s
19 708 Pages

Hippocrate (Carthage, ... - par la rivière Anapo, 212 BC) Il a été tyran de Syracuse de 214 un 212 BC avec son frère Épicyde.

biographie

Hippocrate de Syracuse
Carte de l'ancienne Syracuse (Syrakousai)

Son fils aîné d'un Carthaginois et le fils d'un exilé de Syracuse Agatocle, un jeune homme avec son frère servi vaillamment l 'armée de Hannibal et il a été envoyé à l'ambassade par le tyran de Syracuse Geronimo.[1] Les deux ont réussi à convaincre le jeune souverain de renoncer à l'alliance avec Romains.[2]

Le assassiner du tyran[3] et la révolte qui a suivi les deux peur Carthaginois, qui le premier lui a demandé de rentrer chez eux, puis se rendit compte qu'ils pourraient récolter les giovamenti de cette situation. Après l'assassinat de général Adranodoros, Ils ont pris le pouvoir.[4] Dans les villes, cependant, il est revenu à l'emporter parti filoromano, et les deux ont été forcés de fuir vers Lentini.[5] Là, il les attaqua Marco Claudio Marcello[6] que, en raison d'un massacre commis par ses présumés soldats dans la ville, il antagonise les Syracusains à nouveau, qui acclamait Hippocrate et Épicyde nouveaux tyrans.[7]

Marcello a commencé l 'Siège de Syracuse,[8] qui a été défendu avec courage par les deux, puis seulement par Épicyde, alors que Hippocrate était allé défendre d'autres parties de l'île grâce au soutien de Imilcone, débarquèrent à Eraclea Minoa avec les troupes carthaginoises.[9] Imilcone débarquées en fait, avec 25 000 fantassins, 3.000 cavaliers et 12 éléphants, grand pour les soldats à celle avec laquelle il avait gardé la flotte à la pointe pachino. Il avait été envoyé par Hannibal à la rescousse d'Hippocrate.[10] Le couplage à Eraclea, il a reçu le rendement Agrigente et, peu de temps après, il rejoint à Hippocrate qui, avec son armée de 10 000 fantassins et 500 cavaliers, avaient décidé de camper à Akrillai.[11] Et tandis que les Syracusains étaient fortifiant leur camp, est venu Marcello, qui revenait d'Agrigente, déjà occupé par l'ennemi, et ne vous attendez pas à rencontrer une armée Syracusain.[12] Cependant, ils ont peur d'être attaqués par Imilcone, il marcha avec l'armée en formation, prêt à se défendre contre une attaque soudaine possible.[13] Il se trouve que la mise en garde utilisé contre une éventuelle attaque des Carthaginois a servi le commandant romain à l'emporter contre les Syracusains. Ceux-ci ont été surpris, en fait, alors qu'ils étaient encore en train de préparer les camps. L'infanterie a été attaqué pratiquement sans défense, tandis que la cavalerie a réussi à échapper à Hippocrate à Akrillai, après de brèves escarmouches.[14] Avec l'issue de cette bataille, la plupart des Siciliens ont abandonné l'intention de se éloigner des Romains et Marcello a pu retourner à Syracuse.[15]

Après quelques jours, je suis de retour dans le camp Marcello Roman devant Syracuse, également Imilcone, qui a été rejoint par Hippocrate, pose des camps près de la rivière Anapo, environ huit miles de la ville (de 12 km environ).[15] Après le massacre accompli des Romains henné, Hippocrate se réfugie dans Murgantia et Imilcone à Agrigente, après sans succès approché henné l'armée.[16]

Et bien que ces événements se passaient en Sicile, Marcello avait travaillé pour gagner presque entièrement Syracuse (212 avant JC). Resist est resté le seul 'Île de Ortigia et le district dell'Abradina.[17] Hippocrate et Himilco ont attaqué ainsi les forces romaines, cependant subi une défaite.[18] A pris refuge sur les rives de la rivière Anapo, ont été victimes d'un grave peste qui a décimé les troupes et ont tué les deux généraux.[19]

notes

  1. ^ Polybe, VII, 2, 3.
  2. ^ Polybe, VII, 4, 4-9.
  3. ^ Polybe, VII, 7, 3.
  4. ^ Livio, XXIV, 27,1 à 3.
  5. ^ Livio, XXIV, 29,6 à 11.
  6. ^ Livio, XXIV, 30,1-2.
  7. ^ Polybe, VIII, 3, 1; Livio, XXIV, 31-32.
  8. ^ Livio, XXIV, 33.
  9. ^ Livio, XXIV, 35.
  10. ^ Livio, XXIV, 35,3 à 5.
  11. ^ Livio, XXIV, 35,6 à 8.
  12. ^ Livio, XXIV, 35,9.
  13. ^ Livio, XXIV, 35,10.
  14. ^ Livio, XXIV, 36,1.
  15. ^ à b Livio, XXIV, 36,2.
  16. ^ Livio, XXIV, 39,10.
  17. ^ Livio, XXV, 25.
  18. ^ Livio, XXV, 26,3 à 5.
  19. ^ Livio, XXV, 26,13 à 14.

bibliographie

sources primaires
Sources de historiographiques modernes
  • Giovanni Brizzi, Histoire de Rome. 1. Des origines à Actium, Bologne, Patron, 1997 ISBN 978-88-555-2419-3.
  • André Piganiol, La conquête romaine, Milan, Basic Books, 1989.
  • Howard H.Scullard, Histoire du monde romain. Depuis la fondation de Rome à la destruction de Carthage, vol.I, Milan, BUR, 1992 ISBN 9788817119030.
prédécesseur Tyran de Syracuse avec Épicyde successeur
Adranodoros 214-212 BC la consuls romains
pulcher et Flacco