s
19 708 Pages

L'ignorance est la force (En anglais « L'ignorance est la force ») Il est l'un des trois mots d'ordre ingsoc apparaissant dans roman 1984 (1949) de George Orwell.

Les slogans sont gravés sur la façade Ministère de la Vérité[1] et ils sont alternaient effigie Big Brother[2] pendant la projection de films d'actualité; Ils sont gravés sur à des pièces de 25 cents[3], monnaie Océanie en 1984, selon Anthony Burgess il est le slogan « l'Allemagne nazie »[4]. Essentiellement, ce slogan signifie que plus la connaissance d'un individu, plus elle est sujette à des doutes et des contradictions de la pensée. Moins il sait, plus il sera en mesure d'agir selon les diktats du Parti[5].

Dans la fiction du roman d'Orwell, chapitre I du volume Emmanuel Goldstein La théorie et la pratique de oligarchique collectivisme il est intitulé L'ignorance est la force[6], explique le fonctionnement du slogan selon la situation et selon l'idéologie du Parti. Selon Goldstein, la force du parti qui domine l'Océanie est basée sur l'ignorance où parvient à maintenir les masses[7]: s prolo graines de abjection chez l'animal[8], l'ignorance des membres du Parti à travers l'auto-infligée doublethink et les mécanismes dire stopreato[9] et blackwhite[10], avec laquelle renoncer volontairement à toute forme de pensée critique et sont privés de toute connaissance qui n'est pas certes ordonné par le parti à ce moment[11].

Contrôle du passé - par la censure absolue dans ce roman de fiction - est essentielle pour compléter l'état d'ignorance face aux habitants d'Océanie[11]: Altération de la mémoire du passé est essentielle pour le maintien de la puissance de Ingsoc car cela empêche toute comparaison avec les vieux jours et vous permet d'adhérer ci-dessus le passé au dogme du Parti[11]. Depuis que le Parti n'est pas infaillible en fait, changer la mémoire du passé afin qu'il coïncide avec l'idéologie du Ingsoc[11]. La falsification du passé est indispensable à la survie du régime Ingsoc en Océanie, comme l'activité de répression Police de la Pensée[11].

Comme tous les principes de Ingsoc, « L'ignorance est la force » a un sens ambigu qui peut être maîtrisé que par ceux qui sont parfaitement insérés dans le fonctionnement de doublethink: la puissance de Ingsoc fait est basé en même temps sur la négation de leur faillibilité (et donc l'ignorance absolue de celui-ci) et l'autre partie sur la capacité d'apprendre des erreurs[12]. La possibilité de combiner les contraires et les faire existent en même temps où il les nie est essentielle à la Ingsoc et on peut voir dans chacun des système d'expression, par les noms des ministères oxymoroniques ( "Ministère de la paix« Qui traite de la guerre »Ministère de la Vérité« Qui traite de la etc. mensonge systématique), non seulement à une forme d'ironie ou la complaisance sadique, mais surtout pour démontrer qu'il est possible d'affirmer le contraire en continu avec un exercice délibéré et continu de doublethink[13]. Cela crée une sorte de « folie contrôlée »[14] qui permet à la Parti intérieur pour maintenir son pouvoir pour toujours, pour toujours briser la dialectique entre « haut », « moyen » et « faible » qui a marqué - selon Goldstein - la réalité de l'histoire humaine jusqu'à l'avènement de Ingsoc[15].

notes

  1. ^ G. Orwell, 1984, Oscar Mondadori, traduction par Gabriele Baldini, Milan, 1973, p. 27
  2. ^ Ibid, p. 39
  3. ^ Ibid, p. 50
  4. ^ A. Burgess, 19841985, p. 47
  5. ^ Ibid, p. 57
  6. ^ G. Orwell, cit. p. 227
  7. ^ Ibid, p. 218 - ainsi que la pauvreté - et p. 233
  8. ^ Ibid, p. 235
  9. ^ Ibid, p. 237. Le stopreato est la capacité de réguler ses pensées au point de l'arrêter avant qu'il ne puisse concevoir un psicoreato. Bien sûr, cela est seulement possible en reconnaissant la psicoreato premier qu'il est engagé, et est donc l'une de ces contradictions logiques que vous ne pouvez guérir grâce à un exercice rigoureux doublethink
  10. ^ Ibid, p. 238. NeroBianco Il est l'un de ces termes ambigus de novlangue qui, à son tour, ils veulent avoir un sens positif quand attribué à un buonpensante et détracteurs se référant à un psicocriminale. Dans le premier cas blackwhite est la possibilité de dire que le noir est blanc et vice versa selon les diktats du Parti. Dans le second cas est un acte d'accusation de mensonge éhonté et flagrant.
  11. ^ à b c et ibid
  12. ^ Ibid, p. 240
  13. ^ Ibid. p. 241
  14. ^ Ibid, p. 242
  15. ^ Ibid, pp ainsi. 227 et suivants.

bibliographie

autres liens

  • doublethink