s
19 708 Pages

killer putes
titre original putas asesinas
auteur Roberto Bolaño
1 re éd. original 2001
sexe contes
langue originale espagnol

killer putes est une collection d'histoires courtes de l'écrivain chilien Roberto Bolaño publié pour la première fois en espagnol en 2001.

les histoires

La collection se compose de 13 histoires courtes:

  • Silva, dit l'œil
  • Gomez Palacio
  • crépuscules dernières sur la terre
  • Jours de 1978
  • Wanderer en France et en Belgique
  • Préfiguration Lalo Cura
  • killer putes
  • le retour
  • Buba
  • dentiste
  • photos
  • danse Carnet
  • Rencontre avec Enrique Lihn

Principaux thèmes traités

solitude

Dans beaucoup de ces histoires les histoires racontées par les hommes comme protagonistes ont Bolaño solitaires, souvent sur la route vers un but non défini. L'histoire « Gomez Palacio », par exemple, est d'un professeur qui se trouve l'écriture créative enseignement de la littérature dans un lycée dans une ville mexicaine à distance (d'où le nom de l'histoire) où vous ne connaissez personne. Même dans l'histoire « Wanderer en France et en Belgique, » le magazine personnage principal « B » se retrouve errant seul ayant ayant comme une entreprise achetée dans un magasin d'ordure et des rencontres occasionnelles avec des prostituées, jusqu'à avant sa rencontre avec la fille d'un ancien ami.

La condition de l'exil

La relation complexe entre les exilés et leur pays d'origine et entre les communautés de personnes du même pays dans un pays étranger sont sujets qui souvent forment la toile de fond aux travaux de Bolaño. Le thème ici est pris principalement dans l'histoire « Jours de 1978 » et en partie dans les histoires « Silva, dit l'œil » et « Wanderer en France et en Belgique ».

surréaliste épisodes

Dans la plupart des histoires dans ce livre les protagonistes se trouvent avoir à faire face à des situations extraordinaires, caractérisées par des éléments surréalistes ou magiques. conte dit sous forme de dialogue « killer Putes » qui donne son nom à cette collection, un fan de football se retrouve prisonnier et victime d'abus dans la maison de la femme qui vient remorquée après l'avoir vu dans le service de nouvelles. Même dans « Silva, il dit à l'oeil » le protagoniste vit une expérience surréaliste dans l'Est. Plus plutôt concentré sur les éléments magiques, dans ce cas de rites vaudou, Il est l'histoire sur fond de football « Buba ».

Références autobiographiques

Certaines des histoires semblent avoir, pour raconter des histoires et des rencontres avec des épisodes qui se sont produits réellement dans la vie de l'auteur, un fond autobiographique. Par exemple, l'histoire des « crépuscules dernières sur la terre » qui raconte la relation complexe d'un père et son fils pendant les vacances qu'ils font ensemble à Acapulco, « Jours de 1978 » se concentre sur la relation étrange entre deux Chiliens exilés à Barcelone et « Wanderer en France et la Belgique « ont comme protagoniste » B « et correspondent aux dates et lieux des événements réels possibles dans la vie de l'auteur.

Matches avec d'autres œuvres

Arturo Belano, Bolaño alter ego de l'ex-star de Les Détectives Savage, retourne le conte « Photographies », situé dans un village éloigné de 'Afrique dévasté par la guerre où Belano la lecture d'un recueil de poèmes d'écrivains de la langue française. Même Lalo Cura, le protagoniste et le narrateur de l'histoire « Préfiguration Lalo Cura » semble être le même que celui qui apparaît dans la quatrième partie du dernier roman de Bolano "2666 - La partie des crimes ».

Introduction à la collection d'histoires courtes

édition italienne publiée par Sellerio les histoires sont précédées d'une note de Jorge Herralde, rédacteur en chef et ami de Bolano, intitulé « Pour Roberto Bolano ». Dans le texte Herralde dit, en particulier, les réactions de la communauté littéraire à la mort Bolano en 2003 et la relation que l'auteur a eu avec d'autres écrivains chiliens.

épigraphe

« L'accusation va se fondre dans le rire et il doit aller libre de tout poids. » Orazio

Editions

  • Roberto Bolaño, killer putes, traduit par Maria Nicola, mémoire, Sellerio éditeur Palerme, 2009, pp. 280, ISBN 88-389-1926-7.