s
19 708 Pages

Agis IV
Doom Agis pour enfants Plutarque Walter Crane (portrait couleur) .JPG
Portrait de Agis IV construit par Walter Crane (1910).
Roi de Sparte
au bureau à partir de 250 BC un 241 BC
prédécesseur Eudamida II
successeur Eudamida III
Nom complet Ἆγις
mort Sparte, 241 BC
Maison Royale Euripontidi
père Eudamida II
mère Agesistrata
époux Agiatide
enfants Eudamida III
(GRC)

« Ὁ μὲν οὖν Ἆγις ἐπὶ τὴν στραγγάλην πορευόμενος, ὡς εἶδέ τινα τῶν ὑπηρετῶν δακρύοντα καὶ περιπαθοῦντα, 'παῦσαί με,' εἶπεν, 'ὦ ἄνθρωπε, κλαίων καὶ γὰρ οὕτως παρανόμως καὶ ἀδίκως ἀπολλύμενος κρείττων εἰμὶ τῶν ἀναιρούντων' '

(IT)

« Comme il était conduit à la potence, Agis a vu l'un des gardes cri de compassion et dit: » Bon homme, cesse de se apitoyer, bien que je péris comme ce honteux et injuste, sont mieux que ceux qui me tuer ". »

(Plutarque, Vie d'Agis, 20, 1, traduit par Carlo Carena, 1981 Mondadori)

Agis IV (en grec ancien: Ἆγις, Agis; Sparte, 265 BC à propos - Sparte, 241 BC) était Roi de Sparte dynastie Euripontide de 250 un 241 BC.

biographie

origines

Agis, fils de Eudamida II, Il a succédé à son père sur le trône Euripontide de Sparte en 244 BC Nous savons Plutarque que, au moment du couronnement, le nouveau roi avait moins de vingt ans.[1]

Il a soulevé au sein de la vie confortable de la mère Agesistrata et grand-mère Archidamia, les femmes les plus riches de Sparte, Agis a montré à un âge précoce, selon le témoignage de Plutarque, le mépris et le mépris pour la richesse, se contenter de peu et admirer la simplicité des anciens rois, qui ont suivi une vie extrêmement sobre et modeste vie. Au moment de Agis, cependant, la grande richesse qui était venu immédiatement après la victoire guerre du Péloponnèse (404 BC), Ils ont fait enlever les gens des douanes « laconique » introduites par Lycurgue.[1]

Les autres rois,[2] Leonidas II, Il a plutôt été habitué à vivre dans le luxe, puisque, comme Plutarque, avait beaucoup de temps à la magnifique cour Séleucus II, roi de Perse et de Babylone. Leonidas n'a pas été, en fait, l'héritier du trône, est devenu roi, mais comme le plus proche parent de areo II, Il est mort à seulement huit ans 254 BC, et qui a été à son tour le fils à titre posthume Acrotatos.[3]

Concept de la réforme

Agis, entraînée, selon le témoignage de Plutarque, pour des raisons à la fois idéaliste et politique, non seulement pour but de rétablir la sobriété des coutumes du passé, mais surtout il voulait équilibrer la richesse entre les citoyens. En fait, l'abolition, dans le cadre de la 'éphore Épitadeus, dans les années qui ont suivi la victoire de la guerre du Péloponnèse, l'interdiction de la vente de biens fonciers, a conduit à l'accumulation de presque tous les grands domaines dans les mains de quelques personnes, en particulier les femmes,[4][5] le dénuement en laissant la grande majorité des citoyens, qui avaient tant de dettes élevées contrat et déversaient dans l'extrême pauvreté.[6]

Agis ensuite mis au point une réforme économique et agraire qui comprenait une part, l'annulation totale de toutes les dettes de tous les citoyens, et d'autre part la redistribution des terres entre tous Spartiates. Tout d'abord, le jeune roi chercha et trouva le soutien de son oncle Agesilao, orateur habile, et deux citoyens influents: Lisandro fils Libius, descendant du esteemed 'même nom navarch, et son fils Mandroclida Ecfane, équipé, selon le témoignage de Plutarque, d'audace formidable.[7]

