s
19 708 Pages

« Un être humain est une bête quand acculé jeter leurs armes et aux prises avec la langue. »

(Phaswane Mpe, Bienvenue à Hillbrow, 2001)
Bienvenue à Hillbrow
titre original Bienvenue sur notre Hillbrow
auteur Phaswane Mpe
1 re éd. original 2001
sexe roman
langue originale Anglais
à l'intérieur Johannesburg
starring Refentše
co-stars Refilwe
antagonistes Lerato
autres caractères Sammy

Bienvenue à Hillbrow (Bienvenue sur notre Hillbrow) Est le seul roman de la écrivain et poète Sud-africain Phaswane Mpe. Publié dans Johannesburg en 2001, le travail est un voyage hilarant et choquant avec le centre du quartier de Hillbrow multiraciale de Johannesburg, microcosme de contradiction, époque charmante et douloureuse post-sud-africainapartheid. Le livre a été inclus dans la liste des 1001 Livres, vous devez lire avant de mourir Peter Boxall (2008), L'examen complet des chefs-d'œuvre mondiaux narratifs.[1]

intrigue

L'intrigue est un enchevêtrement d'histoires de migrants du reste Afrique du Sud et d'autres Etats africains, situé dans le quartier de Hillbrow Johannesburg, théâtre des rêves brisés de la jeunesse, la sexualité, la xénophobie, le suicide, la violence et la vision africaine de la vie qui ne se termine pas avec la mort, mais continuera à fonctionner dans un royaume ancestral. Le livre est aussi une réflexion profonde sur le récit: l'acte de narration joue un rôle clé dans l'histoire, y compris les romanciers dont les personnages ne sont pas saisies, les étudiants de la littérature, puis les femmes du village qui sont touchés des rumeurs cruelles de leur communauté, le départ et l'arrivée.[2]

contenu

Le seul roman écrit par Phaswane Mpe, Bienvenue à Hillbrow Il est l'un des quartiers de voyage au centre de Johannesburg qui ont changé depuis la fin de 'apartheid, Hillbrow en fait, que dans le livre agit également presque comme microcosme des tensions et des conflits du pays dans son ensemble. Grâce à la représentation de ce lieu-limites (marquée par le crime, délit de diversification sexuelle et sociale), l'auteur réfléchit sur la possibilité de former une nouvelle identité sud-africaine après l'effondrement des hiérarchies raciales et de bouleversements démographiques d'une ville jusqu'à récemment avant maniacally réglementé par le régime blanc. Un Hillbrow venir migrants de tout le reste "Afrique, elle est en concurrence avec ceux de l'intérieur même Afrique du Sud Ils sont arrivés dans la « ville d'or » pour exploiter les opportunités offertes par la transition vers démocratie; Mais cette rencontre sont de nouvelles tensions, la criminalité, la pauvreté et le fléau du sida. Telle est la réalité urbaine qui demande aujourd'hui Afrique du Sud à interpréter, demandant des mots et des histoires pour gagner un sens. Il est pas un hasard alors que Bienvenue Hillbrow Il est également une réflexion profonde sur le récit. L'acte de dire est mis en évidence tout au long de l'histoire, d'une part par une seconde personne narrative qui attire le lecteur au cœur du mécanisme de fabulatorio, et l'autre par la représentation d'un certain nombre de caractères narrateurs : romanciers manqués, les étudiants de la littérature, et les femmes du village sont les auteurs et les victimes de toujours de nouvelles histoires (des rumeurs, des ragots, et de véritables œuvres littéraires) en circulation continue entre les communautés des communautés d'origine et d'arrivée. Cela rend ce livre même un méta-récit, une histoire à raconter sur l'art et son rôle dans la reconstruction non seulement d'une communauté alternative comme Hillbrow, mais aussi celui représenté par Afrique du Sud dans son ensemble.[3]

caractères

Le personnage principal est Refentše, en passant par de nombreuses difficultés en raison de la société occupée Johannesburg. Il est un professeur qui est amoureux d'une femme nommée Lerato. Un jour rentre chez lui pour trouver son meilleur ami, Sammy, et trouver Lerato copuler avec lui. Il se suicida en sautant du 20e étage de son palais. Refilwe, au contraire, est un ancien Refentše d'intérêt de l'amour, qui l'a quitté parce qu'elle lui a triché avec quatre autres hommes. Il n'a jamais cessé de l'aimer et a été dévasté par sa mort. Il décide d'aller chercher son diplôme de maîtrise à l'Université d'Oxford Brookes en Angleterre. Là, il a rencontré un homme nigérian dans un bar, qui ressemble étonnamment Refentše, et tombe amoureuse de lui. Ensemble, ils découvrent qu'ils vivent avec le sida depuis de nombreuses années, même avant leur rencontre. Refilwe va à la maison de sa famille dans la ville de Tiragalong mourir, mais il est jugé et persécuté pour avoir contracté le sida.

chapitres

  • 1. Hillbrow: carte
  • 2. Prend note du Paradis
  • 3. Le voyage à travers Alexandra
  • 4. Refilwe
  • 5. Refilwe quel côté
  • 6. Retour

critique

Ce livre a reçu de nombreux commentaires positifs:

  • « Phaswane Mpe, dont le livre incisif débuts Bienvenue sur notre Hillbrow (2001) raconte l'histoire qui mène au centre de Johannesburg tels que les questions portant sur xénophobie et l 'SIDA, Il est mort en 2004 à l'âge de 34. "[4]
  • « Dans Bienvenue sur notre Hillbrow Phaswane Mpe examine les changements dans la vie quotidienne des Sud-Africains dans les années qui ont suivi la fin de 'apartheid, en accordant une attention particulière à la question des xénophobie.».[5]

notes

  1. ^ 1001 Livres, vous devez lire avant de mourir.
  2. ^ Afrique du Sud, la « nouvelle vague » littéraire vient du canton, panorama, Lundi, 21 Juin 2010.
  3. ^ de Note de l'éditeur.
  4. ^ James Bainbridge, Afrique du Sud. Lesotho et swaziland, lonely Planet, p. 44.
  5. ^ James Bainbridge, Afrique du Sud. Lesotho et swaziland, lonely Planet, p. 60.

Editions

  • Phaswane Mpe, Bienvenue à notre Hillbrow, Université de KwaZulu-Natal Press, 2001, pp. 124 pp, ISBN 978-0-86980-995-2.
  • Phaswane Mpe, Bienvenue à notre Hillbrow: A Novel de l'Afrique du Sud post-apartheid, Ohio University Press, 2011, pp. 150 pp, ISBN 978-0-8214-1962-5.
  • Phaswane Mpe, Bienvenue à Hillbrow, traduction Henry Monier, collier Communautés alternatives (n. 1), le Sirente, Fagnano Alto, 2011, pp. 140 pp, ISBN 978-88-87847-30-7.