s
19 708 Pages

L'art de la joie
auteur Goliarda Sapienza
1 re éd. original 1998 (terminé en 1976, la première partie publiée en 1994)
sexe roman
langue originale italien
caractères Modesta

« Trop pauvre mal à l'aise pour la Seventies italienne. Une femme sans « morale » capable de tuer pour atteindre ses objectifs, qui souhaitent, vivre la sexualité sans inhibitions, qui ne hésite pas à briser les conventions et les rôles sociaux, comme elle pouvait aller démocrate en Italie bat toujours pour un divorce, l'avortement. »

(Nathalie Castagné, traducteur[1])

L'art de la joie Il est un roman Goliarda Sapienza; fini d'écrire en 1976, la première partie a été publiée en 1994 et la version complète en 1998.

Le texte est écrit principalement dans la première personne (les pauvres), mais parfois aussi en troisième position, en particulier dans la première partie du roman, et sont souvent changé registres linguistiques.[2] L 'UAAR Il met l'accent sur la critique du roman sur le comportement déférent Parti communiste italien contre Eglise catholique.[3]

Historique de la publication

Goliarda Sapienza a commencé le roman 1967 et il a pris fin le 21 Octobre 1976, à Gaeta, avec l'examen final de son mari Angelo Pellegrino. Je suis totalement écrit à la main et le plus souvent dans la matinée; après-midi, a reçu l'ami PILU, qui relit ce qui a été écrit et demandé des conseils.[4]

Il a réussi à faire publier que la première partie de 1994: Il a été considéré comme trop expérimental et immoral, qu'il ne mérite pas une édition complète.[1]

Ne pas trouver un éditeur, Angelo Pellegrino lui a publié à titre posthume à ses propres frais dans 1998 (Après 22 ans du dessin) et dans un nombre limité de copies (environ un millier), éd. Alternative Press.

en 2001 la décision de Rai Tre Loredana a consacré un épisode Rotondo Des pertes de mémoire l'écrivain, intitulé Goliarda Sapienza, l'art de vivre, susciter un certain intérêt dans le roman, comme pour permettre une réimpression de l'éditeur Alternative Press.

À l'étranger a été ensuite texte proposé par Angelo Pellegrino Waltraud Schwarze, découvreur de talent littéraire inconnu, dont il a une copie traduite en allemand et divisé en deux parties, In den Himmel stürzen (édition 2005) et Die Lady (édition 2006), Il a été publié dans une édition complète 2013, Die Liebe der Unvorhersehbarkeit.[5] Schwarze proposé à mon collègue Viviane Hamy, alors étudiant en France de Robert Laffont. Le texte a été traduit également en 2005 français Nathalie Castagné, L'art de la joie, obtenir un énorme succès.[6]

Ainsi, le texte a été traduit en plusieurs langues, et l'Italie a été publiée par Einaudi de 2008, après 32 ans à compter de la fin de l'écriture,[7] et mondadori en 2009.[4][8][9]

intrigue

Il raconte la vie de Modesta, un des jeux de l'enfance à l'âge mûr, et sa façon de le dépenser en dehors des sentiers battus.

Première partie

Modesta, le personnage principal, après avoir été violées par leur père naturel et après avoir tué avec un feu sa pauvre famille (sa mère et sa sœur avec le syndrome de Down) est reçue pendant encore un enfant dans un couvent, où il a commencé son éducation. En fin de l'adolescence offense la mère supérieure et d'éviter d'être expulsé de son couvent dans un orphelinat simule une tentative de suicide. Alors, il la tue et va vivre avec la famille de son noble et riche. Pensez-vous que vous devez faire des vœux pour mener une vie pas pauvre, et (à son avis) digne et commence une relation avec Béatrice, la fille de la mère assassinée supérieure et petit-fils du vieux chef princesse de la famille, qui tue alors après avoir épousé le fils avec le syndrome de Down et ayant détruit la volonté. Il a un fils d'une liaison avec le père naturel de Béatrice.

