s
19 708 Pages

Salvidienus Rufus
Salvidienus Rufus

Salvidienus Rufus, autrement connu sous le nom Salvidieno Rufo (... - 40 BC), Il a été parmi les employés les plus proches et les plus fidèles de Ottaviano, le futur empereur, depuis les années de sa jeunesse, a passé dans la ville de Apollonia, en Épire.

Il a suivi un Octavian général dans son premier effort de guerre: il était son lié en guerre de Pérouse, et a pris en charge comme promagistrato le commandement des légions en Espagne. Il a également des opérations militaires contre succès Sesto Pompeo, tentative de sventandone pour envahir l'Italie, mais venant de lui vaincu dans les eaux de Reggio.[1]

Il est d'avoir été désigné comme consul pour 39 BC, la fin de 40 BC une dénonciation attribuée par certaines sources à la Marco Antonio mis en lumière une conspiration en Salvidienus contre Octavien, en raison de la tentative ambitieuse de détrôner et de créer une dyarchie avec Marco Antonio. Le processus a été achevé rapidement par sénat Salvidienus et a ensuite été exilé et forcé à se suicider.[2]

Comme ce fut le cas avec presque tous les dirigeants de la dissidence à l'augustéenne, la figure de Salvidieno Rufo elle a couru en une véritable damnatio memoriae, Il rend difficile de vérifier la véracité historique des accusations pour lesquelles il a été condamné, et reconstituer les phases de sa vie à travers les sources historiques.

Ce fut sans doute l'un des collaborateurs et des amis les plus fidèles du jeune triumvirat;[2] peut-être, même, de sa « deuxième » dans le bureau. Juste ce Salvidieno Rufo position ottavianea dans la hiérarchie a conduit certains historiens à imaginer la possibilité d'un accord entre les cyniques et Octavian Marco Antonio (qui, à ce moment-là était dans une position supérieure dans le triumvirat), par lequel le « l'élimination d'un Salvidienus général valable qu'il vaudrait la peine de compenser l'octroi du contrôle à Ottaviano sur Rome. La propagande augustéenne alors remodelé l'histoire, de décrire l'image d'Auguste comme défenseur incorruptible de l'Etat, même contre les proches.

notes

  1. ^ Livio, Periochae ab Urbe livres chevronnés, 123,1.
  2. ^ à b SuétoneAuguste, 66.

bibliographie

F. Rohr Vio, Les voix dissidentes. Ottaviano Augusto et ses adversaires, Padoue. Le Polygraphe, 2000; ISBN 88-7115-200-X