En second lieu, Agis convaincu, aidé par son oncle Agésilas, mère et grand-mère Agesistrata Archidamia pour le soutenir dans son projet.[4]

Ephorate et la promulgation de Lisandro réforme

Le point tournant est venu 242 BC, quand Agis a que Lisandro a été élu Éphore, l'un des cinq magistrats suprêmes Spartiates, qui sont restés en fonction pendant un an seulement, le mandat non renouvelable de quelque façon. Lisandro est présenté à Gerusia le projet de loi élaboré par Agis, qui prévoyait l'annulation des dettes, la redistribution des terres et l'intégration des Spartiates, puis en petit nombre, avec un groupe qui n'est pas approprié de Périèques, ou les personnes vivant près de Sparte, ils avaient les mêmes droits que les véritables citoyens.[8]

Comme la proposition n'a pas obtenu le consentement des anciens, Lisandro appelé 'Apella, l'assemblée des citoyens. Ici personnellement introduit la réforme, soutenue par Agésilas et Mandroclida qui evidenziarono le fait que l'oracle de Pasiphaé, consultés régulièrement par Efori que vous dormiez et les rêves faits ont attiré auspices divinatoires, ont clairement indiqué qu'il était nécessaire de revenir aux anciennes lois de Lycurgue, qui prévoyait la répartition équitable des biens entre tous les citoyens. lui-même a parlé Agis à l'Assemblée, en annonçant qu'il ferait don aux citoyens ses terres et ses richesses, et qui serait immédiatement imitée par sa mère et grand-mère.[9]

Pour assurer l'intégration des nouveaux citoyens dans la spartano Agide a été prescrit la restauration de la méthode traditionnelle de l'éducation des jeunes (l 'Agoge) Et la reprise de l'institution Syssites.

Le dépôt de Leonidas

le roi Agiade Leonidas, cependant, combattue par tous les moyens à la proposition de réforme a rencontré une grande faveur et l'enthousiasme au lieu de la nationalité.[10] Lisandro alors concocté un plan pour éliminer l'adversaire pratique et puissant.

Après s'être plaint devant Leonidas'Apella Il a épousé, en violation de la loi de l'ancienne Sparte, une femme étrangère, la fille d'un lieutenant Séleucus II, collègues ont demandé quatre lisandro un rituel divinatoire Traditionnel, il a dû confirmer si les dieux étaient favorables ou non au dépôt souverain.

Selon cet ancien rituel qui pourrait être célébré seulement une fois tous les neuf ans, les éphores, dans une nuit de nouvelle lune sans nuages, ils devraient scruter le ciel en silence: si l'un des juges avaient vu une étoile filante, cela signifiait que l'un des deux rois avaient violé les anciennes lois de Sparte et a dû être déposé et envoyé en exil jusqu'à ce que, finalement, le 'Oracle de Delphes ou Olympie Il avait prouvé son innocence. Lisandro a dit qu'il a vu une étoile filante, et Leonidas a été forcé d'abord à se réfugier en suppliante dans le temple de Athena Calcieco Sparte puis de quitter et aller en exil Tegea, tandis que Lisandro lui-même avait couronné à sa place le fils du roi en droit, Cléombrote II (242 BC).[11]

Selon le récit de Plutarque, quand Agésilas entendu que Leonidas se rendait à Tégée, envoyé des assassins pour le tuer en chemin, mais Agis, a appris l'attaque, rapidement, il envoya ses hommes pour escorter Leonidas pour mener en bonne santé et du son à votre destination .[12]

La réforme partielle de la demande

Agis IV
Portrait de Agis IV (Walter Crane, Les Plutarque enfants: Contes des Grecs par F. J. Gould, Harper Brothers Publishers, 1910).

