques, en l'histoire du monde médiéval - Vol., Cambridge, Cambridge University Press, 1978, pp. 688-711.
  • Christian Pfister, Gaule sous les Francs mérovingiens, les institutions, en l'histoire du monde médiéval - Vol., Cambridge, Cambridge University Press, 1978, pp. 712-742.
  • Rafael Altamira, L'Espagne sous les Wisigoths, en l'histoire du monde médiéval - Vol., Cambridge, Cambridge University Press, 1978, pp. 743-779.

Articles connexes

D'autres projets

  • Il contribue à Wikimedia Commons Wikimedia Commons: Il contient des images ou d'autres fichiers Chilpéric I
prédécesseur Roi de Neustrie successeur
Clotaire I 561-584 Clotaire II
autorités de contrôle VIAF: (FR24991259 · ISNI: (FR0000 0000 6131 3941 · GND: (DE102427186