Deuxième partie

Resté seul avec Beatrice va vivre à Catane et a une brève liaison avec le dottore Carlo, communiste, dont elle devient enceinte, mais un avortement procure. Beatrice rompt la relation avec Modesta de se marier Charles, avec qui il a une fille. Père est mort de Béatrice, Modeste commence une relation avec Matthew, frère de Béatrice. Pendant ce temps, le mari de Modesta a eu une liaison avec son fournisseur de soins et un enfant sans le syndrome de Down, cependant, rejeté par la mère naturelle, puis adoptée par Modesta. Modeste par Carlo est entré en contact avec la politique, en particulier avec le Parti communiste de la période, acheter une arme à feu et inscrit à l'université. Charles a été grièvement blessé par un groupe de fascistes et meurt lentement, ses amis communistes se venger. Le frère de Mattia est relié à l'assassiner de Carlo, et tire pauvre Mattia.

Troisième partie

Pauvres et Mattia ont été blessés sans tuer. veuve Beatrice est autorisée à mourir, même le mari meurt de Modesta. ports pauvres Joyce, un psychologue riche qui fuit le fascisme et qui tente de se suicider; commence une relation avec elle. Modeste augmente son fils et sa fille Béatrice, qui est lesbienne. Il verra un fils par Matthias. Le frère de Joyce est à la recherche pour elle comme pauvre. Joyce tente de se suicider, Modesta est son disinnamora.

Quatrième partie

Une mauvaise reprend une brève liaison avec Mattia, qui est revenu riche d'Amérique. Pauvre feint une grossesse probable et laisse Joyce. La fille de Béatrice tombe amoureuse de Matt, et les deux se marier. Il commence la deuxième guerre mondiale. Modeste est arrêté par les fascistes, et en prison (où il est resté cinq ans) commence une liaison avec Nina, le compagnon de cellule. A la fin de la guerre, en rentrant chez lui, pauvre affamé et malade du typhus. Nina est à côté, mais elle trahit en permanence, et Modeste, il est pas jaloux. Entrée dans le Parti communiste, Modesta est proposé d'exécuter la députation, mais il refuse. Il travaille avec un journal est censuré par Joyce, qui est mariée à un homme. Après avoir quitté la politique et le journalisme, il ouvre une petite librairie locale. Son fils est tombé malade avec le cœur. Pauvres commence une relation avec un amant de Nina.

Editions

anglais

  • (FR) Goliarda Sapienza, L'art de la joie, Traduction par Anne Milano Appel, Penguin UK, 2013, p. 400, ISBN 978-01-4197-286-2.[10]
  • (FR) Goliarda Sapienza, L'art de la joie, Traduction par Anne Milano Appel, New York, Farrar, Straus et Giroux, 2013, p. 684, ISBN 978-03-7410-614-0.[11]
  • (FR) Goliarda Sapienza, L'art de la joie, Traduction par Anne Milano Appel, New York, Farrar, Straus et Giroux, 2014 ISBN 978-03-7470-894-8.[12]

allemand

  • (DE) Goliarda Sapienza, Die Liebe der Unvorhersehbarkeit, Traduction Esther Hansen, Constanze Neumann, Aufbau Taschenbuch Verlag, 2013, p. 864, ISBN 978-38-4120-693-0.[13]

français

  • (FR) Goliarda Sapienza, L'art de la joie, Traduction Nathalie Castagné, V. Hamy, 2005, p. 636, ISBN 978-28-7858-215-4.[14]
  • (FR) Goliarda Sapienza, L'art de la joie, Traduction Nathalie Castagné, Éd. France Loisirs, 2006, p. 928, ISBN 978-27-4419-358-3.[15]
  • (FR) Goliarda Sapienza, L'art de la joie, Traduction Nathalie Castagné, Pocket, 2008, p. 835, ISBN 978-22-6617-801-3.[16]
  • (FR) Goliarda Sapienza, L'art de la joie, Traduction Nathalie Castagné, le trépied, 2015, p. 640, ISBN 978-23-7055-044-6.[17]
  • (FR) Goliarda Sapienza, L'art de la joie, Traduction Nathalie Castagné, Paris, Le trépied, 2016, p. 797, ISBN 978-23-7055-102-3.[18]