Bien que Leonidas avait été déposé et était en exil, l'application de la réforme immédiatement a rencontré des difficultés sérieuses. Tout d'abord, le mandat annuel de Lisandro et ses collègues avaient pris fin et les nouveaux éphores qui avaient été élus destinés à restaurer Leonidas sur le trône et de faire rapport Lisandro Mandroclida. Celui-ci persuade alors Agis et Cléombrote de déposer les éphores régulièrement dans le bureau et les remplacer par des juges qui étaient plus dociles, y compris la même Agesilao.[12]

De cette façon, vous pouvez procéder à la première phase de la réforme, qui consistait à la dette: tous les reçus de privilèges et hypothèques, les Spartiates appelés Claria (en grec ancien: κλάρια), Ils ont été publiquement brûlés sur la place. Mais Agesilao, exploitant sa charge de éphore, a tout fait pour retarder l'application de la deuxième partie de la réforme, selon lequel les terres devaient être répartis entre tous les citoyens. Selon le récit de Plutarque, en fait, il était trop heureux abrogation Agesilao de la dette, car il avait plusieurs contrats, mais a tenté d'entraver, de quelque manière que la redistribution des terres, pour la grande quantité de grands domaines dont il était en possession . Plutarque attribue alors l'échec de la réforme de Agis avarice d'Agésilas.[13]

Pendant ce temps, Agis a été envoyé par le chef de l'armée spartiate éphores à participer aux côtés de la Achéens, dirigé par Arato, une guerre contre Ligue étolienne (241 BC).[13] L'expédition a pris fin dans une impasse parce que Arato a décidé de ne pas mener une bataille et prendre du temps. Agis, ayant conquis Pellène,[14] puis il est revenu un peu plus tard à Sparte, trouver le désarroi le plus complet.[15]

Le eforo Agesilao, en fait, avait attiré l'inimitié de la population, commettant toutes sortes d'abus pour obtenir de l'argent, et ne pas avoir raison supplémentaire d'un mois à l'année bissextile en cours afin d'avoir un mois supplémentaire dans le bureau. En outre, il envisage de modifier les élections pour l'année suivante afin d'être réélu Éphore, ce qui était tout à fait contraire à la Constitution, puisque ce bureau était le plus élevé en aucune manière renouvelable.[16]

Retour de Léonidas

Les Spartiates, pour neutraliser les ambitions de Agesilao, n'a pas hésité à appeler Leonidas de l'exil et de réinstaller sur le trône (241 BC). Craignant la vengeance du roi, Agis et Cléombrote se sont réfugiés en suppliante, le premier dans le temple d'Athéna Calcieco (le même que l'année précédente avait utilisé Leonidas à son évasion), et le second dans celui de Poséidon.[16] Agesilao lieu a fui à l'étranger, aidé par son fils Hippomédon de Sparte,[16] alors que nous ne savons rien du sort de Lisandro.

Tout d'abord, Leonidas exilée Cléombrote-loi, qui était accompagné de sa femme Chilonides, qu'il avait auparavant aussi accompagné son père en exil en Tégée. Par la suite, Leonidas a rejeté les éphores en fonction et il a nommé cinq autres choisis parmi ses fidèles et prêts à éliminer même Agis, bien que grâce à lui qu'elle avait sauvé sa vie en exil.[17]

Mort et legs

Tuer Agis, Leonida tese pour rivaliser avec une prise. Anpharus, l'un des éphores nommés par Leonida, était en fait un vieil ami du jeune roi et, étant allé comme d'habitude au temple d'Athéna Calcieco pour lui parler, l'accompagnait, ainsi que d'autres amis, à la salle de bain, et il l'ont capturé, le conduisant en prison .[18]

