s
19 708 Pages

L'école égoïste
titre original Le Égoïstes des secte
auteur Éric-Emmanuel Schmitt
1 re éd. original 1994
1 re éd. italien 2011
sexe roman
subgénero histoire apocryphe
langue originale français

L'école égoïste est un roman l'écrivain et dramaturge Éric-Emmanuel Schmitt, publié en 1994. Il raconte l'histoire d'un philosophe fictif français du XVIIIe siècle, dont les théories rappellent empiriste anglais George Berkeley (1685-1753).

intrigue

Le narrateur, un chercheur universitaire, a décidé au cours d'une nuit de travail à Bibliothèque nationale de France de prendre une pause, et en consultation demande un livre au hasard, le « Dictionnaire patriotique » d'un certain Fustel des Houillères, daté 1798. De là vient de connaître l'existence d'un philosophe singulier début du XVIIIe siècle, Gaspard Languenhaert, naissance hollandais, mais a vécu à Paris. Sa pensée était à la théorie selon laquelle le monde n'existe pas en soi, mais seulement dans la perception de l'observateur. Ayant eu un certain intérêt dans les salons nobles, Languenhaert disparu.

Étonné et intéressé, le narrateur tente nouvelles jusqu'à ce qu'il trouve un livre de portraits à un libraire du quai, puis d'une citation incompréhensible Diderot, deux autres textes importants qui traitent du philosophe singulier: un traité d'un chroniqueur littéraire, Hubert de Saint-Igny, qui a rencontré Languenhaert dans le salon de madame du Devant, et un volume de quelque Amfrye de Grécourt qui traite la philosophie en France et en Angleterre, et de présenter les idées du philosophe forme égoïste du dialogue.

Languenhaert a affirmé que le corps est pas réel, et que le monde existe seulement dans l'esprit et dans sa vie a cette philosophie à l'extrême. Il y a, cependant, quelqu'un qui guide le narrateur dans ses recherches, dirige la bibliothèque Le Havre puis en Grande-Bretagne, la maison d'une branche de la famille Languenhaert. Il viendra à identifier avec le philosophe si égoïste à écrire lui-même une histoire hypothétique sur la fin de son aventure.

critique

La philosophie de Gaspard Languenhaert est étroitement liée à celle du philosophe anglais contemporain George Berkeley (1685-1753), selon lequel les objets matériels existent seulement parce qu'ils sont perçus.[1] Berkeley est l'auteur de Dialogues de Hylas et Philonous qui à bien des égards ressemblent à celles des Cléante et Automonofilo nell'apocrifo de Amfrye de Grécourt créé par Schmitt:

« Vous conviendrez avec moi que la question n'existe pas, parce que tout est dans nos esprits. Rien est matériel, tout est soi spirituel. »

(Amfrye de Grécourt[2])

« Peut-être quelque chose de plus fantastique, plus répugnant au bon sens, une preuve plus évidente de scepticisme, que de croire qu'il n'y a pas du tout matière? »

(Berkeley, Dialogues de Hylas et Philonous[1])

Schmitt se compare à la philosophie de son caractère à celui des autres penseurs à Berkeley dans au moins trois passages du roman, dans un mouvement de Condillac et toujours dans un passage Malesherbes.

notes

  1. ^ à b Bertrand Russell, Chap. XVI, en Histoire de la philosophie occidentale, Longanesi 1983.
  2. ^ Éric Emmanuel Schmitt, L'école égoïste, Editions et / ou 2011, p. 31.

Editions

Éric Emmanuel Schmitt, L'école égoïste, Trad. Alberto Bracci Testasecca, Editions et / ou 2011, p. 124, ISBN 978-88-7641-945-4.