italien

  • Goliarda Sapienza, L'art de la joie (première partie), Terni, nouvel équilibre Alternative Press, 1994, p. 189.[19]
  • Goliarda Sapienza, L'art de la joie, Alternative Press nouveaux équilibres, 1998, p. 626, ISBN 978-88-7226-408-9.[20]
  • Goliarda Sapienza, L'art de la joie, Alternative Press nouveaux équilibres, 2006, p. 569, ISBN 978-88-7226-926-8.[21]
  • Goliarda Sapienza, L'art de la joie, Giulio Einaudi Editore, 2008, p. 540, ISBN 978-88-0618-946-4.[7]
  • Goliarda Sapienza, L'art de la joie, Mondolibri, le commerce de détail Groupe Mondadori, 2009, p. 540.[8]
  • Goliarda Sapienza, L'art de la joie, Giulio Einaudi Editore, 2009, p. 540, ISBN 978-88-0619-960-9.[22]
  • Goliarda Sapienza, L'art de la joie, Giulio Einaudi Editore, 2010, p. 540, ISBN 978-88-5840-025-8.[23]
  • Goliarda Sapienza, Ma part de joie, Giulio Einaudi Editore, 2013, p. 222, ISBN 978-88-0621-735-8.[24]
  • Goliarda Sapienza, L'art de la joie, Giulio Einaudi Editore, 2014, p. 540, ISBN 978-88-0621-967-3.[25]

notes

  1. ^ à b L'art de la joie, Goliarda Sapienza, Romait
  2. ^ L'art de la joie, Centre latino-femme Lilith
  3. ^ L'art de la joie, UAAR
  4. ^ à b libro2, pp. 4-6
  5. ^ Die Liebe der Unvorhersehbarkeit, sur Google Livres
  6. ^ « Je vais vous dire comment je vous ai découvrir l'art de la joie », Bookciak Magazine
  7. ^ à b L'art de la joie, ed. Einaudi, 2008 Google Livres
  8. ^ à b L'art de la joie, Mondolibri
  9. ^ A propos de nous, Mondolibri
  10. ^ L'art de la joie, Penguin UK, 2013 Google Livres
  11. ^ L'art de la joie, WorldCat
  12. ^ L'art de la joie, WorldCat
  13. ^ Die Liebe der Unvorhersehbarkeit, Aufbau Taschenbuch Verlag, 2013 Google Livres
  14. ^ L'art de la joie, V. Hamy, 2005 Google Livres
  15. ^ L'art de la joie, France Loisirs, 2006 Google Livres
  16. ^ L'art de la joie, Pocket, 2008 Google Livres
  17. ^ L'art de la joie, Le trépied, 2015 Google Livres
  18. ^ L'art de la joie, WorldCat
  19. ^ L'art de la joie, la partie I, Alternative Press, 1994 Google Livres
  20. ^ L'art de la joie, Alternative Press, 1998 Bibliothèque nationale Braidense
  21. ^ L'art de la joie, Alternative Press, 2006 Google Livres
  22. ^ L'art de la joie, Einaudi, 2009 Libreriauniversitaria
  23. ^ L'art de la joie, Einaudi, 2010 Google Livres
  24. ^ Ma part de joie, 2013 éditeur Giulio Einaudi
  25. ^ L'art de la joie, 2014 éditeur Giulio Einaudi

bibliographie

  • Goliarda Sapienza, Art de la joie à long mars, en L'art de la joie, Turin, Einaudi, 2010, pp. 4-6, ISBN 978-88-5840-025-8.
  • Goliarda Sapienza, L'art de la joie, Turin, Einaudi, 2010, p. 540, ISBN 978-88-5840-025-8.

liens externes