s
19 708 Pages

Buonpensante (En anglais goodthinker) - ou pensabenista[1] - Il est un terme novlangue qui définit une personne naturellement orthodoxe selon l'idéologie ingsoc, dans le roman George Orwell 1984.

Le sens est expliqué - dans le roman fiction - dans le chapitre I de l'essai Emmanuel Goldstein - La théorie et la pratique de oligarchique collectivisme intitulé L'ignorance est la force[2].

Pour l'idéologie du Ingsoc ne suffit pas qu'une personne adhérant au parti ont des opinions permis, mais même ses instincts doivent être permis. Cependant, étant donné que la liste des pensées et des instincts approuvés ou interdits par la partie qu'elle n'a jamais été établi - parce que sinon les contradictions et les apories idéologie Ingsoc - le buonpensante serait évident est celui qui sait maîtriser parfaitement leur esprit à l'adaptation de temps en temps aux différentes conditions de telle sorte qu'il est en parfaite adhésion à ce qui est demandé à un moment donné[3].

La discipline mentale entreprise depuis l'utilisation d'enfance doublethink à travers lesdits instruments en novlangue stopreato[4] et blackwhite[5]. La première permet de bloquer le buonpensante une pensée ou un instinct interdit avant que cela puisse paraître à l'esprit conscient. Avec le deuxième instrument, il est en mesure de nier l'évidence, ou affirmer exactement le contraire de ce qui a également déclaré juste avant. En outre, de nombreuses pensées interdites deviennent progressivement impossible en raison de la suppression progressive des significations et des catégories mises en œuvre par le remplacement progressif des novlangue all'archelingua[6].

Un vrai buonpensante est censé être sans aucune place pour la pensée individuelle ou un sentiment en dehors de celui accordé par le parti, ni aucun manque d'enthousiasme fanatique. Si vous avez des griefs résultant de son état misérable de la vie, il faut sfogarlo la haine et de la frénésie pendant les événements prévus par le Parti, comme Deux minutes de haine[7].

notes

  1. ^ Ainsi, dans la traduction italienne de 1950
  2. ^ George Orwell, 1984, Oscar Mondadori, Milan, 1973, p. 237 et 238
  3. ^ Ibid, p. 237
  4. ^ ibid
  5. ^ Ibid, p. 238
  6. ^ Ibid, p. 237
  7. ^ ibid

bibliographie