Leonidas, quant à lui, fait avec l'armée pour entourer la prison, où les éphores ont établi un procès rapide. Selon le récit de Plutarque, l'un des éphores a essayé de suggérer au roi un moyen de sortir, demandant si la responsabilité de la réforme qu'il avait voulu établir était Lysandre et Agésilas, mais Agis, en réponse, il a dit qu'il ne se repentait pas de des mesures qu'il avait prises, qui ne faisaient que prendre les anciennes lois de Lycurgue.[18]

Agis a donc été mis en Dechade, la cellule où les condamnés sont exécutés les, et il a été étranglé (241 BC). la mère Agesistrata et grand-mère Archidamia, réalisé en attendant la prison, ils ont demandé à voir son fils et son neveu ont été exécutés,[5] suscitant la colère et la haine de la population. Les deux femmes étaient en fait les deux reines et surtout Archidamia avaient eu lieu en haute estime par les Spartiates. De plus, jamais un roi a été assassiné par ordre des éphores et même dans toute l'histoire de Sparte aucun des rois, à l'exception de Cléombrote I, Il avait déjà été tué par un Grec d'autre, pas même dans la bataille.[19]

A la mort de Agis, il fut couronné roi Euripontide fils nouveau-né Eudamida III, sa femme avait Agiatide. Leonidas Agiatide forcé de se marier son jeune fils Cleomenes qu'une fois devenu roi quand son père est mort, il a complété et mis au point la réforme de Agis, selon Plutarque convaincu par Agiatide même, ce détail a illustré les idéaux et les intentions de son premier mari.[5][20]

littérature

La figure du souverain Euripontide a été mis sur la scène pour Vittorio Alfieri avec la tragédie Agis (1786).

notes

  1. ^ à b Plutarque, Vie d'Agis, 4.
  2. ^ A Sparte était un régime en vigueur dyarchie, avec deux rois en charge simultanément avec le même exécutif et les pouvoirs militaires.
  3. ^ Plutarque, Vie d'Agis, 3.
  4. ^ à b Plutarque, Vie d'Agis, 7.
  5. ^ à b c Pomeroy, 87-88.
  6. ^ Plutarque, Vie d'Agis, 5.
  7. ^ Plutarque, Vie d'Agis, 6.
  8. ^ Plutarque, Vie d'Agis, 8.
  9. ^ Plutarque, Vie d'Agis, 9.
  10. ^ Plutarque, Vie d'Agis, 10.
  11. ^ Plutarque, Vie d'Agis, 11.
  12. ^ à b Plutarque, Vie d'Agis, 12.
  13. ^ à b Plutarque, Vie d'Agis, 13.
  14. ^ Pausanias, périégèse Grèce, 2, 8, 5.
  15. ^ Plutarque, Vie d'Agis, 15.
  16. ^ à b c Plutarque, Vie d'Agis, 16.
  17. ^ Plutarque, Vie d'Agis, 17-18.
  18. ^ à b Plutarque, Vie d'Agis, 19.
  19. ^ Plutarque, Vie d'Agis, 20-21.
  20. ^ Plutarque, Cleomenes vie, 1.

bibliographie

sources primaires
sources secondaires
  • (FR) Sarah B. Pomeroy, les femmes spartiates, Oxford University Press, 2002 ISBN 0-19-513066-9.
  • Ernst Baltrusch, Sparte, Bologne, Il Mulino, 2002 (traduction Sparte. Geschichte, Gesellschaft, Kultur, München, C.H.Beck Wissen, 1998), pp. 105-106.
  • (FR) William Smith (Eds), Agis IV, en Dictionnaire de Biographie grecque et romaine et de la mythologie, 1870.

Articles connexes

D'autres projets

  • Wikiversité Wikiversité Il contient des citations liées à Agis IV
prédécesseur Euripontide roi de Sparte successeur
Eudamida II 250 BC-241 BC Eudamida III
autorités de contrôle VIAF: (FR55493826 · LCCN: (FRn82074048